Sujets thématiques

  • MARCINELLE- Bois du Cazier- Prise d'otages et vol d'explosifs !

    résistants1.JPG

    résistants2.JPG

    Une plaque a été dévoilée, vendredi soir, au Bois du Cazier, à la mémoire de 12 Partisans armés au pays de Charleroi. Une exposition se tient jusqu’au 6 décembre au Musée de l’Industrie.

    résistants3.JPG

    La nuit du 26 au 27 avril 1942, une opération spectaculaire est réalisée au charbonnage du Bois du Cazier, par les Partisans armés du Corps de Charleroi, bras armés du Front de l’Indépendance. A la suite d’une série ininterrompue  de sabotages, ce groupe voyait s’épuiser sa réserve d’explosifs. Après avoir neutralisé les gardes et quelques ouvriers de surface,  chauffeur, tireur, lampiste, centraliste, qu’ils enferment dans la chaufferie, 12 hommes,  revolvers au poing et masqués, s’introduisent alors dans l’enceinte du charbonnage, descendent à 170 mètres de profondeur, là où sont entreposés les explosifs, destinés au percement des galeries de mines. Ils vident le magasin, soit 300 kg de dynamite, en paquets de 25 cartouches de 100 gr, et 2.000 détonateurs dérobés. Cette opération à haut risque a été une réussite totale sur le plan opérationnel, car les explosifs serviront pour des opérations de résistance face à l’Occupant allemand.

    la plupart des Partisans exécutés 

    Communistes pour la plupart, certains seront arrêtés dès l’été 1942, suite aux dénonciations de traîtres infiltrés dans leur rang. Nombre d'entre eux seront exécutés suite à l'assassinat du bourgmestre rexiste du Grand Charleroi, symbole de la collaboration avec l'ennemi. Seuls trois survivront.

    « C’est pour que cet acte de bravoure, cette prise de risque incroyable par ces jeunes gens presque tous issus de la classe ouvrière du pays de Charleroi,  que le Bois du Cazier a souhaité accomplir ce devoir de mémoire. L’occasion du 75ème anniversaire de la Victoire contre le nazisme nous a semblé le moment opportun pour le faire » a souligné Jean-Claude Van Cauwenberghe, président du Bois du Cazier, au côté de Jean-Louis Delaet, directeur du Bois du Cazier.  Lors  de la séance, on notait également la présence de Jean-Pierre Michiels, neveu de Franz Michiels (un des Partisans armés), Michel et Elise Quiquempoix, petit-fils et arrière petite-fille de Yvonne Ledoux (1907-2003), résistante à Charleroi, l’historienne de l’ULB Anne Morelli, Vincent Pestieau (FGTB) et Marc Moreau(CSC).  

    résistants4.JPG

    Michel et Elise Quiquempoix

     

    résistants6.JPG

    Jean-Pierre Michiels

    résistants7.jpg

    Anne Morelli

    Le Bois du Cazier propose de redécouvrir cette « petite histoire », qui a fait la Grande Histoire, à travers « Bois du Cazier et résistance : l’exploit des Partisans armés du 27 avril 1942 »,  une exposition de panneaux explicatifs historiques ainsi que des vitrines avec documents papiers et objets, extraits de films, jusqu’au 6 décembre, dans le Musée de l’industrie. Pour toute info : 071/ 88 08 56.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • 4 millions pour soutenir le commerce local !

    carolorrr.jpg

    Information importante pour les citoyens de Charleroi ❗
    La Ville de Charleroi injecte 4 millions € pour soutenir le pouvoir d'achat de ses habitants et les commerces locaux.
    Cette mesure porte sur l’envoi à chaque citoyen, à partir de la mi-septembre, de l’équivalent de 20 € en monnaie locale, soit 20 Carol’ors, à valoir dans les commerces locaux des 15 communes de Charleroi ayant adhéré à l'opération.
    Pour rendre cette mesure opérante, la Ville octroie un subside à l’ASBL Carol'Or, de même qu’elle offre aux commerçants qui veulent bénéficier de la démarche, l’affiliation au réseau d’un montant de 25 € ainsi que l’équivalent de 50 € de fonds de caisse.
    ▶️ Vous êtes commerçants ?
    Il vous suffit de vous rendre sur le site https://carolor.org/ et de remplir le formulaire d’adhésion.
    ▶️ Vous êtes citoyen carolo ?
    Le titre Caro l’or vous sera envoyé par courrier postal dans le courant du mois de septembre. <img src="https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/t10/1.5/16/1f44d_1f3fb.png" alt="
    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • DAMPREMY- Coups de pelle à la rue Paul Janson

    ruepauljanson.jpg

    Les premiers coups de pelles ont été donnés aujourd'hui sur cette voirie damrémoise. Après avoir installé la signalisation nécessaire, les équipes ont commencé l'installation du chantier en procédant aux premières mesures et à la démolition des trottoirs.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • Sortie sympa: le tramway touristique, ce WE, à Thuin

    tram3.JPG

    Les circuits à bord du tram à vapeur se poursuivent tout le mois d’août. En cette période de rebond du Coronavirus, le port du masque est obligatoire, à l’intérieur comme à l’extérieur du véhicule. Le nombre de visiteurs est limité à 200.            

    tram2.JPG

    Depuis la reprise des circulations du tram à vapeur,  les touristes d’un jour peuvent monter dans le convoi, au départ du Centre de Découverte du Vicinal. 

    Assis à l’intérieur de cinq petites voitures tractées par la locomotive HL303 datant de 1888, les voyageurs  apprécient l'intérieur très chaleureux et leurs banquettes en bois.

    Petit détail amusant : une plaque métallique renseigne qu’il est interdit à tout usager de « cracher » !

    Pour ajouter un peu plus d’authenticité, le chef de train en uniforme, Paul-Émile Brohée, bénévole de l'Association pour la Sauvegarde du Vicinal (ASVi), souffle dans une trompe pour annoncer le départ. Et quand la vieille locomotive se met en route, c’est tout un bond dans le passé qui s’opère !  

    tram4.JPG

    Les mesures du Conseil de Sécurité de ce 27 juillet n’affectent ni la visite du musée ni la circulation à bord  des trams historiques, puisque la barre des 200 personnes n’a jamais été atteinte, en un week-end. Masque obligatoire, gel et distanciation sociale sont de mise. 

    Les visiteurs embarquent dans différents trams à destination de Biesme-sous-Thuin, Lobbes et Thuin ce qui a l’avantage de ne pas créer de point de rassemblement trop important.

    « Par contre, il faudra faire attention au week-end des 15 et 16 août » signale Eric Binamé, adjoint au Conseil d’Administration. « Ce type d’évènement attire toujours plus de monde et il faudra veiller à ce qu'il n'y ait pas de concentration trop importante. C'est pourquoi nous demandons à nos clients de réserver à l'avance, pour mieux pouvoir anticiper ».

    tram1.JPG

    Didier Lemaire

    Un ouvrage vient de paraître : Balade en tram vicinal à Lobbes & Thuin. 

    « L’objectif de cet album consiste à présenter, en 100 photos, l’intégralité de la ligne de tramway touristique de l’ASVi du terminus Entreville (Lobbes) à celui de Biesme, en passant par Thuin Ville-Basse et le musée » explique Didier Lemaire, son auteur. Plusieurs photos ont été prises à l’occasion des nocturnes, leur défilé continu de tramways et leurs animations variées. L’ouvrage est enrichi de photos prises par des amateurs dans les années 70 (souvent en noir et blanc), par Didier Lemaire au début  des années 90 et de clichés récents d’autres photographes.

    tram8.jpg

    Photo d’archive : ligne Lobbes/Entreville. Photo : Edward Kuijper.

    Prix : 20 € + 4 € de port. En vente au musée ou sur e-mail à info@photorail-collection.com – 0496/47 59 27. Le Conseil d’administration se réunira lundi pour faire le point sur les éventuelles mesures complémentaires à prendre. 

    tram7.JPG

    au Centre de Découverte du Vicinal 

    Réservation obligatoire pour les balades en tram chaque samedi et dimanche jusqu’en octobre  : http://web.asvi.be/formulaire-de-reservation - 071/37.00.05

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • Annulation des cérémonies officielles du 64ème anniversaire de la tragédie de Marcinelle. Maintien d'un hommage aux Victimes au Bois du Cazier.

    Les cérémonies, qui commémorent la catastrophe du Bois du Cazier du 8 août 1956 qui coûta la vie à 262 mineurs, sont annulées. Ce sera la première fois en 64 ans ! Un hommage symbolique sera néanmoins maintenu sur le site du Bois du Cazier, avec un nombre limité de 50 personnes.

    Dans le contexte sanitaire actuel, et sur recommandation du Conseil National de Sécurité de ce 27 juillet,  la Ville de Charleroi a pris la décision d'annuler ou de reporter un maximum d’événements qu'elle organise ou co-organise. A ce titre, le service du protocole annule, avec grand regret, les dépôts de gerbes de fleurs sur la Grand Place le 7 août et au Cimetière le 8 août.

    Depuis la catastrophe, les commémorations annuelles n'ont jamais connu d’interruption. C'est pourquoi, le site du Bois du Cazier a souhaité maintenir un événement avec public. Dans ce contexte et pour assurer la sécurité de tous, la Ville de Charleroi a décidé que cet événement serait limité à 50 personnes avec port du masque, application de la distanciation sociale et respect des mesures sanitaires.

    Les 50 personnes seront composées de représentants du Conseil d’administration pluraliste de l’Asbl « Le Bois du Cazier » ainsi que de représentants des familles des Victimes et des associations d’anciens mineurs.

    Le 8 août, après un court hommage pluriconvictionnel, la cloche Maria Mater Orphanorum tintera 262 fois en rappel des Victimes à 8h10. Entre chaque tintement, le nom de la Victime sera prononcé. Une lecture de texte suivra immédiatement sur le thème « Aujourd’hui comme hier, le corps médical fait face ». Madame l’Ambassadrice d’Italie lira le message adressé par le Président de la République italienne Sergio Mattarella. Un bref dépôt de gerbes au monument Aux Victimes clôturera l’hommage.

    En conséquence, nous recommandons au public, même muni d’une invitation pour les cérémonies officielles, de ne pas se déplacer. Pour celles et ceux qui souhaiteraient néanmoins suivre ces cérémonies, ce sera possible et ce depuis chez vous. Télésambre diffusera effectivement en direct les images sur son antenne et sur son site web www.telesambre.be

    A partir de 10h00, le site sera ouvert au grand public. Chacun pourra alors rendre hommage de la façon qu’il le souhaite aux Victimes, selon les conditions sanitaires en vigueur dans les sites muséaux.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Le masque obligatoire dans le Centre Ville

    masques9.jpg

    Communication de Babette Jandrain, échevine du Commerce de Charleroi 
     
    La ville de Charleroi recommande donc vivement le port du masque en toute circonstance et opte pour son imposition dans les lieux suivants, en compléments de ceux visés par le CNS :
    • Dans tout le centre-ville de Charleroi (l’intra-ring)
    • Au sein des zonings commerciaux et leurs parkings
    • Lors de tout rassemblement de plus de 15 personnes
    • Sur toutes les aires et plaines de jeux
    Ces dispositions ne s’appliquent pas :
    - aux enfants de moins de 12 ans
    - aux personnes en position assise : avec respect de la distanciation sociale ou dans sa bulle sociale
    - dans le cadre de la pratique d’un sport ou d’un déplacement à vélo
    
</section>
<section class=
    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • MADELEINE- La camaraderie renforcée à défaut d'un Tour traditionnel

    mad8.JPG

    Les marcheurs n'avaient pas d'instruments, mais ils les ont imités ! 

    mad9.JPG

    Avec des gazous ! 

    A Tour exceptionnel pour cause de Covid-19, mesures exceptionnelles.  Cette Madeleine 2020, en version très réduite, restera gravée dans les annales.  Pas d’incident à déplorer. L’ambiance est restée bon enfant entre les marcheurs qui ont généralement bien respecté les consignes sanitaires. Et le soleil a réchauffé les cœurs, toute la journée de dimanche!

    Comme à son habitude, Grégory Swyrtek, trésorier des Turcos de Heigne, a ouvert son garage, dimanche, à 5 heures du matin,  à la rue Anseele, pour y recevoir les membres de sa société. « Pour ne pas plomber l’ambiance qui est déjà assez lourde avec les risques de rebond de la Covid-19, j’offre, à défaut de petit déjeuner,  un verre pour nous remonter le moral… On en a besoin !  ».

    Les oriflammes (heureusement, conservées dans la rue !) donnaient aussi un petit air de fête.

    mad6.JPG

    Un p'tit verre pour le moral !

    Un peu plus loin,  la Société des Grognards de Napoléon, composée de 6 tambours et 1 fifre, jouait le réveil des Mad’léneûx. 

    « Nous avons réuni la batterie. Comme il nous est interdit de jouer de la musique en rue, nous le faisons dans un jardin privé » précisait David Buekens, un des membres.

    Quelques instants plus tard, les membres de cette société étaient rejoints par Pierre Arcq, le voisin d’en face. « Je suis partagé entre la déception et la lucidité » confiait l’historien local. « J’espère qu’on ne revivra plus jamais un Tour dans de telles conditions. »

    mad5.JPG

    Les Grognards de Napoléon avec Pierre Arcq ( à droite )

    Très tôt le matin également, quelques dizaines de marcheurs avaient rejoint la place Francq. La police locale de Charleroi (14 policiers pour la journée)  était sur place pour veiller à ce que les consignes de sécurité soient bien respectées :  seuls des groupes de 15 personnes maximum étaient autorisés.

    mad1.JPG

    La police était bien présente, mais n'a pas dû intervenir

    mad2.JPG

    Au départ de la place Jules Francq, à 5 heures du matin 

    Pas d’uniforme non plus, à l’exception d’un élément. Par exemple, un marcheur avait  fait imprimer sur son  Tshirt : «  Madeleine 2021 : on sera co’vid là ! »

    mad12.JPG

    Luc Payen et Maxime Sempo: l'ancien et le nouveau président des Amis de la Madeleine 

    mad11.JPG

    A Courcelles, les Amis de la Madeleine accueillaient aussi les marcheurs mad13.JPG

    Santé !

    Rapidement, les groupes prenaient le départ pour une marche de 21 km, à travers les localités de Roux, Courcelles, Viesville, Thiméon, Gosselies et Jumet, où les accueillaient les membres des Amis de la Madeleine.

    On comptait un petit millier de marcheurs, soit deux fois moins qu’habituellement, mais tout  de même !

    Certains éprouvaient des regrets : «  Nous adorions nous rendre à la Terre al’Danse. C’était un moment où tous les groupes pouvaient laisser libre cours à leur fantaisie » soulignaient Johane (26 ans) de Jumet, Loris (16 ans) d’Anderlues et Amandine (27 ans) de Carnières. Le trio avait emmené leur caniche royal Ruby pour une balade au grand air !

    mad15.JPG

    On sort Ruby ! 

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Jean-Claude Deprez ( 38 ans ) de Jumet

    Dans la vie conducteur d’engins à Châtelet, Jean-Claude Deprez, membre de la Société Royale de la Marine Belge, marche depuis l’âge de 6 mois !  Et sa motivation est intacte.

    « J’ai toujours baigné dans la Madeleine. C’est vrai que cette édition est spéciale, mais pour rien au monde, je n’aurais voulu manquer un Tour. Je viens aussi pour Marie-Madeleine ! C’est elle que l’on honore.  Tous les Jumétois y sont très attachés» déclarait l’intéressé. 

    Jean-Claude, qui avait tenu à être sur la place vers 5 heures du matin, arborait fièrement le Tshirt ainsi que la casquette de sa société. Son groupe, tout aussi enthousiaste que lui, se composait d’amis et de 6 membres de sa famille. Sa femme Nathalie, également inconditionnelle du Tour, marche depuis 13 ans.

    mad3.JPG

    micro-trottoirs

    Véronique Bacu 53 ans de Jumet

    Tenancière du Coq Gaulois, très fréquenté par les Mad’lèneûx, Véronique Bacu accuse le coup.  « Pour moi, il s’agit là d’un fameux manque à gagner. Lorsque la Madeleine se déroule normalement, mon établissement est rempli du samedi au jeudi. On parle, on rit, on boit, on chante,… Bref, il ya de la vie ! Le dimanche, à 5 heures du matin, je reçois les Marins Américains et les Zouaves du Spinoy.  Mais cette année, je ne peux ouvrir qu’à 10 heures. C’est très frustrant ».

    mad16.JPG

    Donovan Nart 27 ans de Mont-sur-Marchienne

    C’est le cœur gros que Donovan, membre de la Garde mobile canadienne, transportait,  dans un cadre, la photo de son père Robert Vassart, membre  de la Garde Républicaine de Paris, décédé cette année. «  Papa se réjouissait  de  fêter ses 50 ans de Madeleine, mais il n’y est hélas pas arrivé » note-t-il. «  Il a commencé comme clairon.  Sa fidélité au Tour était sans faille. Il attendait l’événement et en parlait beaucoup : la Madeleine représentait absolument tout pour lui » !

    mad10.JPG

    Marcheurs de père en fils

    J.C. HERIN

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • JUMET Une édition tout à fait inédite de la Madeleine

    madlèneu1.jpg

    "El Mad'lèneû" est en vente, comme au Vî Heigne

    Pour respecter les mesures sanitaires anti Covid-19,  la 640ème Madeleine  sera une édition blanche… mais pas tout à fait ! Outre le fait qu’ils pourront faire le parcours, dimanche, à leur façon,  les marcheurs pourront emporter   un numéro spécial d’« El Mad’lèneû ».

    Succédant depuis janvier au poste de Président des Amis de la Madeleine, à la place de Luc Payen (23 ans dans cette fonction et 50 ans de Madeleine !), Maxime Sempo, nouveau Président de la S.R. « Les Amis de la Madeleine », adresse quelques mots aux clients du Vî Heigne, sur la place Jules Francq.  

    Dans un coin de l’établissement, les Amis vendent un numéro spécial de la revue  « El Madlèneû », disponible au prix de 4 . « Vu son contenu, il va s’arracher ! » pointe Pierre Radermacher, trésorier.        

    A quelques jours de dimanche, le café très prisé des marcheurs sur la place Francq ne connaît pas l’effervescence habituelle de l’avant Madeleine. La raison est simple : le Tour n’aura pas lieu officiellement. Quelques compensations sont tout de même prévues : dès leur l’arrivée, dimanche, sur la place Francq  (à partir de 5 h du matin),  les pèlerins seront  invités à prendre directement le chemin du pèlerinage (compter 21km, 4 bonnes heures de marche).  Les habitants pourront décorer leur maison d’affiches ou d’oriflammes. Mais il n’y aura, non plus, ni tribune,  ni champ de foire, ni variétés sur le podium (seuls quelques concerts isolés seront mis sur pied),… Les cérémonies de remises de médailles ou encore les anniversaires (comme les Tirailleurs sénégalais) seront reportés. 

    sans costume, ni musique ni cheval

    Comme chaque année, la Police locale de Charleroi sera partenaire de ce pèlerinage.  « Le but de notre présence sera évidemment, dans un premier temps,  d’escorter le public afin d’assurer leur sécurité sur l’itinéraire, mais également d’assurer que les mesures décidées par le Conseil National de Sécurité sont respectées » souligne Luc Barbier, Chef Poste Secteur Nord.    

    A noter que les règles d’hygiène, de distanciation sociale et de port du masque restent  prioritaires. Seuls des groupes de 15 personnes maximum sont autorisés.  Attention ! En cas de non-respect, des procès verbaux seront rédigés pour chacun  des membres du groupe, avec à la clé une amende de 250 €.                    

    Le pèlerinage se fera sur les trottoirs en respectant le code de la route.

    En ce qui concerne l’HORECA,  les clients doivent aussi respecter les règles suivantes : un maximum de 15 personnes par table, seules les places assises à table sont autorisées, chaque client doit rester assis  à sa propre table,  aucun service au bar n’est autorisé. Par ailleurs le bourgmestre a pris un arrêté interdisant aux cafés d’ouvrir avant 10 h sur le territoire de la Ville de Charleroi. 

    Il a été aussi confirmé qu’il était interdit de faire le pèlerinage en costume, avec des musiciens ou à cheval. Des règles strictes, mais qui permettront un bon déroulement du Tour.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Des Madeleine « non autorisées »

    « El Mad’lèneû » contient de petites pépites, comme le texte : «  Les éclipses  de la Madeleine »  écrit par Pierre Arcq sur les Madeleine « non autorisées »  ou clandestines. « Ce sont des épisodes méconnus de la Madeleine » signale l’historien local. «  Le Tour n’a pu reçu l’autorisation de sortir de 1915 à 1917, en 1932 et 1940 et en 1944. Mais des Madlèneûs ont bravé l’interdit : la Madeleine n’a jamais été éclipsée par les événements douloureux qui se sont abattus sur notre pays. Gageons qu’elle sera encore bien présente, au moins dans les cœurs, en cette année 2020 ! ».  Une photo dans la brochure retient aussi toute l’attention : le Cortège de la Madeleine en 1941, remontant la chaussée de Bruxelles. En tête sur son cheval, Marcel Loppes est suivi par l’Etat-major et les Bourgeois de la Jeunesse, le cortège religieux, avec les statues, puis les pèlerins et ensuite les marcheurs en civil.

    madlèneu2.jpg

    Cette photo date de 1941

      « C’est la seule photo connue en temps de guerre » poursuit Pierre Arcq.  « Le gros bâtiment que l'on voit derrière est l'ancien château d'eau de Jumet, qui a été démoli deux ans plus tard (toujours pendant la guerre) pour être remplacé par celui qui existe toujours, mais plus en retrait de la chaussée. Tous les autres bâtiments ont été démolis, il y a quelques années,  pour faire place à la station "Madeleine" des TEC ».

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Halte aux mégots !

    mégots.jpg

    Le bouquiniste Etienne Grandchamps ( Fafouille)  tire la sonnette d'alarme: 

    TOUS LES JOURS: 30 à 40 mégots sont écrasés sur les colonnes classées du Passage de la Bourse, autant par terre. Les colonnes sont noires de suie; Rive Gauche pourchasse les fumeurs. Ils se réfugient dans le Passage de la Bourse. Les sterputs du Passage sont remplis de mégots .puants et suintants d'humidité. Bonjour l'hygiène ! Vecteur de pandémie ! Le Passage de la Bourse est devenu le cendrier de Rive Gauche. Cà me dégoûte, çà m' écoeure, çà me fait vomir. https://www.rtbf.be/info/regions/detail_mesures-contre-la-pollution-a-mons-la-chasse-aux-megots-est-ouverte?id=10542502

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • SPIROU FAIT FRONT AU COVID-19: numéros spéciaux durant l'été sur des événements annulés!

    spirou2.JPG

    Un véritable tour de force est à épingler : durant toute la période du confinement de la crise de la Covid-19,  Spirou est paru chaque semaine. Après un spécial Vacances, le magazine jettera un regard amusé  sur tous les événements qui auraient dû avoir lieu cet été.

    Un peu fatigué mais heureux. Morgan Di Salvia savoure le goût de la victoire: il a relevé un beau défi, dont il n’est pas peu fier : avoir assuré la continuité de la diffusion du journal Spirou, depuis la mi-mars.  

    « Cette période de restriction, liée à la crise sanitaire,  était tellement anxiogène que nous ne voulions, à aucun prix, priver nos lecteurs de retrouver leur magazine favori,  chaque semaine. Je suis père de deux enfants de 9 et 5 ans, et la lecture du journal constituait pour eux un petit moment de bonheur, dans une atmosphère assez lourde  » confie le rédacteur en chef de Spirou.  

    Saluons aussi la sortie, d’un numéro spécial Vacances,  disponible actuellement, composé principalement de bandes dessinées et d’un cahier de jeux.

    spirou3.jpeg

    "Raowl" de Tébo: un petit air de Shrek...

    Et pourtant, les tuiles et les difficultés  diverses se sont accumulées au sein des éditions Dupuis.  Il a fallu faire face à des problèmes d’approvisionnement en papier, trouver un nouvel imprimeur après une faillite, décaler certaines publications, se réunir à distance, et non plus à la rédaction à Marcinelle, pour préparer les numéros avec quelques semaines d’avance,… « Il faut remonter à la Seconde Guerre mondiale pour voir une interruption dans les parutions de Spirou. Nous ne voulions pas cela ! » poursuit Morgan.

    8 numéros spéciaux en juillet-août

    Durant la période de confinement, quelques bandes dessinées ont fait référence à la crise de la Covid-19, notamment à travers la série BD « Family Life », une BD courte : « Bronzer masqué » dans le spécial Vacances,  ou encore,  à l’occasion de la Journée mondiale des Infirmier(e)s, sur une  couverture représentant les « Femmes en blanc » de Bercovici et Cauvin, applaudies pour leurs missions en première ligne. Une forme de clin d’œil à « Rosie la riveteuse », une icône de la culture populaire américaine.                  

    spirou4.jpeg

    Spirou veut aller plus loin encore,  en lançant,  à partir du 8 juillet, des numéros spéciaux. Chaque magazine comportera 4 planches consacrées  à un événement d’été supprimé : Le Festival de Cannes, Les Jeux Olympiques, l’Euro 2020, la Japan Expo, les Festivals musicaux d’Avignon, de Tomorrowland et de Rock en Seine et pour boucler la boucle… le Festival BD Spirou à Bruxelles.

    spirou5.jpeg

    Un regard décalé sur le Festival de Cannes 

    Pour donner déjà un petit-avant goût au lecteur, le dessinateur Bouzard ne sera pas invité au Festival de Cannes en tant que dessinateur, mais pour faire disparaître des graffiti,  les auteurs Fabrice Erre et Fabcaro, seront complètement perdus dans le monde d’ados du Festival Tomorrowland,  Féroumont égratignera le chauvinisme aussi bien du côté belge que français dans l’Euro 2020,…

    spirou6.jpeg

    De belles surprises en perspective. Et à la rentrée, un spécial « Tuniques Bleues », un classique du journal… depuis 1968 !

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Depuis 1 an, comme rédacteur en chef

    Arrivé en juin 2019 comme rédacteur en chef de Spirou, pour succéder à Florence Mixhel,  Morgan Di Salvia,  né en 1981, a multiplié les casquettes : journaliste, libraire, commissaire d’exposition, diplômé d’Histoire contemporaine,… Il est bien connu des bédéphiles pour avoir été écrit des articles pour ActuaBD de 2008 à 2016 ou pour avoir signé, entre autres, la préface des intégrales Jojo.  « Mon objectif est de toujours surprendre en proposant des BD familiales, dans des styles différents et de qualité » explique-t-il.  Sa ligne éditoriale se partage entre Thierry Tinlot, ex-rédacteur  en chef (très connu pour sa créativité et sa fantaisie), et Frédéric Niffle, directeur de publication.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Réouverture du Steak House & Bar's, ce lundi, à minuit !

    steakhouse1.JPG

    Une vingtaine de personnes  ont été accueillies chaleureusement au  Steak House & Bar’s,  lundi, en pleine nuit !  Et cela, après une longue période de confinement… Tarkan Karasular, patron de l’établissement, est confiant dans l’avenir.

    steakhouse2.JPG

    « Bienvenue aux Cow-boys ! » s’exclamait Tarkan Karasular. 

    Ce lundi, à minuit, le Steak House &Bar’s  était le seul établissement éclairé au Boulevard Tirou. Et pour cause : après 85 jours de fermeture,  pour cause de Covid-19,  les cafés et restaurants belges peuvent rouvrir -enfin !-  le 8 juin. 

    steakhouse3.JPG

    Une vingtaine de personnes ne cachaient pas leur joie de (ré)intégrer l’établissement carolo.  Alors que le Boulevard était quasi désert au même moment, les semaines précédentes,  voir ce petit monde faisait plaisir à voir…

    « J’ai pris l’habitude de me promener très tard en Ville, car j’étais l’ancien directeur du Parisiana,  une boite de nuit mythique à Charleroi » signale Domenico de Châtelineau. « Alors, quand  j’ai vu que le Steak House était ouvert, je n’ai pas hésité à y entrer, avec ma fille Valeria. On y mange très bien ! Ce que je préfère ?                               

    Le « Tomahawk  », une découpe particulière de la côte de boeuf,  faux-filet avec os long ! »

    l’équipe carolo au complet, cette semaine

    Signalons, - mesures sanitaires obligent-, qu’à l’entrée, le personnel présente systématiquement du gel hydro-alcoolique aux clients. Les tables, qui peuvent recevoir un maximum de 10 personnes, sont espacées d’1 mètres 50 les unes des autres. 7 tables ont été sacrifiées, ramenant les couverts de 80 à 40. Le pain n’est plus servi à table, et la lecture « physique » des menus n’est plus possible.  

    steakhouse6.jpg

    « Economiquement parlant, nous avons réussi à tenir le coup.                  Mais il n’aurait pas fallu que le confinement dure plus longtemps… L’équipe de 12 personnes sera de nouveau complète, à partir de cette semaine » se félicitait Tarkan Karasular, le patron, qui se livrait d’ailleurs  à quelques démonstrations  de flambée.  

    Le Steak House de Charleroi rouvrira 7 jours sur 7 de 11h à 23h, celui de Jumet de 18h à 23 h et de la Louvière de 11 h à 23 h.  Et un nouvel établissement, tenu par François Roosens, ouvrira ses portes bientôt au Centre commercial du Bultia de Gerpinnes, 64, rue Neuve, avec une grande terrasse de 300 m2.  JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • HORECA- Recommandations de l'échevine Babette Jandrain

    Une des mesures prises par le CNS d'hier quant à la réouverture de l'HoReCa est l'interdiction d'utiliser des menus qui vont de main en main.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • LES CAROLOS AURONT LEUR(S) MASQUE(S)

    jeannoelgillard.jpg

    Amis Carolos, les masques sont bien arrivés !

    Via le lien ci-dessous, vous pourrez obtenir toutes les informations nécessaires pour savoir Où et Quand vous pourrez recevoir vos masques.https://public.charleroi.be/masques/index.php…

    Pour les personnes âgées ou ayant du mal à se déplacer, n'hésitez pas à faire appel à la plateforme Charleroi Solidaire. 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • STAGE VIDEO AVEC FRED LEGRAND

    videos.jpg

     

    Deux jours pour apprendre à réaliser votre vidéo à partir de votre smartphone : c'est ces 18 et 19 août à la Maison-Presse de Charleroi, avec Frederic Legrand. Et hop, on s'inscrit !
    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • EDEN: Trois fois rien...

    ll y eut d’abord un choc, celui de l’arrêt brutal de toutes les activités. 
    Il y eut ensuite, le confinement et son décompte macabre. 
    Il y eut enfin des reprises, progressives…

    Fabrice Laurent, directeur de l'Eden 

    Et pendant ce temps, RIEN pour la culture si ce n'est l’assourdissant silence du vide.
    Jour après jour, semaine après semaine, nous attendions des nouvelles pour vous écrire, vous dire qu’on pense bien à vous et vous annoncer les modalités de reprise.

    En attendant, les équipes ont travaillé d’arrache-pied à l’élaboration d’une saison que l’on espère pouvoir vous dévoiler sous peu. Les contacts ont été pris, les confirmations se sont succédées… et toujours RIEN. Pas de perspectives, même lointaines, pour un déconfinement du secteur culturel.

    Alors, on s’est dit que, cette fois, on n’allait plus attendre, qu'on allait vous écrire pour vous dire qu’évidemment, on a très envie et hâte de vous retrouver mais pas dans n’importe quelles conditions, ni à n’importe quel prix.
     

    Si la relance de la vie culturelle doit être pensée et organisée dans la plus grande cohérence possible avec la reprise des autres aspects de la vie en société, elle doit aussi l’être en respect avec les équipes ainsi que tou·te·s les partenaires et artistes avec lesquel·le·s nous composons nos saisons. 
     

    Comment faire de la distanciation physique quand notre métier c’est le partage, le mélange et la proximité émotionnelle ? 
     

    Nous sommes prêt·e·s à nous réinventer, à évoluer et à trouver de nouvelles manières de faire ville ensemble avec vous. Mais pour cela, il nous faut un cadre, des perspectives, un horizon. Et à ce jour… toujours RIEN ! 
     En attendant que les autorités se décident à décider, nous continuons d’avancer dans l’espoir de vous retrouver prochainement !

    L'équipe de l'Eden

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire