Cultures - Evénements

  • COMEDIE CENTRALE- Ceci n'est pas une blonde avec Aurélie Machelart

    machelart1.jpg

    Tout au long de son spectacle, la comédienne carolo Aurélie Machelart tordra le cou à des idées reçues sur les blondes.

    «Ceci n’est pas une blonde» : ce titre est un petit clin d’œil au peintre surréaliste belge René Magritte !

    Aurélie Machelart fait évoluer son spectacle (écrit déjà il y a quelques années) au fil du temps. Formée au Conservatoire Royal de Mons, la comédienne carolo incarne Zélie, une sorte d’alter-égo. Ce personnage «fil rouge» l’accompagne sur scène depuis son enfance, en passant par son adolescence, jusqu’à l’âge adulte.                                  

    On y retrouve aussi une fille à l’accent carolo très prononcé, semblable à Stacy Star.

    Aurélie travestit sa voix et exprime une palette incroyable de mimiques et d’expressions corporelles.

    Le spectacle, qui débute comme un stand-up, se poursuit sous la forme d’un seul(e)-en scène, genre dans lequel la comédienne excelle, puisqu’elle a fait un master en technique de seul-en-scène. Différents tableaux se succèdent comme une caricature de Miss, les pétages de plomb de l'adolescence, les péripéties d'une institutrice peu commode,…

    «J’y dénonce aussi «star attitude», c’est-à dire tout le côté superficiel et pète-cul que l’on peut trouver chez une artiste qui a percé dans le show biz» signale Aurélie Machelart. «Je démontre aussi que les blondes ne sont pas des filles écervelées ( puisque j’en suis une !), que du contraire ! Il faut aller à l’encontre de ce type de préjugés». Le tout est porté par un texte de qualité aux notes tendres et savoureuses.

    «Ceci n’est pas une blonde » est à voir du 25 avril au 12 mai au Comédie Centrale, 33, rue du Grand Central à Charleroi. Tarifs : 20 à 10 €. Possibilités de réductions. Réservations : 07/ 30 50 30 - www.comediecentrale.com J.C.HERIN

    machelart2.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI Slumberland- Dédicaces de "Choc 3" par Eric Maltaite

    choc.jpg

    Eric Maltaite dédicaçait le troisième album de «Choc», personnage énigmatique apparu dans Tif et Tondu.

    Dans quelles circonstances Choc, l'un des plus méchants de la bande dessinée franco-belge, a-t-il été amené à se cacher le visage sous un mystérieux heaume, à fonder le gang de la Main blanche et à devenir un maître incontesté de la criminalité ? Scénarisé par Stephan Colman, le tome 3 des «Fantômes de Knightgrave», qui parcourt cinq décennies majeures du XXème siècle, signe la fin de la trilogie. L’album en couleur ainsi que l’intégrale des trois albums en noir et blanc étaient dédicacés à la libraire Slumberland par le dessinateur Eric Maltaite. Ce dernier a repris le personnage dessiné par son père Will et scénarisé par Rosy, dans la célèbre série Tif et Tondu, parue aux éditions Dupuis.  J

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • EDEN- Démarrage de l'Envol des Cités

    jakbrol1.JPG

    JakBrol

    Concours musical organisé par la province de Hainaut, la 14ème saison de l’Envol des Cités a démarré à l’Eden, samedi soir. Avec notamment le Carolo Théo Eloy du groupe JakBrol.

    jakbrol2.jpg

    JakBrol figure parmi les 6 groupes retenus cette année pour l’Envol des Cités. Samedi soir, le chanteur carolo Théo Eloy et le DJ Paolo Candido se produisaient à la Brasserie de l’Eden, avec 5 autres groupes belges:  Circus Café, Coline & Toitoine, Dha Khan, Doz Mendoz X Slim et Ocean Encounters. Dans des genres musicaux très différents: pop, soul, rock métal, folk, électro ou hip-hop.

    Un retour à la case départ, en quelque sorte, pour Marie Demoustier, régisseuse. «On est vraiment content de réinvestir les lieux, après quelques années d’absence». La soirée se terminait par la prestation du DJ Loyd. Cette édition est toujours consacrée à la découverte de jeunes artistes belges émergents. 182 candidats s’y sont inscrits. Puis 6 groupes ont été retenus sur 35 par un jury professionnel. Les musiciens ont reçu une formation comprenant différents modules : réflexion critique, ateliers (guitare, voix, basse),… Prochaine date: au Manège à Mons le 25 mai. Certains artistes ont percé, comme Mustii, Mochelan, Behind the Pines,…

    Clin d’œil à Charleroi

    Formé en mars 2017, dans une veine musicale que l’on pourrait qualifier de hip hop alternatif, le groupe JakBrol a remporté le prix du concours «Du F.dans le texte»2019 au Botanique et a enflammé le Centre Culturel bruxellois La Tour à Plomb pour «Paroles urbaines. Théo (24 ans) est né à Charleroi et a grandi à Marcinelle. Il s’est mis à la musique à l’âge de 9 ans. Tout a commencé sur les cordes d’une guitare acoustique. Pendant un temps, le musicien s’est essayé au jazz manouche. En 2014, Théo gagnait le championnat de Belgique de Slam et le Grand Prix de la Sabam lors du concours Imagine 2015. Parmi les titres du duo : «Promenade», « Gentils X Méchants»,  ou encore : « Ah, si je «serais» riche », un clin d’œil à Charleroi !JEAN-CLAUDE HERIN

    jakbrol3.JPG

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • FLEURUS: Sue Foley à la Bonne Source, le 5 mai

    suefolley.jpg

    Le dimanche 5 mai 2019 dès 20h30 
    En concert
    à la Bonne Source, 15 place Albert Ier - 6220 Fleurus
     

    Le premier album de Sue Foley, chanteuse et guitariste originaire de l’Ontario, avait provoqué un choc en 1992. « The Ice Queen », le seizième, est une tornade de blues.
    Née dans une famille de la classe ouvrière, elle reçoit sa première guitare à 13 ans et tâte au punk rock avant de découvrir le blues. A 18 ans, elle annonce « je vais jouer aussi bien que n’importe quel mec ». Repérée par Clifford Antone, elle descend à Austin et devient vite une artiste phare des célèbres club et label Antone’s sur lequel elle va sortir son premier opus « Young girl blues ». Cet album révèle déjà son jeu de guitare étonnamment expressif et une voix aux inflexions countrysantes avec une gouaille digne de Memphis Minnie.
    S'ensuivront des collaborations et premières parties qui laissent pantois comme par exemple BB King, Van Morrison, Joe Cocker, Nina Simone, Johnny Winter…
    Entre 2011 et 2015, Sue retourne à l’université et réfléchit à son art. Elle mène à terme un projet réhabilitant les femmes dans le blues (Guitar women).
    Début 2018, le label DixieFrog a la très bonne idée de sortir pour l’Europe son dernier album « The Ice Queen » sur lequel on retrouve trois guitaristes texans légendaires, Billy Gibbons (ZZ Top), Jimmie Vaughan et Charlie Sexton (Bob Dylan, Bruce Springsteen) aux côtés d’une Sue Foley au sommet de son art. Elle sera sur la scène de la Bonne Source en trio avec Leo Valvassori (bass/vocal) et Tom Bona (drums/vocal).

    www.suefoley.com
    <http://www.suefoley.com/>

    Attention ! Clôture des préventes le vendredi 26 avril  
    Paf : 14 euros / 12 euros en prévente
     

    Réservations/ infos : 071 820 301 – 0473 325 940
    fleurusculture@live.be
    - www.fleurusculture.be  

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Contes de Pâques au Théâtre Marignan

    contes1.jpg

    Pascal Baeyens et Jacky Druaux

    Les contes et légendes de Pâques ont ravi les petites têtes blondes pendant les congés. Mais il n’y a pas que de «sages» histoires…

    La terre s’est réveillée. Les œufs sont ramassés. Des légumes primeurs et de jolies fleurs sont disposées dans des paniers d’osier... Dans le hall rouge du Théâtre Marignan, la conteuse carolo Pascale Baeyens proposait «un petit bouquet de contes printaniers», avec la chatte Hortense, Satine, la souris,…ainsi qu’une initiation musicale avec des tas d’instruments de percussion, à une trentaine d’enfants de 6 à 12 ans et à leurs parents bien sûr (presque aussi nombreux qu’eux) !

    Quelques jours auparavant, c’est Raphaëlle Bouillon qui enchantait les 3 à 5 ans en les emmenant en contes et en musique au pays des petits lapins et des petites poules. Ces animations s’inscrivaient dans les cadre des «Contes et légendes de Pâques» proposés par la Maison du Conte de Charleroi. Cette ASBL organise des conteries pour tout public, des balades contées, des ateliers contes, des formations,… A noter : le 25 avril à 20h : des Contes à rire… bêtes et méchants, pour des histoires et des contes où l’humour et la fantaisie seront de la partie. Public : 16 ans et + Tarif : 8 €. Réservation : 0472/5914 09. maisonducontecharleroi@gmail.com

    contes3.JPG

    Pascale Baeyens

    contes2.JPG

    Une belle initiation musicale

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- Salvatore Gucciardo: "Le Voyageur intemporel"

    gucciardo1.jpg

                 «Je perçois l’être humain dans sa nudité intérieure»

    gucciardo2.jpg

    Salvatore Gucciardo signe un roman fantastique et initiatique :  «Le Voyage Intemporel». Depuis longtemps, cet artiste de Monceau-sur-Sambre est habité par des questions métaphysiques et cosmologiques.

    gucciardo3.jpg

    Fils de mineur -et avant-dernier d’une famille de 16 enfants !-, Salvatore Gucciardo est né à Agrigente (Sicile) en 1947. C’est à l’âge de 7 ans qu’il arrive en Belgique. Après avoir vécu à Charleroi et Jumet, il s’installe à  Monceau-sur-Sambre en 1978.

    Inspiré dès sa prime jeunesse par les toiles de Modigliani, et tout particulièrement le «Portrait de Haïm Soutine assis» (1916), ainsi que par les œuvres d’Arthur Rimbaud, Salvatore est porté autant sur la peinture que sur la littérature. «Il n’y a rien de plus beau et de plus fort que de mettre des images sur des mots et inversement » affirme-t-il.

    L’auteur est connu pour ses nombreuses expositions, dont la dernière remonte au Château de Cartier, ainsi que par ses ouvrages : « Lyrisme cosmique »,  «Anthologie de la Poésie Humaniste», «Méandres », …

    des noms symboliques

    Son dernier roman «Le Voyage intemporel» est construit comme un scénario de film. Renato Busso contemple une toile représentant un poulpe géant et une femme nue. Pris d’un malaise, le jeune narrateur se réveille dans un palais somptueux où d’immenses oiseaux soutiennent un plafond. Renato, surnommé Ini par les habitants du Royaume du Soleil, est accueilli par le monstre, appelé Seigneur Magni. Aux côtés du maître des lieux, figure la jeune fille du tableau. Docile et soumise, cette dernière est fascinée par le monstre. Le Seigneur Magni présente Era au jeune homme. Ebloui par sa beauté, Ini tombe amoureusement fou d’elle, et est guidé dans la découverte du Royaume du Soleil, fief de son père, le Tout Grand Ouros, qui règne en Dieu puissant et unique. S’ensuit une aventure passionnelle aux étranges péripéties…

    «Véritable parcours initiatique, «Le Voyageur intemporel » décrit l’homme dans sa nudité intérieure, quelle que soit la période où il vit. Les noms de mes personnages, issus d’une mythologie qui m’est propre, ont tous une symbolique particulière, par exemple Magni pour magnétisme  encore Ouros pour « Ouroboros »(en grec ancien), un dessin qui représente un serpent se mordant la queue » poursuit Salvatore. « Ce roman permettra aux lecteurs de percevoir ma vision cosmologique de l’art et de la vie, à travers des grandes thématiques comme l’essence humaine ou encore le mystère et le sens de la vie ». JCH

    gucciardo4.jpg

    Un tableau qui illustre bien son univers

    Le livre, au prix de 10 €, est publié aux éditions Chloé des Lys. Pour tous renseignements : gucciardo.salvatore@gmail.com

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR DU WEEK-END DU 12 AU 14 AVRIL

    adams.jpg

    Kev Adams au PBA, ce samedi !

    A une semaine du WE pascal, les animations de toutes sortes ne manquent pas à Charleroi et dans sa périphérie. Alors, pourquoi s’en priver ?

    Spectacle

    Qui plus que Kev Adams peut décrire avec justesse notre quotidien ? L’humoriste et comédien français s’offre au public (il adore ça !), lors d’un 3ème spectacle solo dans lequel il vous parle de tout : de sa famille, de sa carrière, des sujets les plus sensibles aux plus intimes. Le spectacle:«Sois 10 ans» (pour ses 10 ans de scène) sera joué le 13 avril à 20h au PBA, place du Manège à Charleroi. Prix : 45 à 35 €.Infos et réservations : 071/31 12 12. billetterie@pba.be

    Jeux/Compétition

    Ce week-end, le Dôme, 2, rue des Olympiades à Charleroi, accueille le «Charleroi Esport Tournament», pour un premier tournoi international majeur en Belgique de Counter Strike (sport électronique). 8 équipes parmi les meilleures du monde s’affronteront pour se partager un comprize de 100 000 €. Le 12 avril de 13h à 01h, les 13 et 14 avril de 12h à 02h. Pour toute info : esports@sporting-charleroi.be

    Familles/Contes

    Le Théâtre Marignan propose, le 13 avril, à 14h et à 16h, un « Petit bouquet de contes printaniers ». A écouter et savourer au Boulevard Tirou, 53, à Charleroi. 5 € par enfant, 1€ par accompagnant. Infos et réservations : 0472/59 14 09.

    Concert

    Soolking enflammera les platines du Room Club, le 13 avril, à partir de 22h30 pour un showcase exceptionnel, 5, rue de la Pépinière à Gosselies. Jusqu’à 6 heures du matin. Une nuit d’enfer ! Voir page Facebook.

    Salon /Marché

    Le Monde de Prunelle (accessoires pour adultes et enfants) et le Boudoir des Cocottes (institut de beauté classique sur Gozée) attendent le public, le 14 avril, de 10h30 à 17h, pour un Marché de Printemps. Le public y découvrira des nouveautés de printemps, des idées cadeaux, des gourmandises,… Avec des animations et la présence du Lapin de Pâques ! Ca se passera à la salle de la cafeteria du Hall Poylvalent de Thuin, Drève des Alliés,124 à Thuin. Infos au 0492/99.45.55 ou 0478/07.92.90

    cocottes.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • SAISON 2018-2019: Un record de spectacles à Charleroi et dans la périphérie !

    BILLET D'HUMEUR

    Pour cette saison 2018-2019, force est de constater que jamais autant de salles de spectacles n’auront tourné à plein régime à Charleroi et dans la périphérie, et cela dans des registres très variés : danse, théâtre, comédie, lyrique, musique, variétés, enfants,… Dommage que cette prise de conscience ne se fasse bien souvent qu’à l’échelle locale. A quand une couverture plus complète de la part de nos médias nationaux ?

    Au risque de faire baisser un peu la jauge des spectateurs dans les salles, l’offre a considérablement augmenté avec la réouverture du Théâtre Marignan, le retour de la troupe du Vaudeville à la Ruche Théâtre, les 5 créations de l’Ancre, la deuxième saison de Charleroi danse «nouvelle formule», du rire au Comédie Centrale, des concours (hip hop, Jean-Claude) et soirées à thèmes (Délices burlesques, Bal blanc) à l’Eden, des genres très variés comme la musique classique, l’opéra, la chanson, le cirque,…- sans oublier le festival Bis-Arts- au Palais des Beaux-Arts, de nombreux concerts et méga-shows au Rockerill, à l’Eden, au Dôme (anciennement Spiroudôme), où l’on annonce encore plus de soirées événementielles,…

    Soulignons aussi le travail remarquable des troupes 100% Carolos: Cabaret 2000 au Théâtre Marignan, Comédia 77, Dérisoir Prod, Chiche Théâtre, Théâtre 2000,… au Poche Théâtre (avec un changement de propriétaire), les Molières et Mocassins à Lodelinsart, avec leurs 5 spectacles annuels et la revue de fin d’année, le Théâtre aux Trois Coups à la Bouteillerie de Fontaine l’Evêque, Les Loufs à Mont-sur-Marchienne,…

    Le théâtre wallon ne fait pas défaut avec El Bwèsse à Téyâte, le Cercle Royal de Couillet, les Jweyeux Nordisses (Charleroi Nord-Monceau), les Disciples de Chénier (Gilly), l’Equipe ( Gerpinnes), L’Avenir ( Gosselies),… Les centres culturels proposent également une affiche très diversifiée. Qui oserait encore affirmer que Charleroi n’est pas une ville 100% culturelle ? J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI NORD- Une nouvelle ASBL "La Consoude" dans un ancien couvent !

    consoude1.JPG

    Dès le 27 avril, un «laboratoire» d’initiatives citoyennes prendra ses  quartiers dans l’ancien couvent des Sœurs de Saint-André. Bienvenue à l’ASBL « La Consoude » !

    La consoude est une jolie plante médicinale très utile au potager, aux mille vertus. C’est aussi le nom de la nouvelle ASBL, créée le 9 janvier, qui s’implantera à la rue Bethléem à Charleroi Nord. «Pour faire un jeu de mots, cette maison, c’est « là qu’on soude » de nouveaux liens. Nous souhaitons être une antenne/relais pour d’autres ASBL, et animer le quartier de Charleroi Nord » expliquent Estelle Fontaine et Emilie Nettelmann, coordinatrices.

    La première est psychologue dans le social et l’interculturel et s’occupera de la gestion administrative. La seconde, kinésithérapeute, a déjà installé son cabinet dans le bâtiment. L’équipe se compose également de Sophie Chielens, anthropologue, d’Elisabeth Speckstadt, licenciée en sciences politiques, et de Julien Baratucci, architecte.

    « Au départ, nous pensions établir un projet d’habitats groupés, mais à la suite du rachat du couvent par l’association «Habitat et Humanisme», nous nous sommes plutôt orientées vers un concept de «laboratoire» d’initiatives citoyennes » poursuivent Estelle et Emilie.

    salle de concert à la chapelle

    Parmi les pôles et activités proposés : pôle culturel, pôle paramédical et sportif, atelier à l’éveil du corps, jardin participatif,… Des travaux sont en cours de réalisation pour aménager les différents espaces. La chapelle sera d’ailleurs transformée en salle de concert.

    consoude3.jpg

    La chapelle... en salle de concert

    Les sœurs de Saint-André, qui occupaient les lieux, rejoindront la maison de repos de Soignies. C’est à leur initiative qu’en 1972, une nouvelle communauté s’était ouverte à Charleroi Nord, à la paroisse Saint Eloi.

    Très attentives aux gens du quartier, les Sœurs, généralement retraitées, faisaient l'accueil de nombreux groupes dans les vastes locaux.En 2002, la maison proche de l'école a été fermée, et toutes les sœurs ont été regroupées à la rue Bethléem. Une grande fête (concerts, animations, barbecue,…) sera organisée, le 27 avril à partir de 14h, pour l’ouverture de « La Consoude », à la rue Bethléem,36 à Charleroi Nord. Pour toute info : laconsoude@gmail.com  JEAN –CLAUDE HERIN

    consoude2.JPG

    Une nouvelle fresque

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • SPECTACLE- "Moi,Mais en Mieux" à la Ruche Théâtre jusqu'au 14 avril

    mieux.jpg

    Lavigne et son "seul" ami: Serge ( Jérôme Roose et Bruno Sauvage)

    Auteur dramatique français, à qui l'on doit notamment «Les Palmes de Monsieur Schutz», pour lequel il a reçu un Molière en 1990, Jean-Noël Fenwick fait partie de cette nouvelle génération d'agitateurs qui interpellent notre quotidien dans la bonne humeur et avec des mots qui fusent… Un autre de ses succès : «Moi, Mais en Mieux» est joué à la Ruche Théâtre, par cinq acteurs talentueux de Derisoir Prod.

    Bruno Sauvage, en tête de distribution, campe à merveille Vincent Lavigne, ingénieur chimiste ignoré par sa hiérarchie et qui invente une substance capable de corriger les «défauts» d'autrui. Cet «apprenti sorcier» s'administrera le breuvage pour tester sa découverte. Magali Smets, dans le rôle de Nadège, dévoile une interprétation de choc et de charme mettant quelque peu en difficulté le scientifique en prise avec ses problèmes existentiels. Frédéric Ratazzi est Philippon, bienveillant P-DG du laboratoire, Thomas Gomrée incarne Paul, un directeur de division méprisant et carriériste et Jérôme Roose se fond dans la peau de Serge, le collège et «seul» ami de Vincent.

    « Chaque tableau ( six en tout ) met en valeur une thématique offrant une clé de lecture particulière, notamment sur le profit, l’industrie, l’utilisation d’un produit pharmaceutique,... Je n’ai pas hésité à renforcer le caractère des personnages, pour leur donner plus de relief et, de fait, mieux analyser les rapports sociaux» signale Jérôme Roose, metteur en scène. «Cette pièce est une comédie, bien sûr, mais je lui ai apporté un maximum d’authenticitéLa médecine actuelle, par exemple, ne joue-t-elle pas souvent sur l’effet placebo pour améliorer le moral des patients ?»

    Le spectacle : « Moi, Mais en Mieux » est joué au Grenier de la Ruche Théâtre, 1, Avenue Meurée à Marcinelle, jusqu’au 14 avril, les je/ve/sa à 20h30 et le di/16h 30. Infos et réservations : 0476/87 46 80. Prix : 16 €- Prévente : 13 €. info@laruchetheatre.be   J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • Pas de Festival du Livre, cette année...

    Le "Festival du livre de Charleroi" 4e du nom… n’aura pas lieu !

    Le lieu, justement, Chez Raoul, n'est plus disponible. N'ayant pas trouvé un lieu adéquat, nous avons décidé de nous accorder du temps. Nous espérons que vous garderez quelques souvenirs des bons moments passés chez notre brave Raoul et tenons vraiment à vous remercier de nous avoir accompagnés dans cette chouette aventure.

    MAIS, nous vous préparons déjà un petit quelque chose pour début septembre !...

    https://www.editionsdubasson.com/home

    Joëlle et Etienne,
    Les Éditions du Basson.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI-Palais du Bas- De sacrées nanas en BD !

    femmeBD1.jpg

    Jeannette Pointu de Wasterlain: une héroïne bien de son temps...

    Les héros masculins ne sont pas (plus) les seuls à régner dans le monde de la BD franco-belge. Leurs collègues féminines se taillent aussi la part du lion !                

    «Si elles étaient sous-représentées (10% à peine) dans les œuvres de Hergé ou de E.P.Jacobs, les femmes se sont progressivement imposées aujourd’hui dans toutes les catégories : humour, aventure, fantastique, science fiction … Oubliée la femme potiche, cantonnée à des rôles secondaires !» s’exclame Ornella Cencig, galeriste.

    013.JPG

    Jean-Michel Filleul et Ornella Cencig, galeristes au Palais du Bas

    Et les exemples de nanas dans la BD ne manquent pas ! Bécassine, qui quitte sa Bretagne natale pour s’émanciper, Bianca Castafiore (elle fera l’objet d’un titre de Tintin alors qu’Haddock ne sera repris dans aucun !), Mademoiselle Jeanne, amoureuse de Gaston, Natacha et Yoko Tsuno, héroïnes à part entière dans le journal Spirou, Jeannette Pointu, journaliste aux prises avec des problèmes contemporains (guerre civile, trafic de drogue, corruption, malnutrition,…) et bien d’autres encore sont mises en valeur, au Palais du Bas, sous forme de figurines, d’objets divers, de dessins originaux, des sérigraphies, des tirages de tête,…                    

    femmeBD2.JPG

    Bécassine était jugée trop "patriote" pour les Allemands en 14-18

    femmeBD3.JPG

    Ah, je riiiiis... de me voir si belle...

    femmeBD4.JPG

    Gaston, Mademoiselle Jeanne,... font partie intégrante de l'univers de Franquin

    L’expo met également à l’honneur les héroïnes dans d’autres univers, telles Chihuahua Pearl dans Blueberry, Sky Doll, l’androïde esclave (manga), UCC Dolorès (héroïc fantasy),…

    A noter : l’expo : «Et Milo (Manara) créa Bardot » à partir du 11 mai jusque fin mai. Le 19 mai : défilé de mode hommes.  8 juin : exposition d’Aurélie Quentin, artiste de la Réunion. 15 juin : Walthéry en dédicace pour «L’Epervier bleu» (tirage de tête de l’album 22 de Natacha) chez Khani éditions. L’expo sur les Femmes dans la BD se poursuit jusque fin juin, au Palais du Bas, 27, rue de Marcinelle à Charleroi. Pour tout contact : 0495/910135. Facebook : chez jeanmichel.net- ( Jean-Michel Filleul) ornella@filleulgalerie.be

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 1 commentaire
  • LIVRES- Robert Arcq: 2 récits d'animaux... en wallon carolo

    arcq.JPG

    Pierre Arcq nous montre les deux livres illustrés par son père

    «Gustin, èl lapin Pècheû» et «Amoûr, el Tchuvô Tamboureû», deux livres illustrés en 1988 par Robert Arcq, viennent de faire l’objet d’une édition définitive aux éditions du Bourdon. La mise en couleurs a été confiée à  Jacques Raes.

    arcq1.jpg

    Une planche extraite de "Amoûr"

    «J’éprouve beaucoup de plaisir à (re) parcourir tous ces récits en wallon pour enfants, où mon père apportait tout son humour et sa truculence » souligne Pierre, l’historien du Tour de la Madeleine à Jumet. Robert Arcq est né à Jumet en 1925. Après des études en archéologie et en histoire de l’art à L’Université Catholique de Louvain, il a mené une fructueuse carrière d’enseignant au Collège technique des Aumôniers du Travail à Charleroi.

    Homme de terrain, il ne manquait pas de participer aux activités de l’Association littéraire wallonne de Charleroi dont il était vice-président,et de la Société de Langue et de Littérature wallonne de Charleroi, qui l’avait élu membre titulaire. Il possédait aussi un remarquable talent d’illustrateur.            

    Le dessin a toujours été une de ses passions : à la fin des années 40, comme beaucoup d’autres artistes, il s’essaie au dessin animé en s’inspirant des longs métrages de Walt Disney.

    amour pour les gens de chez nous

    arcq3.jpg

    Robert Arcq

    Etudiant en Histoire à Louvain, il illustre plusieurs livrets pour des cercles universitaires, dans le style des enlumineurs du Moyen Age, sa période de prédilection. Il se lancera également dans le vitrail, en réalisant ses propres cartons. Plus tard, il profitera de ce don pour enrichir la majorité de ses propres écrits en wallon, et notamment ses calendriers aux aphorismes tout empreints de l’humour absurde typiquement jumétois, calendriers qu’il fit paraître de 1982 à son décès en 1994.

    «Que ce soit en matière d’histoire locale, d’ethnographie, de poésie ou de prose, Robert n’aura de cesse de témoigner de son amour pour les gens de chez nous et pour tout leur héritage ancestral» note Jean-Luc Fauconnier, linguiste et écrivain wallon. Les deux ouvrages sont vendus au prix de 20 €. Pour tous contacts : El Mojô dès Walons : 071/643 123. info@el-mojo.be   J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • THEATRE MARIGNAN: "La femme de chez Maxim" jusqu'au 7 avril

    Maxim.jpg

    Elise Maroquin, «La Môme Crevette» a de qui tenir puisqu’elle est l'arrière- petite-fille du chansonnier wallon Bob Dechamps ! Dans la peau d’une danseuse au Moulin Rouge, la jeune fille est époustouflante tant par son franc parler que par son jeu, aux côtés de Luigi Di Giovanni ( Petypon), Michelle Vercammen (Madame Petypon), Vincent Kerkhofs (Général Petypon du Grelé), Georges Volral (Mongicourt), Jacky Druaux ( l’Abbé),…

    L’intrigue : Petypon a trop fait la noce la veille chez Maxim et, en se réveillant avec une terrible gueule de bois, il découvre dans son lit la môme Crevette. Et voilà qu'arrive Mme Petypon... Cette dernière, très superstitieuse, croit aux apparitions et aux esprits. La môme Crevette, pour sauver la face du mari, lui apparaît en séraphin. Arrive alors l’oncle à héritage, le Général du Grêlé,  qui prend la Môme Crevette pour la femme de son neveu, Gabrielle Petypon… Improbable ? Certes, mais ce joyeux imbroglio fait justement partie du charme de ce pur vaudeville. Chaque nouveau personnage apporte son lot de délires et de complications. Mais derrière l’amusement, Georges Feydeau, féroce dramaturge, s’en donne à cœur joie pour critiquer ses contemporains et leur attachement aux apparences.

    clin d’œil à Offenbach

    Feydeau s’attaque aussi bien à la discrimination sociale à travers le personnage de la Môme Crevette dont le franc parler dérange, qu’à l’adhésion aveugle de la petite bourgeoisie de province aux modes parisiennes. Lors des préparatifs du mariage de la nièce du général, les dames de la petite ville où se passe la fête vont se ridiculiser, pour le plus grand plaisir de spectateurs, en reproduisant tout ce que fait la Môme sous prétexte qu’elle arrive de la capitale.

    « Avec Jean-Charles Gosseries, qui a imaginé le décor, nous avons voulu garder le dynamisme de la pièce en concentrant les actions burlesques et le comique de situation typique de Feydeau. Les personnages sont pris dans le tourbillon de leur mensonge ou de leur fantasme pour le plaisir des spectateurs. Sans oublier le clin d'oeil à l'opérette avec les musiques de Jacques Offenbach » signale Jacky Druaux, metteur en scène.

    «La Dame de chez Maxim» est à voir jusqu’au 7 avril au Théâtre Marignan, boulevard Tirou, 53, les je/ve/sa à 20h30 et les di/16h30. Prix : 17 à 13 €. Infos et réservations : 0495/10 24 14. J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • SPECTACLE: "Mon meilleur ami" au Comédie Centrale jusqu'au 7 avril

    045.JPG

                                               Être fidèle en amitié est une qualité. Trop, un défaut ! photo: J.C.Hérin

    Bernard et Philippe sont les meilleurs amis du monde. Bernard, marié et infidèle, demande à Philippe de couvrir ses incartades... Début d'un engrenage infernal pour le pauvre Philippe dont le meilleur copain a l'amitié plutôt abusive !

    049.JPG

    De prime abord, cette comédie pourrait apparaître comme un classique du théâtre de boulevard mettant en scène le trio traditionnel du mari, de la femme et la maîtresse ; trio épaulé par le bon copain venant faire office de « fusible » pour sauver une situation désespérée.

    Voici une critique d'Anthony Marty

    " Mais les enjeux sont ici plus subtils et les relations humaines finement décortiquées. De ce point de départ apparemment connu, Eric Assous va développer une mécanique d’une efficacité comique et dramaturgique redoutable qui va s’emballer au point d’échapper à tous les personnages, pour le plus grand plaisir du spectateur.

    Cette pièce prend, en outre, un relief particulier. En effet, si les rapports conjugaux et amicaux restent intemporels, Eric Assous se plait à les mêler, en provoquant ainsi des situations cocasses, qui s’enchaînent au fur et à mesure de répliques ciselées. Par le prisme de la comédie, Mon meilleur copain s’empare du couple, en tant que phénomène sociologique, pour dénoncer des problématiques éternelles auxquelles chacun de nous peut être confronté à un moment ou à un autre de son existence. L’écriture brillante d’Eric Assous parle à tous.

    En envisageant une distribution quelque peu rajeunie, l’objectif est de coller davantage à l'intention première de l'auteur et de s’adresser à un public encore plus large qui va des jeunes jusqu’aux seniors. Le propos de l’auteur, porté par ces adultes dans la force de l’âge, n’en a que plus de force et prend un goût encore plus savoureux.

    La mise en scène se doit donc d’être au service de ce texte fort, avec une direction d’acteurs précise. Ma démarche s’inscrit, dès lors, dans un respect de l’auteur.   Anthony Marty

    A voir jusqu'au 7 avril au Comédie Centrale, 33, rue du Grand Central à Charleroi . Infos et réservations: 071/30 50 30.

    Réservatons: DU LUNDI AU VENDREDI DE 09H30 À 18H00

    Avec Antoine Vandenberghe, Jean-Paul Clerbois, Cécile Florin, Mélanie Robin, Aurélie Machelart.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire