Cultures - Evénements

  • RISK MARCHES ENTRE-SAMBRE-ET-MEUSE: SORTIE EN 2021 !

    risk.jpg

    La crise sanitaire retarde la sortie du « Risk » des marches de l’Entre-Sambre et Meuse.  Il manque encore 271 commandes pour que la boite de jeu puisse sortir en 2021. Un appel est donc lancé aux amateurs !

    Sans marche ni procession organisées, les marcheurs et les sympathisants des marches de l’Entre-Sambre auront vécu une année 2020 bien triste…

    Effet corollaire du Coronavirus : à cause des annulations successives de ces manifestations folkloriques, François Damay, Laurent Damay, Nicolas Bohain et Jean-Ghil Honorez, les 4 initiateurs du « Risk » Entre-Sambre-et-Meuse, ont rencontré plus de difficultés pour faire connaître leur jeu et pour le diffuser.  

    Un petit rappel s’impose.  Passionnés par le folklore local et également grands fans de ce jeu mythique de stratégie, les amis, également marcheurs, ont réuni ces deux passions pour lancer ce concept innovant. Pour ce faire, ils ont veillé à ne pas dénaturer le jeu d’origine, en conservant le même nombre de territoires,  en transposant la carte originale en carte de l’Entre-Sambre-et-Meuse,  tout en gardant le même gameplay et les mêmes difficultés d’accession d’une région à l’autre. Après de multiples tests, deux règles ont été ajoutées comme la protection du tambour ou « le pas de charge », qui permet d’ajouter des régiments lors d’une attaque.

    On avance !

    Même si le lancement du jeu avait été prévu lors du premier confinement, François, Laurent, Nicolas et Jean-Ghil gardent le moral. Objectif visé : récolter une somme nécessaire à l’envoi de la commande chez Hasbro.                                 

    « Si nous rassemblons 271 précommandes, ce sera parfait » note François Damay.  « Déjà, nous sommes hyper contents des gens qui nous soutiennent,  la presse, les marcheurs, les communes, les sympathisants, etc ... Finalement, c’est grâce à toute cette belle énergie qu’on avance et qu’on va y arriver. Dans notre dernière grosse publication, nous avons lancé l’idée de nous adjoindre quelqu’un qui pourrait investir dans le lancement du processus, nous soutenir en attendant de vendre les jeux, et qui serait ouvert pour accélérer les choses ». Notons qu’une réduction de 5 (sur 58 ) sera octroyée sur les 21 prochains jeux commandés en utilisant le code RISK2021.  Voir site www.risk-esm.be

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MEDIA- Une quatrième participation pour Fabienne de Mt le Tilleul au Grand Slam, ce dimanche!

    fabiennebonni.jpg

    Deux Belges seront à nouveau en compétition, ce dimanche, sur France 3, dont Fabienne Bonni de Montigny-le-Tilleul.  

    Elle est à la fois très rapide et perspicace pour placer des mots dans une grille ! Après avoir remporté 4 victoires, au jeu télévisé « Slam » (version quotidienne) en septembre 2020,  Fabienne Bonni concourt  à présent dans le Grand Slam, une version pour les grands champions ! Cette fois, la candidate souriante de Montigny-le-Tilleul recroise le chemin de Renaud, un compatriote namurois.  Ce dernier va-t-il encore mettre fin à son parcours ?  Réponse ce 17 janvier à 18h sur France 3. «  En tout cas, j'ai à nouveau passé des moments inoubliables avec une très chouette équipe, dont la bienveillance est vraiment le maître mot.  J’ai  fait de très belles rencontres, notamment Melody, que j'ai affrontée lors de ma deuxième participation. C'est une jeune femme géniale ! Et grâce aux réseaux sociaux on peut rester en contact » souligne-t-elle. «  Contrairement aux émissions quotidiennes, j'ai trouvé le Grand Slam plus intense et plus fatigant... Plus stressant aussi. Il faut dire que les autres candidats sont de redoutables adversaires !  Je crois qu'on se met une pression supplémentaire parce que les autres candidats ne sont pas des inconnus et qu'on connaît leur parcours. C'est une expérience unique et en même temps un vrai bol d'oxygène en cette période Covid. »  J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CD ET LIVRE- Olivier Terwagne: "Ephémérides" et "Momentanément absent"

    oterwagne1.jpg

    photo Laurent Nemeghaire

    Olivier Terwagne, auteur/musicien/interprète originaire de Chimay  et Couvin, actuellement résident à Charleroi, sort : « Ephémérides » et  « Momentanément absent » (Editions Traverse). Points communs entre les deux œuvres ? L’Histoire et la mémoire.

    oterwagne3.jpg

    photo Crédit: Louis Jacques 

    Lorsqu’il ne compose pas des mélodies ou interprète ses chansons, Olivier Terwagne enseigne l’Histoire à l’Institut Notre-Dame de Loverval.  L’importance de l’Histoire et de la mémoire rejaillissent d’ailleurs dans ses œuvres musicales et littéraires. « Ces notions entrent souvent  en tension.                    

    La première parce qu’elle a pour objectif d’approcher la connaissance des vérités basées sur des faits, la seconde parce qu’elle s’attache entre autres à la reconnaissance d'identités blessées » fait-il remarquer.  Dans son nouveau recueil de textes : « Momentanément absent », l’auteur s’interroge sur l’incapacité de l’homme  à se fixer, ainsi que sur la notion de propriété, de racines, de deuil. 

    «  Mon livre s’ouvre sur un déménagement. D’une fois à l’autre, on traîne des objets dans des caisses, qui nous ramènent à des gens, des sentiments, des relations non clôturées… On peut aussi « déménager de soi » par peur des lieux communs, et s'accrocher aussi à des mensonges qui rassurent comme autant de fake news ».

    CD disponible sur les plateformes

    Composé de pièces pour piano : «  Terrasse de café à Rome au mois d’août »,  «  Lettres nocturnes sur la mer », «  Héloïse et Abélard »,… le CD « Ephémérides » peut être écouté en parallèle du roman. La bande sonore voyage entre passé et présent. «  La nécessité de ralentir et de travailler le rapport à la vérité se font sentir dans un monde où l’on peut sembler être dépassé par un processus d'accélération et dominé par la technique » poursuit-il. A chaque livre acheté disponible en librairie, l'artiste peut envoyer les morceaux piano gratuitement. La lectrice ou le lecteur devra simplement poster la couverture du livre sur les réseaux, l'envoyer à l'auteur à info@olivierterwagne.be et recevoir ensuite les huit morceaux par mail avec deux titres en plus. « Ephémérides » est disponible sur les plateformes (Spotify).  « Momentanément absent » (Editions Traverse/Couleurs Livre) en librairie dès le 31 janvier 2021. JEAN-CLAUDE HERIN

    oterwagne4.png

    photo Laurent Nemeghaire

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • PLUS PETIT THEATRE DU MONDE- Pont-à-Celles: une croque-mort dans le salon !

    bobjesus.jpg

    "Bob Jésus": un croque-mort raconte l'histoire de sa famille depuis 5 générations - Crédit: PPTDM 

    Les salles de spectacles pourront-elles rouvrir cette saison encore, si les mesures sanitaires s’assouplissent ? Didier Gesquière, directeur du Plus Petit Théâtre du Monde, y croit dur comme fer… Quelques dates ont été programmées en mai-juin.  Croisons les doigts !

    En 2015, Didier Gesquière et Céline Charlier inauguraient Le Plus Petit Théâtre du Monde.  Le concept était innovant : accueillir les artistes à  leur domicile, au 11, rue Larmoulin. Comme l’illustre l’appellation de leur théâtre, le nombre de places est limité à 25 debout et à 17-18 assises.

    « Très rapidement, les spectateurs nous ont fait confiance et nous ont suivis dans notre démarche artistique. Dans l’espace de notre living/salon, des personnalités comme Marka, Eric Boschman,  Mister Cover,…ont installé un rapport chaleureux et de proximité avec le public »  signale le directeur. 

    Malheureusement,  la saison 19-20 a été compromise par l’intrusion du Coronavirus. «  En été et fin septembre, nous avons pu quand même ouvrir notre jardin,  afin de respecter au mieux les règles de distanciation sociale. La cuisine a même été investie par les artistes eux-mêmes pour agrandir l’espace scénique ! » fait remarquer Didier Gesquière. «  Mais suite à la « kermesse du grand bazar sanitaire », les spectacles ont été de nouveau reportés, depuis octobre. Mais pas annulés ! »

    Programmation en mai-juin

    A l’instar des salles madrilènes, qui restent ouvertes actuellement malgré le confinement,  les salles belges pourront-elles se relever ?

    « On garde la tête haute et un moral de vainqueur... On verra bientôt si l'Art, celui que nous proposons avec des artistes en vrai, n'est pas essentiel ! » poursuit Didier.                 

    Une programmation a été établie pour les mois de mai et juin.  A commencer, le 30 mai à 15h, par la projection de « Rock And Roll Isn't Only Rock And Roll ». Entre clichés et vraie façon d'exister, les cinéastes Céline Charlier et Didier Gesquière ont aventuré une caméra fureteuse pour tordre dans tous les sens ce que véhicule le mot « rock ».  Ensuite,  du 6 au 8 mai à 21h, «  Bob Jésus », un spectacle théâtral dans lequel Didier Gesquière campe un croque-mort, le dernier d’une lignée de 5 générations ! Avec de nouvelles créations visuelles et sonores de Céline Charlier. Le 5 juin à 20h, concert de Micro B.  Le musicien Benjamin prévoit du tout neuf - qu’il interprétera pour la première fois - des inédits en construction pour un disque et les morceaux de son EP 2019, le majestueux « We were there ». Et le 6 juin à 15h : un quiz 100% belge !  Infos et réservations : 0478 65 91 92. productions@cabotandco.be

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- Les bons mots de Bernard Suin

    suin.jpg

    « Dé-lis dé-criture » est un véritable régal linguistique. L’homme de spectacle et auteur carolo Bernard Suin s’en donne à coeur joie pour détourner les mots ou faire part de ses réflexions sur le monde qui l’entoure.

    « Maintenir la paix n’est guerre facile », « La pluie s’arrête quand elle n’en pleut plus », « L’anorexie conduit à se retrouver avec son baise-personne»,  « La maison de retraite est le lieu où on laisse la pension en famille», «  Facebook développe la capacité d’être en désaccord avec les autres », «  Le système, soit tu le combats, soit tu fais avec, soit tu le contournes »,…                 

    Dans son dernier ouvrage « Dé-lis dé-criture», Bernard Suin fait se bousculer textes (qui font rire et/ou font réfléchir), aphorismes, jeux de mots,  et autres calembours.  « Ce livre se mange sans faim, se regarde, se dé-vore… Le lecteur y  reviendra souvent, la nuit même peut-être, pour en reprendre une tranche  en cachette » signale l’humoriste.

    Textes et illustrations

     L’idée de ce livre lui est venue en collectant des bouts de papier qu’il colle à son ordinateur. «  Je reste rarement plusieurs jours sans qu’une idée me passe par la tête ! » fait-il remarquer.  Notons que l’auteur a apporté un soin tout particulier aux illustrations (en couleurs) et à la qualité du papier (glacé). Quelques photos lui  rappellent aussi de bons moments. Aujourd’hui, Bernard Suin a recommencé à compiler de nouvelles phrases dans un prochain ouvrage où il constituera un dossier textes et un dossier images.  Humoriste, dramaturge, comédien, musicien, Bernard Suin a été le directeur du Poche Théâtre de 2000 à 2019. Il a écrit aussi de nombreux spectacles. « Dé-lis dé-criture » : Prix : 15 €.  Pour tout contact : bsuin@me.com  Tél.: 495 207 209.
    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- "L"apprenti guérisseur" de Cédric Quinaut: "Mon héros n'a rien d'un guerrier" !

    exa.jpg

    Analyste au FOREM de profession, Cédric Quinaut explore le monde d’Exa dans « L’apprenti guérisseur ».  Trois Cités portent la toile de fond de cette fresque fantastique. Un seigneur sombre, d’une lignée presqu’éteinte, convoite ces terres illuminées.  La suite dans le roman… Rencontre avec ce sympathique Courcellois de 38 ans qui en est l’auteur.           

    -Cédric Quinaut, pourquoi vous êtes vous lancé dans un roman d’héroïc fantasy ?

    C.Q.  Je suis un grand admirateur de Tolkien (« Le Seigneur des Anneaux ») et de son univers. Débordant d’imagination moi-même, j’ai toujours aimé créer mes propres lieux.  En l’occurrence, dans mon premier roman, j’emmène le lecteur dans trois Cités. La première est Ventaures, baptisée « La Cité des Arcades ». Sa forme lui confère une organisation optimale et un équilibre urbain. Ensuite Cabeelst : cette Cité du Nord offre un charme rare et incomparable. Son histoire a traversé les récits des poètes et des conteurs. Et enfin Jacan, une cité tout en longueur, perchée sur les hauteurs d’Exa. Son passé militaire confirme les bases de la Cité. Tous ces lieux m’ont été inspirés par mes voyages en Aveyron.

    Les vestiges du XIIIème-XIVème siècle y montrent un état de conservation extraordinaire.

    -Vous teniez à mettre en exergue l’aspect humaniste de votre héros.

    C.Q. : Tout à fait. Dans la plupart des récits d’héroïc fantasy, l’aspect guerrier prime.  Ici, c’est tout le contraire. Je ne voulais pas exalter les exploits d’un super héros. Mon personnage principal, Ezerli, dont la mission est de maintenir la sécurité d’Exa, est un guérisseur.  Altruiste, il est entouré, entre autres, de sa collègue Dycii, d’un compagnon volatile, d’un homme-arbre (Le Feuillard),… Il a la capacité de réfléchir, de prendre du recul, de calmer certaines ardeurs.  Je suis moi-même professeur de méditation. Le confinement m’a permis aussi plus d’intériorisation. Je parsème d’ailleurs le récit d’écritures népalaises.

    - Un autre roman en préparation ?

    C.Q. :  Oui, je prévois 4 à 5 tomes des « Protecteurs d’Exa ». Le premier peut constituer un récit à lui tout seul, mais j’ai envie de continuer d’animer les personnages - ils sont plus d’une trentaine! - et de donner d’autres directions à l’intrigue. L’écriture est devenue vraiment une passion : j’y travaille tous les jours. Je pourrais aussi m’atteler à un roman de science-fiction ou à un roman plus traditionnel.

    - Auteur, vous avez également d’autres cordes à votre arc…

    C.Q. : En effet, j’ai été joueur et entraîneur de basket à Courcelles et au Spirou Basket Jeunes. Je pratique le jiu-jitsu. Je suis instructeur d’un club  de sabre-laser à Courcelles. Je suis aussi un adepte du Cosplay, et je fais partie de la 501èmeLégion à Mons.  Fan de Star Wars, je me suis mis récemment dans la peau du Grand Amiral Thrawn,  poursuivi par Ahsoka Tano dans «  The Mandalorian ». C’était pour moi un réel plaisir de jouer ce personnage redoutable !

    exa2.jpg

    « Les protecteurs d’Exa ». Tome 1 : « L’apprenti guérisseur » par Cédric Quinaut. 407 pages. Couverture : Philippe Hanotiaux. Le Livre en papier. 18,75 . www.publier-un-livre.com cedric.quinaut@yahoo.fr

    PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MONCEAU: Une Wallo-Mobile pour les résidents de la Maison de repos

    chansonswallonnes9.jpg

    chansonswallonnes2.jpg

    Une remorque transformée en scène itinérante a fait le tour des maisons de retraite du CPAS de Charleroi, samedi et dimanche. Belle collaboration entre l’Eden et El Bwèsse à Tèyate.           

    Le froid était bien piquant, certes, mais la météo n’a pas empêché les chanteurs d’El Bwèsse à Tèyâte de réchauffer les cœurs d’un millier de résidents dans les 9 maisons de repos du CPAS de Charleroi.  A bord d’une Wallo Mobile,  8 artistes ont offert un spectacle composé de chansons wallonnes avec des airs très connus et entêtants, comme : « Sacrè Châlèrwè », «In gros satchot d’friches » « El pèquet », « Bisous m’chou »,  «  Djwèyeu Noé è boune Année »,…

    chansonswallonnes3.jpg

    La tournée démarrait à la résidence Bughin-Durant à Monceau-sur-Sambre pour se terminer dimanche à No p’tit Nid à Gilly. Si les chanteurs étaient bien costumés et déguisés en Père Noël et en lutins, on regrettera cependant le peu de décorations sur la remorque plateau : la magie manquait un peu…

    D’autres initiatives à l’attention des résidents ont déjà été prises : des cartes postales ont été envoyées par 300 agents  du CPAS, des cartes de vœux ont été filmées sur la scène du Marignan, une émission de Télésambre a pu être up-gravée sur le thème d’un repas de fête,… « Le confinement, depuis mars, est vécu très durement par les résidents. Nous sommes vraiment contents de pouvoir leur offrir un peu de joie et de bonne humeur pendant les fêtes de fin d'année » signalait  Didier Neirynck, chargé de communication au CPAS de Charleroi. 

    J.C.HERIN

    chansonswallonnes4.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LA RUCHE THEATRE- Appel à la solidarité

    solidarite.jpg

    APPEL Á LA SOLIDARITÉ

    Chers amis de La Ruche Théâtre,
    Nous tenons à vous remercier pour toutes les marques de sympathie reçues ces derniers jours.

    La Ruche Théâtre Royal de Charleroi devra fermer ses portes d’ici quelques semaines, si aucune aide financière de la part des autorités ne nous est octroyée et ce malgré l'aide reçue lors de la première vague par la FWB, La Ville de Charleroi et notre plateforme Divervtiscènes.

    Une autre solution pour nous de trouver les moyens de nous en sortir, est de vendre un maximum d'abonnement Pass Partout*. Nous espérons sincèrement pouvoir compter sur vous tous afin que nous puissions sauver la Ruche. *https://laruchetheatre.be/pass-partout.html

    1000 Pass Partout à 40€ ou 500 à 80€ doivent être vendus.

    Combien de Pass seriez-vous prêt à acheter soit personnellement, soit via votre société? En sachant que vous recevrez une facture que vous pourrez porter en frais.

    Les Pass n’ont pas de limite de durée dans le temps et restent valables peu importe la date de reprise des spectacles.
    Ils ne sont pas nominatifs et peuvent donc être utilisés à plusieurs.

     Vous pouvez les offrir soit à vos proches, soit auprès d’associations ou de personnes dans le besoin, un cabinet de médecins, pharmaciens... pour les remercier de ce qu’ils font durant cette période.

     Ils seront livrés dans de petites pochettes personnalisées afin de les suspendre à votre sapin 

     N'hésitez pas à nous contacter au 0473/ 39 00 82 pour plus d'informations.
    Pour le versement des Pass Partout BE73 3631 5162 2760 avec en communication Pass Solidarité

    Mille Mercis à tous 
    L'équipe de La Ruche Théâtre Royal

    Pochettes imprimées par 
    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • ART- Le BPS 22 rouvre ses portes

    ludd2.jpg

    Le monde de Ludd

    Prolongées jusqu’au 24 janvier, les expos : « La colère de Ludd » et « Merci, facteur ! » du carolo Thierry Tillier sont de nouveau accessibles au BPS 22. A voir également une nouvelle expo : « Surprise ! », ainsi que « Dedans et dehors…!? » (sur le confinement) au Petit Musée.  

    Encore fortement impacté par la Covid-19, le monde culturel commence toutefois à revivre, petit à petit. Ainsi, le BPS 22 rouvre ses portes.                  

    «  La réouverture des musées nous redonne de l’optimisme. Avec une jauge limitée à 60 personnes et des espaces hauts et spacieux (30 mètres de haut et 1000 m2 dans la grande halle et 800 m2 dans la salle Dupont),  nous respectons aisément les mesures sanitaires » note Sophie Jansseune, assistante du directeur Pierre-Olivier Rollin.  « Le public sera ravi de (re)découvrir des collections dans des styles très variés et dans des univers  tantôt graves, tantôt plus légers ». Le musée prolonge  « La Colère de Ludd », titre emprunté à un livre de Julius Van Daal.

    Cette expo rassemble une quarantaine d’œuvres récemment acquises par la Province de Hainaut et, pour la plupart, encore jamais exposées au musée. De manière poétique, romantique, et même politique, plusieurs d’entre elles montrent que « la dépossession ne vient pas toujours de l’autre, mais peut être également ce qui nous définit ».

    ludd1.jpg

    Sophie Jansseune 

    Art Mailing avec Thierry Tillier

    A voir également « Merci, Facteur » du carolo Thierry Tillier. Le plasticien carolo, né en 1954, est une figure centrale du mail art. Ce courant a vu, pendant de nombreuses années, des artistes connus ou non, s’échanger des « œuvres » par voie postale. Il peut s’agir de lettres, d’interventions sur les enveloppes, sur les messages, sur la  notification des adresses,…

    ludd5.jpg

    Les oeuvres du carolo Thierry Tillier 

    Une nouvelle expo s’installe jusqu’au 34 janvier : « Surprise » !  Elle regroupe des œuvres d’étudiants et artistes, formés dans l’atelier du plasticien multidisciplinaire Jean-François Octave, après 33 ans à la tête de l’IDM (Atelier Images dans le milieu), ainsi qu’une sélection de peintures sur iphone. 

    Jusqu’au 16 avril, le Petit Musée propose « Dedans et Dehors.. !? », une expo (à hauteur du regard des enfants) faisant écho à la période du confinement.

    Le BPS proposera aussi trois journées de stages, les 22, 23 et 29 décembre. Les enfants peuvent recevoir des enveloppes contenant des fiches d’activités, avant la visite dans le musée. 400 d’entre elles ont déjà été envoyées. Expos jusqu’au 24 janvier 2021. Pour tout contact : www.bps22.be   Téléphone : 071/27 29 71.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHANSON- Bientôt un nouveau clip des Motivés

    motives.jpg

    Un clip sur « Les Mains d’or » en voie de réalisation

    Un teaser a été lancé par la chorale des Motivés. Le tournage du clip entier reste en attente...

    motives1.jpg

    Pendant la première période de confinement, la Chorale « Les Motivés » a adapté et enregistré (avec l'accord de l'artiste) une chanson de Bernard Lavilliers : « Les Mains d'or »,  dans le répertoire de l’ensemble vocal depuis les débuts. 

    Le texte dénonce le manque de culture ressenti par les citoyens.  Le comité, avec les deux chefs de chœur, a, dans un premier temps, réécrit les paroles de la chanson. Ensuite, entre les deux confinements, un enregistrement individuel de quarante choristes a été effectué puis monté par le chef de chœur Olivier Bilquin. Un scénario a été écrit pour la réalisation d'un clip.

    « Malheureusement, à cause de la deuxième vague de la Covid-19, nous avons dû reporter cette dernière étape jusqu’au prochain déconfinement » signale Françoise Farcy, secrétaire. « Il nous reste à  finaliser le côté visuel grâce au vidéaste Laurent Avaux et à tous les choristes. En attendant, nous lançons un teaser réalisé par notre autre chef de choeur, Emilie Van Laethem, avec l'enregistrement sonore, des photos de choristes et de lieux culturels désertés par leur public ».

    à but social

    Cette chorale citoyenne et engagée de la région de Charleroi se compose d'une soixantaine de personnes venant de tous les horizons  socio-économiques et culturels, fortes de leurs différences et rassemblées dans un seul but : chanter une société plus solidaire, plus équitable, plus tolérante et vivre ces valeurs entre elles.

    « Nous existons depuis 2011 et travaillons par projets, afin de permettre à des personnes qui n'en ont pas l'occasion de s'exprimer et de monter sur scène. Nous sommes en lien, par exemple, avec Fédasil, des femmes de la rue, des personnes en processus de réinsertion sociale, des enfants placés par le juge,... » précise Marc Durieux, président. Pour toute info : 0475/977560 ou à l'adresse mail : cramrieuxdu@gmail.com https://www.youtube.com/watch?v=bcC_ybcx4nQ&feature=youtu.be

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI: Jusqu'au 12 décembre, une librairie éphémère au Passage de la Bourse

    ephemère2.jpg

                          Une librairie pour « déguster » de la littérature !

    ephémère1.jpg

    Jusqu’au 12 décembre, la librairie « éphémère » du Basson est installée au Passage de la Bourse. L’inauguration avait lieu ce week-end.

    Grâce au léger assouplissement des mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire, Etienne Vanden Dooren et Joëlle Fensie ont pu mettre sur pied une librairie éphémère.  Ce week-end, il y avait du monde… Les auteurs se livraient à des séances de dédicaces. Mais attention, pas question d’accueillir plus de 5 personnes à la fois ! 

    Le nouvel espace est conçu comme une table ou un banquet littéraire, où l’on peut découvrir, voire « déguster » des centaines de titres venant de 10 maisons d'édition. Parmi les titres, d’étranges manuscrits anciens découverts à Tongres, traduits et illustrés par les auteurs, 3 livres d'une toute nouvelle collection des Éditions du Basson,  « Le Livre du Covid » (mais pas pour longtemps !) par le Professeur Sourire, un cahier de plaisirs solitaires (ou pas...) par Maîtresse Daille, une popote littéraire (pour festoyer sans modération) par la Cheffe Ouicheffe, « Intensif » de Jonathan De Cesare  et prévente avec mini expo,…

    «  Ce sont des offres sympathiques, de belles idées cadeaux pour les fêtes car, oui, cela fait tellement de bien de faire plaisir aux gens qu’on aime, même en cette période difficile » notent les deux responsables des Editions marcinelloises du Basson. Très original : si les livres achetés dépassent le mètre (tout est mesuré dans la librairie, on ne rigole pas !), les clients ont droit à une carte de lector(wo)man,  et pour 8 livres achetés, une participation à 2 concours "panier garni » " pour chaque achat. Notons aussi que des œuvres d'Isabelle Biquet (« Les Manuscrits de Tongres ») y sont exposées.

    La librairie reste ouverte tous les jours de 10h à 18h (et le vendredi jusque 20h) jusqu'au samedi 12 décembre, au Passage de la Bourse, 11,  à Charleroi. Infos : editionsdubasson.com

     J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE: "J'avais promis": un roman de société, sur fond d'amitié adolescente et d'évasion

    mollet.jpg


    Dans son premier roman : « J’avais promis », Bernard Mollet, auteur et psychologue de Châtelet, déroule, avec beaucoup de sensibilité, le fil d’une belle histoire d’amitié entre Charly et Alex. Autour des deux adolescents, que relie aussi la passion de la montagne, vont se croiser des vies tantôt éclatantes,  tantôt trébuchantes,… Rencontre.

    - Bernard Mollet, quel est votre parcours avant de vous lancer dans votre premier roman ?
    B.M. (Bernard Mollet) : Je suis originaire de Châtelet. J’ai fait mes études
    secondaires à l’Athénée de Châtelet. Puis j’ai fait la psycho à l’ULB. J’ai travaillé quelques années comme psychologue dans un centre PMS à Charleroi et à l’IMP à Thuin. Depuis trente ans, je suis attaché à différents services au sein d’une administration publique à Charleroi.

    - On perçoit bien le regard du psychologue dans votre roman…
    B.M : Tout à fait. Tel un sociologue, j’aime beaucoup observer les gens et les relations qu’ils nouent (ou dénouent) entre eux. Charly et Alex, les deux protagonistes, ont un caractère un peu à l’opposé. Le premier est assez réservé, alors que l’autre est plutôt extraverti. Chacun trouve en l’autre ce qui lui manque. A leur façon, ces deux jeunes mènent des combats soit d’ordre environnemental, soit sociétal. Je décris aussi leurs liens tantôt harmonieux, tantôt houleux avec leurs parents et leurs connaissances.

    - Charly, le héros du livre, c’est un peu vous ?
    B.M. Il ne s’agit pas du tout d’une autobiographie, mais je reconnais avoir des similitudes avec Charly. Nous sommes nés la même année : en 1962, et nous sommes tous les deux « amoureux » de la montagne. Encore aujourd’hui, j’aime faire de longues randonnées en pleine nature, qui me permettent de me ressourcer. Plus jeune, j’adorais faire des sorties en plein air avec les scouts de Châtelet.

    - Dans ce roman, vous passez de l’an 2001 à 1975. Une raison ?
    B.M. Ce sont des années qui évoquent des moments importants de ma vie. Avec un peu de nostalgie, j’avais envie de situer le récit dans ces années 70, 80 et 90, dont je peux parler avec d’autant plus de facilité que je les ai vécues pleinement. Avec le recul, j’étais désireux de témoigner de cette période empreinte de légèreté voire d’insouciance.

    - Vous prévenez le lecteur que vont se dérouler de grands bouleversements…
    B.M. Oui, le monde évolue, mais nos propres existences ne sont pas toujours de tout repos, elles non plus. Elles sont quelquefois jalonnées de déboires, de souffrances, voire de drames, à l’image des évènements apparaissant dans le récit, troublant la quiétude du début du roman. Mais face aux épreuves, il faut garder foi en la vie. Je pense qu’il est toujours possible de se relever. C’est le message que j’insuffle dans mon livre.

    Propos recueillis par Jean-Claude Hérin

    Bernard Mollet : « J’avais promis » 314 pages- 18 euros. Le Livre en papier. Facebook : Bernard Mollet. Disponible à la librairie Molière Charleroi, ainsi qu’aux librairies du Perron et Franco-Belge à Châtelet.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CETTE ANNÉE, SAINT-ELOI RIME AVEC RÉOUVERTURE POUR LE BOIS DU CAZIER

    Jusque dans les années 1960-70, les fêtes patronales de Saint-Eloi (le Patron des métallos) et de Sainte-Barbe (la Patronne des mineurs) étaient l’occasion d’une pause festive pour les travailleurs des différentes corporations. Symboliquement, en ce 1er décembre 2020, jour de la Saint-Eloi, c’est le travail qui peut (enfin) reprendre au Bois du Cazier !

    Avec son musée de l’Industrie, l’ancien charbonnage classé au Patrimoine mondial de l’Unesco rend un hommage aux ouvriers qui, pendant des décennies, ont fait la renommée du pays de Charleroi et de la Wallonie.

    A cette collection permanente, et jusqu’au printemps 2021, s’ajoute une exposition temporaire, enFER, de portraits panoramiques de la sidérurgie par le photographe Jo Struyven.

    enFER : Ses portraits industriels ont été réalisés de face, de manière presque mécanique, sans perspective. Tout « élément parasite » qui pouvait distraire l’oeil et brouiller l'image a été supprimé. Ce qui reste est un plan architectural à l’effet esthétisant. Par cet artifice de mise en valeur, l’artiste veut rendre hommage à l’essence même de ces sites et delà in fine provoquer la discussion sur la préservation de l’un des derniers hauts fourneaux wallons, le HF4 à Marcinelle.

    Règles sanitaires : Les normes sanitaires mises en place à l’issue du premier déconfinement restent bien évidemment d’application : réservation préalable www.leboisducazier.be, sens de visite, mise à disposition de gel hydro-alcoolique, distanciation sociale, port du masque, désinfection systématique des audio-guides,…

    Pour la fin de l’année : En plus des jours normaux d’ouverture, nous pouvons d’ores et déjà vous annoncer que le Bois du Cazier sera accessible les 24 et 31 décembre jusque 15h ainsi que les 26 décembre et 2 janvier 2021 ! Des occasions supplémentaires pour découvrir l'autre exposition en cours. Bois du Cazier et Résistance: l'exploit des Partisans armés du 27 avril 1942.

    POUR TOUT DÉVELOPPEMENT D'INFORMATIONS

    Isabelle Saussez : 0478 83 38 70

    i.saussez@leboisducazier.be - www.leboisducazier.be

    Le Bois du Cazier 2020

    Visitez notre site www.leboisducazier.be

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- Kennes Editions: Une belle success story carolo !

    kennes2.jpg

    Dimitri Kennes

    Avec sa collection de livres « non fiction » consacrés à des personnalités de la région comme Jean-Jacques Cloquet ou médiatiques comme Michel Lecomte et Adrien Devyver, les éditions Kennes diversifient encore leurs publications.

    La maison d’édition lovervaloise a réalisé de bons chiffres d’affaires en 2020, même si elle regrette ne pas avoir sorti d’autres titres, à cause de la Covid-19.

    Dimitri Kennes est un homme heureux du chemin déjà parcouru en 8 ans à peine… Dans ses bureaux, à rue de la Blanche Borne à Loverval, cet ex-consultant et ancien Directeur Général des Editions Dupuis étend sur la table des ouvrages tout à fait différents.  

    Bien entendu, des romans et des bandes dessinées de Léa Olivier, car c’est avec l’entrée sur le marché belge des histoires de cette adolescente imaginée par la romancière québécoise Catherine Girard-Audet que Dimitri a véritablement démarré sa belle aventure éditoriale.  Léa Olivier en est à son 18èmeroman (« Liberté ») et sa 8èmebande dessinée (« Tornades »). Les chiffres peuvent donner le tournis : 1 million de romans de Léa Olivier ont déjà été vendus dans le monde !

    Les BD, qui ont ouvert le catalogue de Kennes Editions, comptent de nombreux titres destinés à la jeunesse: Les Diables Rouges, Obie Koul, Lord Jeffrey, Ninn, Green team, Juliette,  Cizon, Foot Furieux, Shelton et Felter, Rages,… ainsi que des ouvrages composés d’illustrations humoristiques comme « Putain de Chat » ou « En quarantaine » de Lapuss’, un dessinateur carolo, faut-il le préciser !

    focus sur des personnalités belges

    Les romans  jeunesse (« Youtubeurs », « Défense d’entrer ! » « Le journal de Luna »,…)  côtoient des romans young adult (« Elsie », « Anna Caritas »,…)  et adultes (« Vengeances et mat », « Les enquêtes de Victor Lessard »,…) ou encore des ouvrages thématiques comme « L’épopée russe des Diables Rouges » et « Les héros du Coronavirus ».

    Plus récemment, la catégorie des livres « non fiction » a fait son apparition. «Les bonnes ventes enregistrées par « Jean-Jacques Cloquet : les secrets de son people management », par le journaliste carolo Didier Albin sur l’ex-patron de l’aéroport de Charleroi, m’ont incité à poursuivre dans la voie des portraits de personnalités belges » signale Dimitri. « Les animateurs de la RTBF Adrien Devyver et Michel Lecomte se sont montrés, eux-aussi,  tout de suite emballés par le projet. Le premier parle de ses troubles d’attention, le second de son parcours de 40 années de journaliste sportif ».

    Notons aussi un très bel ouvrage : « Un monde en suspens » sur le thème du confinement, mêlant à la fois des textes de Barbara Abel et des textes de François De Brigode.

    chiffre d’affaires équivalent à 2019

    Depuis le mois d’août, l’équipe a été renforcée par l’arrivée de l’auteur    Ben Choquet, directeur commercial, de Florence Mixhel, éditrice, et de Géraldine Henry pour les livres « non fiction ». 

    « 2020 aurait dû être une année explosive en matière de ventes. Malheureusement, cela n’a pas été le cas à cause de la Covid-19. Nous avons dû reporter bon nombre de titres, dont ceux dédiés à la Coupe d’Europe, qui aurait dû se tenir cette année, ou encore au MasterCook » poursuit Dimitri Kennes. « Cela dit, nous avons maintenu le développement et les investissements tout au long de l’année. Nous avons réalisé le même chiffre d’affaires (80% pour la Belgique- 20% pout la France),  cette année qu’en 2019 : moins de titres sortis, mais plus de livres vendus.

    Cela dit, si le virus ne joue plus les trouble-fêtes, 2021 devrait être exceptionnel ! » C’est bien entendu ce qu’on souhaite à cette jeune maison d’édition dynamique…

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • FONTAINE L'EVEQUE- Patricia Filippone, créatrice, soulagée, mais inquiète....

    patricia.jpg

    Suite aux dernières mesures prises par le Comité de Concertation, Patricia Filippone, créatrice de bijoux, a pu rouvrir son atelier/boutique, ce mardi.  Toutefois, les pertes seront considérables, surtout en cette période de fêtes…

    patricia2.jpg

    Patricia Filippone (56 ans), habitante de Fontaine l’Evêque, fabrique des colliers, des bracelets, des boucles d'oreilles, des bagues, des broches, des bijoux de sac, des boites à bijoux, de la déco, des créations personnalisées...

    Elle crée des petites perles soufflées à froid. Elle tisse à la main ou au métier à tisser, assemble, brode,… Chaque modèle est unique.

    Cette passion remonte à quelques années : hospitalisée, elle a participé à divers ateliers, et cela lui a remonté le moral.

    « J’ai tout de suite accroché aux formations. Rapidement, je me suis mise à travailler les perles. Le but n’était pas de vendre mes créations, mais sur les conseils  d’une amie, je m’y suis mise » souligne-t-elle.

    Dans une pièce de leur maison. Patricia et son mari Dominique Michel ont créé un atelier/boutique : « Les créations de Pat ». Ils ont obtenu une reconnaissance légale auprès de la Commission Artisans du SPF Economie.

    annulation de marchés de Noël

    Patricia Filippone organise une quarantaine d’expos par an, dont 1 par semaine d’avril à décembre. « Malheureusement, à cause du Coronavirus, mes activités ont été fortement ralenties, depuis mars. 7 grands événements ont été  annulés » précise-t-elle.

    En temps normal, la période des fêtes de fin d’année représente, pour elle, une bonne partie de son chiffre d’affaires.  

    Seule petite compensation : la réouverture de son magasin. « Mais cela ne compensera pas les pertes : j’ai pour habitude d’exposer aux marchés de Noël d’Enghien, de Wavre, de Château d’Havré,…. » poursuit cette créatrice. Vice-présidente de l’Association des Commerçants de Fontaine l’Evêque, Patricia Filippone est solidaire des autres artisans et commerçants.   

    Pour tous contacts : 0472/19 38 58 ou page Facebook. « Les créations de Pat’ » au 98, rue Cressonnière à Fontaine l’Evêque.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire