Cultures - Evénements - Page 2

  • SALVATORE GUCCIARDO: "La crise du Covid fait naître des solidarités"

    sgucciardo.JPG

    L'artiste au côté de "L'Humanité en marche" 

    Dans un numéro spécial : « La vie au temps du Corona », la revue française « Les Amis de Thalie » publie un texte récent et deux peintures de Salvatore Gucciardo.  L’artiste de Monceau-sur-Sambre s’est montré visionnaire sur les événements…

    Dans « L’Humanité en marche », réalisé en 2005,  plusieurs éléments du tableau de Salvatore Gucciardo peuvent être mis en lien avec la crise    actuelle du Coronavirus : un ciel rouge et orangé pour évoquer le confinement et le  pic de la pandémie en Europe, un ciel azuré pour annoncer le dé-confinement  et des jours meilleurs… Les personnages, eux aussi en bleu et rouge, regardent l’horizon, espérant la fin prochaine de la pandémie.                      

    Ce tableau,  ainsi que « Approche apocalyptique » (1978)  sont repris dans un hors-série : « La vie au temps du Corona » des « Amis de Thalie ». Le peintre moncellois  y associe un texte tout récent : « La pandémie ». On peut y lire : « Frémissent les corps isolés, la peur domine le monde. Il faut s’armer de patience, de sagesse, se protéger et s’unir pour combattre l’Envahisseur sans visage ».

    une prise de conscience 

    Depuis qu’il s’est mis à peindre, Salvatore Gucciardo s’intègre dans une dimension cosmique, qui rattache l’homme à l’univers. "  Je suis meurtri par toutes les formes de violence dans le monde.  Mes toiles sont des cris d'espoir, de respect envers les peuples...Oui, je me définis vraiment comme un peintre humaniste engagé!  Je pense d’ailleurs qu’une prise de conscience vient de naître, et avec elle, de nouvelles formes de solidarité mondiales. Il a fallu que le Covid-19 survienne pour que les guerres s’arrêtent, que la santé devienne une priorité et que l’Amour Universel donne un nouveau sens à notre vie ».    Salvatore Gucciardo prépare actuellement un nouvel ouvrage : « Apocalypse », où il sera aussi question de la pandémie.  

    A noter que le numéro 104 de la revue publie également 2 textes récents  de Salvatore Gucciardo :« Le Coronavirus » et « L’attente salutaire ».  Pour se procurer les numéros, envoyer un mail : lesamisdethalie@hotmail.fr

    sgucciardo2.JPG

    2 oeuvres qui annonçaient déjà la pandémie...

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • IMPRO CAROLO DEBARQUE AU THEATRE MARIGNAN

    Voici une bonne nouvelle pour tous les amateurs de spectacles d'impro ! 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • JUMET: Une Madeleine "autrement"

    madeleine.jpg

     

    En avril dernier, le Conseil national de sécurité a annoncé l’interdiction des événements de masse durant l’été.

    Les trois comités organisateurs de la Madeleine (la Société Royale Etat-Major du Tour de la Madeleine, la Société Royale Les Amis de la Madeleine et le Comité des Fêtes de la Madeleine) avaient donc décidé, en concertation avec les autorités communales, le 25 avril dernier, d’annuler l’édition 2020 du Tour et des Festivités de la adeleine qui devaient se tenir du 17 au 23 juillet prochains.

    Cette décision d’annulation du Tour et des festivités de la Madeleine est maintenue. Cependant, afin de faire vivre notre folklore, quelques actions vont être mises en place pour honorer Sainte-MarieMadeleine Autrement du 17 au 23 juillet 2020.


    Imprimés et décoration :
    • Tous les Jumétois sont invités à orner leur façade et leur fenêtre avec :
    o L’affiche de la Madeleine 2020 qui sera distribuée dans de nombreux points ;
    o Les oriflammes. (Points de vente sur http://www.madeleine.be)
    • L’édition du Mad’lèneu 2020 « collector » a été imprimée et sera en vente au prix de 4€ dans des lieux fixes et temporaires (http://www.madeleine.be).


    Semaine de Madeleine :
    • Le dimanche 19 juillet, mais aussi le reste de la semaine, toutes les marcheuses et tous les marcheurs sont invités à mettre une photo de profil d’eux en uniforme sur les réseaux sociaux.
    • Le dimanche 19 juillet, La Tère al Danse en radio ! Une émission virtuelle sur J600, animée par les présentateurs officiels. Chaque passage de Société sera représenté par une musique de leur choix
    sur laquelle ils ont l’habitude de danser.
    • Le dimanche 19 juillet, un reportage de Télésambre sur la Madeleine à 12h30.
    • Le jeudi 23 juillet en soirée : les Jumétois sont invités à disposer des bougies à leurs fenêtres en guise de clin d’œil à la traditionnelle retraite aux flambeaux.
    • Des animations surprises, essentiellement sous forme d’hommage, seront organisées à différents moments de la semaine. Elles seront retransmises en direct sur Facebook
    (www.facebook.com/madeleinejumet/)
    • Pour les personnes qui désirent se recueillir, la chapelle d’Heigne sera ouverte :
    - Le dimanche de 4 à 5 heures et de 11 à 17 heures ;
    - Le lundi et le mercredi de 11 à 17 heures ;
    - Le jeudi de 18 à 22 heures.


    Sécurité pour tous
    Les trois comités organisateurs ont rencontré les autorités de la Ville de Charleroi ce lundi soir afin de préciser, en accord avec celles-ci, les règles de sécurité à appliquer durant la semaine de la Madeleine.

    Il est recommandé à chacune et chacun de respecter les six règles d’or du CNS, à savoir :
    • Le respect des règles d’hygiène ;
    • Le fait de privilégier les activités en extérieur ;
    • La prise de précautions supplémentaires pour les personnes à risque ;
    • Le respect des distances de sécurité ;
    • La règle de la bulle élargie qui passe de 10 à 15 personnes différentes par semaine en plus du foyer. Pour rappel, ce droit est individuel.
    • Les activités de groupe ne peuvent dépasser 15 personnes, enfants compris. Cela vaut pour toutes les réunions non encadrées, indépendamment qu’elles aient lieu au domicile ou en dehors de celui-ci.


    Au niveau du Tour le dimanche :
    • Il peut se faire à titre personnel ou par petit groupe en respectant les six règles d’or du CNS ci-dessus et les règles qui suivent ;
    • En civil et donc sans uniforme ;
    • Drapeaux et musiques sont interdits ;
    • Dans la mesure du possible, démarrer directement et à l’heure habituelle (horaire disponible sur
    http://users.skynet.be/emjumet/_telechargement.htm) ;
    • Les rassemblements sur la place Francq sont à éviter absolument ;
    • Le respect du code de la route est obligatoire ;
    • La Tère al Danse sera fermée et la traverser interdite ;
    • En cas d’arrêt dans un café, respecter les distances de sécurité et consommer assis à table.

    Le Comité des Fêtes, l’Etat-Major et les Amis de la Madeleine partagent l’amour du folklore et la tristesse qui animent les Madeleineuses, les Madeleineux, mais aussi les très nombreuses personnes présentes chaque année à la Madeleine. Comme eux, les membres des trois comités organisateurs aiment aussi faire la fête en cette période de Madeleine. Mais ils demandent à toutes et tous de respecter lesconsignes de sécurité édictées par les pouvoirs publics, simplement par solidarité avec toutes les personnes dites à risque qui seraient les premières victimes d’une nouvelle expansion du virus et aussi le personnel soignant et des secteurs essentiels.Le Tour et ses festivités brassent habituellement des milliers de personnes durant toute une semaine. Annuler ou organiser des alternatives représentent donc une responsabilité envers ces personnes mais aussi envers l’ensemble de la population touchée de près ou de loin par son organisation. Les décisions sont donc mûrement réfléchies en consultant les autorités et en s’adaptant aux évolutions des mesures de sécurité.

    La réussite de cette semaine de Madeleine 2020 relève de la responsabilité de chacune et chacun. Celle ou celui qui enfreindrait les règles édictées par les pouvoirs publics sera seul(e) responsable de ses actes. D’ores et déjà, les trois comités organisateurs travaillent à la préparation de la Madeleine 2021. Et une fois encore, les trois comités organisateurs expriment leur soutien et leur sympathie aux Sociétés de Madeleine, aux participantes et participants du Tour, au public et aussi aux commerçants, établissements Horeca et forains.
    PAYEN Jean-Claude pour La Société Royale Etat-Major du Tour de la Madeleine,
    SEMPO Maxime pour La Société Royale Les Amis de la Madeleine,
    VISEE Benjamin pour Le Comité des Fêtes de la Madeleine

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI: Speaker's Corner: la parole aux citoyens !

    speakers1.jpg

                Le Chauve Sourit: une déclaration d'amour à Charleroi

    Grâce au collectif Goslam City et à l’Eden, les citoyens ont voix au chapitre, durant tout l’été,  lors de Speaker’s Corners.  Pour respecter les conditions sanitaires liées à la crise du Covid-19,  des lieux aérés de Charleroi ont été choisis.  La première rencontre  se déroulait au Parc Hiernaux, samedi.

    IMG_0361.JPG

    Fondateurs du Goslam City, Le Chauve Sourit et Mots-Art se produisent régulièrement lors de soirées slam à l’Eden. Ce collectif carolo tend, à travers le slam, à favoriser l’expression de soi, la verbalisation des émotions et des pensées et surtout, à rendre accessible la poésie au plus grand nombre. Samedi dernier, les deux slameurs avaient donné rendez-vous au public au parc Hiernaux, à proximité du rond-point du Marsupilami, pour la première d’une série de rendez-vous hebdomadaires estivaux ; Le Speakers’ Corner, littéralement « coin des orateurs ».

    Le concept : dans un espace réservé au Nord-Est  de Hyde Park, à Londres,  chacun peut prendre la parole librement et assumer un rôle temporaire d’orateur devant l’assistance du moment.

    De Charleroi aux attentats du World Trade Center

    Une quinzaine d’orateurs ont pu crier haut et fort leur passion du Verbe. Reprenant le refrain  « Pays de Charleroi »,  Le Chauve Sourit s’est exprimé sur Charleroi : « Regarde Charleroi, telle qu’elle est, non telle qu’elle te paraît. Sans filtre qui filtre sa beauté naturelle… Pas besoin de strass ni paillette : pour ça, on a déjà Stacy Star. Oui, Charleroi, je t’aime, comme on aime une chanson, non pas pour la chanson en elle-même, mais pour le souvenir qu’elle fait naître en nous. Je ne dirai rien, je tairai tes imperfections… ».

    Mehmet Inan, quant à lui, a écrit  un texte sur les attentats du 11 septembre : « La version officielle doit être jugée sur base des preuves qui la soutiennent » explique-t-il.  «  Aujourd’hui, 19 ans après, quand vous cherchez les preuves les plus solides pour la présence des 19 terroristes à bord des avions, le gouvernement des Etats-Unis vous envoie quelques pages de listes de passagers de faible qualité, transmises par fax. Si les Etats-Unis, le pays le plus puissant, le plus technologique et qui a eu accès à toutes les informations à ce sujet, utilise ce genre de preuves facilement falsifiables, c’est qu’il ne détient  aucune preuve de la présence de ces personnes accusées à bord des avions ».

    Prochain rendez-vous : dans le parc Reine Astrid à 16h (si les travaux sont terminés !) Gratuit. Infos : 071/ 20 29 95 ou sur page fb de Goslam City.  JC HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR POUR LE WE DU 3 AU 5 JUILLET

    boubier1.jpg

    COUPS DE CŒUR POUR LE WE DU 3 AU 5 JUILLET

    Après 15 semaines d’arrêt liées à la crise du Covid-19,  voici la reprise des « Coups de cœur ». Suivez nos propositions pendant tout l’été et au-delà !

    Exposition scientifique

    A travers l’expo « A corps ouvert »,  le public est amené, jusqu’au 7 mars 2021,  à partir à la découverte du corps et à percer les mystères de cette machine complexe, souvent méconnue, mais ô combien passionnante. Au Campus de Parentville-Centre de Culture Scientifique ULB, rue de Villers, 227 à  Couillet. Le vendredi 3 juillet de 9h30 à 17h30. Fermé sa/di. Téléphone: 071/ 600 300. Tarif : de 5€ à 3€. Gratuit pour les- de 6 ans). A partir de 5 ans. 

    Soirée de contes

    Reprise des « Zapero-contes carolos » le vendredi 3 juillet à 20h. Afin de garantir les mesures sanitaires, la 1ère rencontre de cet été aura lieu sur la terrasse couverte du Livre ou verre, dans la galerie du passage de la Bourse, 6  à Charleroi.  Le concept : 8 à 10 conteurs se succèdent, avec un temps de parole de  10 minutes maximum chacun,  pour embarquer le public dans leur histoire amusante, délirante ou encore  émouvante. La réservation est nécessaire  pour assister à cette soirée déconfinée. Réservation auprès du Livre ou verre : 0470/ 70 62 99. Inscription des conteurs via mail : racontancecarolo@gmail.com.

    Débat d’idées

    Speakers’ Corner (littéralement « coin des orateurs ») désigne l’espace    réservé au nord-est de Hyde Park, à Londres où chacun peut prendre la parole librement et assumer un rôle temporaire d’orateur devant l’assistance du moment.  Tous les samedis pendant les vacances d’été, l’Eden proposera des rencontres au cours desquelles le public peut écouter des textes, participer à des débats,  apprendre des choses,...

    1er rendez-vous, le samedi 4 juillet à 16h au parc Hiernaux, près de la vigie de l'UT à Charleroi ( square Hiernaux). Gratuit. En partenariat avec Goslam City  et la Ville de Charleroi. info@eden-charleroi.be. 071/202 995

    Balades/famille

    La Maison du Conte de Charleroi emmène le public en voyage avec « Les "Dimanches en balade", pour faire (re)découvrir sous l'angle de l'imaginaire et du conte, des lieux différents où la nature s'exprime et se respire. Un moment agréable à partager en famille ! 1er rendez-vous le dimanche 5 juillet à 16h sur le site du Martinet à Roux. Réservation du ticket par téléphone au 0475/64 95 38.  Le nombre de voyageurs est limité à 30 personnes. Tarif : 9 € /personne (6 € à partir du 2e enfant). A verser sur le compte de la Maison du Conte de Charleroi : BE36 0688 9551 9181 avec la communication : "Dimanche en balade + date de l'événement".

    Marche

    Belle reconversion écologique que le terril du Boubier qui domine un Pays Noir tous les jours un peu plus Pays Vert ! Le public est convié à gratter l’échine du plus grand terril de Wallonie. Le temps de midi permettra d'apprécier les travaux des potiers. Le périple se terminera par une visite de la réserve naturelle de Sébastopol. Luc, guide-nature, en présentera l’histoire, la richesse floristique et  faunistique, la diversité de ses milieux ainsi que les objectifs originaux de gestion. Le dimanche 5 juillet de 9h à 17h. Distance : +/- 12 km, Dénivelé : 300 m. Réservation obligatoire au 0497/05.32.26 ou sur philippe@prorando.be.  Site « la Brockmann », rue Paul Pastur 175 à  Bouffioulx. 17 € / personne

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • DECONFINEMENT: Réouverture des cinémas Pathé-Charleroi et Quai 10

    cinéma1.JPG

    Zoé, Léa et Noémie 

    La réouverture des cinémas, ce mercredi,  à Quai 10 et à Pathé Charleroi, après 15 semaines de confinement,  n’a pas entraîné de rushes. Le week-end verra sans doute plus de monde.

    En été, Zoé (17 ans), Léa (20 ans) et Noémie (22 ans) auraient dû partir respectivement en Corse, aux Iles Canaries et à un camp scout à Sète (France). Mais leurs plans de vacances ont été contrecarrés par le Coronavirus.  Histoire de bien commencer leurs vacances,  une séance au Pathé Charleroi  s’est rapidement imposée à ces trois sœurs habitant Fleurus. « En temps normal, nous allons au cinéma deux à trois fois par mois » signale l’aînée. « Vu les circonstances, nous continuerons à y aller en juillet/août. « Invisible man » nous semblait déjà un bon choix ».

    Ce mercredi, entre 13h et 14h, 150 personnes ont fréquenté le Complexe carolo. «  C’est un démarrage correct… Mais en en temps normal, pour 11 films projetés,  nous accueillons 5 fois de plus monde, surtout au tout début du mois de juillet. Le mauvais temps et la prudence en sont certainement la cause » note Laurent Lomba, directeur d’exploitation.

    IMG_0275.JPG

    Laurent Lomba

    « Dans les jours qui viennent,  nous ne nous attendons malheureusement pas à de grosses affluences: à cause du reconfinement aux Etats-Unis, les gros blockbusters annoncés comme « Mulan » ou « Tenet » sortiront seulement à la mi-août ».

    13 nouvelles sorties à Quai 10

     Du côté de Quai 10,  une vingtaine de personnes se répartissaient les salles, déjà  en matinée. « Je suis venue voir « Un fils », un film tunisien de Mehdi Barsaoui.  J’avais envie de revenir très vite au cinéma » faisait remarquer Mimie (71 ans) de Morlanwelz. 

    Olivier Le Deist, chef opérateur, est venu à 9h30 pour tout préparer : charger les serveurs, changer les affiches,…

    cinéma2.JPG

    Dans  ce complexe qui privilégie les films d’auteurs,  les sorties sont assez nombreuses. «  Pour les 15 premiers jours de juillet, nous programmons 13 nouveaux films, dont 1 seule reprise » souligne Lucile Loewer, responsable de la Communication. « Aucun événement estival n’est prévu, mais nous prévoyons de frapper un grand coup à la rentrée ! »

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- "Mauvaises rencontres" avec l'auteur carolo Olivier Lorent

    rencontres.jpg

    Et si les « Mauvaises  rencontres » se produisaient dans un quotidien pas si éloigné de nous ? Oscillant sur un fil ténu entre réel et surnaturel, les 10 nouvelles fantastiques d’Olivier Lorent distraient ou glacent le sang, dans une Amérique profonde. Entretien avec l’auteur carolo.       

    Interview :

    - A l’instar de votre premier roman : « La Traversée des Ombres »,  vous avez choisi de rester dans le fantastique.

    Olivier Lorent (O.L.) : Oui, étant interpellé par le paranormal, le fantastique est  un genre que j’affectionne tout particulièrement. Un rapace qui emporte dans ses serres une personne  en surpoids, un tableau qui tue, une route impossible,  une ombre noire,… sont autant d’éléments qui font basculer un récit réaliste, -  où évoluent des personnages réels, avec des allusions également à des personnalités comme  Bernie Sanders, Michaël Moore ou Donald Trump -,  dans une autre dimension.  Mon maître en la matière est l’écrivain américain Stephen King, même si mes histoires sont moins « gore ». 

    - L’Amérique profonde y est un « acteur » à part entière. Vous y êtes-vous déjà rendu ?

    O.L. Eh bien, non ! C’est en tout cas un de mes projets. Je travaille principalement à partir de Google Street View. J’y fais donc des « balades virtuelles ». De cette façon, je peux ajouter un élément réel comme un magasin de meubles, ou fictif comme un démolisseur. Je parviens aussi à être très précis dans  mes descriptions grâce à un travail de recherche ou de documentation. Au-delà des recherches Internet, je possède pas mal d’ouvrages qui traitent de la culture américaine. J’aime recréer l’ambiance des petites villes.

    -Tout au long des nouvelles, on sent de réelles préoccupations sociales…

    O.L. Assistant social au CPAS de Fleurus, j’accorde beaucoup d’importance à la psychologie humaine et aux relations sociales en général. Dans « Mauvaises rencontres », j’explore des thèmes heureux comme l’amitié, l’entraide, le respect des anciens, la justice, … mais aussi malheureux comme  le suicide, le viol, la trahison, la vengeance, la solitude, le chômage, la précarité,…

    -La mort occupe une place aussi particulière.

    O.L : Exact. Dans « Marché équitable », Robert Laverson, une personne âgée,  se voit proposer un marché par le Diable : revoir ses trois fils dont il s’est peu occupé et récupérer un peu de temps perdu avec eux, même si pour cela, il accepte de voir sa vie écourtée.  Dans « Le temps d’un été », je rends un hommage à mon neveu Hugo (14 ans), décédé lors d’un accident. Certains personnages peuvent donc faire écho à mon propre vécu.

    « Mauvaises rencontres » d’Olivier Lorent, 382 pages, 22 , aux éditions « Le livre en papier » .

    PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • BALADES CONTEES EN ETE

    baladescontées.png

    Du 5 juillet au 30 août, la Maison du Conte de Charleroi vous emmène en voyage !
    Les "Dimanches en balade" pour vous faire (re)découvrir sous l'angle de l'imaginaire et du conte, des lieux différents où la nature s'exprime et se respire.
    Un moment agréable à partager en famille !

    05/07/20 à 16h00 : site du Martinet Charleroi
    19/07/20 à 16h00 : Villers-la-Ville
    26/07/20 à 16h00 : parc du Château de Monceau
    02/08/20 à 16h00 : Loverval
    09/08/20 à 16h00 : Acoz (balade à vélo)
    23/08/20 à 16h00 : Sart-Eustache
    30/08/20 à 16h00 : Charleroi-Parenville

    Les lieux et heures de rendez-vous précis seront communiqués sur notre site internet et via notre page Facebook.

    N'hésitez pas à réserver votre ticket :
    par téléphone au 0475 64 95 38
    ou via notre site internet : https://www.contecharleroi.be/r%C3%A9servations/

    Attention, le nombre de voyageurs est limité à 30 personnes.

    Tarif :
    9 € /personne (6 € à partir du 2e enfant)

    A verser sur le compte de la Maison du Conte de Charleroi :
    BE36 0688 9551 9181 au + tard pour le vendredi qui précède la balade, avec la communication : "Dimanche en balade + date de l'événement".

    Le paiement confirme la réservation.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • SPIROU FAIT FRONT AU COVID-19: numéros spéciaux durant l'été sur des événements annulés!

    spirou2.JPG

    Un véritable tour de force est à épingler : durant toute la période du confinement de la crise de la Covid-19,  Spirou est paru chaque semaine. Après un spécial Vacances, le magazine jettera un regard amusé  sur tous les événements qui auraient dû avoir lieu cet été.

    Un peu fatigué mais heureux. Morgan Di Salvia savoure le goût de la victoire: il a relevé un beau défi, dont il n’est pas peu fier : avoir assuré la continuité de la diffusion du journal Spirou, depuis la mi-mars.  

    « Cette période de restriction, liée à la crise sanitaire,  était tellement anxiogène que nous ne voulions, à aucun prix, priver nos lecteurs de retrouver leur magazine favori,  chaque semaine. Je suis père de deux enfants de 9 et 5 ans, et la lecture du journal constituait pour eux un petit moment de bonheur, dans une atmosphère assez lourde  » confie le rédacteur en chef de Spirou.  

    Saluons aussi la sortie, d’un numéro spécial Vacances,  disponible actuellement, composé principalement de bandes dessinées et d’un cahier de jeux.

    spirou3.jpeg

    "Raowl" de Tébo: un petit air de Shrek...

    Et pourtant, les tuiles et les difficultés  diverses se sont accumulées au sein des éditions Dupuis.  Il a fallu faire face à des problèmes d’approvisionnement en papier, trouver un nouvel imprimeur après une faillite, décaler certaines publications, se réunir à distance, et non plus à la rédaction à Marcinelle, pour préparer les numéros avec quelques semaines d’avance,… « Il faut remonter à la Seconde Guerre mondiale pour voir une interruption dans les parutions de Spirou. Nous ne voulions pas cela ! » poursuit Morgan.

    8 numéros spéciaux en juillet-août

    Durant la période de confinement, quelques bandes dessinées ont fait référence à la crise de la Covid-19, notamment à travers la série BD « Family Life », une BD courte : « Bronzer masqué » dans le spécial Vacances,  ou encore,  à l’occasion de la Journée mondiale des Infirmier(e)s, sur une  couverture représentant les « Femmes en blanc » de Bercovici et Cauvin, applaudies pour leurs missions en première ligne. Une forme de clin d’œil à « Rosie la riveteuse », une icône de la culture populaire américaine.                  

    spirou4.jpeg

    Spirou veut aller plus loin encore,  en lançant,  à partir du 8 juillet, des numéros spéciaux. Chaque magazine comportera 4 planches consacrées  à un événement d’été supprimé : Le Festival de Cannes, Les Jeux Olympiques, l’Euro 2020, la Japan Expo, les Festivals musicaux d’Avignon, de Tomorrowland et de Rock en Seine et pour boucler la boucle… le Festival BD Spirou à Bruxelles.

    spirou5.jpeg

    Un regard décalé sur le Festival de Cannes 

    Pour donner déjà un petit-avant goût au lecteur, le dessinateur Bouzard ne sera pas invité au Festival de Cannes en tant que dessinateur, mais pour faire disparaître des graffiti,  les auteurs Fabrice Erre et Fabcaro, seront complètement perdus dans le monde d’ados du Festival Tomorrowland,  Féroumont égratignera le chauvinisme aussi bien du côté belge que français dans l’Euro 2020,…

    spirou6.jpeg

    De belles surprises en perspective. Et à la rentrée, un spécial « Tuniques Bleues », un classique du journal… depuis 1968 !

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Depuis 1 an, comme rédacteur en chef

    Arrivé en juin 2019 comme rédacteur en chef de Spirou, pour succéder à Florence Mixhel,  Morgan Di Salvia,  né en 1981, a multiplié les casquettes : journaliste, libraire, commissaire d’exposition, diplômé d’Histoire contemporaine,… Il est bien connu des bédéphiles pour avoir été écrit des articles pour ActuaBD de 2008 à 2016 ou pour avoir signé, entre autres, la préface des intégrales Jojo.  « Mon objectif est de toujours surprendre en proposant des BD familiales, dans des styles différents et de qualité » explique-t-il.  Sa ligne éditoriale se partage entre Thierry Tinlot, ex-rédacteur  en chef (très connu pour sa créativité et sa fantaisie), et Frédéric Niffle, directeur de publication.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • MOBILISATION DU MONDE CULTUREL SUR LA PLACE VERTE, AUJOURD'HUI, A 14 H 15

    Plus de 50 fédérations professionnelles francophones et néerlandophones se sont associées pour créer un happening commun: Still Standing. Quand ? Jeudi 25 juin 2020 à 14h pile. Où ? Antwerpen, Meir (bij Kruitvat) Brussel, Place de la Bourse Charleroi, Place Verte Gent, Korenmarkt (bij Sint-Niklaaskerk) La Louvière, Place Maugrétout Leuven, Grote Markt Liège, Place Saint Lambert Mons, Grand Place Namur, Place d’Armes Tournai, Grand Place

    Quoi ? Alors qu’une séance plénière aura lieu à la Chambre ce jeudi 25 à 14h15, nous allons investir l’espace public et former des statues vivantes représentant notre profession. Le monde recommence à bouger, la culture reste à l’arrêt, mais nous restons debout. Cette image sera relayée massivement dans la presse. Comment ? Rendez-vous le 25/6 à 14 heures au lieu convenu dans votre ville.Pour donner l’effet d’une action spontanée, d’un heureux hasard, et non d’un rassemblement organisé vous arrivez SEUL à l’endroit donné, muni d’un masque et de votre outil de travail (instrument de musique, caméra, projecteur, pinceau, micro, texte, chaussures de danse …)A votre arrivée, l’idée est d’exercer symboliquement votre métier : un musicien pourrait faire ses gammes, une technicienne place un éclairage sur un pied, un comédien répéter son texte, une danseuse fait ses étirements... On compte sur vous pour être créatifs.à 14h15, un signal sonore clair retentit (corne de brume), indiquant le début d’un arrêt sur image qui durera 15 minutes. Nous restons immobiles au milieu du mouvement des passants qui continuent leurs chemins. Utilisez les hashtags #stillstanding au moment de la performance en les arborant sur votre tenue, votre masque, sur votre peau,...

    À 14h30, le second signal sonore clair retentit, indiquant la reprise normale des activités. Important Lorsque vous êtes sur le site, ne vous rassemblez pas, restez seul. Pas d’attroupement. Gardez une distance de 3m avec les autres travailleurs des arts minimum.Une fois l’action terminée, repartez directement. Si besoin donnez-vous RDV plus loin si vous désirez discuter avec des amis. Pourquoi cette action ?

    Plus de 100 jours après la fermeture de leurs lieux de travail pour cause de covid-19, de nombreux artistes et techniciens n'ont toujours pas reçu de soutien financier suite aux annulations, alors qu’ils contribuent à la sécurité sociale comme n’importe quel autre citoyen. Nous demandons de toute urgence une solution ! Celle-ci devait être présentée au Parlement fédéral jeudi dernier, mais en raison de petits jeux politiques, elle a été renvoyée au Conseil d'État, et donc à une date indéterminée. Il est temps de réagir!

    Info: stillstandingforculture@gmail.com

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- "Les Dentelles pour Linceul" de Robert Reumont... plongent dans le rouge !

    dentelles.jpg

    Une brigade spécialisée dans les affaires du vin et une enquête palpitante, suite à un meurtre,  pimentent le dernier roman de l’auteur fleurusien Robert Reumont.  Le tout se passe en Provence. Une chouette proposition de lecture pour l’été !            

    linceul3.jpg

    Il a déjà les chaudes couleurs des vacances estivales, le 8èmeopus de Robert Reumont: « Les Dentelles pour Linceul » !  

    C’est toujours avec le même plaisir que l’écrivain fleurusien, très prolifique,  promène ses personnages hauts en couleurs,  dans son dernier roman policier.

    L’intrigue démarre dans les fameuses Dentelles de Montmirail, en Provence.               Cécile Lauris, dite « Suzette », une viticultrice de 70 ans,  meurt à la suite de violents jets de pierres, dans sa parcelle de vignes.  Rapidement, les soupçons se portent sur une jeune veuve séduisante, une « estrangère » de Marseille qui ferait le trottoir… Chargé de l’enquête,  le capitaine Castelet interroge la suspecte, laquelle balaie d’un revers de la main toutes les accusations portées contre elle, et parvient même à faire douter les membres de l’OENO (le très sérieux Office des Enquêtes Nationales). D’autres pistes sont aussi explorées pour élucider le crime…

    La passion pour le patrimoine, le vin et la gastronomie en France a conduit Robert Reumont dans un site qui, une fois de plus, a nourri son imagination.                    

    A l’image du vin, tous ses romans trempent dans le rouge : rouge passion, rouge colère, rouge révolte, rouge coucher de soleil, rouge à lèvres, rouge émotion.

    célébrer les plaisirs de la vie

     Si « Les Dentelles pour Linceul » fait sourire par le caractère truculent et épicurien     des trois héros récurrents qui composent l’OENO, il fait aussi réfléchir à des valeurs.

    «  J’invite le lecteur à  « ouvrir l’autre œil »,  pas seulement celui qui se lamente devant  toute la misère du monde, mais aussi celui qui apprécie les menus et grands plaisirs de la vie, l’amitié vraie, l’amour sincère » souligne Robert. « Je dénonce aussi tour à tour l'hypocrisie, les dérives sectaires, l'intégrisme, les intégrismes de tout poil, de tout bord et de toute religion ».  

    Le lecteur pourrait penser que l’écrivain s’inspire de faits qui ont existé, mais ce n’est jamais le cas.  « Je constate que plusieurs drames et tragédies ont éclaté peu après la parution de mes romans » fait remarquer Robert Reumont. Précisons aussi que l’auteur apprécie beaucoup ses rencontres et ses échanges avec les lecteurs.  

    linceul4.jpg

    « Les Dentelles pour Linceul » est publié aux éditions Saint Honoré à Paris, 430 pages, 22,90 €.  

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • BANDE DESSINEE - Le tome 1 de "Black Squaw", première pilote afro-américaine, est sorti aux Editions Dupuis

    bessie1.jpg

    bessie.jpg

    De son trait élégant et réaliste, le carolo Alain Henriet donne vie à « Black Squaw », une nouvelle série scénarisée par Yann, où se mêlent à la fois aventure romanesque et Histoire dans les années 20-30. Le tome 1: "Night Hawk" est disponible à la vente, depuis le 12 juin, aux éditions Dupuis.

    « En matière de ségrégation raciale aux Etats-Unis, l’album résonne comme un rappel de non changement depuis un siècle (l’actualité nous le rappelle tristement) et surtout un combat d’une métisse mi Afro-Américaine et mi-Indienne, qui avait tout contre elle et qui s’est battue contre tous pour atteindre son rêve » signale Alain Henriet. « Piloter, c’est aussi un combat de la femme de l’époque. C’est une série qui reflète beaucoup de choses, ce n’est pas simplement une aventure ».


     
    - « Black Squaw » est Bessie Coleman, pionnière de l’aviation. Qui est-elle en réalité ?
    Alain Henriet : Elizabeth « Bessie » Coleman est la première femme pilote afro-américaine et amérindienne. Dans une société assez machiste et où être noir(e) posait problème, elle a joué des coudes auprès de ses collègues masculins. Elle a aussi montré beaucoup d’ambition, jusqu’à obtenir une licence de pilote en France en 1921. Bessie avait 8 frères et sœurs. Deux de ses frères sont partis faire la guerre. Ils en sont revenus indemnes.
    N.G. Quelle est la part entre la réalité et la fiction ? La documentation occupe certainement une place importante…
    A.H. Nous racontons l’histoire de Bessie de manière romancée, mais avec un gros travail de documentation derrière, aussi bien au niveau du scénario que du dessin. Pour ma part, je recherche un visuel de chaque élément que je vais dessiner. Il n’est pas question de dessiner n’importe quoi : tout est vérifié et est d'époque. Par exemple, je reconstitue dans les moindres détails un Curtiss Jenny JN-4. Il s’agit d’un avion américain construit pendant la guerre de 14-18.

    bessie2.jpg

    - « Dent d’ours », toujours scénarisé par Yann, était aussi une série sur fond historique. Que racontait cette série ?

    A.H. Sur deux cycles de trois albums, « Dent d’Ours » réunit, dès l’enfance, Max, Juif polonais, ainsi que Hanna et Werner, Allemands. Ces trois amis ont grandi en Silésie polonaise dans les années 1930. Devenus adultes pendant la Seconde Guerre mondiale, et tous trois passionnés d'aviation, leur trajectoire se sépare et ils se retrouvent au cours de la guerre, en tant qu'aviateurs, dans des camps différents. En 2009, Yann a eu l’idée d’un récit de guerre et d'aviation, à la croisée du drame psychologique, de l'aventure réaliste et de l'histoire d'espionnage, que j’ai illustré.

    bessie4.jpg

    - Peut-on établir des liens entre « Dent d’ours » et « Black Squaw », même si les personnages et les périodes diffèrent ?

    A.H. : Les liens sont la présence d’une héroïne et d’un récit historique. Nous restons dans l'aviation. L’action ne prime pas sur les personnages : nous accordons beaucoup d’importance à la psychologie.

    "Black Squaw". Tome 1: " Night Hawk" aux éditions Dupuis. La BD contient également un making off de la série, avec des pages documentaires sur Bessie Coleman, les "Lighthorsemen' et le "Ku Klux Klan".

    PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

    blacksquaww.jpg

    Une place de choix dans la bibliothèque !

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCHIENNE-AU- PONT: Rockerill: L'Indus Garden, le 14 juillet !

    indusgarden.jpg

    L'artiste Oton est programmé le 14 juillet 

    Que le public du Rockerill se réjouisse : l’été sera musical avec l’Indus version « Garden », le 12 juillet, et d’autres concerts par la suite.

    Reconvertir les Forges de la Providence en salle de concert : ce pari fou était lancé, il y a quinze ans, par Michaël Sacchi et son équipe.  Fusion des noms  « rock » et de «  Cockerill (Sambre), le « Rockerill » était né.

    Aujourd’hui, cette institution se porte bien, puisqu’elle est, après le PBA, la deuxième en nombre de fréquentation à Charleroi, avec un public oscillant entre 40 000 et 50 000 personnes par an.  

    Mais l’arrêt des concerts, pour cause de Covid-19,  à la mi-mars,  a frappé  durement le Rockerill.  Le coordinateur du Rockerill, ainsi que  ses deux associés le DJ Globul et  Julian Trevisan, attaché de communication, doivent se mettre en chômage à temps partiel durant  4 mois. 

    « Pendant le confinement, nous avons continué  à soutenir des artistes belges et nous avons lancé le concept du « Dites 33 », pour la partie rock, et les live streaming, pour la partie électro.

    indusgarden2.jpg

    Michaël Sacchi 

    Le concept : 1 groupe du label Rockerill Record était interviewé chaque fois par un journaliste ou un(e) artiste, comme ce fut le cas avec Jungle et Mélanie De Biasio ».

    «  Les pertes enregistrées pour le Rockerill  sont considérables,  parce que, pour nous,  les mois d’avril, de mai et de juin sont les plus importants de l’année. A cette période, nous rassemblons, en effet,  environ  15 000 personnes, lors des Apéros Industriels tous les jeudis (qui devaient fêter, cette année leurs 10 ans d’existence), d’une dizaine de soirées/concerts,  de soirées électroniques,… Il faut encore y ajouter les expositions ou les week-ends événementiels comme le Vintage Market ou le salon des Micro-Brasseries » signale Michaël. 

    Petite éclaircie dans ce ciel bien sombre : les subventions à hauteur de 100 000 du Ministère de la Culture de la FWB  et de 30 000 de la Ville de Charleroi.

    L'Uzine Festival, maintenu ou reporté à novembre

    Autre bonne nouvelle: la mise sur pied de manifestations musicales en juillet-août. A commencer par l’Indus Garden, le 12 juillet, dans l’esprit du Flash Forward (électro-techno-house). A l’affiche : l’artiste belge Oton. Le concert sera donné dans les jardins, avec une jauge limitée à 200 personnes, sur réservations. Les 20 et 21 : soirées funk-latino en présence de DJ’s résidents du Rockerill : Woodboy, El Delincuente, Johnny Guerrero,…

    Une quinzaine de groupes  de la FBW pourraient être aussi programmés jusqu’à fin décembre.                                    

    « Comme salle de concerts, nous sommes un peu logés à la même enseigne que  l’Eden et le Vecteur, nos principaux partenaires » poursuit Michaël Sacchi. « Nous serons bientôt fixés sur notre sort par le Conseil National de Sécurité,  et notamment sur la mise sur pied de l’Uzine Festival,  le 5 septembre, en collaboration avec Back in the Dayz. 

    Notons que ce festival, qui  pourrait être décalé en novembre, si le Protocole sanitaire lié à la Covid-19 l’exige, est devenu une référence : Roméo Elvis y a fait notamment ses débuts ! Toute la crème de l'electro et du hip hop y est concentrée.  

    Cet événement,  qui suit le Festival de Dour (et qui en influence la programmation),  attire 2500 personnes autour de 30 groupes, dans 3 salles intérieures et 1 extérieure.     

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Une Fête de la Musique solidaire, "toutes générations confondues"

    cpas.jpg

    cpas3.JPG

    La résidence Jules Bosse revit ! 

    De jeudi à dimanche, la Fête de la Musique, mise sur pied par l’Eden, s’est tournée tout particulièrement vers les personnes les plus fragilisées par la crise du Coronavirus.  A Jumet, à la maison de repos Jules Bosse ou encore à la  Maison des Eclaireurs, le sourire était sur toutes  les lèvres.

    Un magnifique soleil. A la Maison de repos du CPAS de Charleroi Jules Bosse,   le personnel soignant agite les mains aux balcons.  Quelques dizaines de résidents, attablés aux terrasses, chantent, un verre à la main. Heureux. Et soulagés, quelque part, après ces trois terribles mois pendant lesquels le terrible Covid-19 a terrassé une dizaine d’entre eux. Les familles ne sont pas invitées, pour respecter les mesures sanitaires. 

    Sur le parvis, à bonne distance, Jacky Druaux et Céline Gravy chantent des incontournables de la chanson française (Aznavour, Piaf, Trénet,…).

    IMG_0198.JPG

    cpas4.JPG

    Ah, les belles chansons d'antan...

    « Ca me rappelle mon jeune temps,  quand j’ai rencontré Andrée ! » s’exclame Gilbert (73 ans).                                 

    cpas1.JPG

    Gilbert est heureux !

    La dernière animation remontait au Carnaval : les gilles de la société des « Joyeux Lurons » étaient venus lancer serpentins et confetti, et puis quelques semaines plus tard, plus rien. Le trou noir… « Il était temps que des activités récréatives reprennent, car nos résidents commençaient vraiment à déprimer. Ce récital est vraiment une bouffée d’air frais ! » note Martine Tamines, logopède.  

    jeunes slameurs chez les Eclaireurs

    cpas5.JPG

    Babelsouk a mis le feu 

    A quelques kilomètres de là, sur la place du Prieuré, le groupe carolo Babelsouk animait, par sa musique reggae,  le jardin de la Maison des Eclaireurs, dirigée par Angélique Orfanos. Un show case « privé » en quelque sorte très apprécié par les jeunes en difficulté,  privés eux aussi d’animations pendant de longues semaines, fréquentant ce centre de Service Résidentiel Général.

    Certains adolescents, comme Keziah (17 ans) et Florian (15 ans) de Jumet, participent régulièrement à des rencontres de slam à L’Eden, organisées par les ateliers de Goslam City.

    cpas6.JPG

    Florian et Kéziah 

    Durement touché par la crise sanitaire, le secteur culturel carolo s’est bien mobilisé. «  Rapidement, pour cette Fête de la Musique pas comme les autres, nous avons pensé faire appel aux acteurs culturels de la région pour mettre un peu de baume au cœur des personnes  les plus impactées par la crise » expliquent Fabrice Laurent et Carmela Morici de L’Eden.

    Grâce aux mesures de déconfinement, un programme a été établi - en 15 jours ! - sur une trentaine d’institutions pour personnes âgées,  en décrochage familial, en situation d’handicap ou demandeurs d’asile, dans l’entité de Charleroi.Un millier de personnes ont pu profiter des animations musicales, pendant 4 jours. JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • DES PARAPLUIES A LA RUE DE DAMPREMY !

    parapluie.jpg

    Chouette aménagement de la rue Dampremy par l'asbl Charleroi CentreVille ! PHOTO: Babette Jandrain 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire