Coup de coeur - Page 2

  • TONY PANA: "J'ai fait Saint-Jacques de Compostelle en 2 mois et 1/2

    saintjacques2.jpg

    Au cours du festival « Destination aventures »,  qui s’est tenu ce week-end au Passage de la Bourse et à l’Auberge de Jeunesse,  à l’initiative de l’ASBL Carolodyssée, le cinéaste carolo Antoine Panagiotopoulos (Tony Pana) a raconté son périple de Montigny-le-Tilleul à Saint-Jacques de Compostelle.  Un pèlerinage ? Pas tout à fait… Rencontre.

    saintjacques1.jpg

    IMG_2082.JPG

    Entre la réalisation de films et cette aventure jusque Saint-Jacques, vous avez fait un peu le grand écart…

    A.P. Oui, j’avais véritablement besoin de me mettre en mode pause.      Durant deux années, je me suis investi énormément dans la réalisation    de « AB Négatifs » (qui raconte l’infection de groupes humains par un virus : c’est assez d’actualité, ces temps-ci !), et j’avais envie de vivre une tout autre expérience, qui ne soit pas de l’ordre de la fiction mais bien de la réalité.      

    J’avais retrouvé un vieux calepin qui parlait de pèlerinage à Compostelle.  Et je me suis dit : Pourquoi pas moi ? J’ai mis deux mois et 9 jours pour atteindre mon objectif.  J’ai fait le trajet à pied,  et un peu à vélo. Cela dit, j’avais un peu mésestimé l’ampleur d’un tel périple : j’ai dormi dans  une tente beaucoup trop petite et pas étanche, j’avais trop de poids dans mon sac, l’itinéraire que j’avais tracé n’était pas toujours le bon,…

    Cette aventure était-elle un « acte de foi » ?

    A.P.  J’ai souvent répété que le pèlerinage de Compostelle n’était pour moi qu’un prétexte pour prendre la route.  Etant athée (mais j’aime me nourrir de la spiritualité des autres),  je ne suis pas parti dans la perspective d’un pèlerinage religieux, mais plutôt social. Cela dit, comme tout pèlerin, j’ai reçu une « credencial » (carnet du pèlerin) et j’étais fier de la faire tamponner à chaque étape. Un peu partout, j’ai été frappé par l’hospitalité des gens que je rencontrais. Selon le principe des « donativos » (dons), j’étais hébergé pour une somme modique. Et quand je laissais un peu d’argent, on m’en rendait souvent une partie…

    Vous avez confronté aux Gilets Jaunes et au Covid…

    A.P.  Exact. A la mi-janvier, j’ai pu éviter une grosse manif des Gilets Jaunes à Paris. A ce moment-là, on parlait déjà du Covid-19, mais sans que ça ne vire à la pandémie. Par contre, j’ai vu la progression du virus.  Quand je suis arrivé à l’église de Saint-Jacques de Compostelle, à la mi-mars (l’Espagne a été et reste très touché par le Coronavirus),  je pensais être accueilli avec beaucoup de chaleur humaine,… mais c’était plutôt avec du gel hydro-alcoolique !

    Que vous a apporté une telle expérience ?

    A.P.  Elle m’a appris énormément sur moi-même,  autant sur mes forces que sur mes faiblesses. En ce qui concerne ces dernières, j’ai réalisé à quel point je suis conditionné à systématiquement me replonger dans le confort, quel qu’en soit le niveau. Toutes les raisons sont bonnes pour choisir une situation plus favorable dès qu’elle se présente, alors que l’objectif premier de ce projet était de se dépasser.

    Pourquoi dormir dans mon sarcophage de tente alors qu’une nuit au chaud en auberge ne coute que dix euros ? Ce genre de réflexion logique, j’en ai la conviction, est l’ennemie de l’aventure !

    Mon but était d’apprendre à s’en sortir sans les facilités. J’ai notamment pu constater, avec une certaine fierté, que la douleur n’était pas un obstacle pour moi. J’en ai bavé, surtout avec mes genoux, mais jamais l’idée de faire marche arrière ne m’a traversée l’esprit.

    Comment vous sentez-vous aujourd’hui ?

    A.P. : Je suis content d’avoir retrouvé mes proches. Des mois après mon retour, je  constate avec joie que le souvenir de mon voyage ressemble bien à ma vision initiale. Sauf qu’à présent, je sais ce qu’il en coûte.  Une conclusion: pour transformer une vision en souvenir, il faut en payer le prix. Mais c’est possible, et c’est tout ce qui compte.

    PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur 0 commentaire
  • EDEN: Inauguration d'un nouveau triptyque. Des roses, non... Des sans-abri !

    francois1.jpg

    "La vie en rose" 

    Le nouveau triptyque de Pauline François, qui ornera les murs de la Brasserie de l’Eden toute une saison,  interroge le monde actuel. La photographe pratique l’art  du détournement.

    Rappelant une chanson d’Edith Piaf, la célèbre affiche publicitaire « La vie en rose » (2013) montre l’actrice américaine Natalie Portman, heureuse et brûlante, devant la caméra de Sofia Coppola, dans la campagne du parfum  Miss Dior.  Déjà connue pour des expositions au BPS 22, la photographe française Pauline François, qui a fait ses études à la Cambre,  a détourné cette affiche… en remplaçant les fleurs par des sans-abris. Ces derniers n’apparaissent en fait qu’en se rapprochant du tableau : il s’agit donc d’un magnifique trompe l’œil ! Sur une deuxième photo, un sac de pommes de terre Delhaize devient une burqa ou une cagoule  pour les condamnés à mort. Et sur une troisième, une top model est retournée, alors que les motifs de son Tshirt apparaissent  à l’endroit. 

    françois 3.jpg

    françois2.jpg

    Renversant ! 

    « L’enjeu de mon travail consiste à faire retour sur le monde et la vie, à épouser l’histoire humaine et sociale, avec le maximum de pertinence, de délicatesse…et parfois de cruauté. J’y dénonce les dérives de la société de consommation, l’intégrisme religieux, l’exploitation de l’homme,… ».

    Inaugurées vendredi, ces trois œuvres habilleront la Brasserie de l’Eden jusqu’en septembre 2021.  

    « Jusqu’à présent, tous les artistes contemporains, qui se sont succédé ici, ont pu rivaliser d’ingéniosité pour exploiter l’espace alloué. Et Pauline François ne déroge pas à la règle » signalait Fabrice Laurent, directeur de l’Eden. Cette exposition est montée en collaboration avec l’espace d’exposition carolo « L’Incise ».

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR POUR LE WE DES 3 ET 4 OCTOBRE

    carolodyssee.jpg

    Antoine Panagiotopoulos 

    carolodyssee1.jpg

    Ce week-end encore, suivez nos propositions de sorties. Il y a en a pour tous les goûts, pour toutes les bourses !

    Témoignage/festival

    En dehors du cinéma, la seconde grande passion d’Antoine Panagiotopoulos est sans aucun doute le voyage! Récemment, le jeune réalisateur carolo de  « AB Négatif » a eu la chance d'entreprendre son premier grand voyage à pied (et un peu à vélo). Une promenade de 2000 kilomètres à travers la France et l'Espagne. Sa destination, Santiago de Compostelle!  Antoine aura l’occasion de raconter les détails de son périple, lors du festival « Destination Aventures » Carolodyssée, le 3 octobre,  à 13h, à l’Auberge de Jeunesse de Charleroi. Au programme de 10h à 20h, au Passage de la Bourse : stands, conférences,  films, ateliers visites de la ville, rencontres, dédicaces de livre(s), expositions, animations, foodtrucks, musique,… Un événement soutenu par le café-bouquinerie Livre ou Verre, le Centre Commercial Rive Gauche et l’Auberge de Jeunesse de Charleroi.

    Théâtre

    Jean-Yves Girin et Marc Andreini, alias Les Indésirables, jouent dans « Petites méchancetés » de Farid Omri. Entre mauvaise foi et petits coups en douce, retournements de vestes et fayotages,  le monde de l'entreprise est un terrain miné ! Une rumeur de licenciement court dans les couloirs. Nos deux employés sont prêts à tout pour sauver leur poste. L'un des deux va être viré, c'est sûr ! Mais lequel ? Ajoutez à cela un supérieur machiavélique qui compte les points et vous obtenez un cocktail explosif et hilarant ! Au Comédie Centrale, 33, rue du Grand Central, à Charleroi, jusqu’au 18 octobre. Prix : 25 à 12,50 . Infos et réservations : 071/ 30 50 30.

    Brocantes

    -Samy et ses amis invitent le public, les 3 et 4 octobre, de 8h à 20h,  à leur 1ère brocante à la ferme pédagogique, à la rue de Velaine 6, Wanfercée Baulet.  Petite restauration sur place et bonnes affaires à la clé. Téléphone : 0479/921663.

    -L'ASBL Bouge organise sa première brocante le 4 octobre, de 9 h à 16h,  avec l’objectif de récolter des fonds pour leurs activités: venir en aide aux  plus démunis (donations mensuelles) et pour les enfants (stages multisports gratuits, remédiations scolaires,...). Parking Cos1, rue Des Olympiades à Charleroi.  Tél. 0472/653103.

     Vide dressing

    Le 4 octobre, de 10h à 17h, se tiendra la 4èmé édition du Vide-dressing Vestimi. Vente de vêtements neufs et de seconde main hommes-dames-enfants. Entrée gratuite aux visiteurs. Bar et petite restauration. Infos et réservations: 0483/056967. Foyer Des Haies à la Place Des Haies, 1 Nalinnes.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur 0 commentaire
  • NOUVEAU SALON DE COIFFURE

    priscilliaaaaaaa.jpg

    A partir du 13 octobre avec Priscillia Lambeau et Najim Boumina 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur 0 commentaire
  • MARCINELLE- Les Grands Ducs sur le site de Composite

    ducs1.JPG

    Le Conseil de Participation du District Sud de Charleroi invitait le public à son concert gratuit avec Les Grands Ducs,  dans les Espaces Créatifs Partagés de Composite.

    Le 19 mars 2013, le Collège communal de Charleroi approuvait la mise en place d’un dispositif de participation citoyenne inédit : les Conseils de Participation. « Chaque CP a pour mission de traiter de toutes les questions qui se posent aux habitants, dans le sens de l’intérêt général, touchant notamment aux questions de l’aménagement urbain, de la politique de la ville, de la mobilité, de l’environnement, de la tranquillité publique, des activités à vocation éducative, sportive, culturelle, de loisirs et d’animations dans le périmètre du CP » soulignait l’échevine Julie Patte,  en charge de la Participation citoyenne.                 

    « Le concert de ce jour est une occasion de se retrouver en en toute sécurité pour profiter d'un moment musical hors du temps et de l'actualité, de partager un verre,  de faire  vivre le quartier et de soutenir les artistes Carolos ! ».

    des voix et des styles uniques

     Les Grands Ducs est un groupe composé de Cendrine Ketels (au chant et aux percussions), d'Aurélien Belle (au chant et au piano) et de Fabrice Gobessi (au chant et à la guitare). Les classiques français sont interprétés par ces trois artistes aux voix et aux styles uniques !

    Le spectacle est dans la tradition des cafés-concerts parisiens de la grande époque Rive gauche : le théâtre, l'humour, le burlesque, mais aussi la tendresse et la nostalgie y sont les maîtres mots. Le concept des Grands Ducs est né au moment de la disparition de Jean-Pierre Marielle que les trois membres du groupe affectionnaient particulièrement ! Les musiciens/chanteurs font de nombreux clins d’œil au cinéma français de cette époque.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • THEATRE- Un prénom, on le porte toute une vie !

    prénom1.jpg

    La troupe carolo Cabaret 2000 joue actuellement « Le Prénom ».  Cette comédie française (assez grinçante, il faut le dire), écrite par Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière, raconte l’histoire de Vincent (Antoine Vandenberghe), bientôt père pour la première fois. Invité à un dîner chez sa sœur Babou (Mélanie Robin), le quadragénaire est bombardé de questions sur sa future paternité ! Mais quand arrive la question du prénom de l’enfant, sa réponse plonge la famille dans le chaos… « Adolphe », même s’il est un prénom de la littérature française, ne fait-il pas penser à un vilain moustachu ? Un prénom : on le porte toute sa vie! Dans la pièce,  les répliques sont cinglantes, voir blessantes, laissant apparaître  les différentes vulnérabilités  des personnages.  Non, toutes les vérités ne sont pas bonnes à dire… ! La mise en scène est signée Jean-Paul Clerbois. Avec également Evelyne Delfosse (Anna), Luigi Di Giovanni (Pierre) et Jean-Charles Gosseries (Claude).                

    prénom2.JPG

    « Le Prénom » est à voir jusqu’au 18/10 dans la grande salle du Théâtre Marignan, 53 au boulevard Tirou à Charleroi. Infos et réservations : info@theatremarignan.be - billetterie@theatremarignan.be. Prix : 18 à 12,40 (abonnés). Par téléphone: 0495/10.20.14 (du mardi au samedi de 10h à 13h et 14h à 17h).

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • FLEURUS- Les quilles finlandaises ont leur succès !

    molkky2.JPG

    Le 1er open de Belgique de Mölkky se disputait, dimanche, à la Fleurus. Un chouette loisir pour les familles !

    molkky1.JPG

     

    Dimanche, les 5 clubs belges de Mölkky : Saint-Amand(Fleurus), Saint-Ghislain, Messancy, ainsi que le Namurcum et le Molkkamis de Namur se rencontraient pour la première fois à la plaine des Sports de Fleurus. Le principe du jeu : douze quilles en bois de dimensions identiques, marquées de 1 à 12. Une plus grande quille de lancement appelée le Mölkky. A tour de rôle il faut abattre les quilles numérotées. Après chaque lancer, les quilles sont relevées à l'endroit  où elles se sont immobilisées. Le premier joueur à atteindre exactement 50 points gagne le jeu. « Cela ne fait que 5 ans que ce jeu de quilles d’origine finlandaise s’est fait connaître chez nous, et déjà, il connaît déjà un joli succès auprès d’un public très familial, surtout pour son côté très tactique. L’avantage de ce jeu est que l’on peut s’y adonner quelle que soit la nature du terrain » faisait remarquer Alain Bouton, président de la Fédération belge de Mölkky et président du club de Saint-Amand.

    molkky3.JPG

    Dimanche, le 1er Open belge de Mölkky  rassemblait 106 personnes. Les parties duraient entre 10 à 15 minutes chacune, en doublette. L’objectif de la rencontre était aussi de donner plus de visibilité à ce loisir, et pourquoi pas constituer une ASBL. Les entrainements ont lieu au club de Saint-Amand, les mardis  et mercredis de 18h à 23h. Pour tout contact : 0489/68 02 63.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • JUMET- Une nouvelle école maternelle "Robert Arcq"

    arcq2.jpg

    La Ville honore son patrimoine à travers les nouveaux noms d’écoles maternelles et fondamentales.

    Depuis le début du mois de septembre, 23 écoles maternelles et fondamentales de l’entité de Charleroi portent le nom de personnalités ou de particularités patrimoniales, historiques, géographiques,… liées à la région. C’est le cas de l’école maternelle au 3, rue Vandeweyer à Jumet Gohyssart, qui porte maintenant le nom de Robert Arcq (1925-1994).                     

    Celui-ci doit surtout sa reconnaissance à ses recherches et à ses ouvrages folkloriques sur Jumet, ses traditions et son folklore. Il a également écrit en wallon et élaboré plusieurs enquêtes sociolinguistiques sur la vie quotidienne de Jumet et ses anciens métiers. Robert Arcq est aussi le père de Pierre.                      

     « Je suis très honoré de voir son nom écrit en grand sur la plaque de l’école » a souligné ce dernier, historien local et ex-secrétaire de la Société des « Amis de la Madeleine ».

    D’autres noms d’écoles ont été rebaptisés, comme l’école à la rue Barré à Dampremy devenue « La Marsaude », une lampe de mineur qui est aussi le symbole de la Ducasse, ou encore l’école à la place Albert 1er à Montignies-sur-Sambre qui fait référence à la Duchère, un des puits principaux puits du charbonnage de Trieu Kaisin. Tout ce travail de reclassement a été effectué par Julie Patte et son équipe.

    « Il s’agit de la concrétisation d’une décision prise par le Conseil communal, il y a deux ans, dans le cadre d’une rénovation signalétique, impliquant les acteurs locaux, les Cercles locaux, diverses associations,… » a précisé l’échevine de l’Enseignement.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CONCERT- Laurent Mathieu et François De Brigode en concert à l'Eden

    duo.jpg

    Quelques semaines auront suffi à François De Brigode et à Laurent Mathieu pour monter un(e) lecture/concert. Ces deux présentateurs du JT sur la Une, tous deux Carolos, se produisaient à la Brasserie de l’Eden. 

    « L’idée d’une lecture/concert a germé au mois d’août.  J’étais dans mon bain,  et je lisais « La Peste » de Camus, un roman bien de circonstance par les temps qui courent» explique François De Brigode.  « Peu de temps avant, l’appel de mon ami Fabrice Laurent  m’avait beaucoup touché…  Le directeur de l’Eden disait en quelques mots qu’il ne fallait pas baisser les bras devant la pandémie, en restant créatif(s). L’envie de m’associer avec Laurent est devenue alors une évidence… ».  A l’annonce d’une collaboration artistique avec François,  Laurent Mathieu s’est montré à la fois enthousiaste et prudent…

    duo2.jpg

    « Je joue régulièrement de la musique. Je reprends par exemple Michel Berger, David Bowie ou encore Jimi Hendrix  à la guitare. Durant la période de confinement, j’en ai profité aussi pour faire plus de piano. Mais de là à préparer un concert, en quelques semaines, je me tâtais encore un peu… »

    ils reviennent souvent à Charleroi

    Finalement, le défi a été relevé, vendredi soir, dans la Brasserie de l’Eden. Pendant que François De Brigode parcourait quelques extraits de La Peste, Laurent Mathieu chantait et revisitait à la guitare et au piano le répertoire de U2, des Beatles, des Stones, de Johnny Cash, de Ben Harper,…

    Le public,  réduit à 40 personnes pour des mesures sanitaires, était ravi.

    Si les deux journalistes carolos, très médiatisés, sont surtout connus pour leur métier, il n’en reste pas moins qu’ils sont passionnés aussi par l’art. François De Brigode  est épris de littérature, de cinéma et de photographie. En 2018, il a d’ailleurs exposé les clichés de sa série : « Nuages » à la galerie Tillier à Mont-sur-Marchienne.  Laurent Mathieu est également un accro de pop culture. Espérons tout de même que le duo ainsi constitué continue leur collaboration artistique et en fasse profiter un public plus nombreux. Un autre point commun : leur grand attachement à Charleroi.  De la capitale, les deux compères reviennent d’ailleurs régulièrement dans les bons bars carolos pour goûter à l’ambiance chaleureuse.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    duo3.jpg

    Laurent Mathieu en famille

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCINELLE- Un WE "Wild Opening" !

    wild4.jpg

    Une savane… ou presque ! C’est un peu ce à quoi ressemblait le Centre de Délassement, au cours de sa « Wild Opening ». L’Ancre présentait sa nouvelle saison de spectacles, avec des partenariats carolos renforcés. 

    wild1.JPG

    Des fauves se seraient-ils introduits subrepticement dans la salle d’accueil du Centre de Délassement ? Non, bien sûr ! Si des rugissements s’y faisaient entendre, c’était pour marquer le début de présentation de chaque spectacle par différents intervenants, devant un petit groupe de spectateurs, pour respecter les mesures sanitaires, liées au Covid-19.

    Ce « speed dating » était la formule originale trouvée par l’équipe de L’Ancre, au cours d’un week-end ponctué d’animations (ateliers, balades sauvages, pique-nique, concerts,…),  pour remplacer la présentation traditionnelle de la saison.

    « Aujourd’hui,  une seule évidence persiste pour la saison à venir : notre vie d’avant a basculé et nul ne sait si nous (re)trouverons une place pour célébrer notre soif de vivre et de liberté(s). Par contre, nous l’assurons, nous mettrons tout en œuvre pour revivre et partager des émotions intenses » signalait Jean-Michel Van den Eyden, directeur du Théâtre.

    wild2.JPG

    Jean-Michel Van den Eyden prend de la hauteur

    Un focus pour des récits de vie

    Placés sous le slogan « créer, partager, vivre », les spectacles de cette saison se partageront entre - le Centre de Délassement, en octobre, pour « Traces » : discours aux nations africaines » et « L.U.C.A », - L’Ancre, rue de Montigny, avec « The Quest », « Je suis une Histoire », « Soissons dans l’Aisne », « Fiction », « Eddy Bellegueule », « Shrik », « Celui qui se moque du crocodile n’a pas traversé la rivière », « Ninalisa », « Pueblo », ainsi que Charleroi danse (7 spectacles), le PBA (2 spectacles) et l’Eden (2 spectacles).  

    Quelques-uns de ces spectacles font partie du focus autobiographique « Me, myself & I », du 12 janvier au 13 mars, qui  fera découvrir 10 spectacles de théâtre et de danse, et mettra à l’honneur le vécu des artistes et leur récit autobiographique. Infos et réservations: www.ancre.be.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR DU WEEK-END DES 26 ET 27 SEPTEMBRE

    prénom.jpg

    Théâtre

    Au cours d'une soirée, lors d'un dîner familial, l'un des convives annonce qu'il va donner à son fils un prénom qui va provoquer fureur et consternation chez les autres convives. La discussion s'envenime et la soirée tourne au règlement de comptes ; s'ensuivent alors les non-dits et les vérités de chacun et tous finissent par avoir de violentes altercations… « Le prénom » de Matthieu Delaporte et Alexandre de la Patellière se joue du 25 septembre au 18 octobre, du  jeudi au samedi 20h30 et les dimanches à 16h30, dans la grande salle du Marignan Théâtre, boulevard Tirou, 53 à Charleroi. Avec Antoine Vandenberghe,  Mélanie Robin, Luigi Di Giovanni, Evelyne Delfosse et Jean-Charles Gosseries. Abonnés Marignan : 12,40 €. Place : 18 €. Moins de 25 ans : 10 €. Seniors : 14  €. Groupe +10 pers : 14 €. Mise en scène de Jean-Paul Clerbois. billetterie@theatremarignan.be. Téléphone : 0495/10.20.14

    Expositions

    Du 26 septembre au 17 janvier 2021, trois nouvelles expos sont à voir au Musée de la Photographie  - « L’instant qui fuit » retrace le parcours d’Yves Auquier.  Photographe de l’intime, s’intéresse au vivant, au temps qui passe,  au familier et à l’instant fugitif, résumant lui-même sa transversalité par la notion de « réalisme intimiste ».  - «  A propos de Peter Mitchell - Nouveau démenti sur la mission spatiale Viking 4 » : Peter Mitchell est un photographe documentaire britannique, connu pour documenter Leeds et ses environs depuis plus de 40 ans. -  « A propos de Michaël Dans - When the water clouded over ». Pendant plus de deux années,  le photographe a créé des installations florales à partir de vases, de tissus ou de papier peints. Le musée est ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Prix : 7 à 4 , Avenue Paul Pastur 11, Mont-sur-Marchienne. Infos : 071 43 58 10.

    WE d’ouverture

    En ce début de saison, Le Théâtre de L’Ancre s’installe pour quelques      semaines au Centre de Délassement de Marcinelle, Avenue des Muguets, 16. Un week-end « Wild Opening » accueillera le public, le 26 septembre à partir de 12h. A 18h30 : présentation de la saison, et le 27 septembre à partir de 12h. A 18h : verre de l’amitié et à 19h00 : concert avec La Jungle. Gratuit. Réservation obligatoire pour tout (créneau, paniers, atelier, balade, garderie) : 071/314 079 – info@ancre.be.

    Loisirs

    Le 27 septembre de 8h30 à 19h, se déroulera l’Open Belgique de MÖLKKY (jeux de quille Finlandais). Ouvert aux amateurs, semi-pros et pros. Démonstration toute la journée. Prêt de jeu pour faire quelques parties entre ami(e)s. Ambiance familiale. Prix : 10 par doublette.  A LA Plaine Des Sports, 55, rue de Fleurjoux à  Fleurus.  0489/680263.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur 0 commentaire
  • MARCINELLE- exposition de Giampaolo Amoruso

    giampaolo1.jpg

    « Umanita Poetica » de Giampaolo Amoruso présente une galerie de personnages… hauts en couleurs ! 45 pièces sont exposées.

    giampaolo2.JPG

    « Les couleurs très vives de mes personnages sont certainement à mettre en rapport avec mon caractère méditerranéen » s’exclame Giampaolo Amoruso. 

    IMG_1870.JPG

    Avec « Umanita Poética », le plasticien italien lance la nouvelle saison d’expositions du musée du Verre.  L’artiste s’intéresse avant tout à l’être humain, à travers des séries de sujets bien dodus (ou « aériens » comme il le précise) encore plus réalistes. Une attention toute particulière est  portée aux têtes et aux regards. Le tout forme une famille gaie et animée. 

    Certaines pièces remontent à l’origine de l’homme. « Depuis toujours, je m’intéresse à la psychologie, à l’anthropologie ou encore à l’ethnologie. Des scarifications apparaissent sur certains de mes personnages, ou encore  des scènes de vie sur les vêtements ». Le soufflage à la canne,  la gravure, l’émaillage sont à la base de son processus de création. Giampaolo Amoruso est né en 1961. A 15 ans, il entre comme apprenti-souffleur aux cristalleries de Boussu. Il expose ses créations pour la première fois en 1987. Dans les années 90, il entame un tour d’Europe d’ateliers d’artistes. En 1992, il installe son premier atelier à Boussu.  L’exposition se tient jusqu’au 7 février 21, du mardi au samedi au Musée du Verre, site du Bois du Cazier à Marcinelle. Visite individuelle : 8 à 4,50 . Infos et réservations : 0496/599 214. mdv@charleroi.be

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • RUCHE THEATRE- "Alice au Pays des Merveilles", ce samedi !

    alice.jpg

    Bonne nouvelle ! Après deux annonces d’annulations,  le spectacle « Alice au  Pays des Merveilles » pourra être joué finalement sur la scène de la Ruche Théâtre, ce samedi. Pour  respecter les normes sanitaires, la distribution a été revue à  la baisse : 4 comédiens au lieu de 26 !

    Si, dans l’œuvre de l’auteur britannique Lewis Carroll (1832-1898),          l’histoire d’Alice au Pays des Merveilles connaît des rebondissements  multiples, il en est de même pour le spectacle à la Ruche Théâtre…

    Petit rappel : en mars dernier, à 1 semaine de la première représentation, le couperet tombe : les portes du théâtre devront rester closes, à cause de la crise du Coronavirus.  Cette décision provoque une grosse déception pour Thierry Piron, le metteur en scène et l’adaptateur de l’œuvre, ainsi que pour les 26 comédiens, déjà très enthousiastes! Petite compensation : quelques semaines plus tard,  il est décidé de reporter le spectacle en septembre.  Mais fin août, nouveau coup de théâtre : en raison de la recrudescence des contaminations, le spectacle ne pourra  pas avoir lieu…

    une double lecture

    C’était sans compter la détermination et la créativité de Jérôme Roose.  Le comédien carolo propose alors de jouer tous les rôles, à la manière d’un seul-en-scène : le Chapelier, le Lapin Blanc, la Chenille, le Chat, la Reine de cœur,… Heureusement, les mesures s’assouplissent : Jérôme sera rejoint  sur scène par Clara Fusella (Alice) ainsi que par Céline Conreur et Baptiste Caracovis (les jumeaux Tweedledum et Tweedledee).  Autre changement : le Blue Bar a été préféré  à la grande scène pour de meilleures conditions sanitaires. Le comédien Guy De Hainaut assure la partie narrative et Thierry Piron l’accompagnement au piano.

    «  Alice au Pays des Merveilles » est un ouvrage étrange écrit par un spécialiste en logique mathématique. Cette logique absurde est bien présente dans cette œuvre » déclare Jérôme Roose. « Si les adultes saisiront cette clé de lecture, il était aussi de mon devoir de transmettre aux petits la féérie d’un monde merveilleux, aux frontières imprécises, avec une foule de créatures à l’aspect insolite ». Les représentations auront lieu ce 26 à 15h (séance supplémentaire) et à 20h30. Le dimanche est déjà complet. Prix :15 et 12 (moins de 12 ans).  info@laruchetheatre.be. 0473/ 39 00 82.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    IMG_1894.JPG

    Clara Fusella joue Alice 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • INAUGURATION DE L'ILOT DE LA GUIMBARDE- 2ème Week-end !

    ilot1.JPG

    ilot3.jpg

    Le Théâtre jeune public a désormais son antre à la Ville Haute: «  l’Ilot de la Guimbarde ». Des spectacles gratuits sont proposés les 26 et 27 septembre.

    Samedi dernier,  la rue de France était déjà bien animée. Les hôtesses Gwénnaëlle, Nathalie, et Véronique,  habillées aux couleurs du Théâtre de la Guimbarde, c'est-à-dire en jaune, rouge et vert, accueillaient chaleureusement les enfants et leurs parents,  lors du week-end d’inauguration du tout nouvel Ilot de la Guimbarde. 

    « Dédié au théâtre jeune public, notre théâtre est à la fois un lieu de création, de rencontre et d’expérimentation »  faisait remarquer la comédienne Gwénnaëlle La Rosa. Non loin de là, les régisseurs accrochaient des guirlandes. L’ambiance était à la fête… Sur la place du Bourdon, une caravane attendait les spectateurs pour « Viva Raphaël »,  un spectacle muet décalé qui se joue devant, dessus, et à l’intérieur du véhicule !

    L’inattendu était partout : animés par le Tof Théâtre, une bande de « seniors bienfaiteurs zélés au service de la communauté » (des marionnettes de taille humaine) se fondaient avec bonheur dans le public…

    IMG_1835.JPG

    Les spectateurs s’installaient dans le théâtre pour le premier spectacle : « Tiébélé », avec Nadège Ouédraogo  et Bérénice De Clercq. Dans la cour d’une maison Kasséna, une jeune femme  mêle l’argile et l’eau, patouille, gribouille, explore le chemin des premières traces…

    ilot.jpg

    ilot4.JPG

    Retour aux racines

    A voir aussi le week-end prochain (26 et 27 septembre) : « Point de vue », « Mousse », « Le Livre Passe-têtes et lecteurs publics », François Bijou, « Turdus Philoménos », « les Tartines »,… et d’autres surprises !    Théâtre, cirque, concerts,… sont au rendez-vous pour toutes les familles.Gratuit uniquement sur réservation (jauges limitées-Covid).
    contact@laguimbarde.be – 071/15.81.52 – 0492/58.08.76

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCINELLE- Les Grands ducs en concert

    Le Conseil de Participation du District Sud de Charleroi est heureux de vous convier à son concert gratuit avec Les Grands Ducs- Samedi 26 septembre 2020 de 16h à 19h dans les Espaces Créatifs Partagés – Composite, 174 avenue de Philippeville à Marcinelle
     
     
    Retrouvons nous en toute sécurité pour profiter d'un moment musical hors du temps et de l'actualité.
    Partageons un verre, faisons vivre le quartier et soutenons les artistes Carolos ! Les Grands Ducs est un groupe composé de Cendrine Ketels (au chant et aux percussions), d'Aurélien Belle (au chant et au piano) et de Fabrice Gobessi (au chant et à la guitare). Les classiques français sont interprétés par ces trois artistes aux voix et aux styles uniques ! Ce spectacle est dans la tradition des cafés-concerts parisiens de la grande époque Rive gauche : le théâtre, l'humour, le burlesque, mais aussi la tendresse et la nostalgie y sont les maîtres mots. Le concept des Grands Ducs est né au moment de la disparition de Jean-Pierre Marielle que les trois membres du groupe affectionnaient particulièrement ! Vous y trouverez de nombreux clins d’œils au cinéma français de cette époque. Les Grands Ducs : C'est 3 amis qui vous promettent une chose : Garder son âme d'enfant !!
    Concert en extérieur DES TONNELLES SERONT INSTALLÉES AU CAS OU LA PLUIE DECIDE DE PARTICIPER <img src="https://static.xx.fbcdn.net/images/emoji.php/v9/ta5/1.5/16/1f642.png" alt="

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire