Coup de coeur - Page 2

  • LE JOURNALISTE DE LA RTBF LAURENT MATHIEU: FIER DE CHARLEROI !

    laurentmathieu3.jpg

    Du skate-board devant le Ministère des Finances à des concerts comme guitariste au Centre Ville, le journaliste de la RTBF évoque aussi de bons moments à Charleroi.

    Laurent Mathieu a grandi à Mont-sur-Marchienne, et effectué ses études primaires et secondaires au Collège du Sacré-Cœur.  Installé à Bruxelles, le journaliste revient régulièrement à Charleroi pour y voir sa famille et ses amis. Depuis octobre 2016, il présente les JT du week-end sur la Une, en alternance avec Julie Morelle. Tour d’horizon avec Laurent de ce qui a fait chez nous l’actu en 2019  (et même un peu avant) et fera 2020.

    laurentmathieu.JPG

    Laurent Mathieu sur un siège de Quai 10, lors du festival sur l'Intelligence Artificielle

    1)Ma participation dans le film : « La magnificence du Grand Charleroi »

    « Comme d’autres personnalités médiatiques carolos : Christophe Baneton (TéléSambre) ou encore Annie Allard (On n'est pas des pigeons), j’ai participé au tournage de ce film, qui sera projeté au printemps 2020. Les intentions de Frédéric Max Donough (réalisateur), Benoît Destatter (scénariste) et Ridha Ben Hmouda (caméraman) ? Mettre en valeur toutes les ressources positives de la ville et battre en brèche certains clichés qui donnent de Charleroi une mauvaise image ».

    2) L’exposition sur le roman-photo au Musée de la Photographie

    « Je suis un grand fan de « pop culture », entendez par là, la culture populaire qui touche la BD, la publicité, les films et productions destinés au plus grand nombre. (N.D.L.R : 2019 a été une bonne année avec les Avengers, Star Wars, X-Men, Captain Marvel !). En ce sens, j’ai particulièrement apprécié l’expo consacrée au roman-photo, de mai à septembre, à Mont-sur-Marchienne. Pourquoi ? Parce qu’elle a permis, de façon attrayante et ludique, de réhabiliter auprès du public un genre souvent décrié et jugé pas assez « intellectuel » par certains, alors qu’il s’agit d’un genre à part entière. »

    3) Le concert de Lou Doillon à L’Eden

    « Le concert de Lou Doillon, la fille de la chanteuse Jane Birkin et du réalisateur Jacques Doillon, m'a emballé. Je suis moi-même guitariste. J’ai joué notamment lors de la Fête  des Rhétos au Collège du Sacré-Cœur (ça remonte à mes 18 ans !, et plus récemment, à la librairie Molière lors d’une expo/photo de mon ami journaliste François De Brigode (un autre Carolo !), avant de descendre à la rue de Dampremy. Un moment très mémorable, et une ambiance du tonnerre.  Je suis prêt à remettre ça ! J’ai assisté aussi à de nombreux concerts au Rockerill. »

    4) Dirty Monitor, Loïc Nottet, Kid Noize,…

    “Charleroi n’a pas à rougir de ses figures montantes dans le monde de la variété et de la musique. Kid Noize a réussi à s’imposer comme DJ, avec son masque de singe, sur les plus grandes scènes. Loïc Nottet est un excellent chanteur et danseur. Je suis toujours «soufflé » devant les projections en 3D vidéo mapping de Dirty Monitor,… J’apprécie aussi JeanJass, très bon rappeur ».

    5) le redéploiement des activités à la Ville Basse

    « Mon lieu de prédilection à Charleroi est la Brasserie du Quai 10. C’est là que j’aime me retrouver le plus souvent pour discuter avec des amis.  Je vais aussi souvent à la Manufacture Urbaine, à Rive Gauche, ou dans d’autres établissements sympas,… Je suis particulièrement content et fier de voir le redéploiement de la Ville Basse. Grâce aux différents chantiers entrepris, cette partie de la Ville ramène des habitants à son centre. Charleroi montre ainsi qu’elle peut être à la hauteur de ses ambitions ! »

    6) le développement du sport dans la ville

    « Quand j’ai appris que Décathlon, récemment inauguré, allait bientôt accueillir une salle de sport, une autre d’escalade, un terrain multisports, sans oublier 5 terrains de foot et 5 de padels sur le toit, on ne peut que se féliciter de l’offre sportive de plus en plus grande à Charleroi. Très belle initiative aussi le West Station Skate Park à Couillet ! Je me souviens que, plus jeune, j’allais faire du skate avec des copains sur l’esplanade devant le Ministère des Finances, mais nous nous faisions chasser, parce que cela nous était interdit ! »

    7) la montée du Sporting

    «  Je suis très attaché au Sporting. Belle saison avec une série de 10 matches sans défaites : on peut être fier de nos Zèbres ! Mon papa m’emmenait souvent au stade. En 1992-1993, j’étais plein d’admiration pour des joueurs comme Dante Brogno ou encore Pär Zetterberg ! Je n’oublierai jamais le fameux match qui opposait, le 17 juin 2000, l’Angleterre à l’Allemagne, pour l’Euro 2000. La Ville était en état de siège, par peur des violences entre Hooligans ! »

    8) la lutte pour la conservation de sites industriels

    « L’industrie lourde fait partie de l’ADN de Charleroi. Pour que notre Ville ne balaie pas une partie importante de son passé, je comprends les luttes pour la sauvegarde de sites industriels à Charleroi, comme le HF4. De grandes villes comme Manchester ou Liverpool ont connu aussi une crise de l’industrie, et ont pu rebondir dans d’autres secteurs ».

    9) la fermeture de Caterpillar

    «  En septembre 2016, Caterpillar annonçait la fermeture de son site de Gosselies et le licenciement collectif de 2200 travailleurs. Au même moment,   je participais à des festivités pour le 350ème anniversaire de la fondation de Charleroi. C’est un peu ça l’actualité, telle qu’elle se présente également au JT. Les mauvaises nouvelles côtoient les bonnes ».

    10) le décès de Jean-Yves Wargnies

    « Bien sûr, j’ai été bouleversé par la mort toute récente de Jean-Yves Wargnies. C’était une grande figure à Charleroi, très appréciée pour sa bonne humeur et sa générosité, mais je ne l’ai pas connu personnellement. Le meurtre à son encontre a été brutal, complètement dépourvu de sens,( pour une querelle de voisinage!)  et ne peut absolument pas être justifié, de quelque manière que ce soit. »

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • LE FILM "AB NEGATIF" DISPONIBLE SUR INTERNET

    abnegatif1.jpg

    Le cinéaste carolo Antoine Panagiotopoulos

    Sorti officiellement le 4 octobre 2019, le film « AB Négatif » du Carolo Antoine Panagiotopoulos (Tony Pana) se fait de plus en plus remarquer.

    La première Carolo de « AB Négatif » avait eu lieu le 28 Juin 2019 et avait accueilli environ 200 spectateurs au cinéma Côté Parc du Quai10.                      

    L'équipe du film avait également réalisé un don de sang collectif, l’été dernier, au Centre de Transfusion de Charleroi.

    Ce thriller post-apocalyptique est à la croisée de Mad Max et d’Indiana Jones ! L'intrigue: dans un monde en pleine pandémie, deux frères tentent de survivre... Tous les groupes humains sont infectés par un virus mortel, sauf les AB négatifs, groupe sanguin assez rare. Les Sangsues, une faction armée d'hommes infectés, chassent ces derniers pour boire leur sang...

    Parmi les personnages principaux : Jimmy Lowe (joué par Tony Pana), touché par la maladie, Ty, son frère (Anthony Reese), épargné par le virus, et Kira (Margaux Colarusso), jeune femme qui essaie de fausser compagnie aux Sangsues. Ajoutons aussi Zoran, « le méchant » (Renaud Lecuyer). La musique est signée Rallo Myz, compositeur et rappeur, aussi connu sous son blaze de rappeur, Tr3ize, membre du groupe Ludus Libre. Le clip de la chanson officielle: « Fight Against The Tide », interprétée par la chanteuse carolo Laura Curado (repérée lors de la saison 2017 de The Voice Belgium), est disponible sur YouTube (Url: https://youtu.be/gZjfxfsg5e0.                

    Suite à une collaboration fructueuse, Laura travaille sur un projet personnel d'album avec Rallo Myz.

    Le film peut être commenté et recevoir une cote sur le site IMDB.com (url: http://bit.ly/AbNegativeOnIMDB), où il a reçu 3 prix et 8 nominations. Un contrat de distribution a été établi avec l'agence Indie Rights de Los Angeles.

    « AB Négatif » est disponible chez nous sur le site primevideo.com en VOSTFR (url: http://bit.ly/AbNegativeSousTitresFrançais) et sur plus d'une centaine de territoires anglophones et francophones. J.C.HERIN 

    abnégatif.jpg

    L'équipe au Côté Parc de Quai 10

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • INTERVIEW D'ANGELO BISON, PSYCHOPATHE D'ENNEMI PUBLIC

    angelo4.JPG

                                   Angelo Bison : L’Ennemi public est aussi l’ami des Gerpinnois 

    Le comédien souhaiterait jouer à Charleroi une pièce sur l’immigration italienne

    A peine installé, Angelo Bison (62 ans) se fond déjà dans la vie gerpinnoise. Rencontre avec le comédien belge qui incarne Guy Béranger, psychopathe dans la série télévisée de la RTBF : « Ennemi public », inspirée de l’affaire Dutroux.

    angelo2.jpg

    Angelo Bison près de la statue de Sainte Rolende

    Angelo, vous habitez à Gerpinnes depuis 2 mois 1/2, et déjà on vous y voit un peu partout…

    Angelo Bison (A.B.) :  J’habite à l’entrée du village. N’étant pas un fou de voiture, c’est pratique pour rejoindre le centre à pied ou à vélo. Il y a 7 ans, je suis tombé amoureux de Marie, une habitante des Flaches, qui m’a donné 2 beaux enfants : Léonie (3 ans) et Jules (6 ans). Ses parents habitent aussi Gerpinnes. Après Morlanwelz, où j’ai vécu 21 ans, j’ai décidé de tourner une nouvelle page de mon existence, ici.

    Les Gerpinnois sont déjà allés vous voir à Bruxelles !

    AB : En effet, et l’on doit cette initiative à l’échevin Michel Robert, avec qui je me suis rapidement lié d’amitié. Dernièrement, un car a été affrété pour Bruxelles. Les Gerpinnois ont assisté à une représentation d’« Un homme si simple » d’André Baillon. Dans ce seul-en-scène, j’incarne un personnage guetté par une folie « ordinaire », une dépression aggravée, avec des pulsions de mort et de vie qu’on qualifierait de « déviantes ». Dans le car, j’ai eu l’occasion de recueillir les réactions à chaud, toujours très positives !

    20 ans après l’Affaire Dutroux, vous pensiez incarner Guy Béranger dans « Ennemi public » ?

    A.B : Non, Matthieu Frances a pensé à moi, en voyant les personnages assez sombres que j’incarnais. «  Ce sont tes yeux qu’on veut ! » déclarait le jeune réalisateur. J’ai été très secoué par l’Affaire Dutroux (je suis moi-même « jeune » papa). Les personnages de Béranger et Dutroux sont assez similaires. Mais contrairement au premier, qui tue par plaisir, le second, plus manipulateur, abuse en plus de ses victimes. Pour moi, Marc Dutroux représente le monstre absolu. Un troisième cycle d’Ennemi public est déjà en préparation.

    Gerpinnes n’est pas loin de Charleroi. Et pourquoi ne pas y jouer ?

    A.B. C’est bien mon intention. Je me suis produit à l’Ancre, du temps où Patrick Descamps en était le directeur artistique, pour « Fabricca » d'Ascanio Celestini, mais je n’ai plus rien joué à Charleroi, depuis lors. Je pourrais y présenter un troisième monologue : « Da solo » de Nicole Malinconi, une pièce qui raconte l’histoire d’un Italien venu travailler un Belgique. Je suis moi-même d’origine italienne. Mon père est arrivé en 1947, après la guerre, venu de la région de Vincenze, avec la toute première vague de migrants. Je suis donc ouvert à toute proposition ! A Charleroi, le spectacle aurait une résonance toute particulière, vu la communauté importante d’Italiens. Pour tous contacts : angelobison@yahoo.fr

    PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

    robert.jpg

    Michel Robert, échevin de la Culture à Gerpinnes, à propos d’Angelo Bison:

    «  Depuis quelques mois, Angelo arpente les rues de notre village. Il fréquente les commerces du centre, conduit ses enfants à l’école et se balade dans notre campagne. « Ben tiens, je vous reconnais, vous ne seriez pas… ? ». C’est que tomber nez à nez avec l’ennemi public, ça peut donner des frissons dans le dos. « Oui ! », se plait-il à répondre avec un petit sourire en coin. Après deux mots échangés avec la plus grande simplicité du monde, vous comprenez que notre acteur vedette de la série phare de la RTBF est l’homme le plus sympathique  au monde. Il est charmant et se fond à merveille dans la simplicité de notre environnement. Comme tout un chacun de nos concitoyens, il aspire à la quiétude et savoure le bonheur de vivre à Gerpinnes. Mais vous savez, nos gens sont discrets et notre artiste de talent vit une vie tranquille. Néanmoins, l’exceptionnel acteur qu’il représente, n’hésite pas à venir applaudir notre troupe de théâtre en wallon, « l’Equipe », lors de notre dernier spectacle « Ene bèle pètite gayole » que j’ai écrit. Il est également attentif à l’actualité culturelle de notre entité. Mieux encore, en 2020, il participera probablement à l’une ou l’autre activité. Angelo Bison, un homme si simple, en parfaite harmonie dans notre paysage.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • TSHIRT MANIA ET WONDERFRIENDS: "Les soldes ne sont pas une priorité"

    soldes1.JPG

    soldes3.JPG

    Petit clin d'œil à Magritte

    Si, depuis vendredi, les soldes suscitent un véritable engouement dans les grandes enseignes à Charleroi, il n’en est pas de même pour les plus petites structures, comme les boutiques de création et de déco carolos TShirt Mania ou Wonderfriends : la clientèle leur est toujours fidèle tout au long de l’année.

    soldes2.JPG

    Il ya 1 an, TShirt Mania, boutique fondée par Nicolas Géa, quittait Pop&C à la rue de Marcinelle, pour s’installer au 39, rue de Dampremy. Depuis cette nouvelle ouverture, 11 947 like ont été enregistrés sur la page Facebook !               

    Ingrid d’Ham-sur-Heure et Jessica de Marcinelle sont devenues des clientes régulières. Les deux amies sont déjà venues y faire des achats pour la Noël, et y sont retournées, samedi, après les fêtes. « Nous avions déjà craqué pour des bonnets et des pulls avec les inscriptions: « Carolo et bien élevé » et "Sale djône". A présent, nous nous laisserions bien tenter par des goodies, des autocollants ou encore de petits badges. Ici, nous avons vraiment l’impression de nous sentir « chez nous » et de retrouver notre identité carolo » signalent les deux clientes. Si la période des soldes a commencé vendredi, elle a, par contre, très peu d’incidence sur les ventes à TShirt Mania, comme nous l’explique Virginie Severino, vendeuse: « Nous mettons en solde des articles en fin de stock, par exemple, quelques T-shirts et singlets, sweats, bodys, … mais, en général, nous pratiquons des prix ronds. Notre clientèle ne vient pas vraiment chez nous pour chiner. Nous offrons un service personnalisé et très apprécié : le client peut choisir la couleur de son T-shirt et la phrase à imprimer. Chaque pièce est ainsi unique. Mais si l’occasion se présente, les produits soldés peuvent intéressés nos clients».

    razzia sur la Charleroi City Map !

    Chez Wonderfriends, un concept store mode original, ouvert en 2011, au 13, rue de Montigny, quelques marques sont soldées comme King Louie, Louizon, Fat Box, Designletters,… mais le son de cloche est le même qu’à TShirt Mania. «  Nous sommes plus axés sur la décoration que sur la mode. Dès lors, les soldes ne sont pas une priorité » explique Caroline De Paepe, gérante.                 

    soldes5.JPG

    Client habitué, Eric de la Louvière, accompagné de ses deux filles Emma et Olivia, n’est d’ailleurs pas venu pour les soldes: « Nous trouvons ici ce que nous ne retrouvons pas dans la grande distribution » fait-il remarquer. Parmi les articles non soldés, qui ont la cote, citons les sacs en cuir Paul Marius ou encore la Charleroi city map : un plan chic de Charleroi sur 24 cartes en synaps (papier synthétique, imperméable, infroissable). « Il ne nous en reste déjà plus ! » signale Caroline De Paepe.  JEAN-CLAUDE HERIN

    soldes6.JPG

    La city map Charleroi a recueilli un franc succès

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Sujets thématiques 0 commentaire
  • SPECTACLE- Jusqu'au 12 janvier: Félix (Père Noël) est toujours une ordure! " à la Ruche Théâtre

    ordure1.JPG

    On ne se lasse pas de voir et de revoir « Le Père Noël est une ordure » !  La pièce mythique du Splendid est jouée par la troupe du Vaudeville.

    ordure2.JPG

    En cette veille de Noël 1979, Pierre Mortez et Thérèse, bénévoles un peu coincés de SOS Détresse Amitié, répondent aux appels téléphoniques des désespérés. Mais la soirée, qui s’annonçait assez calme, sera rapidement troublée par l’irruption, dans les locaux de l’association, d’un travesti malheureux, d’une douce idiote enceinte jusqu’aux yeux, d’un Yougoslave cuisinier, spécialiste des doubitchous, et de Félix, une ordure de Père Noël ! Tous ces zozos hauts en couleurs mènent la farce drôle et corrosive, jusqu’au bouquet final d’un feu d’artifices de quiproquos et de délires.                             

    ordure4.JPG

    «  Remonter « Le Père Noël est une ordure » est un véritable plaisir ! Bien sûr, on ne touche pas au texte de Josianne Balasko, Thierry Lhermitte et Christian Clavier, avec des répliques cultes comme : « C’est fin, c’est très fin, ça se mange sans fin », « Thérèse n'est pas moche, elle n'a pas un physique facile, c'est différent », « Ca rentre pas dans les cases »,… mais, pour bien montrer que la pièce n’a pas pris une ride, j’y ai ajouté: « C'est quand que tu vas mettre des paillettes dans ma vie, (Kevin) ? » faisant partie du sketch de la comédienne Ines Reg posté sur Instagram » signale Alain Lackner, metteur en scène du Vaudeville. « Je m’attache ici à rendre les personnages plus « monstrueux » encore. Dans ce milieu de la précarité, où règne le chacun-pour-soi, aucune concession n’est faite : il n’y en a vraiment pas un pour sauver l’autre » !

    Dans la distribution, on retrouve Thomas Gomrée (Pierre), Jacques Dutrifoy (Félix), Agnès Piantadosi (Thérèse), Héloïse Gimondi (Josette/Zézette), Marc Gooris (Katia) et Alain Lackner (Monsieur Preskovitch).

    « Le Père Noël est une ordure » est à voir jusqu'au 12 janvier 2020, les jeudis, vendredis, samedis à 20h30 et les dimanches à 16h30. Prix : Adultes : 15 € / Jeunes – de 12 ans : 12 €, à la Ruche Théâtre,  1 avenue Marius Meurée à Marcinelle. Infos et ou réservations : 0473/39 00 82. www.laruchetheatre.be Une production de La Ruche Théâtre par le Vaudeville. J.C.HERIN

    ordure3.JPG

    Les doubitchous : pas vraiment bons !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR DU WEEK END

    sousachleb2.jpg

    le duo Sousa Schleb

    En ce tout début d’année, voici quelques propositions et sorties ! 

    Concerts

    -Sousa Schleb est un duo belge constitué de Raphaël D'Agostino et Sébastien Wallens. Déployant leurs talents artistiques en cofondant chacun divers projets musicaux dont « Big Noise » pour Raphaël et « Les moules » pour Sébastien, les joyeux musiciens emmènent le public aux racines du Jazz/Blues New Orleans... Une performance Cornet-Chant-Batterie et un Sousaphone (tuba basse surmonté d'un très large pavillon orienté vers l'avant). A La Cuve à Bière, le 3 janvier 2020, à 21h30, Boulevard Jacques Bertrand 68 c à Charleroi.

    -« Welcome to my house » par Black Box Club, le 4 janvier à 22h, au Black Box Club, 17, rue du Palais à Charleroi. Les Dj's résidents C-Drix (Versuz,...) & Edouardo (Ostend Beach Festival,...) ouvrent les portes de leur univers musical. Venez frissonner sur les meilleurs sons électroniques !

    Chanson

    L'ASBL "L'Art d'un Moment" convie le public à son premier concert du Nouvel An. Au programme: cabaret chanson française avec Frédéric Genovese (Chant) et Claude Podgornik (Piano). Les 3 et 4 janvier à 20h à la Salle de la Bouteillerie au Boulevard du Nord à Fontaine l'Evêque. Prix: 11 €. Possibilité de se restaurer avant le spectacle dès 19h. Réservations au 0485/991530.

    Cinéma

    Ciné Seniors/ petits-enfants : « La famille Addams », le 3 janvier à 13H30 au Quai10 au 10, Quai Arthur Rimbaud à Charleroi. Profitez des vacances d'hiver pour offrir une séance de cinéma à vos petits-enfants! En partenariat avec le Service Ainés de la ville de Charleroi. Tarif unique à 5.5€

    Spectacle

    Cette année, le Père Noël ne veut pas distribuer de cadeaux car un petit garçon curieux casse tous ses jouets pour savoir comment ils sont construits… Heureusement, Lutina, la nièce du Père Noël et Tréfut, « inventeur-de-génie », arrivent à la rescousse. Aidés de quelques spectateurs intrépides, ils réalisent de superbes expériences scientifiques. « Le Petit Scientifique de Noël » : spectacle interactif de la Compagnie Compas Austral pour les 3-10 ans. Un petit goûter sera offert après le spectacle. un spectacle Réservation obligatoire au 071/ 600 300. Au Centre de Culture Scientifique -ULB, rue de Villers 227 à Couillet, les 3 et 4 janvier 2020, de 15h à 16h30. Prix : 7€ (Enfant : 6 euros )

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur 0 commentaire
  • LODELINSART- Prolongations jusqu'au 19 janvier: Revue: "L'élixir du mayeur Polamour" au petit Théâtre de la Ruelle

    polamour1.JPG

    Les fêtes de fin et de début d’année sont toujours joyeuses avec la revue des Molières et Mocassins. Cette année, le bourgmestre Paul Magnette a bien l’intention de faire goûter une nouvelle bière : la « Pol »amour !

    polamour5.JPG

    Si Charleroi compte déjà un nombre impressionnant de (nouvelles) bières, il faut dorénavant en compter une de plus : la « Polamour ».

    polamour4.JPG

    Née d’une source qui part de la Maison des Huit heures, et de couleur rouge (tiens, tiens, serait-elle liée à un quelconque parti ?), elle purge les idées trop négatives.  Il paraîtrait même qu’un tuyau ravitaillerait le petit Théâtre de la Ruelle de ce précieux breuvage ! Une fois de plus, la troupe des Molières et Mocassins s’est surpassée pour cette nouvelle édition, avec, à l’écriture, Didier Albin, Gérard Monseux, Christiane Malherbe et Jacques Delmeire. Autour du meneur de revue Salvatore Vullo, signalons la présence de trois nouvelles chanteuses/comédiennes/danseuses : Amélie Francx, Joyce Orsolini et  Emy Vanderelst. Rafaelle Vullo, Christiane Malherbe et Gérard Monseux font partie aussi de la fine équipe. Les chorégraphies, toujours colorées et originales, sont signées Sylvia Printemps.    

    polamour3.JPG

    Julie Patte, hyperactive

    La revue fait toujours la part belle à nos élus locaux. Paul Magnette,  bien sûr (spécialiste du pain, il mène son équipe à la baguette !), mais aussi Julie Patte ( « Active, hyperactive, bosser, elle arrête pas »), Gaëtan Bangisa ( « J’s’rai bientôt chez Tibi, Depuis l’temps que j’attends ça ! »), Françoise Daspremont ( « C’est foutu, tu n’es plus au sommet »), Maxime Felon  ( « Il a chopé la Sambrienne, ça rapporte plus que les étrennes »),… Sont aussi épinglés les « non » du PTB, les rendez-vous du PS et MR chez Hicham Imane (au café « Chez ta mère »), la chute des commerces à la Ville Haute et à la rue de la Montagne, les scandales Publinfin et du Samu Social et les magouilles en général, l’allongement de la piste de la BSCA,… le tout dans la bonne humeur. La revue « L’elixir du Mayeur Polamour » est à voir jusqu’au 19/1/20 avec prolongations possibles, au Petit Théâtre de la Ruelle, rue des Plasticheûs à Lodelinsart, les ve/sa à 20h et les dimanches à 16h. PAF : 17 à 10 €. Infos et réservations : 0474/388 032. JEAN-CLAUDE HERIN

    polamour2.JPG

    Julie Patte occupe une place de choix dans la revue

    Depuis 5 ans, Philippe Busquin, qui a occupé divers postes politiques dont celui de Député de l'arrondissement de Charleroi en 1978, ne manque aucune édition de la revue. Il vient avec des amis, dont le Nalinnois François Ruttens, un ami depuis plus de 60 ans ! « Je m’y amuse toujours beaucoup. Et puis je retrouve sur la scène Gérard Monseux (ex-échevin des Travaux de Charleroi), qui a travaillé dans mon cabinet en 1981, comme Conseiller pour l’Energie et le Bâtiment. Par contre, je regrette l’absence provisoire de Jacques Delmeire » signale Philippe Busquin. « J’apprécie beaucoup le côté mordant du spectacle, bien que je lui trouve un côté plus consensuel, cette année ».J.C.HERIN

    polamour7.JPG

    polamour8.JPG

    Philippe Busquin bien entouré !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • THEATRE- L'herbe de l'oubli à l'Eden du 9 au 14 janvier

    C’est le 26 avril 1986 que le coeur du réacteur de la centrale de Tchernobyl explose et prend feu, projetant un nuage de radioactivité sur toute l’Europe.

    Mais plus de 30 ans après la plus grande catastrophe technologique de l’histoire de l’humanité, qui s’en souvient encore ici? Et qui s’en soucie?

    La Compagnie Point Zéro est partie en Biélorussie puis en Ukraine à la rencontre des habitants de la région afin de les interroger sur leur passé, leur quotidien. Elle livre ici une pièce coup de poing qui pose, de manière intelligente et sensible, la question de l’après.

    Le spectacle donne à entendre la parole des survivants et nous invite à pénétrer dans un univers à la limite du fantastique, avec beaucoup de chaleur humaine et de poésie grâce à la musique, à la vidéo et surtout aux interactions entre le jeu des acteurs et les extraordinaires marionnettes à taille humaine qui sont la marque de fabrique de la compagnie.

    Bord de scène : les 9, 13 et/ou 14 janvier 2020

    herbe.jpg

    En co-présentation avec le Théâtre de l’Ancre

    Texte et mise en scène :  Jean-Michel d’Hoop
    Assistanat : François Regout
    Avec : Léone François Janssens, Léa Le Fell, Héloïse Meire, Corentin Skwara et Benjamin Torrini
    Marionnettes : Ségolène Denis, assistée par Monelle Van Gyzegem
    Scénographie : Olivier Wiame
    Création lumières : Xavier Lauwers
    Création sonore : Pierre Jacqmin
    Vidéos : Yoann Stehr

    Téléphone : 071 20 29 95

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • SPECTACLE- "La bonne planque" à voir au Théâtre Marignan jusqu'au 5 janvier + soirée du réveillon

    planque2.JPG

                Le fou rire au téléphone de Perrin : inoubliable! Photos: J.C.Hérin

    La troupe carolo de Cabaret 2000 fait revivre « La Bonne Planque » de Michel André.  Cette pièce comique, écrite en 1962 pour Bourvil, est un véritable classique du boulevard !

    « Péquinet a arrêté un malfaiteur, et il ne sait pas quoi en faire ! ». Cette phrase fait littéralement hurler de rire Bourvil, au téléphone, dans la peau d’Antoine Perrin, paisible fonctionnaire au ministère de l’Agriculture et musicien du groupe « Les Joyeux Colibris ». Cette scène-culte figure bien sûr dans la pièce jouée au Théâtre Marignan. Le comédien Jacky Druaux se lance aussi dans un fameux fou-rire, et multiplie les clins d’œil à Bourvil, notamment dans les chansons :"Ce P'tit Air Là », « Pouet Pouet » ou encore « A Bicyclette » (référence).

    004.JPG

    Jacky Draux et Michelle Vercammen: une belle complicité

    L’intrigue de la pièce : Émile et Frédo sont deux truands qui viennent de commettre un vol à main armée dans une banque parisienne. Pour échapper à la police, Émile, accompagné de son amie Lulu, se réfugie dans l’appartement d’Antoine Perrin. Afin d’éviter que le maître des lieux ne reçoive « un coup sur la cafetière »,  Lulu se propose de le séduire… Jacky Druaux endosse avec brio le rôle de Perrin de bout en bout, avec Michelle Vercammen dans le rôle de Lulu. Le duo fonctionne bien : il faut dire que les comédiens sont complices depuis la création de Cabaret 2000 ! Avec eux, le rire est assuré, mais aussi de bons moments de tendresse et d’émotion.

    Dans la distribution, on retrouve aussi Georges Volral (Emile), Brigitte Boisacq (Fernande), Vincent Kerkhofs (inspecteur de police Péquinet), Damien Lucaselli (le reporter) et Christophe Dethier (Frédo). La pièce est fidèle au texte de Michel André, avec quelques allusions à l’actualité, comme le fameux « Dodo la Saumure », proxénète français.

    026.JPG

    Le décor, le mobilier et les tenues vestimentaires (certaines sont vraiment très typiques !) sont fidèles aux années 60. Petite surprise avec une vidéo, en fin de première partie ! « La Bonne Planque », dans une mise en scène d’Antoine Vandenberghe et de Jean-Charles Gosseries, est à voir jusqu’au 5 janvier 2020 au Théâtre Marignan, 53, boulevard Tirou à Charleroi, je/ve/sa à 20h30 et le dimanche à 16h30. Prix : 18 € à 10 €. Réveillon 31/12 à 18h et 21 h (spectacle, champagne et zakouskis). Infos et réservations au 0495/10 20 14. www.theatremarignan.be J.C.HERIN

    planque3.JPG

    Attention, Frédo débarque !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHANSON- Nouveau single pour Joane

    joane.jpg

    Demi-finaliste à The Voice Belgique en 2018, Joane (Adrien Binon) sort un single en version acoustique : « Différent ». L’artiste carolo s’attache à déconstruire des stéréotypes.

    Avec l’arrêt, en 2016,  du groupe d’électro-rock « Rising Sparks », remarqué lors du Festival l’Envol des Cités, Adrien Binon, leader/chanteur du groupe, Adrien Binon avait déjà tourné une page. Une autre s’est aussi refermée après son passage, comme chanteur solo, dans « The Voice Belgique ». De son passage télé, l’artiste carolo en garde un souvenir mitigé. « Le bon côté des choses, c’est que le public, me reconnaissant, vient encore vers moi. Mais je ne veux plus participer aujourd’hui à des concours, quels qu’ils soient. J’ai assez donné ! ». Aujourd’hui, le jeune homme s’est (re)baptisé Joane. «  Pourquoi ce nom ? Parce qu’il est à la fois masculin et féminin. C’est une combinaison de mots entre mon voisin Johan et ma cousine Joan. Je revendique le fait d’être non-binaire, c'est-à-dire que j’estime être entre le genre masculin et féminin, ou plutôt un « mélange » des deux, ou aucun des deux ».

    plusieurs cordes à son arc

    Tourné au BPS 22, et réalisé par le Carolo Paul Canindo, le single « Différent », à visionner sur You Tube et les plateformes de streaming, défend la position de ne pas entrer dans des cases. « Depuis tout gamin, je me suis toujours senti « autre », déjà par ma grande taille, mon look, ma voix, mes origines philippine par ma mère et belge par mon père : cette double appartenance m’a valu de rater des castings à cause de ça, parce que je suis jugé trop « basané »par certains » explique-t-il.

    Le single radio « Tête Haute », qui sortira en janvier 2020, s’inscrit dans la même démarche. Son style musical est la pop française. « Ma musique se veut exploratrice des relations intimes entre l’art de la parole, du mouvement, de la scène et des relations humaines, afin de partager nos histoires, et cultiver nos différences» explique-t-il. L’artiste a plusieurs cordes à son arc : il donne également des cours de comédie musicale au CPAS de Marcinelle et dans la troupe Art Fantesies (Béatrice Fante). Il ne dirait pas non à un rôle comme acteur dans une film ou une série. Pour tout contact : info@joanemusic.com . réseaux officiels : @joane.officiel JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • COUPS DE COEUR DU WEEK END

    ordure2.JPG

    Héloïse Gimondi ( Josette/Zézette) et Thomas Gomrée ( Pierre ) dans "Le Père Noël est une ordure"

    Dernière ligne droite avant le Nouvel An, même, si ce week-end, les animations de Noël fleurissent encore un peu partout…

    Création/atelier

    Le CEC- La Souris Qui Crée propose, ce 27 décembre, de 9h à 16h, un workshop pour les petits et les grands, au Centre culturel de la Haute Sambre, 32, rue des Nobles à Thuin. Les participants embarqueront dans des univers artistiques variés avec des artistes animateurs plasticiens professionnels. Un beau cadeau à se faire pour conclure cette année 2019 en famille. A partir de 6 ans. Prix : 10€. Contact/informations : Anaïs Neyman. 071/ 59 71 06. cec.lasourisquicree@centrecultureldethuin.be www.centrecultureldethuin.be

    Spectacle/Théâtre

    Attention ! Les très déjantés Félix, Zézette, Katia et M.Preskovic débarquent au Centre SOS Détresse-Amitié, où les très dévoués Pierre et Thérèse tiennent une permanence… « Le Père Noël est une ordure » par la troupe du Vaudeville est à voir ce ve/sa à 20h30 et le di/16h30 (jusqu’au 12 janvier), à la Ruche Théâtre, 1, avenue Meurée à Marcinelle. Mise en scène d’Alain Lackner. PAF : 15€. Infos/réservations : www.laruchetheatre.be. 0473/390082.

    Contes

    La Maison du Conte de Charleroi invite le public à partager la magie de Noël, le 28 décembre, dans le Hall Rouge du Théâtre Marignan, Bd Tirou, 53 à Charleroi. 14h: + 3 ans. Tarif : Enfant : 5€. Accompagnant adulte : 3 €. Infos et réservations : 0472/59.14.09. www.contecharleroi.be. Site Web : http://www.contecharleroi.be

    Soirées /animations

    -L’Apéro des Couples : le Nautilus, au 104, rue de Montigny à Charleroi,  propose aux couples qui se sont rencontrés dans leur établissement un apéro spécialement conçu pour eux le 27 décembre de 21h à 23 h! Les messieurs peuvent venir avec leur moitié prendre l'apéro. Coupes de Champagne offertes. Shooting Photo professionnel + impression des clichés. Tirage au sort entre tous les couples présents, un repas pour deux à gagner « En Face Du Nauti », le 14 février.

    - Le 28 décembre, de 20h à 23h, grande soirée Karaoké, à la Taverne des Fiestaux, 154, rue de Villers à Couillet.  Le dernier karaoké de l'année avant de passer le cap de 2020 dans une ambiance amicale sans se prendre la tête avec des amis chanteurs ou pas et prendre le verre de l'amitié !

    - Le Black Box Club, 17, rue du Palais à Charleroi, propose « Disco Dasco »,le 28 décembre, à partir de 22h. Only house music. Tenue correcte exigée. Table VIP (sous réservation), 17, rue du Palais à Charleroi. 0800/37123- blackboxcharleroi@hotmail.com . www.blackboxclub.be

    Concert/Musique classique

    Le 49ème concert de Noël sera donné en l’église Saint-André à Jamioulx, le 28 décembre à 20h, avec l’Orchestre "Nuove Musiche". Au programme : des œuvres de J.S.Bach et J.Haydn. Renseignements : 071 / 21.43.34 - thomas.philippot@belgacom.be

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • RUCHE THEATRE- "Le Père Noël est une ordure " par le Vaudeville du 26 décembre au 12 janvier

    ordure5.png

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • LIVRE- "Bloody Mary" par Eric Brogniet, en hommage à Marilyn Monroe

    marilyn.JPG

    Auteur d’une œuvre poétique remarquable, l’auteur de Mont-sur-Marchienne Eric Brogniet signe un ouvrage remarquable en hommage à Marilyn Monroe : « Bloody Mary ». Textes et sérigraphies s’y mêlent.

    Aujourd’hui prépensionné, mais néanmoins très actif, Eric Brogniet a occupé diverses fonctions, dont celle de « catalographe » à Liège et de conseiller littéraire à la Maison de la Poésie de Namur. A ce jour, cet habitant de Mont-sur-Marchienne est l’auteur d’une vingtaine de livres. Son dernier ouvrage s’intitule « Bloody Mary ». « Il s’agit là d’un véritable road-movie pour Marilyn Monroe » note l’écrivain. «  Bien qu’elle ait été une icône dans les années 50-60 aux Etats-Unis, Marilyn reste encore une femme très moderne. Je suis aussi très sensible à sa détresse. Sa vie a été un véritable « trou noir », sa mort mystérieuse en est un triste exemple ».

    Après Sémira et Monica

    « Bloody Mary » n’est pas un biopic, mais plutôt « un recueil de poésies pareilles à des fragments d’un kaléidoscope » explique-t-il. Le livre dénonce aussi toute l’ambiguïté d’un star-system auquel le public alimente des fantasmes. Les textes poétiques sont accompagnés de reproductions de sérigraphies de son ami liégeois Thierry Wesel. Cet ouvrage s’inscrit dans la continuité d’un précédent : «  Nos lèvres sont politiques », consacré à deux figures féminines emblématiques des années 90 : Sémira Adamu, la jeune ressortissante nigériane, étouffée par des policiers liégeois, et Monica Léwinsky, stagiaire sous Clinton. « A propos de ces deux femmes,  broyées par la vie moderne, on pourrait dire : « Vivre ou mourir » et « Etre tout ou rien » poursuit-il. « Bloody Mary » aux Editions Le Taillis Pré. 97 pages. 14 €. Pour tout contact : E.Brogniet : 0475/83 54 36. ebrogniet@hotmail.com J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MERITES CULTURELS ET SPORTIFS

    pevenasse.JPG

    Vendredi soir, les prix des Mérites sportifs et culturels de Gerpinnes 2019 étaient décernés à la Maison de Village de Lausprelle. Une belle occasion de mettre à l’honneur les artistes, sportifs et groupements de la localité.                        

    La soirée était animée par le journaliste et auteur lovervalois Eddy Piron, accompagné de Carine Bolle, échevine des Sports, et de Michel Robert, échevin de la Culture. Le 1er Prix du Mérite Culturel a été remis en ex-aequo à Etienne Pévenasse, directeur du Centre Culturel de Gerpinnes de 1978 à 2019 (Adeline Degraux en est l’actuelle directrice) et à Côté Cours, école de danse à Joncret, créée en 2006 par Yolande Borghese, danseuse professionnelle.  J.C.HERIN

    pevenasse1.JPG

    Etienne Pévenasse

    pévenasse3.JPG

    Côté Cours

    pévenasse5.JPG

    Un jeune talent de Gerpinnes

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Galerie/boutique: "De passage": Nicolas Hellas expose ses mosaïques

    hellas1.JPG

    Des hamburgers aux églises, le Marcinellois Nicolas Hellas fait véritablement le grand écart dans ses mosaïques. A voir jusque fin décembre, à la galerie/boutique : « De passage », au Passage de la Bourse.

    hellas2.jpg

    Nicolas Hellas travaille dans l’atelier « Composite » à la Route de Philippeville (Marcinelle), un espace créatif partagé entre plusieurs artisans/artistes, dans le but de conjuguer convivialité, rencontres et collaboration.  Infographiste de formation, Nicolas est un véritable créateur. Longtemps, il a peint à l’huile et à l’acrylique, puis il a voulu se chercher un nouveau moyen d’expression.

    Un jour, ce Marcinellois trentenaire a eu un véritable coup de cœur pour la mosaïque romaine, à tel point qu’il a voulu en savoir plus sur cette technique particulière, à travers des articles et sur Internet. « Les Anciens maitrisaient totalement cet art dans l’Antiquité ! » s’exclame-t-il.

    Dans une boutique spécialisée, le plasticien se fournit en pâtes de verre et en carrelages de faïence de différentes couleurs, qu’il découpe précautionneusement. Pour ce faire, « Nico » utilise des outils particuliers : pinces à molettes ou pinces chinoises.

    La patience, qualité requise

    « A partir de Photoshop, je projette ce que je veux représenter sur une plaque de bois. Après cela, je m’attaque au remplissage » souligne le plasticien. « Mes sources d’inspiration : la vie moderne ! Un bon gros hamburger est  pour moi un bon sujet. Je suis très inspiré par le courant « street art » ou encore « pop art ».

    Dans un autre domaine, je peux m’intéresser tout à fait au patrimoine, comme une église. Il n’y a pas de limite(s) à mon imagination ! Je ne compte plus les heures passées pour chaque œuvre, tant il faut de la patience. C’est une véritable passion ! » Pour tout contact : Nicolas Hellas : nicolashellas@gmail.com- 0468/42 59 29. J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire