• MARCINELLE- Bois du Cazier- Prise d'otages et vol d'explosifs !

    résistants1.JPG

    résistants2.JPG

    Une plaque a été dévoilée, vendredi soir, au Bois du Cazier, à la mémoire de 12 Partisans armés au pays de Charleroi. Une exposition se tient jusqu’au 6 décembre au Musée de l’Industrie.

    résistants3.JPG

    La nuit du 26 au 27 avril 1942, une opération spectaculaire est réalisée au charbonnage du Bois du Cazier, par les Partisans armés du Corps de Charleroi, bras armés du Front de l’Indépendance. A la suite d’une série ininterrompue  de sabotages, ce groupe voyait s’épuiser sa réserve d’explosifs. Après avoir neutralisé les gardes et quelques ouvriers de surface,  chauffeur, tireur, lampiste, centraliste, qu’ils enferment dans la chaufferie, 12 hommes,  revolvers au poing et masqués, s’introduisent alors dans l’enceinte du charbonnage, descendent à 170 mètres de profondeur, là où sont entreposés les explosifs, destinés au percement des galeries de mines. Ils vident le magasin, soit 300 kg de dynamite, en paquets de 25 cartouches de 100 gr, et 2.000 détonateurs dérobés. Cette opération à haut risque a été une réussite totale sur le plan opérationnel, car les explosifs serviront pour des opérations de résistance face à l’Occupant allemand.

    la plupart des Partisans exécutés 

    Communistes pour la plupart, certains seront arrêtés dès l’été 1942, suite aux dénonciations de traîtres infiltrés dans leur rang. Nombre d'entre eux seront exécutés suite à l'assassinat du bourgmestre rexiste du Grand Charleroi, symbole de la collaboration avec l'ennemi. Seuls trois survivront.

    « C’est pour que cet acte de bravoure, cette prise de risque incroyable par ces jeunes gens presque tous issus de la classe ouvrière du pays de Charleroi,  que le Bois du Cazier a souhaité accomplir ce devoir de mémoire. L’occasion du 75ème anniversaire de la Victoire contre le nazisme nous a semblé le moment opportun pour le faire » a souligné Jean-Claude Van Cauwenberghe, président du Bois du Cazier, au côté de Jean-Louis Delaet, directeur du Bois du Cazier.  Lors  de la séance, on notait également la présence de Jean-Pierre Michiels, neveu de Franz Michiels (un des Partisans armés), Michel et Elise Quiquempoix, petit-fils et arrière petite-fille de Yvonne Ledoux (1907-2003), résistante à Charleroi, l’historienne de l’ULB Anne Morelli, Vincent Pestieau (FGTB) et Marc Moreau(CSC).  

    résistants4.JPG

    Michel et Elise Quiquempoix

     

    résistants6.JPG

    Jean-Pierre Michiels

    résistants7.jpg

    Anne Morelli

    Le Bois du Cazier propose de redécouvrir cette « petite histoire », qui a fait la Grande Histoire, à travers « Bois du Cazier et résistance : l’exploit des Partisans armés du 27 avril 1942 »,  une exposition de panneaux explicatifs historiques ainsi que des vitrines avec documents papiers et objets, extraits de films, jusqu’au 6 décembre, dans le Musée de l’industrie. Pour toute info : 071/ 88 08 56.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI, Livresse, festival interdisciplinaire

    livresse4.JPG

    Respectant les mesures sanitaires en cours, le festival Livresse,    rendez-vous de l’édition indépendante, a animé le Vecteur. La librairie, quant à elle, reste ouverte jusqu’au 13 novembre, à la rue de Marcinelle.

    livresse3.JPG

    Le trio Paard

    livresse.JPG

    livresse2.JPG

    Samuel Trenquier

    L’éclectisme a été, une fois de plus, le maître-mot de « Livresse ». Durant les quatre jours du festival, la pluridisciplinarité s’est retrouvée partout, que ce soit lors d’un concert, avec le groupe Paard, trio instrumental originaire de Gand,  lors d’un atelier de Gargarismes (structure de microédition qui œuvre dans le champ de l’illustration, de la bande dessinée et de la musique) au cours duquel les participantes ont coupé et découpé divers motifs dans le but de créer un fanzine , ou encore lors d’expositions, à travers les mosaïques de Samuel Trenquier, par exemple. « J’ai toujours dessiné et écrit sur du papier à cigarettes, mais cette fois, j’ai voulu expérimenter une autre technique » explique ce plasticien franco-gabonais.  « A travers mes compositions, comme un série de bananes, par exemple, j’essaie d’atteindre une forme d’exotisme métaphysique ».

    un moment unique, innovant et festif

    Depuis sa grande première en 1996, Livresse n’a cessé de défendre une multitude de pratiques artistiques autour  de la littérature émergente et expérimentale. Des résidences au format long, des initiatives éditoriales,  des micro-expositions s’aventurant dans de nouveaux espaces,… ont de plus en plus pris place au cours du festival.

    « Les motivations initiales de l’équipe n’ont pas changé.  Nous explorons toujours de nouvelles pratiques culturelles» signale Romain Voisin, coordinateur de la plate-forme du Vecteur.                            

    « Cette édition est restée un moment festif, innovant et unique, prenant place au cœur d’un lieu atypique et singulier » poursuivait Rémy Venant, responsable de la programmation. « Je suis vraiment content, ainsi que toute l’équipe, que le festival ait pu être maintenu (compte tenu de la crise sanitaire), car il y avait une réelle demande du public ».

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • BANDE DESSINEE- Wangenies: premier WE pour BD CHOC'Event

    chocevent.jpg

    Depuis samedi, Rodolphe Waegemans et son épouse Marie-Jeanne Mauro accueillent les clients dans leur nouvel espace : BD CHOC’Event. Un temple du 9ème Art ! 

    Transformer en quelques mois un ancien entrepôt en boutique BD : le défi  était de taille et Rodolphe Waegemans l’a relevé haut la main ! 

    Sur un espace de 100 m2, ce fondu de BD expose 12 000 BD neuves et d’occasion dans tous les styles (20 000 autres sont en stock), ainsi qu’une cinquantaine de figurines. La couverture du 7ème album de Spirou et Fantasio : « Le dictateur et le champignon » est d’ailleurs reconstituée au centre du magasin, avec des personnages 3D plus vrais que nature !

    Lors de ce week-end d’inauguration, les clients se pressaient, venant d’un peu partout. René, collectionneur depuis 7 ans, cherchait des albums de Comanche, les Aigles Décapitées, La Brigade de l’Etrange, Black Crow,… « Ici, je trouve mon bonheur ! » s’exclamait cet habitant de Jeumont. Irma et Jean-Louis étaient venus en voisins : « Nous sommes vraiment contents de l’implantation de cette boutique dans  la village. Mis à part la pharmacie, c’est le seul commerce. Cela mettra un peu d’animation ! ». Adresse : Rue des Cours 14, Wangenies (Fleurus). Facebook : BD CHOC’Event. Mail : rodolphe1318@gmail.com

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire