CHARLEROI, Livresse, festival interdisciplinaire

livresse4.JPG

Respectant les mesures sanitaires en cours, le festival Livresse,    rendez-vous de l’édition indépendante, a animé le Vecteur. La librairie, quant à elle, reste ouverte jusqu’au 13 novembre, à la rue de Marcinelle.

livresse3.JPG

Le trio Paard

livresse.JPG

livresse2.JPG

Samuel Trenquier

L’éclectisme a été, une fois de plus, le maître-mot de « Livresse ». Durant les quatre jours du festival, la pluridisciplinarité s’est retrouvée partout, que ce soit lors d’un concert, avec le groupe Paard, trio instrumental originaire de Gand,  lors d’un atelier de Gargarismes (structure de microédition qui œuvre dans le champ de l’illustration, de la bande dessinée et de la musique) au cours duquel les participantes ont coupé et découpé divers motifs dans le but de créer un fanzine , ou encore lors d’expositions, à travers les mosaïques de Samuel Trenquier, par exemple. « J’ai toujours dessiné et écrit sur du papier à cigarettes, mais cette fois, j’ai voulu expérimenter une autre technique » explique ce plasticien franco-gabonais.  « A travers mes compositions, comme un série de bananes, par exemple, j’essaie d’atteindre une forme d’exotisme métaphysique ».

un moment unique, innovant et festif

Depuis sa grande première en 1996, Livresse n’a cessé de défendre une multitude de pratiques artistiques autour  de la littérature émergente et expérimentale. Des résidences au format long, des initiatives éditoriales,  des micro-expositions s’aventurant dans de nouveaux espaces,… ont de plus en plus pris place au cours du festival.

« Les motivations initiales de l’équipe n’ont pas changé.  Nous explorons toujours de nouvelles pratiques culturelles» signale Romain Voisin, coordinateur de la plate-forme du Vecteur.                            

« Cette édition est restée un moment festif, innovant et unique, prenant place au cœur d’un lieu atypique et singulier » poursuivait Rémy Venant, responsable de la programmation. « Je suis vraiment content, ainsi que toute l’équipe, que le festival ait pu être maintenu (compte tenu de la crise sanitaire), car il y avait une réelle demande du public ».

JEAN-CLAUDE HERIN

Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés le week-end et la semaine entre 21 h - 07 h (Europe/Paris).

Optionnel