ROMAN- "Ecce homo" d'Ingrid Aubry- "Et si les robots prenaient le contrôle?"

robot1.jpg

Dans son premier roman d’anticipation « Ecce Homo », l’autrice courcelloise Ingrid Aubry projette ses personnages au début des années 2050 : Alice, la patronne d’une grosse société de robotique et son mari Mark ayant équipé une androïde d’un programme criminel avec l’aide d’un roboticien de génie. Et si un jour le monde était dominé par les androïdes ?

- Le lecteur est d’abord frappé par l’épaisseur de votre ouvrage : 657 pages !

Au départ, pourtant, je pensais écrire un récit assez court, mais le sujet de l’Intelligence Artificielle m’a vraiment passionnée. Un article  de Jacques Attali a été le détonateur de ce roman. Mon fils, qui a entrepris des études de physique, m’a aussi motivée à poursuivre dans ce sens.  Pour ne pas faire un ouvrage uniquement scientifique, j’ai développé la psychologie des personnages, et pour qu’il ne soit pas trop sombre, j’ai ajouté quelques touches d’humour et des dialogues qui font mouche. L’écriture est devenue une forme de course de fond : j’écris quasiment tous les jours. J’ai travaillé pendant deux ans à ce roman et je ne m’en suis jamais lassée.

- On sent la recherche du mot juste, d’une bonne construction des phrases…

IA : Cela peut s’expliquer par le fait que j’enseigne le français et l’italien et je dispense ponctuellement des formations d’orthographe à un public d’adulte. Férue de culture antique, j’ai baptisé mon roman : « Ecce Homo » : « Voici l’homme » en latin. Je suis aussi tutrice d’un cours d’écriture créative : j’encadre et encourage  la production de nouvelles.

- Vous décrivez une société idéale, mais qui a aussi ses revers…

Oui, tout à fait. Comme, dans le monde que je décris, le travail est effectué pour la plupart du temps par des robots, les humains ne sont plus vraiment obligés de travailler. Tout le monde reçoit une allocation universelle. Mais le risque n’est-il pas que l’homme perde ses compétences ?

On le voit déjà dans le domaine aéronautique avec le pilotage automatique ou encore dans le domaine judiciaire : des robots arriveront certainement à maitriser un jour des nuances de Droit avec une rapidité que l’homme ne pourra jamais atteindre pour construire des argumentaires de défense.

- A terme, l’intrusion de robots dans la vie quotidienne serait dangereuse ?

I.A.  Bien sûr, les robots restent des machines. Ils n’éprouvent ni sentiment, ni état d’âme… malgré leur apparence humaine. Pour eux, seul compte « le programme » réalisé par des humains avec leurs erreurs, leurs faiblesses et leurs travers.

- Votre roman est aussi un tour du monde…

I.A. C’est vrai qu’on voyage beaucoup dans « Ecce homo » : en Belgique  (Rochefort, Bruxelles, Louvain-la-Neuve…), en Italie, en Corée, au Québec, à New York,…  Cela me permet de développer des intrigues. Et puis, ne dit-on pas qu’avec la mondialisation, le monde est devenu «  un immense village » ?

« Ecce Homo » par Ingrid Aubry-  23,90 -  disponible en électronique à 5,49 €. - Librinova- www.librinova.com - www.librinova.comEn stock  à la libraire Molière et Huwart.

PROPOS RECUEILLIS PAR JEAN-CLAUDE HERIN

Lien permanent Imprimer 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.