MADELEINE- La camaraderie renforcée à défaut d'un Tour traditionnel

mad8.JPG

Les marcheurs n'avaient pas d'instruments, mais ils les ont imités ! 

mad9.JPG

Avec des gazous ! 

A Tour exceptionnel pour cause de Covid-19, mesures exceptionnelles.  Cette Madeleine 2020, en version très réduite, restera gravée dans les annales.  Pas d’incident à déplorer. L’ambiance est restée bon enfant entre les marcheurs qui ont généralement bien respecté les consignes sanitaires. Et le soleil a réchauffé les cœurs, toute la journée de dimanche!

Comme à son habitude, Grégory Swyrtek, trésorier des Turcos de Heigne, a ouvert son garage, dimanche, à 5 heures du matin,  à la rue Anseele, pour y recevoir les membres de sa société. « Pour ne pas plomber l’ambiance qui est déjà assez lourde avec les risques de rebond de la Covid-19, j’offre, à défaut de petit déjeuner,  un verre pour nous remonter le moral… On en a besoin !  ».

Les oriflammes (heureusement, conservées dans la rue !) donnaient aussi un petit air de fête.

mad6.JPG

Un p'tit verre pour le moral !

Un peu plus loin,  la Société des Grognards de Napoléon, composée de 6 tambours et 1 fifre, jouait le réveil des Mad’léneûx. 

« Nous avons réuni la batterie. Comme il nous est interdit de jouer de la musique en rue, nous le faisons dans un jardin privé » précisait David Buekens, un des membres.

Quelques instants plus tard, les membres de cette société étaient rejoints par Pierre Arcq, le voisin d’en face. « Je suis partagé entre la déception et la lucidité » confiait l’historien local. « J’espère qu’on ne revivra plus jamais un Tour dans de telles conditions. »

mad5.JPG

Les Grognards de Napoléon avec Pierre Arcq ( à droite )

Très tôt le matin également, quelques dizaines de marcheurs avaient rejoint la place Francq. La police locale de Charleroi (14 policiers pour la journée)  était sur place pour veiller à ce que les consignes de sécurité soient bien respectées :  seuls des groupes de 15 personnes maximum étaient autorisés.

mad1.JPG

La police était bien présente, mais n'a pas dû intervenir

mad2.JPG

Au départ de la place Jules Francq, à 5 heures du matin 

Pas d’uniforme non plus, à l’exception d’un élément. Par exemple, un marcheur avait  fait imprimer sur son  Tshirt : «  Madeleine 2021 : on sera co’vid là ! »

mad12.JPG

Luc Payen et Maxime Sempo: l'ancien et le nouveau président des Amis de la Madeleine 

mad11.JPG

A Courcelles, les Amis de la Madeleine accueillaient aussi les marcheurs mad13.JPG

Santé !

Rapidement, les groupes prenaient le départ pour une marche de 21 km, à travers les localités de Roux, Courcelles, Viesville, Thiméon, Gosselies et Jumet, où les accueillaient les membres des Amis de la Madeleine.

On comptait un petit millier de marcheurs, soit deux fois moins qu’habituellement, mais tout  de même !

Certains éprouvaient des regrets : «  Nous adorions nous rendre à la Terre al’Danse. C’était un moment où tous les groupes pouvaient laisser libre cours à leur fantaisie » soulignaient Johane (26 ans) de Jumet, Loris (16 ans) d’Anderlues et Amandine (27 ans) de Carnières. Le trio avait emmené leur caniche royal Ruby pour une balade au grand air !

mad15.JPG

On sort Ruby ! 

JEAN-CLAUDE HERIN

Jean-Claude Deprez ( 38 ans ) de Jumet

Dans la vie conducteur d’engins à Châtelet, Jean-Claude Deprez, membre de la Société Royale de la Marine Belge, marche depuis l’âge de 6 mois !  Et sa motivation est intacte.

« J’ai toujours baigné dans la Madeleine. C’est vrai que cette édition est spéciale, mais pour rien au monde, je n’aurais voulu manquer un Tour. Je viens aussi pour Marie-Madeleine ! C’est elle que l’on honore.  Tous les Jumétois y sont très attachés» déclarait l’intéressé. 

Jean-Claude, qui avait tenu à être sur la place vers 5 heures du matin, arborait fièrement le Tshirt ainsi que la casquette de sa société. Son groupe, tout aussi enthousiaste que lui, se composait d’amis et de 6 membres de sa famille. Sa femme Nathalie, également inconditionnelle du Tour, marche depuis 13 ans.

mad3.JPG

micro-trottoirs

Véronique Bacu 53 ans de Jumet

Tenancière du Coq Gaulois, très fréquenté par les Mad’lèneûx, Véronique Bacu accuse le coup.  « Pour moi, il s’agit là d’un fameux manque à gagner. Lorsque la Madeleine se déroule normalement, mon établissement est rempli du samedi au jeudi. On parle, on rit, on boit, on chante,… Bref, il ya de la vie ! Le dimanche, à 5 heures du matin, je reçois les Marins Américains et les Zouaves du Spinoy.  Mais cette année, je ne peux ouvrir qu’à 10 heures. C’est très frustrant ».

mad16.JPG

Donovan Nart 27 ans de Mont-sur-Marchienne

C’est le cœur gros que Donovan, membre de la Garde mobile canadienne, transportait,  dans un cadre, la photo de son père Robert Vassart, membre  de la Garde Républicaine de Paris, décédé cette année. «  Papa se réjouissait  de  fêter ses 50 ans de Madeleine, mais il n’y est hélas pas arrivé » note-t-il. «  Il a commencé comme clairon.  Sa fidélité au Tour était sans faille. Il attendait l’événement et en parlait beaucoup : la Madeleine représentait absolument tout pour lui » !

mad10.JPG

Marcheurs de père en fils

J.C. HERIN

ie

Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société, Sujets thématiques 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.