EDEN: Le retour des Gangsters d'Amour !

bodart.JPG

Eclaté depuis 27 ans, le groupe mythique des « Gangsters d’Amour », qui a chauffé bon nombre de scènes durant les années 80, se recomposait, vendredi soir, à l’Eden. Hélas, sans le leader farciennois Jeff Bodart, mais l’heure n’était pas à la nostalgie…

bodart5.JPG

Arpentant la scène de l’Eden de long en large, à la queue leu leu, sautillant, bondissant,…les Gangsters d’Amour, toujours chapeau sur la tête et en costume-cravate, ont montré qu’ils avaient gardé le sens de l’humour et une sacrée pêche, même si la plupart des musiciens des débuts ont aujourd’hui la cinquantaine grisonnante, voire blanchissante !

Grâce à Louis Petyt, fils du premier claviériste, le groupe à 80% reconstitué revient pour une tournée de deux ans. Bien sûr, Philippe Résimont au chant ne parvient pas à faire oublier Jeff Bodart, le leader charismatique du groupe, disparu en 2008, mais il faut reconnaître que le comédien/chanteur/danseur belge s’en sort plutôt bien !                               

Les spectateurs étaient ravis de retrouver des tubes inoubliables comme : S.O.S. Barracuda, Meurtre à Hawaï, Hey Baron Rouge ou encore Coûte que Coûte (chanté à deux reprises !),…

Parmi le public se trouvaient des musiciens de la première formation comme Laurent Mallet et Luc Castin, le chanteur Marka (père de Roméo Elvis et Angèle), ou encore des membres de la famille de Jeff, comme Cécile Bastin, une cousine, ou encore David Atlas, un petit-cousin (ex-membre du groupe de jazz « Les Voleurs de Poules »). 

bodart2.JPG

Laurent Mallet et Luc Castin

bodart4.JPG

Fabrice Laurent, directeur de l'Eden, et le chanteur Marka

De 8 ans son cadet Damien, Damien, le frère de Jeff, déclarait : « Ce concert, je ne le vois pas comme un hommage (Jeff n’aurait pas aimé ça), mais plutôt comme une renaissance du groupe! ».

bodart1.JPG

Damien, frère de Jeff

bodart3.JPG

David Atlas ( 3ème à partir de la gauche) , petit-cousin de Jeff, entouré de sa famille et amis

Jeff, d’abord aux guitares, et puis au chant

Jean-François Bodart, dit Jeff Bodart, s’oriente vers la musique, et vers le rock en particulier, déjà à l’âge de 13 ans. Mais ce n’est que le 5 juin 1982, peu avant ses 20 ans, que le jeune homme et son groupe se font remarquer lors d’une soirée à Farciennes. Pour la première fois, « Les Gangsters d’amour », nom tiré d’une chanson de Starshooter, groupe mythique de la scène punk, sortaient de la confidentialité des concerts intimes.                          

Un premier single sortira: « Bonnie and Clyde ». A l’initiative de la plupart des compositions musicales, Jeff, alors aux guitares, prendra la place de Pascal Cordier au chant. En 1983 sort « SOS Barracuda ». 1986 est une grande année. Très attendu par les fans, le 33 tours « Les Gangsters d’Amour ne mentent jamais » débarque chez les disquaires. En 1989, sort leur deuxième album. En 1990, personne ne se doutait qu’une tournée d’un mois et demi au cœur de l’Empire soviétique serait la dernière. 1994 marque la fin des Gangsters d’Amour. L’avenir de Jeff, lui, s’écrira désormais en solo.  JEAN-CLAUDE HERIN

Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.