MARCINELLE/BOIS DU CAZIER- Expo: "Défense de jouer !"

jouer1.JPG

6 adolescents ont perdu la vie, lors de la catastrophe du Cazier en 1956. Si le travail des jeunes est actuellement réglementé  en Belgique, il n’en est malheureusement pas de même dans une bonne partie du monde. L’exposition « Défense de jouer » en est l’illustration.

Richard (11 ans), Azizullah (12 ans) et Alberto (14 ans) habitent à des milliers de kilomètres les uns des autres. S’ils ont peu de chances de se rencontrer, ils sont confrontés tous les trois, de longues heures durant,  à des tâches répétitives et exténuantes: le premier, sur un site minier au Congo RDC trie la roche à la recherche de cobalt. Le deuxième passe 13 heures par jour à tisser des tapis en Afghanistan, tandis que le troisième a quitté les bancs de l’école pour couper des cannes à sucre en Bolivie. Aujourd’hui, dans le monde, et comme jusqu’il y a un siècle en Belgique, des millions de jeunes sont privés de leur enfance, de leur santé et de leur dignité.

jouer6.JPG

Intertitre : sécurité au travail et migrations

L’année 2019 est marquée par le 30èmeanniversaire de la Convention Internationale des Droits de l’Enfant. « C’est dans ce cadre que le Bois du Cazier, qui a adhéré à la Coalition Internationale des Sites de Conscience visant à connecter les luttes du passé aux initiatives citoyennes en faveur des Droits de l’Homme, présente l’expo « Défense de jouer » soulignait, lors du vernissage, Jean-Louis Delaet, directeur du Cazier.

jouer4.JPG

« Les thèmes emblématiques qui ont été retenus sont la sécurité au travail et les migrations. Plus que jamais, notre institution est ancrée dans la réalité du monde moderne et entend montrer aux jeunes générations le chemin parcouru en matière de condition de travail dans le monde de l’industrie. Nous sommes prêts à contribuer à l’effort international pour limiter le travail des enfants au niveau mondial : 152 millions d’entre eux  y sont astreints actuellement».

jouer2.JPG

jouer3.JPG

plongés dans une mine d’or au Ghana

Les dispositifs de l’expo se déclinent en 5 espaces. Après avoir découvert  des portraits audio, vidéos, photos et témoignages d’enfants d’hier et d’aujourd’hui, les visiteurs seront sensibilisés à la pénibilité du travail infligé, à travers diverses manipulations : déplacement d’une brouette et d’un sac de 20kg, fabrication de briques et de pétards, tissage d’un tapis, triage de cailloux,… Une plongée en réalité virtuelle dans une mine d’or au Ghana est prévue.

Enfin, un mannequin « adolescent » permettra de faire le lien entre les habitudes vestimentaires, alimentaires, technologiques des jeunes et le travail des enfants dans diverses parties du monde. Des débats seront également mis sur pied. L’expo : « Défense de jouer » est à voir au Bois du Cazier jusqu’au 8 décembre 19, rue du Cazier, 80 à Marcinelle. Ouvert tous les jours sauf le lundi. Du mardi au vendredi : de 9h00 à 17h00. Samedi et dimanche : de 10hà 18h. Tarifs : 8 à 4,50 €. info@leboisducazier.be- 071/88 08 56.JEAN-CLAUDE HERIN

jouer5.JPG

démonstration de tissage par Christine Van Beuer, élève à l’Académie des Beaux-Arts de Charleroi. Avec Jean-Louis Delaet, à gauche.

Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Découvre-Net 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.