• RANSART- Le sosie d'Elvis, Franz Goovaerts, faisait son show !

    goovaerts1.JPG

    42 ans après la mort d’Elvis Presley, la légende est toujours bien vivante. Le Mont-sur-Marchiennois Franz Goovaerts rendait un vibrant hommage au King, samedi soir, à la salle de l’Ephémère.

    16 août 1977. Tout à coup, sur les ondes, le monde s'est brisé quand le présentateur a dit : «Mesdames et messieurs. Le Roi est mort".                      

    Elvis Presley était retrouvé inconscient dans sa villa de Memphis (dans l’Etat du Tennessee). Sa mort était constatée à l’hôpital, le rock venait de perdre sa première superstar. Mais pour ses fans, il sera là pour toujours !!!                           

    Elu, en 2006, Meilleur Sosie au Monde d'Elvis Presley à Memphis, Franz Goovaerts  saluait le King à la salle de l’Ephémère à Ransart.                                     

    La salle était archipleine ! Et pour le soutenir, son premier fan : Jefferson, son fils ! « J’ai 44 ans, cette année. C’est un âge qui me permet d’être au plus près de la période de 1974-76, où Elvis entrait dans la dernière phase de sa carrière » signalait Franz Goovaerts.

    « A travers mes shows, j’essaie de transmettre la même énergie, la même émotion, et d’installer la même proximité chaleureuse avec le public ».

    goovaerts.JPG

    la basse « pètera » plus !

    Le film : « This is Elvis » était projeté et une American Chicken Salad, mets typique du pays de l’Oncle Sam, était proposée par Franz lui-même !                  

    Le show à Ransart annonçait le grand concert que donnera l’artiste originaire de Mont-sur-Marchienne, le 10 novembre à 16h, au PBA, à la différence que Franz ne chantera pas seul sur scène, mais il sera accompagné de l’European Philarmonia, dirigé par Walter Proost, le créateur des plus grands « Cross Over ».

    L’Orchestre sera accompagné par le Rock Band d’Eric Melaerts et deux choristes. « Ma passion pour le King ne fait que grandir» poursuit Franz. « Bien sûr, on ne touche pas au répertoire d’Elvis. Des chansons comme « Jailhouse Rock », «  Suspicious Minds », «  Love me tender », « Don’t be cruel »,… sont éternelles. Mais les 25 tubes proposés bénéficieront d’une nouvelle orchestration. La basse « pètera » encore plus, les cuivres monteront encore en puissance…Le show sera vraiment grandiose ! » Egalement le 13/11 à « De Singel » à Antwerpen et le 17/11 à l’Aula Magna à Louvain-la-Neuve. www.live-concerts.eu. J.C.HERIN

    goovaerts2.JPG

    Franz et son fils Jefferson

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire
  • SOUVRET- La tragédie du Rognac, il y a tout juste 75 ans...

    rognac 3.JPG

    La tuerie de Courcelles ou du Rognac en 1944 heurte toujours les consciences. Dimanche matin, une cérémonie de commémorations se déroulait en présence de la bourgmestre Caroline Taquin et de nombreuses associations patriotiques.

    rognac2.JPG

    Le 17 août 1944, après l’assassinat d’Oswald Englebin, bourgmestre collabo de Charleroi, ainsi que de sa femme et son fils, les rexistes partent en « expédition punitive » et engagent une répression féroce dans la région. 

    Le directeur des charbonnages de Monceau-Fontaine, Paul Van den Berghe, en est la première victime. Une vingtaine de personnes sont arrêtées et séquestrées dans une cave d’une maison toute proche du lieu de l’attentat.                  

    Au terme d’une nuit d’angoisse, le 18 août, à l’aube, les otages sont exécutés sans pitié l’un après l’autre sur la rue, d’une balle dans la nuque.

    Deux prisonniers échapperont au massacre d’une manière presque miraculeuse. Une dernière otage, Mademoiselle De Ridder, sera emmenée, le 18 au matin, et abattue dès son arrivée. Les corps seront jetés sans respect sous les fenêtres d’une maison, par vengeance, où ils resteront une journée et une nuit aux regards terrifiés des habitants. Parmi les victimes figuraient des personnes prises au hasard, ainsi que des policiers, médecins, architectes, hommes de loi, et le chanoine Pierre Harmignie, curé-doyen de Charleroi, qui avait réconforté ses compagnons d’infortune à l’approche de la mort…

    Liliane porte le nom d’une victime

    rognac1.JPG

    Liliane Jasmes

    Dimanche, après un rassemblement à la Maison de la Laïcité, un hommage était rendu aux victimes, sous une pluie battante, devant le Monument au 26, rue des Martyrs. « La Force d’une Nation réside toujours dans le regard qu’elle peut porter sur son Histoire et sa capacité à l’enseigner aux générations suivantes » soulignait Caroline Taquin.

    « De ces faits tragiques retenus comme les plus sanglants de la région des collaborateurs rexistes sous l’Occupation, il ne reste qu’un monument gravé avec les noms de ces victimes, innocentes ».  

    La bourgmestre de Courcelles était entourée de membres du Collège, du Cercle d’Histoire de l’entité de Courcelles, et d’associations patriotiques : Fraternelle Royale Armée Secrète, la FNC, les Chasseurs Ardennais,…

    Parmi les personnes présentes, Liliane Jasmes de Gilly, représentant la Stalag 1 A : « Plusieurs personnes de ma famille, qui étaient entrées en Résistance, sont décédées durant les hostilités. Parmi elles, Louis Jasmes, le cousin de mon grand-père paternel et conseiller communal à Ransart. Toutes mes pensées vont à lui, bien sûr, et à toutes les autres victimes de cet acte barbare » JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire
  • HAM-SUR-HEURE: Une Saint-Roch bien arrosée !

    hamroch4.JPG

                          La douche en matinée pour les marcheurs !

    hamroch3.JPG

    Dimanche, 1300 marcheurs se sont levés de bon matin pour la Saint-Roch d’Ham-sur-Heure, qui suit toujours le 15 août. Cette 381ème édition a commencé sous une pluie battante !

    hamroch.JPG

    Il est peu avant midi. Comme le veut la tradition, les marcheurs de la Saint-Roch de Beignée s’arrêtent à la rue du Calvaire, chez Véronique Sauvegarde,la secrétaire et cantinière de la marche, et fille de Paul, sergent sapeur. Boissons et sandwiches sont distribués généreusement aux membres de la société.

    hamroch1.JPG

    Véronique et son papa ( à droite de la photo )

    Les marcheurs arrivent trempés : c’est qu’il a plu abondamment ! « Depuis 15 ans, on n’avait plus vu un temps aussi pluvieux, le matin » s’exclamait Michel Bal, adjudant. « On pense surtout à protéger nos costumes que nous louons jusque 700 €. C’est la raison pour laquelle nous revêtons une cape de pluie transparente » poursuit un autre marcheur.

    hamroch2.JPG

    Sur le temps de midi, les 1300 marcheurs défilaient devant la tribune où avaient pris place Yves Binon, le bourgmestre de Nalinnes/Ham-sur-Heure, des membres du Collège ainsi que des invités et sympathisants.

    hamroch13.JPG

    hamroch14.JPG

    hamroch15.JPG

    Le bourgmestre Yves Binon, à droite, très attentif

    double anniversaire

    Lors de cette 381ème édition, la statue de saint Roch était escortée tout au long du trajet par les compagnies d'Ham-sur-Heure, qui se relayaient afin de lui rendre un hommage particulier. Le ciel restait gris l’après-midi, mais heureusement dégagé.

    hamroch5.JPG

    hamroch18.JPG

    hamroch7.JPG

    Parmi les temps forts : un bivouac à la chapelle des Trois-Arbres, le Départ de la Procession et Marche Militaire dans les chemins et rues de la localité, la rentrée toujours imposante de la Procession et Marche Militaire dans la cour d'honneur du château, la remise des médailles commémoratives et la retraite aux flambeaux. Cette année, la Compagnie royale “Les Vrais Sapeurs” fêtait ses 70 ans et la fanfare royale ses 100 ans.    

    Lundi, les compagnies de Ham-sur-Heure déambuleront dans les rues. A 11h, avait lieu l’aubade par les fanfares de Ham-sur-Heure et de Beignée devant la chapelle Saint-Roch.

    Ce mardi, la marche Saint-Roch sortira à partir de 14h. Un feu d’artifice et un lancer de nounours clôtureront les festivités.  JEAN-CLAUDE HERIN

    hamroch9.JPG

    Le rendez-vous des amoureux

    hamroch11.JPG

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire