MARCINELLE- Bois du Cazier: Expo de Roman Minin en virtuel et réalité augmentée

minin1.JPG

Un vitrail de Roman Minin

Par l’observation directe, ou à l’aide d’un casque ou d’un smartphone, le public est amené à découvrir l’univers onirique de la mine par l’artiste urkrainien Roman Minin. Les œuvres sont réparties dans tout le site du Cazier.

Avec son T-shirt aux couleurs vives et aux motifs géométrisés, reproduisant l’une de ses œuvres, Roman Minin faisait sensation lors de l’inauguration de l’exposition : « Mining Charleroi ». Réfugié de Donetsk, à cause des contentieux russo-ukrainiens, Roman Minin est très attaché à la mine. Né en 1981 dans le Donbass, une région où règne encore une intense activité minière, le plasticien est issu lui-même d’une famille de mineurs.

« Le mineur, je le vois avant tout comme quelqu’un de courageux, qui se dévoue, voire se sacrifie pour les autres » précisait-il.

Avec « Mining Charleroi », c’est le travail de ce peintre, graphiste, auteur d’installations scénographiques et graffeur ukrainien, de renommée internationale, qui est mis en valeur. Avec sa façon bien à lui de mêler des icônes du folklore populaire, ses compositions sont toujours très colorées et morcelées, à la manière d’un jeu de construction. Par ses courbes et le remplissage des tableaux, ses œuvres ne sont pas sans rappeler celles de l’artiste belge Jean-Luc Moerman.

le numérique, pas une fin en soi

« Cette expo est aussi liée aux bonnes relations entre l’Ukraine et la Belgique, et à leur passé minier commun » a précisé Litiaga Vladyslava, 2ème secrétaire de l’Ambassade ukrainienne.

Sur le site du Cazier sont disséminées plusieurs œuvres de Roman Minin, dont 5 bâches géantes, une tapisserie, un bas-relief (représentant des mineurs au pied des deux chevalements) et un vitrail.                        

Les œuvres en 2D sont sublimées par la réalité augmentée par le biais d’un smartphone (8 stations) ou en réalité virtuelle avec un casque (2 animations).

« Il s’agit d’un pas de plus dans l’univers des nouvelles techniques numériques. En octobre 2018, nous avions déjà créé une application pour smartphone pour guider les visiteurs de manière ludique selon trois circuits sur le site. Cela dit, les nouvelles technologies ne constituent pas une fin en soi, mais elles peuvent attirer de nouvelles générations » avertit Jean-Louis Delaet, directeur du Cazier.      

minin2.JPG

Dans le casque, tout un univers à découvrir

vitrail géant à réaliser

Pour découvrir l’installation, il faut télécharger gratuitement l’application SIMO AR, et conserver la 4G activée pendant tout le parcours.

L’utilisateur devra se repérer en suivant la numérotation sur le plan et en scannant les différents lutrins verts. Attention : il est conseillé de disposer de smartphones de générations récentes ! Les 9, 10 et 11 juillet prochain, le public est invité à réaliser un vitrail géant. De 10 à 12h pour les enfants de 8 à 12 ans, et de 14h à 16h : pour tous dès 12 ans. 25 € pour l’ensemble de l’animation.                

L’expo « Mining Charleroi », mise sur pied en collaboration avec la galerie bruxelloise Mhaata (le galeriste Jacques-Antoine Tanner a initié les contacts avec Roman Minin et expose des œuvres de Roman Minin jusqu’au 21 juillet), Asymétrie et l’Ambassade d’Ukraine en Belgique, est à voir jusqu’au 6 octobre 2019 au Bois du Cazier. JC Hérin

Prix : 8 € à 4,50 €. - de 12 ans : gratuit. Ouvert tous les jours sauf le lundi. Du mardi au vendredi : de 9h à 17h. Samedi et dimanche : de 10h à 18h. Infos : 071/ 88 08 56

Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés le week-end et la semaine entre 21 h - 07 h (Europe/Paris).

Optionnel