• FLEURUS: Nuit du blues: toutes les pensées allaient à Michel Roccetti

    blues1.JPG

    Michel Roccetti, fondateur de la Nuit du Blues, était encore dans toutes les mémoires, samedi, sur le site de l’Ancienne abbaye de Soleimont.  Une belle affiche, cette année encore, avec une programmation d’un blues très éclectique.

    blues2.JPG

    Sébastien Hogge Quartet

    Cette 23ème édition de la Nuit du blues, qui se tenait sur le terrain de jeu de Circomédie, a failli ne pas voir le jour…. En cause, le décès accidentel (noyade ?) en Tunisie de Michel Roccetti, en décembre 2018.

    Fabrice Hermans, directeur du Centre culturel de Fleurus et coordinateur depuis la 2ème édition, s’en souvient avec émotion. « Michel était un homme jovial, le cœur sur la main, un militant de gauche aussi. C’était un réel plaisir de travailler avec lui » souligne son ami depuis plus de trente ans. « Quand Michel a lancé ce festival, il était éducateur à l’Ecole Clinique de Montignies-sur-Sambre. Son idée était de reverser les bénéfices à cette institution et de réunir personnes valides et « extra-ordinaires » autour de la musique: ce qu’il a très bien réussi. »  

    blues4.JPG

    Fabrice Hermans, ami de Michel Roccetti

    Entre 800 et 1000 personnes étaient attendues le samedi. La météo a joué un peu les trouble-fête avec de la pluie en plein après-midi. « Nous souhaitons que le public puisse « se promener » dans les différents courants du blues : acoustique, swing, blues, funk, rock, musique africaine, fusion,…» poursuivait Fabrice Hermans.

    Curtis Salgado, en tête d’affiche

    Les musiciens se répartissaient sur deux scènes. Belles découvertes avec notamment « Sébastien Hogge Quartet ».

    Accompagné d’Antoine Dawans à la trompette, Jean Debry à la basse et Lionel Aquilina à la batteri, Sébastien, le leader, met un point d’honneur à fusionner des rythmes funk endiablés aux couleurs harmoniques entre jazz et folk. Excellent groupe du Brabant Wallon, dont le répertoire est essentiellement tourné vers le Blues et le Boogie, « Thyle’s Band » valait aussi le détour.

    Roland Van Campenhout, un des plus vieux bluesman de Belgique ( né en 1944 ) a fait forte impression. Avec l’insolence du talent, cet artiste belge néerlandophone évolue allègrement entre blues, rock, folk, country, avec quelques incursions dans le jazz. Il a signé des musiques de film et écrit pour le théâtre. Venu tout droit des Etats-Unis, Curtis Salgado, la tête d’affiche de ce festival, enchantait le public partout avec sa voix puissante et son excellent jeu d’harmonica. Et il y avait aussi Mike Sanchez, Dalva,The Thomas Henry Orchestra,… L’année prochaine, la Nuit du Blues pourrait se dérouler tout le week-end !

    blues3.JPG

    Un public qui adore le blues

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire