société

  • TEMOIGNAGE: Etre une charge... cela pèse !

    charge,chômage,charleroi,sociétéLe Blog de Sudinfo CHARLEROI se veut être proche de VOUS. Nous avons fait appel à vous pour obtenir vos témoignages, vos anecdotes, vos moments de vie, vos coups de coeur, connaître vos préoccupations, vos souhaits de mettre un proche à l'honneur, vos faits divers.

    Nous avons reçu un témoignage bouleversant.

    Ce témoignage nous vient de Marcinelle, un jeune homme de 38 ans: Sylvain F*****D

    "Comment vous décrire mon sentiment actuel, ma vision à la fois contrastée et bouleversante dans laquelle je suis installé ? J'ai 38 ans, actuellement sans emploi dans la région de Charleroi, je suis en couple. Une vie parfaite en apparence si ce n'est que j'ai un défaut et un  étrange sentiment: Je suis une charge ! Ne vous êtes vous jamais senti à un moment donné comme perdu, inutile et un poids pour vous même, pour la société, votre conjoint. C'est mon cas. Etant plus jeune, j'ai échappé à une grave maladie, handicapante dont j'ai été opéré avec succès, qui m'a permis d'obtenir avec raison une pension d'invalidité. J'ai bénéficier de cette pension pendant quelques mois, moins d'un an à vrai dire, par la suite je n'y ai plus eu droit simplement parce que je ne voulais pas être une charge pour la sécurité sociale et je voulais surtout travailler, avoir une vie sociale, vivre comme tous le monde, j'ai donc dû me battre pour reprendre du service comme on dit. Bien des années plus tard, une situation, du travail et une vie de famille plus qu'agréable.

    charge,chômage,charleroi,sociétéJe me retrouve aujourd'hui sans emploi depuis un an, une difficulté à vivre pour moi qui n'ai jamais voulu profiter du système, abuser des droits sociaux et qui ai toujours voulu travailler, me débrouiller, être autonome et peut être un trop bon citoyen, cela ne m'a jamais rien rapporté que du contraire. Aujourd'hui encore je me dis que si j'avais abusé comme certains le fonts quotidiennement je serais toujours bénéficiaire et probablement à vie de ma pension d'invalidité mais par orgueil, par challenge de la vie, pour ne pas être une charge éventuelle je n'ai pas voulu m'y résoudre. Quand je dis "être une charge" c'est le cas pour moi, (les indemnités de chômage) car je ne trouve pas de travail malgré mes candidatures constantes et nombreuses, mes démarches de formations, mes contacts sociaux que je tente de maintenir avec les moyens financiers du bord et ce sentiment que mon épouse qui elle travaille doit assumer financièrement la plus grande partie du ménage. Alors oui ce sentiment est pour moi une réelle épreuve psychologique et physique car il y a des jours où j'ai du mal à assumer mon inactivité alors que mes compétences me permettrais de pouvoir travailler et me mettre au service d'une société, à ce niveau là je n'ai aucune inquiétude car je n'ai à vrai dire plus aucune raison ou handicap ne me permettant pas d'avoir une activité professionnelle, j'en ai déjà eu et de nombreuses années avec succès.

    Cependant quand je vois les licenciements encore en Belgique ces derniers jours à la télévision, le peu d'emploi, la chasse aux chômeurs et l'exclusion prochaine de ceux-ci, les personnes en grande précarité je suis à la fois attristé et je me dis qu'il y a peut être pire que moi, moi qui ai encore la santé, mais j'ai toujours été éduqué à me débrouiller et à ne pas abuser moi même des gens, des systèmes mis en place, des avantages éventuels. Je me dis que je suis le seul à jouer au Monopoly sans tricher comme me le rappelle souvent des amis et parfois je me dégoute de n'être pas plus malhonnête, oui ! Cela peut paraître moche mais je constate avec regrets que ceux qui usent et abusent eux sont souvent bien mieux que ceux qui font les choses en bon citoyen et ne demande au final que peu de chose "Un travail, une vie stable". Il y avait avant deux choses dont on n'échappait jamais en Belgique: Les impôts et la mort, aujourd'hui on peut ajouter tristement "et le chômage". Aujourd'hui je le revendique toujours avec une grande honte et une tristesse quand on me demande ce que je fais dans la vie "Je suis une charge" et j'ajoute pour me justifier et peut-être apaiser ma conscience sur un brin d'humour.... "et cela me pèse". 

     

    NDLR:/ Merci pour votre immense confiance !

    Vous pouvez commenter ce témoignage et apporter vous aussi votre vision des choses, vos conseils, votre sentiment et nous faire part tout comme notre lecteur du jour d'un morceau de votre quotidien que nous relayerons avec respect. 

     

    1795494_10151868485880986_1975447529_n.jpgBLOG Charleroi Sudinfo: Si vous aussi vous avez une anecdote sur votre quotidien, une habitude, un événement, vous souhaitez mettre en valeur un proche, nous parler d'une actualité qui vous concerne vous intéresse ou vous préoccupe, un fait qui vous est arrivée, une difficulté, un moment de joie,... n'hésitez pas à prendre contact avec notre équipe de Charleroi Blog Sudinfo au 0494 76 34 24 (Tel et Sms) ou par email àcharleroi.sudinfo@seben.be 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Témoignage 0 commentaire
  • SOCIETE: Le Gsm pour les enfants: le cadeau de l'inconscience ?

    gsm,enfant,cadeau,sociétéNous connaissions depuis très longtemps les jouets qui imitent à la perfection le bon vieux combiné téléphonique que les enfants pouvaient recevoir pour les fêtes. Bien plus inquiétant aujourd'hui, les parents, les membres de la familles prévoient d'offrir pour la St Nicolas, la Noël un "véritable" GSM à de jeunes enfants. D'après nos renseignements auprès de plusieurs parents, le Gsm serait LE cadeau du moment également à offrir aux petites têtes blondes.

    "J'ai une fille de 7 ans et un fils de 10 ans, mon fils a déjà reçu son premier vrai Gsm l'an passé et cette année ma fille de 7 ans recevra le sien. Les téléphones contiennent une réelle carte SIM avec un crédit et ils peuvent ainsi passer des appels aux grands parents ou s'appeler s'ils le souhaitent ou nous joindre ainsi que les secours" affirme une maman qui estime ce cadeau une très bonne idée. 

    A l'heure de la technologie, il n'est pourtant pas certain qu'un Gsm soit une réelle vraie bonne idée car cela implique pas mal de dangers et de très mauvaises surprises possibles au rendez-vous. En effet, les jeunes enfants n'ont pas encore la faculté de pouvoir réellement analyser les responsabilités et les dangers liés à l'utilisation du téléphone portable.


    "J'ai de plus en plus de demandes pour des enfants, je le déconseille toujours et je renvoie les parents vers des appareils factices ou adaptés aux enfants mais dans 90% des cas ils ont déjà une idée bien arrêtée et ne se rendent pas compte que les enfants pourraient facilement appeler des numéros faciles d'urgences: le 100, le 101, le 112 ou des numéros surtaxés comme le 107 (les renseignements). En plus, il faut savoir que dans la majorité des appareils choisis, il n'y a même pas de fonctions de blocages des appels sortants, de fonctions de contrôles parentales (puisqu'ils sont destinés principalement à des adultes). Il y a aussi pas mal de parents qui choisissent des Gsm "basic" et bons marchés et qui n'osent pas avouer qu'ils sont destinés à des enfants. D'autres le disent clairement et la moyenne d'âge parfois me fait très peur, les plus jeunes enfants d'après mes clients auraient entre 6 et 11 ans. Il ne faut pas non plus négliger le fait que le numéro de téléphone de l'enfant peut aussi être joint de l'extérieur par n'importe qui et donc aussi par des personnes peu scrupuleuses voir pouvant être un réel danger si vous voyez ce que je veux dire..."
     atteste un commerçant vendant des Gsm. 

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire