jean

  • CHARLEROI - Brocante St Jean sous le soleil

    brocante, jean

    brocante, jean

    Si le public était bien présent à la brocante Saint Jean, elle n’a pas suscité l’engouement que connaissait autrefois la Brocante des Quais.

     

    La Brocante Saint-Jean aurait-elle un peu de plomb dans l’aile ? L’ambiance était bien tristounette, sans groupes musicaux dans les rues, ni jongleurs, ni châteaux gonflables, ni séances de grimage,… Certes, on nous a rappelé que les budgets étaient rabotés, et que cette édition testait une nouvelle formule. Mais est-ce une raison pour rendre cette manifestation si terne ? « J’ai moi-même été exposant, il y a quelques années, à la brocante des Quais » noteJean-François de Marcinelle. « Depuis que la brocante a été reprise par la Ville, les prix des emplacements est resté le même, mais les services et la convivialité ont diminué ! ». Cela dit, le beau temps a drainé, ce dimanche, un public assez nombreux au Boulevard Tirou, rendu piétonnier pour l’occasion, et il y avait toujours l’occasion de faire de bonnes affaires ! Les établissements de bouche et brasseries étaient étroitement associés à l’événement.

     

     

    brocante,jean

     

    La nature dans la Ville

     

    A l’intérieur du chapiteau du Village des Antiquaires, installé à la place Saint-Fiacre, avaient pris place une dizaine d’exposants de la région, vendant meubles, bibelots, objets d’art, porcelaines,… Le regard se portait aussi sur une magnifique collection d’œuvres ( gravures, eaux-fortes, hélios,… ) de Félicien Rops. « Cet artiste réalisait des œuvres très sulfureuses, et dérangeait la petite bourgeoisie bien pensante de son siècle ( 19ème siècle) ! » explique Jean-François Salveniac, coordinateur. « Aujourd’hui, il est une valeur sûre dans le monde de l’Art ». Alors que le Village des Antiquaires faisait le plein, le Passage de la Bourse était quasi déserté. Seuls quelques artistes exposaient leurs  œuvres au « Carrefour des Artistes ». Rien à voir avec l’effervescence qui y régnait les années précédentes ! Ombre-Louise, peintre et illustratrice, y fabriquait des objets : petites boîtes en verre, porte-clés, tirelires,…  Et, quelques mètres plus loin, surprise : Kunye, une étudiante en Art, plantait du cresson dans un tas de terre, et installait un homme-feuille au bas d’une colonne. « Ma démarche est de montrer que dans un univers dominé par le béton, la nature reprend ses droits ! » N’est-ce pas le bol d’air qu’on espère pour Charleroi ?

     

    brocante,jean

     

    brocante,jean

    brocante,jean

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire