flemme

  • EMPLOI: Les carolos ont-ils la flemme attitude ?

    emploi,charleroi,flemmeLe 11 mars 2013, les médias découvraient le lancement d'un nouveau site internet en Belgique repris sous le nom de flemme (www.flemme.be). Un site dont le nom ne devait servir que pour faire le buzz sur internet, particulièrement mal choisi pour l'objet réel qu'il propose au final. Ce site internet a pour objectif "de postuler à la place des chômeurs", drôle d'idée quand on pense que finalement cette "fonction" principale attachée à ce statut peut être une réelle fierté pour le demandeur d'emploi qui s'engage lui même à faire les démarches, à joindre les entreprises, à répondre à des annonces et ce jusqu'au rendez-vous ultime qu'il peut décrocher et qui pourra mener à l'emploi.

    Cette jeune société et son créateur Cédric Rossisu (ayant fait de nombreuses interviews sur le sujet) ont donc décidé de proposer ce service de candidatures à partir de 2 € par mois minimum pour les sans emploi (pour l'envoi de 20 CV) à une base de donnée de 19.000 entreprises. La question est de savoir alors ce qu'il reste réellement au chômeur pour s'impliquer réellement dans sa propre situation, prendre sa propre vie en main s'il confie à d'autres le soins de postuler à sa place. Ce site est moyennement le bienvenu, les organismes officiels tels que l'Onem et le Forem sont plutôt sceptiques sur la façon de faire.

    Le site dit également s'occuper de donner des justificatifs valables en votre nom en cas de contrôle des autorités. Cela dit, les prochains contrôles risquent avec l'arrivée de ce site, en toute probabilité, d'être encore plus drastiques et pointilleux pour vérifier si le chômeur est bien l'auteur de l'ensemble des ses candidatures. 

    Flemme transmet les CV et les lettres de candidatures aux sociétés en fonction des choix selon les catégories et le secteurs choisis (enfin c'est supposé, mais manifestement pas toujours le cas, s'i l'on en croit les nombreux commentaires sur le facebook du groupe), par les "clients", car il s'agit avant tout, d'une démarche commerciale à la base, "sur le dos des chômeurs" et en profitant de surfer sur la vague de la crise à l'emploi diront certains réfractaires au système. Ce qui étonne dans le processus, c'est surtout le fait que de très nombreux chômeurs, y compris un grand nombre dans la région de Charleroi ont pris la décision d'y souscrire. Un système de prise en charge, qui peut aussi avoir de mauvais revers...il faut le savoir.

    Découvrez quelques avis...et exprimez-vous en répondant au mini sondage ! 

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 1 commentaire