emploi

  • EMPLOI: Sudpresse engage plusieurs infographistes

    Le groupe Sudpresse, leader dans la presse quotidienne Belge recrute actuellement deux infographistes Junior (sous contrat CDD). Si vous disposez des compétences nécessaires, que l'infographie vous passionne et que vous souhaitez travailler pour un groupe de presse qui a fait ses preuves: N'hésitez pas à poser votre candidature ! Informations et conditions voir visuel "Sudpresse recrute".

    Envie de nous rejoindre? Envoyez-nous votre lettre de motivation et votre CV à : recrutementsp@sudpresse.be à destination de la Direction des ressources humaines.


    1509708_10153091197560240_7093025807475593554_n.png

    Lien permanent Imprimer Catégories : Emploi, Votre quotidien 1 commentaire
  • EMPLOI: La polémique des entretiens par téléphone.

    weird_250x250.jpgDans le cadre d'une recherche d'emploi, de nombreux candidats envoient quotidiennement des candidatures pour décrocher le fameux sésame, tant par email, par courrier postal ou plus étonnement postulent par téléphone, même si la tendance est plutôt rare. Cependant, on savait qu'il n'était pas si simple pour ces candidats de recevoir des réponses favorables ou non des entreprises à ces sollicitations, tant le nombre est en augmentation et que les entreprises (y compris les agences d'intérim) ont du mal à répondre ou ne souhaitent parfois pas donner de suite aux candidats qui ne correspondent pas totalement aux critères des annonces et offres. 

    Une tendance encore plus étrange s'il en est, consiste à recevoir un appel téléphonique d'une entreprise à l'improviste pour laquelle un candidat à postulé et de se voir "questionné" ou plutôt interviewé et faisant office d'entretien d'embauche. On est donc bien loin de l'époque où le candidat pouvait défendre son parcours en vis à vis devant l'employeur ou la direction des ressources humaines et pouvait donc également apporter un soin particulier à sa présentation, avoir l'opportunité d'obtenir ce feeling ou le contact humain bien précieux dans ce type de démarche. 

     

    "Il y a deux jours, j'ai reçu un appel d'une société pour laquelle j'avais postulé comme vendeur de cuisine équipée, la responsable des ressources humaines m'a informé qu'elle me contactait pour un entretien d'embauche, j'attendais donc la date du rendez-vous pour m'y présenter mais il n'y en avait pas ! Elle m'a questionnée pendant à peine cinq minutes sur mon parcours, mon expérience, mes ambitions et à conclu que cela serait le seul entretien et que je recevrai soit un appel pour me dire que j'étais engagé ou un email pour me dire le contraire. J'étais choqué, c'était un entretien d'embauche ça ? J'étais étonné que ma candidature s'était traitée aussi rapidement qu'un coup de fil, je n'en revenais pas. Mon avenir s'est joué sur un appel ! J’ai même eu droit à un affront «Vous avez un accent Carolo, c’est pas joli hein ! ». Je me dis que cela est particulièrement sommaire et que si l'on a pas de bagou, qu'on est mal à l'aise au téléphone, que l'on est stressé ou que l'on est pris au dépourvu en plein milieu d'un magasin pour faire des courses comme c'était mon cas, on est directement certain de ne pas être pris. En plus, c'est bien plus facile d'envoyer ensuite un mail pour dire que l'on ne convient pas plutôt que de le dire lors de l'entretien alors que l'on a même pas eu la chance de pouvoir se vendre correctement pour le poste choisi, c'est totalement indécent". déclare Didier.M, un jeune demandeur d'emploi de Charleroi. 

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques, Témoignage, Votre quotidien 0 commentaire
  • EMPLOI: Et vous ? Avez vous pris la poussière ?

    atelier-recherche-emploi.jpgDans notre rubrique "VOTRE TEMOIGNAGE", nous avons reçu celui de Floran.S de Charleroi qui peut susciter de très nombreuses questions tant dans le fond de l'histoire de son vécu qu'il partage avec nous que dans sa forme. A vous de juger ! 

    "Je suis Floran, j'habite Charleroi, j'ai 38 ans. Sans emploi depuis un 13 mois, un an et un mois quoi. Je me suis présenté dernièrement à un entretien d'embauche, ils n'étaient pas si fréquents ces derniers mois car les entreprises n'engagent pas spécialement ou je n'ai pas eu la chance de correspondre aux profils recherchés malgré mes recherches d'emploi et mes accompagnements dans ce sens. Lors de l'entretien il y a une semaine, je me suis senti sali, choqué et humilié par les deux femmes qui ont pu me recevoir dans le bureau d'une entreprise de la région de Charleroi.

    L'entretien se déroulait très bien, on m'avait demandé des compléments d'informations sur mon parcours, mon histoire professionnelle, mes compétences et tout semblait se passer pour le mieux. Je postulais pour un poste administratif de gestion comptable. J'ai répondu aux questions parfois pointues concernant le poste à pourvoir et les résultats étaient là.

    atelier-recherche-emploi.jpgA un instant de l'entretien, l'une des deux femmes s'est retournée vers l'autre et lui à dit assez fort dans le bureau "Christine, il est pas mal lui, hein ! Seulement il a pris la poussière !", l'autre s'est alors exclamée avec un grand sourire "Il a pris la poussière ! C'est dommage ! On ne peut pas".

    Vu mon étonnement, je lui ai dit que ce n'était pas une réflexion à faire et que c'était insultant, j'étais un être humain après tout ! Vu mon air, l'une d'elle m'a expliqué brièvement que c'était une expression dans certains milieux professionnels pour dire qu'on était resté un moment sans travaillé et peut être un peu rouillé ou hors du coup finalement et qu'elle n'aimait pas les gens qui avait eu plus de 6 mois de chômage. Pourquoi m'avait-elle alors convoqué puisqu'elle connaissait mon statut et ma période d'inactivité dés le départ sur mon CV ?

    J'ai clairement dit que pour moi c'était un manque de politesse et d'éducation d'insulter les gens ainsi et que moi personnellement je n'acceptais pas que l'on dise cela de moi et en face en riant de ma situation. La seconde employé m'a alors regardé et dit "Ben... c'est notre humour !", je ne riais pas du tout. 

    J'étais sous le choc ! J'avais donc pris la poussière dans le milieu du travail après juste un an et un mois ! J'étais donc voué à ne plus être frais pour travailler ou pris au sérieux. Cela m'a rendu à la fois très triste, j'était dégouté mais aussi furieux, comment pouvait-on juger les gens et des compétences sur une durée d'inactivité et pas sur des compétences réelles. J'ai quitté le bureau en me disant que je ne serais sans aucun doute jamais rappelé, à ce jour c'est le cas". 

    Merci à Floran de nous avoir fait part de son témoignage concernant un événement vécu et qu'il a souhaité partager avec les lecteurs de Charleroi Sudinfo. 

    Pensez-vous que l'on peut utiliser ce terme "Prendre la poussière" pour un travailleur, un individu qui n'a pas travaillé depuis un moment ? Cela vous choque t-il ? Pensez-vous que Floren à été victime d'un manque de tact ou d'éducation ? Pensez-vous avoir pris la poussière ? Trouvez-vous cette anecdote drôle ou dans le domaine de l'humour ?

    Qu'en pensez-vous ? Vos commentaires sont les bienvenus. 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Témoignage, Votre quotidien 1 commentaire
  • EMPLOI: Existe t-il (encore) de vrais et de faux chômeurs ?

    chômage,emploi,charleroi,onem,foremA l'heure où le chômage est omniprésent, où les difficultés financières des citoyens se fait ressentir de plus en plus, où le nombre de chômeur est en augmentation (malgré la chasse qui se déroule et qui doit permettre d'en liquider au plus vite...).

    Certains bénéficiaires ont pourtant plus que jamais besoin de ce revenu d'intégration qu'est le chômage. Parmis les demandeurs d'emploi et les chômeurs, il semblerait qu'il existe depuis toujours deux catégories: les vrais et les faux ! 

    Une habitante de Charleroi centre ville, qui demeure à proximité du bureau d'un syndicat affirme: "Chaque fin de mois, j'assiste à un ballet incessant de voitures, surtout des grosses cylindrées, qui sur le coup de 18h30, 19h00 (quand les bureaux sont fermés) s'arrêtent devant le bureau et les occupants viennent glisser des cartes de chômage dans la boîte aux lettres . Parfois même, ils signent celle-ci sur la deventure, sans se cacher, avant de glisser le document dans la boîte. Le pire, c'est sans doute ceux qui le font tout en étant habillés encore "en tenue de travail" ou de chantier avec le nom de la société écrit dans le dos ! C'est purement scandaleux. J'en ai interpellé un, hier, il m'a affirmé que tout d'abord cela ne me regardais pas et ensuite s'est justifié par le fait que le système lui permettait de le faire sans se faire prendre, ce depuis plusieurs années déjà pour lui. Pourquoi n'en profiterait-il pas ? a t-il ajouté. Je n'en croyais pas mes oreilles !".

    Et encore...

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • EMPLOI: Les carolos ont-ils la flemme attitude ?

    emploi,charleroi,flemmeLe 11 mars 2013, les médias découvraient le lancement d'un nouveau site internet en Belgique repris sous le nom de flemme (www.flemme.be). Un site dont le nom ne devait servir que pour faire le buzz sur internet, particulièrement mal choisi pour l'objet réel qu'il propose au final. Ce site internet a pour objectif "de postuler à la place des chômeurs", drôle d'idée quand on pense que finalement cette "fonction" principale attachée à ce statut peut être une réelle fierté pour le demandeur d'emploi qui s'engage lui même à faire les démarches, à joindre les entreprises, à répondre à des annonces et ce jusqu'au rendez-vous ultime qu'il peut décrocher et qui pourra mener à l'emploi.

    Cette jeune société et son créateur Cédric Rossisu (ayant fait de nombreuses interviews sur le sujet) ont donc décidé de proposer ce service de candidatures à partir de 2 € par mois minimum pour les sans emploi (pour l'envoi de 20 CV) à une base de donnée de 19.000 entreprises. La question est de savoir alors ce qu'il reste réellement au chômeur pour s'impliquer réellement dans sa propre situation, prendre sa propre vie en main s'il confie à d'autres le soins de postuler à sa place. Ce site est moyennement le bienvenu, les organismes officiels tels que l'Onem et le Forem sont plutôt sceptiques sur la façon de faire.

    Le site dit également s'occuper de donner des justificatifs valables en votre nom en cas de contrôle des autorités. Cela dit, les prochains contrôles risquent avec l'arrivée de ce site, en toute probabilité, d'être encore plus drastiques et pointilleux pour vérifier si le chômeur est bien l'auteur de l'ensemble des ses candidatures. 

    Flemme transmet les CV et les lettres de candidatures aux sociétés en fonction des choix selon les catégories et le secteurs choisis (enfin c'est supposé, mais manifestement pas toujours le cas, s'i l'on en croit les nombreux commentaires sur le facebook du groupe), par les "clients", car il s'agit avant tout, d'une démarche commerciale à la base, "sur le dos des chômeurs" et en profitant de surfer sur la vague de la crise à l'emploi diront certains réfractaires au système. Ce qui étonne dans le processus, c'est surtout le fait que de très nombreux chômeurs, y compris un grand nombre dans la région de Charleroi ont pris la décision d'y souscrire. Un système de prise en charge, qui peut aussi avoir de mauvais revers...il faut le savoir.

    Découvrez quelques avis...et exprimez-vous en répondant au mini sondage ! 

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 1 commentaire
  • EMPLOI: Nous sommes tous en campagne !

    emploi, charleroi, chomage, intérimAujourd'hui, nous connaissons tous les difficultés qu'éprouvent certains à trouver du travail. Le chômage est à nos portes et il n'est plus simple du tout (comme c'était le cas avant) de pouvoir trouver facilement du boulot.

    Certains candidats déploient de multiples ressources pour parvenir à décrocher l'emploi idéale: candidatures spontanées, petites annonces, réseaux sociaux, relations personnelles, ...

    Cependant cela ne fonctionne pas systématiquement et la situation semble être encore plus complexe depuis quelques mois dans notre région de Charleroi. Les bureaux d'interim avouent honteusement que les postes sont rares ou destinés essentiellement à l'élite ou à des candidats plus "technique". Et si nous faisions campagne ?

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • EMPLOI: Existe t-il une discrimination dans les agences d'interim ?

    Emploi, Agence, Charleroi, InterimDe nos jours, les personnes sans emploi doivent sans ménagement utiliser tous les moyens mis à leur disposition pour décrocher le fâmeux sésame qui ouvre les portes du milieu du travail. Les organismes tels que le Forem ou l'Onem demandent d'ailleurs à ceux-ci de se justifier sur l'état d'avancement et les modalités des recherches dans le cadre du dossier des demandeurs d'emploi, des chômeurs. 

    L'une des solutions connues depuis plusieurs années: L'inscription auprès des agences d'interim. Mais cela est-il toujours aussi simple d'y postuler ? De répondre à des annonces relayées par ces agences de mise au travail ? Plusieurs témoignages semblent montrer que non. Nous avons mené l'enquête !

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire