cpas

  • CHARLEROI- Les Indignés ont clamé "Yes, we must act!"

    indignés, CPAS

    Le Village « Yes, we act ! » a mobilisé les Carolos, ce week-end, autour d’actions percutantes. Afin d’interpeller les politiques sur des thématiques importantes de société.

     

    « Indignez-vous ! » clamait Stéphane Hessel, défendant ainsi l’idée selon laquelle l'indignation est le ferment de l’esprit de résistance. Relayant cet appel, et dans la foulée des mouvements qui ont notamment secoué l’Espagne, le collectif « Yes, we act » rassemblait plusieurs associations à caractère social, voir altermondialiste ( Funoc, Afriques en livres, CHU de Charleroi, Unicef Belgique,… ), à la place du Manège. Les thématiques développées tournaient principalement autour du logement, de la fiscalité, de la précarité et de l’environnement. Ce n’était pas la grande foule pour la première édition. Plusieurs raisons à cela : d’abord, un temps ensoleillé qui invitait plus à la promenade qu’à la mobilisation citoyenne, et peut-être aussi un manque d’attractivité. De l’aveu même de quelques organisateurs, les animations n’étaient pas assez « voyantes » et festives. On fera mieux la prochaine fois…

     

    Un public à flux continu

     

    Plusieurs actions étaient menées durant le week-end. Epinglons-en quelques-unes. Vendredi, des cyclistes venus de France faisaient la promotion d’une mobilité douce. Samedi après-midi, quelques manifestants brandissaient des panneaux, lors de la Manifest’Action dans les rues de la Ville, et invitaient la population à les rejoindre. Des débats étaient organisés lors d’un conseil communal alternatif. Un bus des quartiers, qui s’apparente à un bureau de permanence mobile,  se tenait à la disposition du public. Un panneau de libre expression était complété par le public, par des phrases ou des dessins. L’artiste Raymond Drygalski avait choisi de représenter un terril, élément minier qu’il traduit encore dans ses gravures. Un ballroom, ainsi qu’un concert composé de quatre groupes carolos, donnaient une touche musicale. Impossible aussi de passer à côté de cette manifestation avec les photos de 700 citoyens dispersées un peu partout dans la Ville ! « Même si on s’attendait à un peu plus de monde,« Yes, we Act » a tout de même enregistré 1500 personnes par jour, mais à flux continu » notait un organisateur. « Ce qui est sûr, c’est que nous n’en resterons pas là ! »

     

     

    Didier Neirynck, porte-parole du CPAS

     

    indignés, CPAS« Nous avons voulu rester assez humbles, et ne pas mettre trop le CPAS ( qui a eu l’idée de ces rencontres ) en avant. Notre objectif était surtout de faire connaître les associations auprès du grand public. Ce qui m’a principalement marqué, c’est de voir des gens qui n’étaient pas au courant de la manifestation s’intéresser à nous ! »

     

     

     

     

    Antoine Thioux, animateur au Centre Jeunes Taboo

     

    indignés, CPAS« Il est important de bien faire comprendre comment fonctionne la démocratie. Celle-ci ne consiste pas seulement à voter.  Les citoyens doivent s’impliquer au quotidien et faire valoir aux élus leurs revendications légitimes. La politique est la gestion de la vie collective ! C’est ça, la démocratie participative. »

     

     

     

     

    Graziella Fortino, animatrice au MOC

     

    indignés,cpas« L’objectif principal de cette manifestation est d’écouter attentivement les citoyens, pour répercuter ensuite leurs indignations auprès des politiques. Très vite, on se rend compte d’une transversalité entre certains thèmes. Par exemple, quand on parle du logement, on ne peut passer sous silence la précarité. »

     

     

     

     

    indignés,cpas

    indignés,cpas

    indignés,cpas

     

    indignés,cpas

    indignés,cpas

    indignés,cpas

     

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire