centre ville

  • CHARLEROI : Travaux du chantier Rive Gauche, la fin tant attendue !

    rive gauche,charleroi,travaux,centre ville,riverainsLes travaux du chantier Rive Gauche avancent à grand pas. Plusieurs centaines de travailleurs oeuvrent jour et nuit pour terminer le chantier avant l'inauguration qui se déroulera début mars. Les riverains attendent avec impatience la clôture de ces travaux, les nuisances sonores et environnementales (poussières, débris, vibrations,...) se sont succédé depuis plus de deux ans.

    "Je ne vous cache pas que ça fait long ! Nous n'en pouvons plus de ce bruit constant, cette poussière. Nous n'avons jamais été informés en tant que riverains de l'évolution des travaux et nous sommes toujours restés ignorés par les autorités communales voir par les responsables du chantier. Cela aurait été sympathique et respectueux de nous concerter à un moment ou un autre au lieu de systématiquement nous imposer ce colossal chantier" déplore Marie Christine, habitante du quartier. ...
     
    Un autre souci rencontré par certains riverains et non des moindres est un souci de "relogement". Certains propriétaires voient l'arrivée du nouveau centre commercial comme l'opportunité d'augmenter les loyers plus ou moins considérablement, de casser les baux locatifs pour proposer ensuite de nouveaux baux avec des conditions financières différentes, ce qui pourrait avoir comme conséquence de voir quitter une partie des riverains du centre ville de Charleroi.
     
    "Mon propriétaire m'a contacté en m'informant vouloir mettre un terme à mon bail, pour m'en faire signer un nouveau, avec de nouvelles conditions financières. D'après lui, le nouveau cadre urbanistique direct sera d'ici peu plus propice à la détente, une meilleure vue, un meilleur cadre de vie,... D'autres riverains sont dans le cas aussi et on parle chez certains d'une augmentation vertigineuse pouvant aller jusqu'à une location de 1.000 € contre 700 € précédemment. Cette pratique est scandaleuse car cela fait de nombreuses années que nous sommes dans notre appartement. Nous sommes pris en otage rien de plus ! Soit on accepte les nouvelles conditions financières imposées par le propriétaire soit nous devrons partir. Pour moi, l'arrivée du centre commercial n'est pas du tout un avantage contrairement à ce que certains propriétaires peuvent penser, ce sera plus de bruit, plus d'aller et venue, plus de délinquance aussi qui accompagnera cette toute nouvelle place,... A ça il faut ajouter que pendant plusieurs années j'ai dû avec d'autres riverains supporter les travaux, le bruit, la poussière, les dégradations, les incivilités d'autres personnes qui urinaient sur ma porte d'entrée, jetaient des déchets partout,... A aucun moment mon loyer n'a été adapté pendant les travaux et aujourd'hui c'est la claque. Nous avons été les dindons de la farce et perdant dans tout les sens du terme avec ce chantier et depuis le début d'abord avec la ville puis aujourd'hui avec les propriétaires. Je suis très en colère et tant qu'affaire que les citoyens quittent le centre ville et partent ailleurs, la ville se rendra peut-être à l'évidence qu'il y a un problème grave et peut-être aura t-elle le courage d'agir contre ce genre de procédé... mais pour moi il est déjà trop tard ! En ce qui me concerne c'est sûr, Charleroi ne me verra plus !" affirme Christophe, un riverain exaspéré de la situation.
     
    A l'aube de l'inauguration et de l'ouverture du centre commercial Rive Gauche, il faut croire que tout ne s'est pas passé sans embûche ni sans contrainte pour celles et ceux qui habitent le quartier. Les commerçants avaient déjà eux aussi subits de nombreux désagréments qui ont pu se résoudre à coup de recours et de plaintes.
     
    Nous pourrions aussi aborder le sujet brulant du stationnement en centre ville, qui a pour but d'améliorer la mobilité, cependant d'après les témoignages reçus de riverains, de commerçants, le stationnement des véhicules soumis à la gestion de la RCA (régie communale autonome) aura probablement et uniquement l'impact de voir partir les habitants du centre ville et faire fuir les clients qui préfèreront aller dans un endroit où le stationnement est moins compliqué mais surtout moins cher. La faute sans doute à de nombreuses autres alternatives de mobilité qui n'ont pas été suffisamment préparés par la ville elle-même pour permettre à chacun de se passer de la voiture.
     
    Aujourd'hui encore, certains commerçants du quartier ont du mal à conserver une activité normale et beaucoup ont souffert d'une perte croissante de clients et des pertes financières qu'il sera probablement impossible à chiffrer précisément depuis le début des travaux. Une chose est certaine, pour les riverains c'est bientôt la fin et celle-ci est attendue avec grande impatience, c'est aussi le commencement pour la ville de Charleroi d'une nouvelle aventure qui aura déjà fait couler beaucoup d'encre. 
     
    Source & photo: Seben©
     

    Votre avis nous intéresse ! N'hésitez pas à commenter cet article et y apporter votre point de vue sur le sujet. 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Billet d'humeur, Société, Sujets thématiques, Témoignage, Votre quotidien 0 commentaire
  • CHARLEROI: Lieu d'insécurité ? Vraiment ?

    Fotolia_21443695_M.jpgCe jeudi 20 août, la presse relayait l'information selon laquelle Charleroi avait le triste record de la ville qui détenait le plus d'actes de vols de voiture, Bruxelles pour le vol "dans" les véhicules et Seraing pour les actes concernant les attaques dans les habitations. Charleroi serait-elle donc la ville où il est dangereux de laisser sa voiture ? Peut-on s'y sentir en sécurité ? Y a t-il plus de délinquance qu'ailleurs ? 

    Nous avons voulu savoir se qu'en pensait les Carolos. C'est pourquoi nous avons posé 3 questions à près de 42 personnes prises au hasard dans les rues de la métropole. Bien entendu, le résultat de ce sondage n'a rien de scientifique, il s'agissait de prendre la température et les différents avis.

    Pensez-vous que Charleroi est une ville où il y a plus de délinquance qu'ailleurs ? 

    Oui: 24%  Non: 46%  Sans avis tranché (parfois): 30% 

    "Charleroi c'est comme toute les grandes villes, il y a de la délinquance aussi, des actes d'incivilité, des vols, des agressions, c'est dommage mais c'est aussi le reflet d'un gros malaise de notre société aujourd'hui et ce n'est pas propre à Charleroi. Je ne connais pas de grandes villes où ce problème n'existe pas du tout" ! C'est certain que dans les médias on parle toujours des mêmes villes dont Charleroi mais c'est une très très grande ville avec beaucoup d'habitant et donc c'est logique dans la proportion que les actes de vandalisme soient plus nombreux que dans une ville comme Ciney !" déclare Philippe.S, habitant de Charleroi, l'un de nos sondés.

    Pensez-vous que Charleroi est une ville où il y a un réel danger quand vous devez stationner votre véhicule ?

    Oui: 57%  - Non: 32%  - Sans véhicule personnel: 11%

    "Malheureusement, oui quand je dois aller en ville, je fais extrêmement attention où je me stationne, j'ai toujours peur que ma voiture soit abîmée, vandalisée (bris de vitre, vols de pneus, dégradations) où que l'on me la vole. C'est une peur constante quand je suis à Charleroi mais pas seulement. C'est devenu hors de prix une voiture et on a tous je pense  l'angoisse que l'on se la fasse voler. Donc j'y pense à chaque fois. Le plus dur c'est quand des amis viennent d'ailleurs et que je suis obligé de leur dire que ça va aller car eux sont terrorisés parfois de laisser leur voiture en ville à Charleroi qui n'a pas spécialement une bonne réputation dans les autres villes, les gens disent "encore Charleroi, on a vu des voitures brûlées ou volées encore la semaine passée à la télé"... mais moi je ne suis pas toujours d'accord... cela existe oui mais peut être pas plus qu'ailleurs...mais cela n'est jamais un beau cadeau quand ça vous tombe dessus... (rire)" atteste Marie-Anne.L une commerçante de la ville haute. 

    Vous sentez-vous généralement en sécurité en ville ? 

    Oui: 64%  - Non: 31% - Cela dépend: 5%

    "Perso, je sais où je peux aller et où je ne dois absolument pas aller à Charleroi. Cela dépend aussi bien sûr des lieux, des heures,... C'est juste de le savoir. Charleroi c'est grand et ce qui me dérange c'est qu'on en parle toujours comme étant un lieu dangereux où il y a de la délinquance, des vols etc... mais il n'y a pas que Charleroi centre ville, Charleroi c'est 14 communes je pense et donc ces actes se passent très souvent aussi dans ces communes qui font partie de Charleroi mais personne ne le précise jamais, donc normal qu'on a l'impression aussi que Charleroi est un endroit où il y a pas mal d'actes de violences, d'incivilité, de vols. Moi je me sens en général en sécurité... encore une fois cela dépend où l'on va, à quelle heure et je dirais avec qui." explique Cédric.S, un jeune homme habitant ville Basse à Charleroi. 

    Vous l'aurez compris, d'après nos témoignages, Charleroi est une ville comme les autres, où les incivilité, les actes de vandalisme ou de vols sont des faits de société comme dans d'autres villes du Pays mais avec une plus grande médiatisation en raison notamment de sa grande superficie (554,55Km2) et du nombre d'habitants qui y est recensé 203.772 habitant / Jan.2012). On remarquera aussi que l'ambiance socio-économique de la région peut également jouer un rôle plus ou moins important dans les "périodes" où se déroulent ces actes.

    Plus généralement, on remarque également que l'on parle plus rapidement d'une ville qui dénombre de nombreux faits de vandalisme, de vol, de violence que celles où il y a de belles innovations, des progrès,.. L'effet "Fait divers" et intérêt collectif pour ceux-là aurait-il lui aussi son rôle à jouer ?  

    Lien permanent Imprimer Catégories : Billet d'humeur, Faits Divers, Société, Sondages, Témoignage 0 commentaire
  • CHARLEROI: Les travaux avancent vite !

    IMG_0038.jpgLes grands travaux de Charleroi, du centre ville avancent de plus en plus vite (pas assez pour certains, trop pour les autres). C'est au tour de la Place Albert 1er, à la ville basse près du Boulevard Tirou que les travaux sont actuellement en cours. Ce lundi 29 septembre c'est l'interdiction d'accès au parking qui a eu lieu aux premières heures du jour.

    Depuis ce début de semaine c'est un ballet incessant qui y a lieu, des camions, des grues, des ouvriers sont à pied d'oeuvre pour vider totalement la place des anciens vestiges et bacs décoratifs qui y étaient installés depuis tant d'années. La vitesse d'exécution est impressionnante, en moins de 48 heures c'est pratiquement l'ensemble du parking qui est déblayé et qui présage une suite des travaux tout aussi rapide.

    A la ville basse de notre métropole on ne chôme pas, sans doute également pour garder les délais prévus pour ce chantier déjà annoncé comme pharaonique.

    Cliquez sur la photo pour l'agrandir et y voir les détails

    Credit photo: Seben©

    IMG_0038.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques, Votre quotidien 0 commentaire
  • CHARLEROI: Rive gauche fait peur aux petits commerces !

    Rive-Gauche-2-1200x595.jpgLe centre ville de Charleroi évolue constamment actuellement, il suffit pour cela de voir les différents travaux qui y sont réalisés. Le projet Rive Gauche en est une preuve actuelle. Cependant, si certains carolos ou commerçants y voient une réelle opportunité de développement du centre ville d’autres ne voient pas cela d’un bon oeil.

    D’autres encore ne se rendent pas encore compte que les projets peuvent aussi pousser notre ville vers la mort du centre ville mais surtout des commerces de proximité en faveur de grands centres commerciaux qui réunissent plusieurs enseignes et qui pousseront inévitablement les carolos, les clients à ne plus se promener dans les rues de la ville ou aller faire leur achats dans les petits magasins préférant sans aucun doute la facilité de parking, la diminution des déplacements etc… C’est donc une réelle crainte légitime qui se dessine pour le futur du centre ville et la prospérité des commerces présents.  Le témoignage d’une commerçante est flagrant de cette peur et cette angoisse pour le futur:

    PID_$300547$_a3aa1860-92e5-11e2-b45b-7d6ac4bf880d_web.jpg.h600.jpg« Je suis contente de l’évolution dans la ville, des travaux d’aménagements c’est positif mais là où je pense que les commerçants vont très vite déchanter c’est lorsque Rive Gauche sera en activité (sur la place Albert 1er en autre), plus de 80 commerces réunis dans un centre commercial fermé genre Ville2, là où le public, les visiteurs, les clients préféreront aller plutôt que dans les rues du centre ville de Charleroi, certains petites enseignes font fermés, vont totalement disparaître, qui s’en préoccupe actuellement ? Le prix de location des espaces commerciaux dans ce genre de structures est hors de prix pour les petits commerçants, seuls les grandes enseignes pourront se permettre d’avoir un espace dans le genre de galerie commerçantes.

    Rive-Gauche-2-1200x595.jpgA l’ouverture de Ville 2 déjà les commerçants ont cru que cela allait dynamiser le centre ville alors que c’était la désertion qui était au rendez-vous. Certaines enseignes ont plongés dans l’aventure et se sont vite rendu compte que cela était impayable et maintenant impossible de faire marche arrière car le centre ville et de nombreuses rues se sont vidées et les emplacements disponibles sont devenus délabrés.

    Alors Rive gauche c’est sympa le concept pour le promoteur et la ville qui vont s’en mettre plein les poches mais pas du tout pour les petits indépendants.

    Après il sera trop tard de venir pleurer, le centre ville est déjà en désertion quant aux petits magasins, il suffit de voir la rue Neuve, la rue de la Montagne, etc…cela se vide à une vitesse folle !  Rive Gauche et la ville de Charleroi sont pour moi les fossoyeurs de la prospérité des commerces. Personnellement on ne m’a jamais invitée à donner un avis sur ce qui va se produire, les dégâts seront irréversibles selon moi. Pour ma part je suis en pleine hésitation: quitter définitivement Charleroi ou fermer purement et simplement mon commerce ! L'avenir à mon avis ? Cela va être de pire en pire c’est certain ! » affirme médusée Liliane.G, commerçante à Charleroi centre ville depuis 23 ans.

    Il est vrai que la Ville de Charleroi prône un développement dynamique et positif du centre ville et un renouveau qui tarde cependant à venir. Les prochains mois et les prochaines années seront prédominantes pour notre centre ville et pour la vie de chacun des carolos. Reste à être encore un peu patient pour voir si les craintes éventuelles de certains sont fondées ou non. Gageons que Charleroi puisse devenir une ville incontournable où le bien être des citoyens et des commerçants sera au rendez-vous. 

     

    Notre avis: Charleroi est en plein développement, ce qui est très positif car cela démonte que notre métropole à de l'ambition pour l'avenir. Pour la réussite des projets concernant les commerces, les carolos, la vie sociale et commerçante, il est important d'avoir une bonne communication et une concertation permanente avec les différents acteurs: citoyens, commerçants, associations locales,.. ce qui avouons-le objectivement et au vu des très nombreux témoignages obtenus n'est que rarement le cas à Charleroi. L'important est de ne pas plonger le centre ville et les petites enseignes dans l'oubli et dans la précarité au profit du développement de nouveaux concepts de centres commerciaux gigantesques en plein coeur de la ville...chose qui n'est pas encore gagné. Il y a du pain sur la planche et il faudra sans doute faire face à de nombreux soucis à venir. Ne dit-on pas pourtant qu'il faut mieux prévenir que guérir ? :-)  

     ©SDZ.

     

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques, Témoignage, Votre quotidien 1 commentaire
  • CHARLEROI: La galerie Bernard est-elle désertée ?

    IMG_0062.jpgLa Galerie Bernard de Charleroi est fortement connue, elle relie le Boulevard Joseph Tirou et la rue de Montigny. Chacun a déjà pu y la traverser, y faire des courses ou y donner d'éventuels rendez-vous. Ce haut lieu de notre ville basse est pourtant depuis plusieurs années délaissé, plusieurs commerces qui y figuraient sont partis pour d'autres quartiers malgré le succès passé de cette galerie.

    Pour la petite histoire, le nom de la Galerie Bernard provient du nom de l'homme d'affaire Gustave Bernard qui entre les deux guerres a pu assister et participer à la modernisation de Charleroi entrepris par le bourgmestre de l'époque, un certain Joseph Tirou. Gustave Bernard avait la projet de cette galerie très innovante puisqu'elle devait pour l'époque recevoir des "cellules" de commerces avec des étages, ce qui était rare à cette période. Malheureusement il ne verra pourtant jamais la construction de son projet car il décèdera en 1950. Ce sont ses héritiers qui en hommage ont donc choisi tout naturellement de poursuivre le projet et y donner le nom de "Galerie Bernard". 

    Quoi qu'il en soit, de nombreux magasins ont ouvert puis fermé dans la galerie. Ceux qui actuellement sont toujours en place sont plus spécialisés et n'attirent donc que des clients qui y viennent volontairement: un bijoutier très connu de la région, un magasin d'art créatif, un magasin de chaussure, de vêtement, un centre de conseil régime, un vendeur de jeux de rôle. La plupart des "cellules" sont vides ou occupées en grande partie par la bijouterie qui en a acquise quelques-unes pour en faire des bureaux ou des salles de réunion. La vie et la ferveur des carolos pour cette galerie n'est donc plus aussi active qu'autrefois et on peut réellement le déplorer vu la splendeur du lieu et de la verrière composée de multiples briques de verre qui apporte une luminosité exceptionnelle à l'endroit. 

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Témoignage, Votre quotidien 0 commentaire
  • CHARLEROI: Les commerçants désertent le centre ville.

    IMG_0012.jpgDepuis de nombreux mois, le centre ville de Charleroi est en plein changement, des rénovations de la ville ont été mis sur les rails, des aménagements mais aussi de nombreux travaux, toujours en cours de réalisation, qui ont eu un impact relativement important sur la vie des commerçants du centre ville.

    Les preuves sont nombreuses, l'exemple le plus frappant reste sans aucun doute la désertion de ces commerçants des axes auparavant très recherchés et convoités. Il y a une époque où la rue de la montagne, célèbre pour son inclinaison particulière et son abondance de passage était un haut lieu de la vie des chalands, des clients et des carolos. La célèbre rue Neuve était aussi un passage obligé pour tous.

    Aujourd'hui, il est triste de constater que ces artères principales commerçantes du centre ville sont délaissées et laissent apparaître de très nombreuses vitrines vides, délabrées et laissés à l'abandon. Les commerçants sont partis ! Pas tous, bien heureusement, mais ceux qui restent sont des enseignes low cost ou quelques commerces de vêtements par ci et par là. Ce qui impressionne, c'est le nombre de magasin l'un à côté de l'autre à l'abandon, jusqu'à 3 ou 4.

    IMG_0009.jpgOn peut compter au minimum une vingtaines de magasins fermés. Les raisons invoquées sur place semblent être la longueur des travaux qui ont découragés les plus patients, les conditions économiques, le manque de soutien des autorités et de l'association des commerçants mais aussi le fait de la disparition de nombreux clients, qui préfèrent aujourd'hui partir vers les grands centres commerciaux: plus accessible (parking), plus sécurisant, plus pratique (emplacements aux multiples enseignes).

    Du côté des commerçants qui ont quittés cette rue de la montagne, la rue Neuve ou d'autres rues, certains ont fermés définitivement et d'autres sont partis justement pour les centres commerciaux: Ville 2 à Charleroi, le City Nord à Gosselies, le nouveau centre commercial du "Bultia" à Gerpinnes à quelques kilomètres de Charleroi. Un choix assumé qu'ils ne cachent pas pour certains  et l'annoncent clairement sur les anciennes façades.

    Du côté de l'association des commerçants de Charleroi, l'UCAC, une campagne d'affichage sur les vitrines est mise en place (NDLR: un peu tard peut être ?) pour sensibiliser les clients en signalant que la fréquentation de ceux-ci au centre ville pour leur achats contribuent à la vie et la conservation de ce centre ville, disculpant dans leur communication les autorités de la ville de Charleroi et les politiques mises en place et les investisseurs. Ne serais-ce pas juste un moyen de pouvoir culpabiliser les clients de partir voir ailleurs plutôt que les commerçants disparus et qui par logique ne sont plus concernés du tout par la vie ou la mort des rues commerçantes. Faut-il vraiment en arriver à trouver un coupable qui ne peut être que le client au final ? Il semble y avoir pour ceux qui restent un doute important quant au sérieux de cette communication. 

    IMG_0010.jpg"Moi, j'étais commerçant depuis de plus de 15 ans dans la rue de la montagne, j'ai constaté une descente aux enfers par la rue neuve d'abord puis notre rue: Les clients partaient ailleurs, un manque de parking, d'accessibilité et le confort n'y était plus. Les mentalités ont changées aussi, la ville de Charleroi à accepter Ville 2 ou d'autres centres dans la région et à l'époque se moquait complètement de savoir si nous pouvions ou non survivre à cela. Les commerçants affiliés à l'association des commerçants ont eu quelques conseils, les autres pas du tout. Cela n'a servi à rien. Aujourd'hui il est trop tard pour beaucoup. Certains collègues ont mis la clef sous la porte, d'autres ont pris la décision de partir ailleurs. Les grandes enseignes sont restées mais ont du mal aussi à voir arriver des visiteurs "acheteurs". Aujourd'hui je vois que l'association des commerçants, la ville de Charleroi multiplient les initiatives pour récupérer le coup, à quelques mois des élections, c'est à mon sens trop tard. Moi j'ai fermé et suis parti comme beaucoup, ailleurs où l'on s'occupe vraiment de nous." affirme Christian, terriblement déçu de la gestion globale du centre ville. 

    Quoi qu'il en soit, notre centre de ville de Charleroi tarde un peu à montrer à nouveau un visage plus vivant, plus dynamique et plus favorable, choses pourtant annoncées depuis très longtemps avec des projets comme Rives gauches ou le plan Phénix. Le phénix qui semble lui aussi avoir pris un coup dans l'aile et aura sans doute bien du mal à renaître de ses cendres, tant celles-ci sont aujourd'hui bien nombreuses à envahir le paysage des promeneurs et des anciens clients.

    Croisons les doigts pour que cette hécatombe puisse cesser et voir revenir les beaux jours de notre centre ville de Charleroi. Une chose est sûr, c'est un bien lourd tribut à payer pour la rénovation d'un centre ville que de constater impuissant le départ de ce qui faisait il y a peu encore la fierté de notre métropole Carolo. 

    Et vous ? Vous en pensez quoi ? Commentez cet article.

    1.jpg2.jpg

    Credit photo: ©seben

     

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Votre quotidien 1 commentaire
  • CHARLEROI: Des ombres insoutenables ! (Récit et avis personnel)

    sdf,charleroi,précarité,centre villeIl s'agit d'un avis personnel, une histoire vécue, un coup de gueule peut être, un moment de vie qu'il me semblait important de partager avec vous. N'oublions jamais que nous sommes tous des êtres humains et nous méritons TOUS une attention particulière, ce récit en est à nouveau une preuve. 

    "C'est en rentrant chez moi un soir fin du week-end dernier, que je découvre de loin devant la porte de mon immeuble, dans le très petit sas extérieur et sombre une ombre sur le sol dans le coin de la porte d'entrée, plus je m'approchais plus je découvrais qu'il s'agissait en réalité d'un homme recroquevillé sur lui même contre la porte vitrée cherchant un peu de chaleur, un sans abris avait élu domicile contre l'entrée de l'immeuble à l'endroit pour lui qui l'aiderait à se protéger un peu des températures ou du vent de décembre en plein boulevard Tirou. Il avait froid, on aurait dit comme un animal, une masse sombre, une ombre qui était pourtant bien là et qui seul dans un silence insoutenable me laissait aussi à ma propre prise de conscience. Une image bouleversante. Je suis resté un moment sans respiré, figé sur place à la fois étonné, sous le choc et tellement petit, humble devant autant de tristesse. J'ai eu le sentiment en un instant à peine quelques secondes, très longues secondes qu'un vent glacial m'avait transpercé et me laissait devant cette image.


    sdf,charleroi,précarité,centre villeJ'étais effondré, comment en 2013 pouvait-on encore voir ce genre de chose ? Bien entendu je ne suis pas idiot, je vis l'actualité au quotidien et je sais au combien la précarité est grande mais surtout constante et qu'il existe tellement de gens, de politiques qui ne veulent plus la voir ou s'en préoccuper réellement tellement elle est dérangeante et pose pour eux un souci d'image d'une ville parfaite et prospère, ce qui me révolte tout autant. Nous parlons d'êtres humains, de citoyens quoi que l'on peut en penser.

    Je n'ai pas osé le déranger, lui parler, m'approcher un peu plus, par pudeur, par respect pour lui ou par honte peut être d'être finalement mieux nantis et d'être le spectateur malgré moi de cette précarité si proche. J'avais le sentiment de croiser son regard emmitouflé dans son vieux manteau usé et sale qui me fixait et qui voyait au plus profond de moi, c'était une impression étrange et s'il ne dormait pas ? Une fois rentré chez moi, une heure plus tard j'entendais les sonnettes du bâtiments à appartements retentir, c'était l'homme qui s'était réveillé peut être de froid et tentait sa chance pour qu'une bonne âme puisse lui ouvrir pour le laisser finir la nuit dans le hall d'entrée de l'immeuble sans doute. "Bonsoir, excusez moi si je vous dérange, J'ai si froid, vous pouvez me laisser entrer ?" - J'étais tellement triste, abattu par tant de pauvreté et révolté par "les beaux penseurs" qui n'accordent plus aucune place à l'humanité, la compassion et l'assistance aux plus démunis, malgré "l'image" qu'ils veulent donner pour ne pas passer pour des incompétents ou des personnes insensibles aux yeux de tous.

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 2 commentaires