cavalcade

  • FLEURUS-Gilles et bernardines indissociables de la Cavalcade

    gilles, cavalcade

    Durant trois jours, la Cité des Bernardins a vu déambuler dans ses rues le 132ème Cortège carnavalesque et folkorique. La Cavalcade est vraiment un événement incontournable pour tous les Fleurusiens !

    Dès potron-minet, les premiers gilles font claquer leurs sabots et résonner leurs apertintailles. Fleurus commence tout doucement à sortir de son sommeil… Nous sommes dimanche : les sociétés de gilles « les Vrais Amis », les « Sans-Pareils », les « Bons Vivants », « les Intimes » et la société féminine des Bernardines s’apprêtent à vivre un grand jour… ! Dans quelques heures, entre 10 à 15000 personnes auront pris d’assaut ses rues et ses quartiers ! En fin de matinée, les sociétés sont reçues par le bourgmestre Jean-Luc Borremans. « J’avais commandé beaucoup de soleil, mais vu que nous sommes en période d’austérité, nous devrons nous contenter de ce que l’on a ! » note, avec humour, le mayeur. La salle de l’hôtel de ville est bondée. Difficile de se frayer un chemin entre  les membres de toutes les sociétés et les habitants de Fleurus, soucieux de ne rien manquer! Des décorations sont remises aux gilles et des fanions aux sociétés participantes. Les 13 groupes de fantaisie défilent aussi les unes derrière les autres. Derrière les personnalités communales, on aperçoit une nouvelle toile cirée, à l’effigie des gilles. Celle-ci a été réalisée d’après photographie. D’autres du même genre parsèment la ville, rappelant que la Cité est en liesse !

    On ne relance pas une orange !

    La Cavalcade a démarré vraiment en début d’après-midi, à l’Avenue de la Gare. La fête battait son plein. Les oranges étaient lancées par 500 gilles. On imagine l’ambiance… Il est une tradition qui veut qu’on ne relance jamais une orange, car il s’agit là d’un geste d’offrande qui doit rester amical ! Ensuite, en début de soirée, les gilles, avec 150 musiciens, clôturaient un rondeau géant. Toutes les sociétés de fantaisie internationales ( tchèque, italienne, belge, hongroise, antillaise et amérindienne ) se produisaient tour à tour devant le public. Lundi, à la place Albert 1er, avaient lieu l’ultime offrande de l’orange et le dernier rondeau de jour. Quelques gouttes de pluie ont arrosé le public… ! La journée s’est terminée par un feu d’artifice regroupant les 4 sociétés associées pour La Mort du Gille. « Ce qui fait la force et l’attrait de la Cavalcade, c’est qu’elle renouvelle constamment la composition de son cortège ! » confie Michel Wanet, responsable de la communication. « D’une année à l’autre, la fête sera toujours un peu différente, et piquera toujours la curiosité » ! »

     

    gilles,cavalcade

    gilles,cavalcade

     

    gilles,cavalcade

    gilles,cavalcade

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire