Sujets thématiques

  • MARCINELLE- 1er "'Artisan Jump", samedi, au Bois du Cazier

    artisan.jpg

                                                        Première édition d’«Artisan Jump» avec Julien Lapraille ! photo: Antoine Mélis

    Ce samedi, un premier Marché de l’Artisan viendra clôturer une opération Tremplin menée par l’ASBL Délipro Jeunesse.  De 10h à 20h, une quarantaine d’exposants présenteront leurs créations sur le site du Bois du Cazier. Julien Lapraille parraine le projet.                  

     A 11h30, cinq prix seront en outre remis aux ambassadeurs du projet.    Chacun d’eux recevra un chèque à investir dans le développement de son activité.  L’occasion aussi pour Julien Lapraille de présenter son dernier livre : «Les pâtes de Julien Lapraille, mes recettes au service du terroir». Traditionnellement active dans le développement de la citoyenneté et de l’esprit critique, l’organisation Délipro Jeunesse a muri l’idée de se rapprocher des envies créatives des jeunes,  en s’intéressant de plus près au monde de l’artisanat. Ainsi est né le projet «The Artisan Jump». « Plus qu’un marché, cet événement sera surtout l’occasion de mettre à l’honneur et de récompenser les jeunes artisans » précise Audrey Mercier, coordinatrice « Il a pour principaux objectifs de mettre les jeunes en contact direct avec le public, de valoriser l’esprit d’entreprendre et de susciter de nouvelles vocations ». 

    L’aventure a officiellement démarré en mai par un appel à candidatures et la sélection d’artisans-ambassadeurs.

    réalisation de capsules vidéo

    Plusieurs jeunes ont alors introduit un dossier défendant leur savoir-faire auprès d’un jury. Cinq d’entre eux ont été choisis sur base de la qualité et l’originalité du produit proposé, mais également sur leur motivation à gérer leur activité et à promouvoir l’audace artisanale. Ces ambassadeurs se verraient bientôt investis d’une mission de taille : valoriser l’artisanat belge !

    En septembre, l’équipe de Délipro partait en tournage pour réaliser une  série de capsules vidéo dont le but était de présenter le parcours et le savoir-faire de ces ambassadeurs sur les réseaux sociaux. Des mini-clips à partager sans modération pour donner aux autres jeunes l’envie de se lancer ! En parallèle à cette campagne collaborative, les occasions de partager leur expérience et de faire prospérer leur activité ont été diverses : rencontres  avec des étudiants, speed dating avec des experts de l’entreprenariat et organisation du marché final. Un coup de projecteur festif sera donné, samedi, sur un secteur qui allie brillamment tradition et modernité, ancrage local et innovation !  Infos sur www.theartisanjump.be J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI NORD: Le "Père Lachaise" carolo

    cimetière2.jpg

    cimetière1.jpg

    A l’entrée du cimetière de Charleroi Nord est érigé un imposant Monument   aux Morts de 14-18.  Samedi après-midi, lors d’une visite guidée mise sur pied par la Maison du Tourisme de Charleroi,  dans le cadre des commémorations du Centenaire de l’Armistice, la crypte, contenant les plaques de 84 victimes, était exceptionnellement accessible au public.

    « Malheureusement, le lieu n’est pas en très bon état» faisait remarquer Laurent Verschueren, guide touristique.

    cimetière.JPG

    Les visiteurs se dirigeaient ensuite vers l’espace réservé aux soldats du Commonwealth ( assez étonnant : des noms de soldats allemands morts au combat y ont aussi une inscription !), belges, français,…

    «Le Cimetière de Charleroi Nord, c’est un peu «Le Père Lachaise » carolo, car plusieurs personnalités de la région y sont enterrées : J.Audent, J.Tirou, O.Pinkers, Z.Drion, L.Bufquin des Essarts", poursuivait Laurent Verschueren. Roseline était l’une des «touristes d’un jour » : «J’ai fait le voyage en Belgique, car tous les hôtels sur les sites mémoriels en France sont déjà complets» signalait cette habitante d’Alençon. 

    cimetière3.jpg

    La visite comprenait également les Monuments aux Morts 14-18 et 40-45 dans la Ville, ainsi que la Caserne Trésignies, ancienne installation militaire à Charleroi construite en 1887, abritant aujourd'hui le Musée du 2èmeChasseurs à pied. Son nom lui a été donné en mémoire du caporal Léon Trésignies, un héros belge de la Première Guerre mondiale, tué lors d'une contre-offensive de l'armée belge à Vilvorde en août 1914. J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • ELECTIONS COMMUNALES: petit tour dans les QG

    Voici un petit tour d'horizon... 

    SOUVRET ( Liste du bourgmestre)- CAFE DU PARC

    Première fois sur une liste pour Véronique

    elections3.JPG

    Véronique Lecomte

    Dès 19 h, de nombreux militants de la « liste du bourgmestre » avaient pris d’assaut le café du Parc à Souvret.  Menée par Caroline Taquin ( MR), bourgmestre de Courcelles, cette liste est composée de mandataires MR et de citoyens d’autres horizons. Véronique Lecomte avait le sourire en voyant les bons résultats engrangés par la formation.

    «C’est la première fois que je me présentais aux élections à Courcelles. J’apprécie beaucoup l’ouverture qui est proposée, ainsi que la diversité des milieux des militants (employés, indépendants, universitaires,…). Mon combat porte principalement sur la propreté et la sécurité. Sur ces points notamment, il y a encore beaucoup à faire».

    elections2.JPG

    LODELINSART ( PS )-RUCHE VERRIERE

    elections6.JPG

    « On a limité les dégâts »

    La Ruche Verrière était aussi bondée que lors du fameux Bal des Climbias,  qui se déroule au moment du Carnaval ! Les militants PS affichaient le sourire, même si on ne peut pas parler d’euphorie… 

    «Nous restons  la première formation à Charleroi, ce dont nous sommes fiers» signalait Michel ( 65 ans ), un habitant de Charleroi. « On a limité les dégâts, malgré les «affaires » qui ont éclaboussé le parti dernièrement.  Le PS, plus que jamais, prône des valeurs telles que la solidarité, l’emploi, l’acceptation des immigrés,… En matière de bonne gouvernance,  notre bourgmestre Paul Magnette a montré l’exemple avec le décumul des mandats. Oui, le PS se relève… »

    elections7.JPG

    Michel de Charleroi

    CHARLEROI ( MR) – SPIROUDOME

    elections5.JPG

    "C'est un coup dur pour nous"

    Ambiance pour le moins tendue au RTL Spiroudome.  Dans le QG du MR,  les visages sont assez crispés…

    «Le recul du MR à Charleroi,  que nous redoutions, s’est produit avec la percée du PTB.  Nous devons être attentifs à ce mouvement de protestation manifesté par nos concitoyens» pointe Julien Paquet, président des jeunes MR et conseiller communal.  

    « Ne dramatisons tout de même pas. Ce n’est pas  la débâcle annoncée, même si cela reste un coup dur pour le parti » poursuit Daniel Falise, président du Comité du Carnaval de Charleroi.

    elections4.JPG

    Julien Paquet

    4) CHARLEROI ( PTB)- Maison des 8 heures

    « Notre politique a été payante »

    elections8.JPG

    élections10.JPG

    Ambiance de fête avec food truck, tables en terrasses ( par des températures clémentes) ,… devant la Maison des   8 heures à Charleroi.

    A l’intérieur aussi, la joie est palpable. «La politique du PTB s’est montrée payante » signale Christian Viroux ( 65 ans )de Farciennes. «Le parti montre qu’il est vraiment proche de la population, notamment en matière de soins de santé, de recherche d’emploi  ou de logements sociaux. Retraité de la Centrale Générale de la FGTB de Charleroi, où j’occupais le poste de secrétaire général, j’ai quitté le PS pour le PTB, à cause de nombreuses trahisons ».  

    Coordinatrice de la Maison Médicale à Marcinelle, Liza Lebrun poursuit : « Et maintenant, on va digérer tout ça ! »

    elections9.JPG

    Christian Viroux, ex-PS

    CHATELET ( PS) – Maison du Peuple

    elections1.JPG

                          Maritie et Michel Vandenameele, militants PS

    " Sergent sapeur, j'ai marché dans les trous"

    Les militants PS de Châtelet s’étaient rassemblés à la Maison du Peuple, rue de la Praye. Employé à la poste, Michel Vandenameele de Châtelineau est content de la victoire du PS, même s’il ne cache pas sa sympathie pour le PTB.  Sergent-sapeur à la Saint-Roch, il a une revendication à faire : «Au cours de la Marche, il m’est déjà arrivé souvent de mettre un pied ( si pas les deux !)  dans un trou. C’est la raison pour laquelle je souhaiterais que la Ville fasse un effort en matière de voirie». Sa fille Maritie souhaiterait que la Ville s’intéresse plus à la jeunesse. «Je constate que des jeunes « traînent » un peu dans tous les coins. Il faudrait plus d’animations pour eux! »

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • GOSSELIES- Départ de Jean-Jacques Cloquet du BSCA

    cloquet.jpgL'actuel directeur général de BSCA (Charleroi Airport) s’en va pour un siège de directeur au sein de Pairi Daiza, le parc animalier de Cambron Casteau.  Jean-Jacques Cloquet prendra en charge la direction des divisions opérationnelle et commerciale de Pairi Daiza, aux côtés d'Eric Domb et d'Yvan Moreau (direction financière).

    L'information est confirmée par le principal intéressé. Jean-Jacques Cloquet va quitter la direction de l'aéroport de Charleroi, pour rejoindre la direction générale de Pairi Daiza. Sa décision est confirmée et a été validée par les instances de la Région Wallonne. La seule chose que l'on pourrait rappeler, c'est évidemment la grande amitié qui lie les deux patrons, Jean Jacques Cloquet et Eric Domb, le développeur et patron de Pairi Daiza.

    Jean-Jacques Cloquet nous a précisé avoir toujours eu la volonté de relever des challenges et être attiré par de nouveaux horizons, il quitte l’aéroport de Charleroi en excellent termes avec ses équipes et souligne qu’il ne doute pas de la future croissance de l’infrastructure dans les prochaines années.

    Un nouveau challenge et vraiment un honneur

    "Rejoindre Eric Domb et ses équipes pour poursuivre avec eux l'extraordinaire développement du 'Jardin des mondes' entamé depuis près de 25 ans est un nouveau challenge et vraiment un honneur qui me touche énormément", souligne Jean-Jacques Cloquet. "C'est bien évidemment avec une émotion indescriptible que je quitterai une Famille, plus qu'une entreprise, qui, durant 10 ans et en vertu d'énormes difficultés, a réalisé un travail exceptionnel permettant de placer notre petit aéroport Régional de Charleroi sur la scène internationale. Mais je n'ai aucune inquiétude quant à la poursuite de ce succès au regard de la qualité du personnel, de nos partenaires et de nos actionnaires."

    "Accueillir Jean-Jacques Cloquet à la tête de nos équipes est une opportunité unique. (...) Son expertise et son talent, qui ont permis à l'aéroport de Charleroi de devenir en quelques années un acteur incontournable du transport aérien en Belgique et en Europe, sont d'incroyables atouts", commente de son côté Eric Domb. Info RTBF

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • DES PARCS EQUIPES DE MODULES SPORTIFS POUR SENIORS

    modules sportifs.jpg

    Cyprien Devilers, échevin de l'Environnement, et Serge Beghin, échevin des Seniors

    Une première à Charleroi : à l'initiative de Serge Beghin et celle de son Département des Aînés, en collaboration avec le Département de l'environnement, 3 Parcs vont être équipés dans les prochains jours de modules sportifs destinés à nos Seniors : Charleroi-nord, Monceau-sur-Sambre et Le CSD à Marcinelle. En tout, ce seront 6 parcs à travers les 5 Districts.

     
    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI: Tous à la brocante !

    musicbroc8.JPG

    Les promeneurs ont pu prendre un bain de foule à la Brocante des Quais, surtout samedi soir ! La retransmission du match Belgique-Tunisie, la fin des travaux, les concerts, et un temps ensoleillé sont liés à ce succès !

    La brocante des quais a (re)trouvé des couleurs et du public. Certes, les rues du Centre Ville étaient peu animées, samedi après-midi, pendant la retransmission du match Belgique-Tunisie sur la place de la Digue. Mais une fois la rencontre sportive terminée, le public a littéralement envahi les terrasses et les cafés. C'était tout bon pour la brocante des quais qui a profité de cette vague déferlante.

    Samedi soir, la foule était même très compacte sur les quais. L'heure était à la convivialité et à la détente. Attablé devant un bar à cocktails, à la place Buisset, Maël Maurizio, un sympathique Carolo de 28 ans, entouré de ses amis, confiait: "Cette brocante témoigne d'une belle dynamique. Il n'y a plus aucun engin de chantier, les travaux sont terminés. Enfin, on peut vraiment profiter pleinement de la Ville Basse ! Cela dit, si l'événement est vraiment chaleureux  et fédérateur, mérite-t-il pleinement l'appellation de "brocante des Quais"? J'ai parfois plus eu l'impression d'être dans une braderie. Par exemple, j'ai cherché de beaux meubles à chiner, mais je n'en ai pas trouvé".

    musicbroc6.JPG

    Maël, troisième à gauche, a un avis mitigé...

    retour de la brocante sur les deux rives ?

    Cet avis n'est pas partagé par Jean-Yves Wargnies, organisateur avec Julien Warrand, de l'événement. "Nous avons voulu éviter, comme ce fut le cas  souvent lors des dernières éditions, d'avoir du brol. C'est ainsi que nous avons refusé, par exemple, des exposants qui ne vendent que des vêtements, des bonbons, des coques de GMS,... ( Au lecteur de se faire son avis !). En reprenant la brocante, notre souhait est de revenir à un événement comme les Carolos le connaissaient, lors des premières éditions. Certes, il faudra encore le temps, mais nous mettons les choses en place pour y parvenir...."

    musicbroc10.JPG

    Jean-Yves et Julien, les "repreneurs" de la brocante

    Parmi les points forts, le fait que les exposants se soient installés par vagues successives, une meilleure visibilité des stands,.. Parmi les problèmes soulevés: le manque de communication entre différents services, l'accessibilité de certaines places    pour les exposants, des rues désertées comme la rue de Marcinelle,...              

    Les Carolos souhaitent aussi retrouver la brocante des deux côtés des quais. "Nous y travaillons! " poursuit Jean-Yves. J.C.HERIN

    musicbroc3.JPG

    Belle affluence surtout, le samedi soir

    Philippe Van Cauwenberghe tire un bilan très positif de cette édition, puisque 80 000 personnes se sont rendues aux fêtes combinées de Charleroi, ce week-end. "Ce n'est pas le nombre record de 100 000 personnes, enregistré, il y a quelques années, mais c'est extraordinaire tout de même! " signale-t-il.    

    Le public étant à flux continu, il est difficile de déterminer le nombre par journée... Une certitude: le pic de fréquentation a été atteint samedi, le jour de la retransmission du match. Une centaine de brocanteurs étaient présents. "C'est peut-être un moins que l'année passée, mais les nouveaux organisateurs ont tablé plus sur le qualitatif que sur le quantitatif. L'année prochaine, ils pourraient être davantage, pour répondre encore plus aux attentes du public" poursuit l'échevin du Commerce. JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Sujets thématiques 0 commentaire
  • FLEURUS- Le Château de la Paix devenu dernier Palais impérial de Napoléon en campagne!

    label1.JPG

    Dans la chambre reconstituée de Napoléon

    label2.JPG

    Samedi, le Château de la Paix a été officiellement labellisé en sa qualité de "Dernier palais impérial de l'Empereur de Napoléon en campagne." Une belle reconnaissance boostée par les commémorations du bicentenaire de Waterloo.

    Offrir des cadeaux militaires au Château de la Paix, on aura tout vu... Mais dans ce cas, c'est plutôt anecdotique !

    Des mains de Laurent Fauville, historien spécialiste de Napoléon, Jean-Luc Borremans, bourgmestre de Fleurus, Pierre Branda, directeur du service Patrimoine et des collections de la Fondation Napoléon à Paris, et René Collin, Ministre du Tourisme et du Patrimoine, ont reçu des pistolets d'arçon ( modèle 1766), armes à feu de poing à l'usage des cavaliers, à l'occasion d'une cérémonie fêtant la fin des travaux de rénovation du Château de la Paix.

    Un chantier qui a duré près de 40 ans, comme le rappelait l'échevin Loïc D'Haeyer, échevin des Travaux: " La première rénovation visait à permettre l'accueil des services communaux et puis du Conseil communal. Il y a une dizaine d'années, c'est la salle des mariages qui connaissait un lifting. Lors du bicentenaire de la bataille de Waterloo, en 2015, la chambre de Napoléon était reconstituée à l'étage. Les derniers travaux, qui ont duré 18 mois, portaient sur l'entrée du portail, le nettoyage des pierres bleues, le sablage des façades, les nouveaux châssis,..."

    label3.JPG

    film d'animation sur Napoléon

    " C'est en prenant contact avec Pierre Branda que nous avons appris que nous étions les heureux propriétaires d'une demeure unique au monde !" expliquait Francis Lorand, échevin du Tourisme de Fleurus. "Cette reconnaissance historique du " Dernier palais impérial de Napoléon en campagne" ( Bonaparte y possédait encore les pleins pouvoirs! ) placera Fleurus en étape incontournable sur la Route Napoléon en Wallonie" poursuivait Jean-Luc Borremans. "La considération de notre patrimoine par ces travaux effectués pour parer notre château mémorable de nouveaux atours sera, sans conteste, source de fierté pour les Fleurusiens et ne manquera pas de susciter la curiosité de nos aimables visiteurs".

    label4.JPG

    Le ministre René Collin bien entouré

    La journée se composait de discours officiels, de la découverte des plaques commémoratives et la coupe du ruban inaugural, de la découverte du film d’animation créé par les enfants des écoles communales de Fleurus et l’A.S.B.L. Caméra-etc. et par la conférence de Pierre Branda. JCH 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • JUMET- Exposition de l'Armée belge dans la Madeleine

    À l'occasion du centenaire de l'Armistice de 1918, Les Amis de la Madeleine ont le plaisir de vous inviter au vernissage de l'exposition de photographies :

    Les Sociétés de l'Armée belge dans la Madeleine

    qui aura lieu le samedi 16 juin à 11h au restaurant Lunch Garden situé dans le Parc de la Madeleine, rue Hubert Bastin, 7, 6040 Jumet.

    En cette année de commémoration de l'Armistice de 1918, il est bon de rappeler que la Grande guerre a laissé des traces tangibles dans la manifestation folklorique unique qu’est le Tour de la Madeleine. Dès 1919, une quinzaine de nouvelles sociétés se créent, qui toutes célèbrent un fait d'armes, ou une unité particulière s'étant distinguée lors des différentes campagnes : les Tirailleurs sénégalais, les Coloniaux, la Marine belge, le 2e Chasseurs, etc. De toutes les marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse, seule la Madeleine, de par ses structures particulières, était capable d'assimiler si rapidement ces nouvelles sociétés dont la plupart existent encore aujourd'hui. Ce sont ces différentes sociétés que l'exposition des Amis de la Madeleine désire mettre en valeur aujourd'hui. 
    L'exposition est accessible durant les heures d'ouverture du Lunch Garden, jusqu'au 27 juillet. Parking aisé. 

    Dans l'espoir de vous y rencontrer et de partager avec vous le verre de l'amitié, je vous prie de croire, Madame, Monsieur, en mes meilleurs sentiments.

    Pierre Arcq,
    secrétaire honoraire des Amis de la Madeleine,
    tél: 0478 369 488
    mail: pierre.arcq@brutele.be

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • FUNERAILLES- Paul Trigalet nous a quittés...

    trigalet1.jpg

    Jean-Marie et Sophie de l'asbl " Comme chez nous"

    Recueillement et émotion à la chapelle de Jumet Heigne, samedi matin, lors de la messe de funérailles de Paul Trigalet. Pour la plupart des personnes présentes, c'est un compagnon de route qui s'en est allé...

    Il aurait eu 84 ans, ce vendredi... L'abbé Paul Trigalet laisse un immense vide derrière lui. En témoigne la foule massée dans la chapelle de Heigne. La messe était célébrée par l'abbé Paul Mayence, qui a très bien connu celui qui a consacré toute sa vie aux plus démunis. Des prêtres de nombreuses paroisses étaient présents.

    Grand ami du défunt, le bourgmestre de Charleroi Paul Magnette avait fait aussi le déplacement. Pas de cercueil devant l'autel, Paul Trigalet ayant légué son corps à la science. La célébration commençait par la chanson "les Corons", rappelant sa présence auprès des mineurs.             

    trigalet3.JPG

    " Quand l'Association des mineurs de Jumet Heigne a demandé à Paul s'il voulait bien être notre aumônier, il accepté sans hésiter, car les mineurs, il les connaissait bien" rappelait Achille Goethals, membre. "Paul était aussi un marcheur infatigable, et durant des années, il a fait le tour de la Madeleine, cheminant avec les pèlerins. Au retour, au milieu des mineurs et des hiercheuses, il escortait la statue de Sainte Barbe pour la ramener en la chapelle de Notre Dame de Heigne, chapelle qu'il affectionnait beaucoup et chaque dimanche, lorsque sa santé le permettait, il venait assister à la messe. "

    trigalet6.JPG

    Achille Goethals de l'Association des Mineurs de Jumet Heigne

    humanisme, humilité, efficacité

    Plusieurs personnes sont venues témoigner de leur attachement pour le prêtre ouvrier. Son neveu et filleul, d'abord: "Sa famille, c'était l'humanité et tous les liens qu'il a tissés pour la faire progresser" a-t-il déclaré. Denis Uvier, éducateur de rue : "Je suis entré à Solidarité Nouvelles en 1993, association que Paul Trigalet avait fondée. Paul, c'était un peu notre "Abbé Pierre" à nous. Il nous tendait toujours la main, nous permettant d'aller plus loin. Et surtout, il nous laissait notre liberté d'agir".

    trigalet2.JPG

    Denis Uvier

    Pour Jean Peeters, secrétaire du front commun SDF, Paul était un peu comme un "rouleau compresseur", défendant toujours le plus faible.

    Pour Jean-Marie et Sophie de l'asbl " Comme chez nous" (à la rue Léopold), trois mots résumaient son action: humanisme, humilité et efficacité. D'autres chansons : "Les copains d'abord" et " Le temps des cerises" illustraient bien son altruisme et son sens du combat. JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI: Inauguration de la micro-brasserie du Pays Noir

    paysnoir3.JPG

    Le cirque s'est invité à la microbrasserie

    paysnoir2.JPG

    Nicolas Renard, brasseur, commente la visite

    Si la bière carolo "Brasserie du Pays Noir" est déjà connue ( et appréciée!) depuis 2 ans, la micro-brasserie, elle, était inaugurée, samedi, à Marcinelle, lors d'une journée festive. Un nombreux public et des créateurs carolos ont dégusté la blonde, la brune, et les 4 Expériences !

    Le lieu peut paraître insolite- l'ancienne imprimerie Gérard reconvertie en brasserie!- et pas très visible ( du moins des automobilistes), au 96, route de Philippeville.

    C'est dans cet espace un peu "underground" de 500 m2 qu'étaient inaugurées, samedi, les nouvelles installations qui produisent " La Brasserie du Pays Noir". On peut parler de toute grande foule pour l'ouverture...

    "C'est chouette de voir l'ambiance qui règne ici. Beaucoup de Carolos montrent qu'ils sont intéressés par leur Ville et par ce qui se fait de nouveau" fait remarquer Alexandre Latkowski, commercial.

    paysnoir1.JPG

    au centre, Stéphanie Joris, fondatrice du Comptoir des Ressources humaines

    Apparue en octobre 2016, la bière carolo"Brasserie du Pays Noir" était fabriquée en sous-traitance par Belgo Sapiens à Nivelles. A présent, elle dispose de sa propre brasserie à Marcinelle. Une visite guidée était organisée par Nicolas Renard. "On peut brasser 40 hectolitres par mois, mais on peut faire  encore beaucoup plus avec nos nouveaux équipements" expliquait le brasseur.

    bientôt un espace de dégustation

    La Brasserie du Pays Noir se décline en "bières de soif": blonde et brune ( compter tout de même 7°C ), ainsi qu'en 4 bières "éphémères": les Expériences: l'Ibiscus, une bière au froment, une pils, un Stout. Son logo ( forteresse de Vauban, usines,...) rappelle Charleroi.

    " A l'avenir,nous souhaitons étendre encore la gamme, et pourquoi pas des bières fruitées..." poursuit Nicolas Renard. " Les gens pourront faire leur brassin personnel. Et un crowdfunding sera bientôt lancé pour un espace de dégustation."

    Durant toute la journée de samedi, des membres d'associations culturelles, associatives et sportives, se sont fait connaître: cinéma avec le Kino Festival, cirque avec l'asbl " Anthracirk", rugby avec les "Black Star",... Le chanteur Aurélien Belle, le guide touristique Nicolas Buissart, le graveur Raymond Drygalski,... étaient aussi présents. "Je suis vraiment passionnée par la culture et par les gens" souligne Stéphanie Joris, fondatrice du Comptoir des Ressources humaines. "Cet espace contribuera encore un peu plus au renouveau de Charleroi." JCH

    paysnoir4.JPG

    Les Black Star

    paysnoir5.JPG

    Santé !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Sujets thématiques 0 commentaire
  • GRAND NETTOYAGE DE PRINTEMPS

    C+ a participé ce samedi à l'opération "Wallonie plus propre".

    Ils étaient plus de 50 participants à arpenter les rues de Gilly, Ransart, Goutroux, Marcinelle, ...Monceau-sur-Sambre et Gosselies.

    Plus d'une centaine de sacs ont été ramassés !

    La propreté est l'une des priorités du mouvement et cela passe évidemment par la sensibilisation.

    Merci à toutes les personnes qui se sont mobilisées !

    propreté.jpg

    Une opération citoyenne

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Rive Gauche souffle sa première bougie

    Il y aura tout juste un an ce vendredi 9 mars 2018, Rive Gauche ouvrait ses portes à Charleroi. Le centre commercial de 38.000 m² a trouvé son rythme de croisière, tiré par des locomotives comme Primark et Kiabi.

    Thomas Cornil, le manager de Rive Gauche, a donc le sourire à l’occasion de ce premier anniversaire : "Le bilan de cette première année est tout à fait positif. Huit millions de visiteurs, c’est l’objectif qu’on espérait et qu’on attendait. Et on y est arrivé. Donc c’est vraiment une belle source de satisfaction. Nous devons encore nous développer sur deux axes dans les années qui viennent. Le premier c’est d’étendre la notoriété du centre commercial à des régions où on n’est pas encore fort présent : le Namurois, la région du Centre et le Brabant wallon pour augmenter la visibilité et la notoriété de Rive gauche. Et le deuxième axe c’est de développer l’interaction avec le centre-ville de Charleroi, de mettre en place des politiques de communication et de mobilité communes pour vraiment faire de Charleroi une destination de référence pour le shopping en Wallonie. "

    Pour une meilleure intégration dans le centre-ville

    Le manager de Rive Gauche voudrait aussi une meilleure intégration du centre commercial dans Charleroi. Un défi de taille pour Jean-Luc Calongé, le président de l’association de management de centre-ville. Cet expert estime notamment que certains aménagements empêchent les clients de sortir du complexe : "Le bilan est globalement positif mais, par contre, en tant que représentant de la gestion de centres villes en Belgique, on voit beaucoup de points qui devraient être améliorés relativement rapidement."

    Selon lui, la première chose, c’est la porosité du centre parce qu’il y a effectivement une démarche qui a été faite, qu’il y a une volonté d’améliorer la porosité du centre mais, à certains endroits, on a quand même de vrais problèmes. Par exemple, il explique que la sortie du parking de Rive gauche pour arriver sur la place verte est extrêmement difficile: l’escalator ne fait que descendre et ne parvient pas à monter pour arriver sur la place verte.

    "Toute personne qui va se parquer là-bas doit d’abord aller dans le centre de la galerie s’il veut sortir. Cela veut dire qu’il y a un problème de sens des escalators, un problème de signalétique parce qu’une fois qu’on est au milieu de la galerie, on ne sait pas par où on doit aller. Il n’y a pas de vrai blocage, ce n’est pas un problème structurel majeur mais il y a un vrai travail à faire puisqu’on sent que ce sont toutes des recettes traditionnelles de shopping center qui auraient pu être évitées. ça c’est clairement une vision d’architecte spécialisé en immobilier commercial et qui veut bloquer la clientèle", estime Jean-Luc Calongé.

    Les commerçants des environs moins contents

    Il y a plus d’un an, la venue du centre commercial dans le centre de Charleroi réjouissait de nombreux commerçants de la ville basse qui espéraient en tirer profit. Mais nombreux sont ceux qui déchantent aujourd’hui. Car, bien souvent, la fréquentation de leur magasin n’a pas augmenté. Elle a même parfois baissé.

    Pour Karine, qui travaille au Royal, une brasserie qui a ouvert ses portes quelques mois avant Rive Gauche et juste en face, "Au début c’était très calme et puis une fois que ça a été ouvert, ça a commencé à bien marcher."

    A une cinquantaine de mètres de là, au pied de la rue de la montagne qui a vu ses dernières grosses enseignes, comme C&A ou H&M, déménager vers Rive Gauche, le ton est déjà beaucoup plus critique. Lélina Pépé de la brasserie " Le Piéton " : " Depuis Rive Gauche, c’est vrai que les premiers mois ont été très effervescents mais pour ce qui est de la période d’hiver et depuis qu’il n’y a plus de commerces dans la rue de la montagne, nous sommes très lésés. "

    Dans la rue de Dampremy parallèle au boulevard Tirou, la majorité des commerçants, à l’image de Pino, tiennent le même discours : "C’est bien qu’on ait fait Rive Gauche. Mais ça a tué la rue de la montagne et pour la rue de Dampremy je me pose des questions. On ne voit plus autant de monde qu’avant." Pour Lorinda, qui tient une boutique de vêtements depuis 28 ans dans la même rue, est du même avis que Pino : "Je ne suis pas tellement contente. Au début, je pensais que cela allait nous apporter plus de clientèle. Au contraire, il y a plus de monde en ville mais ce ne sont que les clients pour Primark qui arrivent et ce n’est pas une clientèle pour nous. C’est pire qu’avant."

    Petite exception toutefois : Philippo Trupia a ouvert une boutique pour hommes quand Rive Gauche a été inauguré et, pour l’instant, il ne regrette rien. Que du contraire. Pour ce commerçant, le secret c’est d’être très présent sur les réseaux sociaux et de participer à des évènements en alignant aussi ses prix sur ceux des enseignes présentes dans le centre commercial. Vu le succès de son magasin, il a même décidé d’agrandir dans quelques jours en inaugurant un nouvel espace dédié aux femmes. Source RTBF

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- PROPRETE: Les équipes de TIBI opérationnelles !

    tibi1.jpg

    Dernière vérification effectuée en compagnie de Paul Magnette et Olivier Bouchat … Les équipes de TIBI sont prêtes à intervenir, dès demain, dans l’intra ring de Charleroi afin d’améliorer la propreté publique. Un immense espoir pour tous les Carolos?

     Françoise Daspremont, échevine, félicite le personnel de TIBI pour les préparatifs réalisés afin d’être fin prêt pour relever l’immense défi de la propreté à Charleroi." Source: Françoise Daspremont.

    tibi2.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire
  • LIVRE- Potées et djotes de chez nous par Philippe Nonclercq

    potées.jpg

                      Djotes et potées... à faire saliver les papilles !

    Guide touristique à Charleroi, Philippe Nonclercq est un passionné de cuisine de terroir. Dans son dernier livre , il nous livre quelques bonnes recettes wallonnes de djotes, bouillis, hochepots, pot au feu, potées, ragoûts, fricots, salades chaudes et autres plats uniques. A déguster sans modération !

    - Philippe Nonclercq, vous êtes déjà l'auteur de "Quand Charleroi se met à table". Cet ouvrage élargit-elle le champ ?

    P.N. - Oui, j'entame une collection sur des recettes typiquement wallonnes.     Le livre qui vient de sortir parle des djotes et potées, et je pense déjà aux 5 ou 6 autres qui tourneront autour des pâtisseries, des potages, des repas de fête,... J'ai constaté qu'aucun ouvrage n'était véritablement thématique en cette matière.

    - Qu'entendez-vous exactement par " djote" ?

    P.N. - Djote peut en effet avoir plusieurs acceptions. Dans la région de Liège, il s'agit d'un chou. A Nivelles, c'est une bette. A Charleroi, on parle de djote quand les pommes de terre sont accompagnées de légumes, de lard, de morceaux de viande,... Ce n'est pas donc pas une purée, comme un stoemp. Une potée pourrait être appelée pot au feu, ratatouille, étuve,...

    - Carolo, vous en avez consommé, enfant ?

    P.N. Bien sûr, surtout en hiver, les djotes et potées étaient très appréciées à la maison. Elles nous tenaient chauds. Et encore maintenant, je les cuisine.  J'évite tout de même d'aller jusqu'à l'indigestion...

    - Comment les 80 recettes sont-elles classées ?

    -   Par thèmes: la carotte, les choux, les haricots, les poireaux, les chicons, les pissenlits,... Chaque recette est accompagnée de reproductions d'époque. Et à la fin de l'ouvrage, une quinzaine de plats photographiés en couleurs donnent vraiment envie de les goûter !

    " Quand la Wallonie se met à table: djotes & potées: recettes et coutumes culinaires de chez nous". Noir Dessin Production. 168 pages. 19 euros. JCH

    Trois recettes carolos:

    - La potée de carottes à la bière de saison. Cette préparation est faite avec une bière fabriquée par les fermiers-brasseurs qui profitaient de l'hiver pour brasser une bière désaltérante peu alcoolisée et légèrement acide, qui était servie aux ouvriers pendant l'été. Cette potée comporte aussi du porc au spiringue ou du rôti de jambon, du rôti de jambon, des carottes,...

    - La djoute au céleri. Pour la faire, il faut découper le céleri en morceaux de 1 à 2 cm. Dans une cocotte, faire suer les morceaux de céleri avec une cuillère à soupe de beurre, ajouter les pommes de terre au céleri, couvrir d'eau, saler et mijoter à feu doux pendant 30 minutes. Servir avec de la saucisse, un rôti de porc au four ou un rôti de veau casserole.

    - la djoute al scaroles. Laver les scaroles, bien les essorer et les hacher finement. Dans une grande casserole, faire fondre le saindoux, faire rissoler les oignons et l'ail émincé, couvrir avec les scaroles et râper la muscade dessus. Cuir les pommes de terre à l'eau salée. Ajouter les scaroles cuites aux pommes de terre et mélanger. Servir bien chaud avec des vitoulets ou de la saucisse.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Sujets thématiques 0 commentaire