Société

  • FLEURUS- 3ème week-end des Créateurs

    artisan1.jpg

    Claude Laroche

    La bibliothèque " La Bonne source", ainsi que la place Albert 1er, faisaient la part belle aux créateurs, ce dimanche. Parmi ceux-ci, Claude Laroche, artisan tourneur sur bois, élu "Fleurusien de l'année 2017", ou encore Robert Reumont, auteur fleurusien, dont le dernier roman policier "De pages en plages" vient de paraître. Cette 3ème édition rassemblait une quarantaine de stands. Pour la première fois , on y trouvait le Café Numérique de Charleroi qui animait un atelier de création de bornes de jeux rétrogaming, la Composite Collectif Créatif de Charleroi ( CCCC). Cette dernière proposait, entre autres, une expo photo et un atelier interactif. Cet événement était mis sur pied par le Soviet Bloem, coordonné par Lina Findaca et Anne-Sophie Philippot.  

    artisan4.JPG

    Le collectif rassemble des jeunes et des moins jeunes qui ont envie de faire de Fleurus un endroit sympa, de ramener de l'animation dans le Centre Ville, de poursuivre la dynamique positive initiée par le projet d'embellissement de Fleurus, d'organiser de événements festifs et culturels, pour une petite convers', partager ses idées, boire un coup,...Pour tout contact: 0498/29 23 37. JCH

    artisan2.JPG

    artisan3.JPG

    Café numérique de Charleroi

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • THUIN- Saint Roch- 180 marcheurs de la Sainte Rolende invités !

    margot4.JPG

    margot3.JPG

    Michel Robert, échevin du Floklore de Gerpinnes, à gauche

    Margot, une marcheuse comme les autres...

    Pour la deuxième année consécutive, Margot, 13 ans, a fait la 363ème Marche Saint Roch. Mais pas de façon tout à fait ordinaire: en fauteuil roulant...

    margot1.JPG

    Margot

    margot2.JPG

    Paraplégique depuis 2009, suite à une opération du dos qui a mal tourné, Margot s'est levée de bonne heure, ce dimanche, pour participer à la Saint-Roch. La jeune fille fait partie des Flanqueurs de la Garde de Ragnies, et c'est   à la suite d'une invitation d'une de ses cousines qu'elle a rejoint les rangs de la compagnie. " Cela lui fait un bien fou de "marcher" comme les autres" signale Angélique, la maman. Et Margot n'était pas seule: Tati Annick et son cousin Flavien ( 29 ans ) l'accompagnaient. " Nous allons certainement lui refiler le virus de la Saint-Roch ! " lançait ce dernier, qui marche depuis depuis 24 ans ! Margot n'était pas la seule à se déplacer de cette façon. Marie-Paule Coppée, fondatrice des Soeurs Grises, était également en voiturette, signe que le handicap ne doit pas être un facteur d'exclusion...

    margot15.JPG

    La 363ème édition de la Saint-Roch a rassemblé, ce dimanche, plus de 2200 marcheurs... et sous le soleil ! Défilant à côté de Paul Furlan, bourgmestre de Thuin, Gérard Vanadenhoven, le président de la Marche Saint-Roch, était ravi: " Tout se passe dans les meilleures conditions. Nous ne pouvons que nous féliciter encore de cette belle édition".

    margot8.JPG

    La formation du cortège ( 15 sociétés ) se déroulait, dimanche après-midi, au " Chant des Oiseaux". Cette année, une délégation invitée de 130 marcheurs de la Sainte Rolende de Gerpinnes y avait pris place. Ce sont d'ailleurs - il faut le souligner-! les majors de cette compagnie qui ont commandé les tirs et ont déposé des gerbes de fleurs aux monuments aux morts. Parmi eux, Michel Robert, l'échevin du Folklore ! L'itinéraire: rue des Hauts-Trieux, drève des Alliés, place Albert 1er, rue t'Stertevens, place des Waibes, viaduc,... Vers 18h, les marcheurs convergeaient vers l'église Notre Dame d'el Vaux pour la rentrée solennelle.  

    margot9.JPG

    La statue de Saint Roch

    Agé de 83 ans, Luigi Manunza, dit "Jiji", a reçu une médaille pour ses 78 ans de marche, ce qui en fait le doyen de la Saint-Roch à Thuin ! Aujourd'hui, ce fringant Thudinien fait toujours la marche , mais, depuis trois ans, en calèche, on peut le comprendre! Luigi a intégré la Compagnie des Pompiers de la Ville, dès l'âge de 5 ans. Et dans la famille, il n'est pas le seul à marcher, puisque son fils Bruno ( 51 ans ) et son petit-fils Lucas ( 23 ans ) ont débuté tous deux... à l'âge de 3 ans ! La société a été fondée en 1886. A l'origine, elle était dotée d'une pompe à bras, pour maîtriser le feu. Cette pompe était entretenue avec grand soin, et des exercices avaient lieu fréquemment le dimanche, et même le lundi ! D'autres médailles ( jusque 35 ans de marche ) ont été remises. Pour les 75 à 50 ans de participation, les jubilaires ont été appelés par l'Echevin du Folklore et ont rejoint le podium, escortés du drapeau de la société. La cérémonie s'est terminée par un air de batterie et par une salve. JCH

    margot7.JPG

    Luigi, Bruno et Lucas

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Bois du Cazier: Antonio a perdu son bras dans la mine...

    vaccalluzzo.jpg

    Mineur accidenté du travail, Antonio Vaccalluzzo, 83 ans, est venu découvrir l'exposition qui lui est consacrée au Bois du Cazier... Un bel hommage rendu par sa fille Santina.

    Alors qu'il effectuait, le 22 janvier 1951, son premier jour de travail dans une mine de Quaregnon ( Borinage) , Antonio Vaccalluzzo, alors âgé de 17 ans, a eu le bras droit arraché par une transporteuse. Il s’est évanoui de douleur et n’a été retrouvé que plus tard par l’un de ses responsables. L'homme était étrangement seul, et depuis cet accident, son poste a toujours été occupé par deux travailleurs. Privé de son bras, Antonio a été affecté au magasin jusqu'à  la fin du charbonnage. Pour remercier son père ( ainsi que sa famille ) de ses sacrifices, Santina, sa fille, photographe chez Freebird Studio, a regroupé des photos et extraits de témoignages, à travers l'exposition: « Du soleil à l’obscurité, l’âme puis le corps meurtri ». L'expo revient sur les lieux que le mineur a fréquentés. Une grande photo d'époque, exposée également à l'Espace 8 août 56, montre le fringant jeune homme à vélo.

    un modèle de courage

    Vendredi, Antonio s'est rendu au Bois du Cazier, en compagnie de son épouse Angela, et de ses enfants Santina et Giuseppe. Jean-Louis Delaet, directeur, ainsi que Urbano Ciacci, survivant de la catastrophe du Cazier, étaient également présents aux côtés du mineur. « Mes grands-parents, mon papa, ma maman sont arrivés en 1948 à la gare de Mons, avec pour seuls bagages, une valise et l’espoir d’une vie meilleure. Toutes ces émotions, j’ai eu l’envie, le besoin de les mettre en image(s) " soulignait Santina. " Les membres de ma famille ont vécu le pire, mais à aucun moment je ne les ai entendus se plaindre. Mon père, malgré son invalidité, est toujours resté un modèle de courage, et je ne regrette pour rien au monde mon enfance" poursuivait Giuseppe. L'expo est à voir à l'Espace Amercoeur du Bois du Cazier jusqu'au 18 juin. Infos : 071/88 08 56.   J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • BANDE DESSINEE- "Les fantômes de Katyn"

    katyn2.jpg

    D'origine polonaise, le dessinateur d'Aiseau-Presles Philippe Glogowski ne peut rester insensible à l'élimination de l'élite polonaise, lors du massacre de Katyn ( 1940). Avec le scénariste Patrick Deschamps, il signe la BD: "Les fantômes de Katyn".

    Quand il n'assouvit pas sa passion pour le ballon rond ou ovale ( "Les Diables à l'Euro", " Rêve brésilien", " XV de France",... ), Philippe Glogowski s'attelle à un autre dada: l'Histoire ( Ypres, la Grande Guerre, le Trésor de Puy-du-Fou,... ).  Cette fois, avec " Les fantômes de Katyn", le dessinateur illustre, d'un trait réaliste ( on reconnaît très vite des figures comme Staline, Hitler, Trotski,...), un épisode douloureux de la Seconde guerre mondiale, en lien direct avec ses origines slaves. ( Ses grands- parents, polonais, sont arrivés en Belgique en 1928) . Petit rappel du "massacre de Katyn": En mars 1940, Joseph Staline donne l’ordre à la police politique d’éliminer les quelque 22 000 gradés polonais emprisonnés, des "ennemis de classe" pour le leader soviétique. Plus tard, la police stalinienne organise des convois, direction Katyn, à quelques kilomètres de Smolensk.

    Pologne, "martyre" de l'Histoire

    katyn5.jpg

    Pendant un mois, les prisonniers, mains liées derrière le dos, sont exécutés d’une balle dans la nuque, et jetés dans des fosses communes. Le charnier de Katyn est découvert en 1943, lorsque l’armée allemande a envahi l’URSS après la rupture du pacte germano-soviétique. Rapidement, les Russes ont nié leur responsabilité dans le massacre rendant l’Allemagne nazie responsable.  Ce n'est qu'en 1990 que Gorbatchev et puis Eltsine ont reconnu que ce massacre avait été ordonné par les agents du NKVD, la police secrète de Staline.

    katyn6.jpg

    " Force est de constater que la Pologne a toujours été la grande martyre de l'Histoire. Il ne faut pas remonter très loin: il y a un peu plus de 7 ans, le Tupolev 154 transportant le président polonais Lech Kaczyński s'écrasait lors d'une tentative d'atterrissage sur l'aéroport de Smolensk-Nord, ne laissant aucun survivant parmi les 96 personnes à bord " évoquait Philippe Glogowski. " L'ombre des dictatures ( d'où le titre de la BD ) plane toujours sur le monde, et j'ai peur que l'Histoire, au vu de l'actualité ( Syrie, Corée du Nord, Turquie,...) ne se répète malheureusement ... JCH

    " La bande dessinée " Les fantômes de Katyn" par P.Glogowski et P.Deschamps a été publiée aux Editions du Triomphe, dans la collection " Le Vent de l'Histoire". infoed@editionsdutriomphe.fr - Diffusion également par correspondance.

    katyn3.jpg

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Salon "Veggie" chez Raoul, ce dimanche !

    038.JPG

    Michaël Goffaux est un barbier "veggie" ( ex. les poils du blaireau sont synthétiques )

    031.JPG

    Le salon "Veggie' se tient, ce dimanche, jusque 19h, chez Raoul- rue de la Villette à Marcinelle. Une trentaine d'exposants y sont présents. JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire
  • DAMPREMY- Micky D. vend ses toiles au profit d'Un toit pour Domi

    micky6.jpg

    La peinture qui l'a fait connaître sur Facebook

    Micky D. ( 71 ans) vend ses toiles au profit d'"Un toit pour Dominique".  Une artiste au grand coeur, mariée à Huguette ( 65ans), et qui a exercé la profession de... peintre en bâtiment !

    Dans le local de Dampremy, ouvert depuis le 7 janvier par l'asbl "Un toit pour Dominique", beaucoup de monde se pressait pour voir les toiles colorées de Micky Delforge, une artiste peintre de Courcelles. Touchée par la cause de l'association, celle-ci a décidé de s'associer à elle par la vente de ses oeuvres. Son histoire n'est pas banale: pendant 25 ans, Micky a été une des pionnières en Belgique comme peintre en bâtiment. Mais subitement, après avoir contracté la maladie de Béribéri ( carence en vitamines), elle s'est retrouvée en fauteuil roulant. Rapidement, la peinture a chassé ses idées noires. Depuis 10 ans, elle s'y consacre à plein temps. En 2002, suite à la légalisation de couples homosexuels ( Mariage pour Tous) , elle épousait Huguette, avec qui elle formait déjà un couple depuis 40 ans. Cette épouse bienveillante la soutient aussi bien dans sa démarche artistique que pour son moral.

    micky.jpg

    micky1.jpg

    Micky D. avec son épouse Huguette et sa petite-fille Léa

    C'est grâce à la Nouvelle Gazette et à une de ses oeuvres postée sur une page Facebook que Micky D. s'est fait connaître auprès du grand public.

    une brocante dans l'entrepôt

    L'association " Un toit pour Dominique" est née d'un élan du coeur... celui d'une passante, Sylvie Carallo, qui, lorsqu'elle rencontre Dominique, un homme de 46 ans assis sur un trottoir, reconnaît en lui un ancien compagnon de classe. Elle décide de l'héberger, mais consciente que cette situation ne peut être que provisoire, elle entame les démarches pour trouver "un toit à Dominique". Le parcours du combattant continue. Sylvie interpelle son entourage et ses amis. Le groupe Facebook " Un toit pour Dominique" se crée. En quelques heures, les manifestations de sympathie et de solidarité se mettent en route et en peu de temps, tous les coeurs battent à l'unisson vers un même but: trouver un toit à Dominique. En peu de temps, cette association s'élargit: elle compte actuellement une trentaine de bénévoles ! Une grande brocante ( livres, vêtements, jeux,..) est organisée dans le nouvel entrepôt  ( 750m2) , le 24 mai, de 10h à 23h.  JCH

    micky5.JPG

    brocante dans l'entrepôt

    Les oeuvres de Micky D. sont exposées à la place Crawhez ( Albert 1er), 45 à Dampremy , jusqu'au 30 juin, les mardis de 10h à 12h, les jeudis de 18h30 à 20h30 et les samedis de 13h à 16h. Pour toute info: 0496/92 84 65.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Société 0 commentaire
  • EXPOSITION- "En léger différé " au Musée de la Photographie

    télévision.JPG

    096.JPG

    "C'était au temps où la télé était en noir et blanc et où les speakerines donnaient rendez-vous chaque jour aux téléspectateurs pour détailler le programme..." pointait Xavier Canonne, directeur du Musée de la Photographie, lors du vernissage de l'expo "En léger différé". Dans le public, François De Brigode, journaliste attitré au 19h30 et Robert Stéphane, ex-patron de la RTBF et premier présentateur du journal télévisé, le 4 novembre 1956!

    télévision3.JPG

    François De Brigode et le ministre Jean-Marc Nollet

    télévision2.JPG

    Robert Stéphane, premier présentateur du JT

    Tirages papier, diapositives, négatifs, cartes postales, images promotionnelles... Depuis près de 8 ans, la Sonuma, Société de Numérisation et de Valorisation des Archives Audiovisuelles, collecte et sauvegarde des milliers de clichés, tous liés de près ou de loin aux programmes et personnalités de la Radio belge francophone de service public. Parmi eux, des documents rares, voire exceptionnels. Tous ces trésors enfouis, qui auraient pu sombrer dans l'oubli, sont à présents visibles!  JCH

    113.JPG

    télévision1.JPG

    A voir aussi les expos: Harry Callahan. French Archives. - Par VoiX postale. Exposition collective. - Galerie du Soir : Julie-Marie Duro. Looking for my Japanese Family. - Pierre Bartier: (Dé)Raisons de vivre- Boîte noire : Michel Beine et Sonia Pastecchia. Isla. Jusqu'au 24 septembre 2017. Du mardi au dimanche de 10h à 18h. Pour tout contact: 071/43 58 10.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- 20 ans pour la Maison Médicale-Médecine pour le peuple

    peuple1.JPG

    150 000 consultations... gratuites en 20 ans ! C'était l'occasion de faire la fête autour d'un grand barbecue ! Fondée par Colette Moulaert ( présente dans l'assemblée ) et Danièle Dufour, la Maison Médicale- Médecine pour le peuple de Marcinelle a vu le jour suite à la fermeture de l'hôpital Gailly en 1995. D'abord installée à la rue de la Babotterie, elle a été transférée, début 2010,  à la rue de la Vieille Place, où elle dispose de locaux plus spacieux. Aujourd'hui, ce centre de médecine généraliste compte 5 médecins, 2 assistants en médecine, une infirmière, 1 psychothérapeute,... 2000 patients y sont inscrits. Des ateliers et services sont aussi mis sur pied: gym, cuisine, école de devoirs,... "Quand je suis arrivée en 1999, je ne croyais pas que j'y serais encore aujourd'hui ! " a souligné Sofie Merckx, médecin, et coordinatrice avec Eric Hufkens. "Bien sûr, tout le monde connaît mon combat au sein du PTB.  Mais je ne fais pas de prosélytisme pour autant... Très récemment, je me suis rendue, avec d'autres militants, au Pays-Bas, dans le but de faire diminuer le prix des médicaments, et de lancer un signal fort à Maggie De Block, ministre  de la Santé. Je vois avant tout l'intérêt de chacun..." JCH

    peuple3.JPG

    peuple5.jpg

    Autour de Sofie Merckx

    peuple4.JPG

    Colette Moulaert,une des fondatrices

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire
  • GILLY- Spectacle sur le harcèlement de rue

    kinky1.JPG

    "Kinky Birds" traite du harcèlement de rue et des violences générées dans l'espace public. Le spectacle au Centre Temps Choisi était suivi d'un débat.

    La Maison Plurielle est l'unique structure sur l'arrondissement administratif de Charleroi à être exclusivement experte en violences conjugales, intrafamiliales, mutilations génitales féminines, mariages forcés et violences liées à l'honneur. Jeudi soir, cette asbl programmait une pièce d'Elsa Poisot " Kinky Birds" à Gilly, après un passage à Bruxelles, à Liège et à Paris. " Plusieurs questions de société sont posées à travers le spectacle " notait Charlotte Dewitte, chargée de communication. " En voici quelques unes: Comment combattre le machisme ambiant? Les femmes sont-elles davantage en insécurité dans l'espace citoyen ? Mettent-elles en place des stratégies d'évitement à certaines heures, dans certains quartiers, au sein de certains transports en commun ,...? "      

    kinky2.JPG

    Primé en 2016 par le Centre des écritures dramatiques Wallonie-Bruxelles, le spectacle présente une galerie de personnages d’âges, de sexes, de classes sociales et de vécus différents. Tous viennent nous conter la trajectoire à  la fois banale et incroyable d’une jeune femme qui se fait agresser dans un métro … sans qu’aucun des voyageurs n’intervienne. Pourquoi personne n’a-t-il bougé ? D’où nous vient cette immobilité ?

    kinky.JPG

    améliorer l'éclairage public

    Dans la salle avaient pris place des étudiants ainsi que des associations comme la JOC, la Régie de quartier de Dampremy, le collectif Jeunes Femmes de Vie Féminine, le Centre de Jeunes Taboo, ... L'asbl " Sens-Sas" de Montigny-le-Tilleul était aussi présente. " Nous sommes un service d'accrochage scolaire. Nous accueillons principalement des jeunes filles de 15 ans en moyenne. Nous les aidons à vaincre leurs phobies en les accompagnant, par exemple, dans les transports scolaires" signalait un de ses membres. A l'issue de la pièce, un débat était animé par différents représentants politiques et du monde associatif bruxellois et carolo. Mohamed Fekrioui, échevin carolo de l'Egalité des Chances, a rappelé qu'il existait différentes pistes concernant cette problématique, notamment par une amélioration de l'éclairage public et par une série de mesures permettant aux citoyen(nes) de se rapproprier l'espace public. Pour tout contact avec la Maison Plurielle: rue Tumelaire, 77 à Charleroi. 071/94 73 31. 0492/65 55 47 ou secretariat@maisonplurielle.be   JCH

    kinky3.JPG

    Les intervenants au débat

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Fin des travaux de rénovations à l'école de la Petite Chenevière

    cheneviere1.JPG

    L'école communale de la Petite Chenevière, à la rue du même nom, compte actuellement 127 élèves dans le fondamental et 78 dans le maternel. L'établissement a bénéficié de travaux de remplacement de toitures, des descentes d'eau et des châssis. Le chantier a porté également sur des peintures intérieures et extérieures du bâtiment maternel, du local, du préau et de la garderie. Le tout financé par la Ville pour un montant de 453 821 euros. Pour fêter la fin des travaux de rénovation, en même temps que la fancy fair annuelle, l'école avait organisé une petite réception, précédée d'une prestation d'élèves de la section hip hop de la Yuka Dance Académy, dirigée par Tomo Dhimoïla.

    chenevière2.JPG

    De nouveaux panneaux colorés

    La séance réunissait le directeur de l'école Denis Ruelle, l'échevine de l'Enseignement Julie Patte, l'échevin des Travaux Eric Goffart , l'échevin de la Petite Enfance Mohamed Fekrioui, ainsi que Philippe Van Cauwenberghe, président d'Igretec.  A l'initiative de Jessica Castronovo, enseignante, une bibliothèque a été aménagée dans le bâtiment, en collaboration avec la bibliothèque Jules Destrée de Marcinelle. Un appel à projet a été lancé pour un aménagement de la cour. JCH

    cheneviere3.JPG

    La nouvelle bibliothèque

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Défilés de géants sur le site provincial

    casimir9.JPG

    Le Grand Jojo était de la partie !

    casimir3.JPG

    Mister Bintje, un géant conçu par l'IMP Marcinelle

    casimir11.jpg

    La journée était animée par Christian De Paepe

    Claudy Leclercq est enseignant à l'Ecole Clinique de Montignies-sur-Sambre. Avec les résidents, il a fabriqué "ECP", un géant "mi-homme, mi-robot ", muni de prothèses, pour évoquer le handicap. La structure est en aluminium et les articulations en mousse polyuréthane. L'IMP Marcinelle, quant à elle, a conçu "Mister Bintje", avec du bois, des lattes de sapin, du tissu,... et un entonnoir sur la tête. Au total, ce sont pas moins de 18 géants, provenant des institutions provinciales du Hainaut, qui ont défilé pour la première fois, sur le site provincial de Marcinelle, vendredi et samedi, au cours des Journées "Ensemble avec les personnes extraordinaires".

    casimir4.JPG

    Organisé depuis 2008 par la Province de Hainaut et l'association "Vers la Vie", cet événement a rassemblé environ 5000 personnes. Le beau temps explique aussi cet afflux. Plusieurs stands et associations sensibilisaient le public aux différentes formes de handicaps, autour de plus de 60 activités et animations, comme des parcours avec yeux bandés pour se mettre à la place d'une personne non voyante ou des jeux de société adaptés. Une façon de favoriser l'interactivité entre public ordinaire (valide) et extraordinaire (en situation de handicap ). Et cette année, des célébrités ont fait leur apparition: Le Grand Jojo, David Jeanmotte, Rémi Bricka ( homme-orchestre!) ainsi que ... Casimir et Hyppolite qui ont rappelé de bons souvenirs à tous les quinquagénaires !JCH

    casimir1.JPG

    Casmir et Hippolyte: la période de " L'Ile aux enfants"

    casimir7.JPG

    David Jeanmotte a dispensé ses conseils relooking

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • CHARLEROI- Soirée "Wake Up" sur le Quai Rimbaud !

    wake2.JPG

    cyril15.jpg

    La recette des Apéros Urbains reste la même : de la musique, des amis, et surtout une ambiance incomparable ! Vendredi soir, "Charleroi, Wake Up !" accueillait les DJ’s résidents Houseleggers et SVB, ainsi que Simon Le Saint, DJ et batteur de Stromae. Sur le quai de Brabant, rebaptisé " Quai Arthur Rimbaud", ainsi que sur la placerelle en face du "Quai 10", 2000 personnes faisaient la fête. Le soleil était de la partie, sauf en fin de soirée, où la pluie s'est invitée... Un événement qui participe au renouveau de la Ville, déjà enclenché par l’ouverture récente du centre commercial Rive Gauche et qui  se poursuit à travers les divers projets récemment lancés. JCH

    wake4.JPG

    wake3.JPG

    wake9.jpg

    De la musique, des amis, et une bonne ambiance !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Médecine pour le peuple fête ses 20 ans !

    médecine pour le peuple.png

    Cette année Médecine Pour Le Peuple-Marcinelle fête ses 20 ans ! Et oui, à la fin de l’année 1996, Médecine Pour Le Peuple s’installait à Marcinelle.  20 ans d'existence, 20 ans de partage, de fêtes, de luttes, de cafés santé et d'activités...

    Au départ nous étions 2 médecins généralistes. Aujourd'hui une équipe multidisciplinaire accueille 2000 patients.

    C'est l'occasion de les fêter avec vous. C'est pour ça que notre traditionnel Santez La Fête qui aura lieu le samedi 13 mai à partir de 14h prendra des couleurs encore plus festives cette année. 

    Au menu : grimages , château gonflable et des ateliers participatifs (récup textile, fais ton fallafel et 'les trésors de notre maison'). Nous inaugurerons aussi notre petit potager.

    A 18 h nous soufflerons les 20 bougies J  

    En plus du traditionnel barbecue (halal et non-halal), l'édition de cette année sera marquée par les années 90 avec une expo photo sur l'histoire de la maison médicale, un jeux "moi à 20ans", et surtout une soirée "la fièvre des nineties" qui commencera à 19h !!! 

    Rue de la Vieille place, 67 - Marcinelle

    071/47.64.96

    Bienvenue à vous tous !

    Au nom de toute l'équipe,

    Sofie Merckx  

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire
  • CHARLEROI- Gare aux jeunes ! ce 13 mai : Et si on prenait le temps de vivre ensemble ?

    Event Gare aux Jeunes #63

    garrreauxjeunes.jpg
    #Et si on prenait le temps de vivre ensemble ? 

     
    Le samedi 13 Mai 2017, le CENTRE ENER’J (GARE AUX JEUNES) propose une découverte des campagnes Yapaka de la Fédération Wallonie Bruxelles. Rendez-vous en gare de Charleroi-Sud de 14h à 19h (info tourisme).
     
    La seule manière intelligente d'éduquer consiste à être soi-même un exemple.

    Albert Einstein

    Nos enfants sont ce que nous leur transmettons, ils se développent en fonction de ce qu'ils reçoivent de leurs parents ainsi que de l'environnement social dans lequel ils baignent. Mais quel exemple leur donne-t-on ?

    Les médias et l’homme de la rue déplorent les incivilités et la violence des jeunes. Mais la violence ne règne-t-elle pas dans les familles et dans la société ? La violence conjugale, l’agressivité du conducteur automobile, le langage ordurier d’un chef d’état ou le coup de boule d’un sportif de renom ne sont-ils pas des exemples de notre vie quotidienne ?

    Il revient à l’adulte au sein de la famille ainsi que dans l’espace social d’aider l’enfant à trouver les repères pour grandir et ainsi se socialiser. Non limité, l’enfant ou l’adolescent se retrouve aux prises avec ses pulsions, qu’il n’est pas à même de canaliser seul.

    Certains parents ont des difficultés à mettre des limites à leur enfant. Parfois le chaos familial, ou encore les conditions matérielles n’offrent pas l’assise sécurisante qui permet à l’enfant de se développer harmonieusement. On parlera alors de négligence voire de maltraitance.

    Cependant il faut tout un village pour élever un enfant et les parents doivent pouvoir compter sur la solidarité de leur entourage et s’appuyer sur l’environnement social.

    Mais la société que nous avons créée, promeut liberté individuelle et épanouissement personnel, imagine un monde sans limite et fait miroiter la disparition de toute contrainte. Cela ne ressemble-t-il pas à une illusion d’enfant ?

    Désemparés face à leurs enfants, les adultes se tournent vers des réponses toutes faites, des solutions médicamenteuses, prescrites parfois avec excès. Il leur arrive de demander « un signe fort » aux responsables politiques. S’ouvre alors la voie vers des politiques répressives et sécuritaires dont l’augmentation des places en centres fermés n’est qu’un aspect.

    Nous soutenons que cette question concerne tout le monde. Elle est liée à la transmission. Pour que l’enfant puisse intégrer les limites du vivre ensemble, il est de la responsabilité de l’adulte de montrer dans ses actes son souci de l’autre, du lien social, du collectif... Dans le concret cela se traduit par la parole plutôt que le passage à l’acte, parfois le jeu voire l’humour plutôt que la contrainte, une certaine sobriété plutôt que l’hyperconsommation…

    Bon ou mauvais, l'exemple, c’est nous. Nous tous, chacun d’entre nous.

    Nous invitons professionnels, parents, adultes responsables à rejoindre cet appel et cette campagne participative par son témoignage, ses actions, propositions, initiatives…

    Source : Yapaka.be 

     
    Le projet Gare aux Jeunes est initié par le Centre Ener’J.
     
    Avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, La Gare, ASBL Centre Ville, La Ville de Charleroi, La Maison du Tourisme du Pays de Charleroi, Charleking Radio et CIDJ.
     
    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Société 0 commentaire
  • TELEVIE- Lancer de tongs !

    tongs1.JPG

    Sur la place de Nalinnes Centre, les membres bénévoles du Comité Télévie d'Ham-sur-Heure/Nalinnes ont invité le public à lancer des tongs... vendus à 2 euros pièce. "L'important n'est pas vraiment de battre un record, mais plutôt de participer et de mener une bonne action! " confiait Lydie Beugnier, membre. Lors des 4 éditions précédentes, 48 000 euros avaient déjà été récoltés au profit de l'Opération. Lors de la journée, des parcours en cuistax, une initiation à l'Hébertisme, ainsi que la tyrolienne ont fait la joie des petits... et des grands !

    tongs2.JPG

    tongs3.JPG

    tongs4.JPG

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Société 0 commentaire