Cultures - Evénements - Page 4

  • CHARLEROI- Hommage à David Bowie, ce dimanche

    Journée David Bowie au Spiroudome de Charleroi le 29 janvier 2017 !
    Les Classes du Rock de Charleroi inaugurent leur partenariat avec le Spiroudome par l’organisation d’une journée spéciale “David Bowie” avec l’aide de deux spécialistes de l’artiste : Laurent Rieppi et Yves Budin

    Outre une bourse aux vinyls et une exposition d’oeuvres d’Yves Budin relatives à l’artiste, la journée sera marquée de trois temps forts :

    10h00-12h00 : Conférence “Inside Blackstar, le dernier album de David Bowie” par Laurent Rieppi. 13h00-15h00 : Conférence “Inside Bowie: retour sur l’ensemble de la carrière du Thin White Duke” par Yves Budin et Laurent Rieppi.
    15h30 : Showcase exceptionnel de Thom C. Le singer-songwriter belge interprétera quelques hits de David Bowie.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Tropica BD déménage à Rive Gauche!

    Révolution dans le monde carolo des bulles ! Associée dorénavant à BD World/Slumberland, Tropica BD se déplacera, fin février, dans le Complexe commercial Rive Gauche, avant une ouverture plus officielle fin septembre.

    tropica.JPG

    Christian au comptoir

    Véritable institution du 9ème Art à Charleroi, Tropica BD a été créée en 1981 par 5 étudiants fraichement sortis de l’ UCL, dont Denis Lapière, devenu scénariste de BD. Après 35 ans de bons et loyaux services, Christian Bernard,   le patron, voulait lever un peu le pied. D’autant plus qu’il travaille depuis 5 ans pour la société Moulinsart.

    Installée d'abord au Boulevard Tirou, à la galerie Bernard, et à deux emplacements de la rue de Dampremy, Tropica BD prendra ses quartiers à Rive Gauche. " Comme BD World Loverval avait décidé de fermer et voulait revenir en Centre ville, nous avons donc décidé d’ouvrir une nouvelle surface commune : plus de surface, plus de choix, plus de stock, plus d’animations,… signale Christian. " Tropica BD apporte sa clientèle et ses contacts à Charleroi,  BD World / Slumberland apporte sa force de frappe et sa structure… La philosophie est de garder le mode de fonctionnement d’un commerce de centre ville / proximité. Le personnel de Tropica BD est donc réengagé et va s’allier à celui de BD World."

    un réseau de 11 librairies !

    Pour rappel, Slumberland est né en 1989 au Centre Belge de la Bande Dessinée de Bruxelles. Tout d’abord ce fut l’art shop du Musée, puis la librairie est devenue très vite indépendante en ouvrant une succursale à Woluwe-Saint-Lambert, puis en rachetant successivement des librairies spécialisées en BD à Louvain-La-Neuve, Uccle, Namur et Liège. Enfin, la structure s'est alliée au réseau BD World l’année dernière.

    " Avoir un réseau de 11 libraires, dont l’offre est commune , permet à nos clients de trouver très vite et facilement le livre dont ils rêvent" précise Cédric De Waele de Slumberland. Outre la BD classique, l'offre sera renforcée ( presque 400 m² de BD, comics, mangas, romans…) et sera suivie par des promotions.

    Géographiquement parlant, Slumberland n’avait pas encore d’implantations dans le sud-ouest de la Belgique francophone.

    " Participer au renouveau de Charleroi, dans une ville qui a vu naître une partie importante de la culture bédéphile avec les Éditions Dupuis, est plutôt engageant" poursuit Cédric De Waele. "Nous avons d’ailleurs l’intention de participer culturellement et activement au monde de la bd carolo !" Reste que les rues commerçantes du Centre Ville se désertifieront encore un peu plus...JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements, Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Quai 10: Frédéric Legrand est "Edward aux mains d'argent "!

    quai4.JPG

    Reconnaissez-vous le cinéaste carolo Frédéric Legrand sous les traits d'Edward aux mains d'argent ?

    Freddy Bozzo.jpg

    Frédéric Legrand avec Freddy Bozzo, co-créateur du Festival International du Film Fantastique

    A l'occasion de la séance CYCLE [IN]CULTE (concept originaire du ciné le parc), le Quai 10 présentait des films cultes, comme EDWARD AUX MAINS D’ARGENT avec le jeune cinéaste carolo Frédéric Legrand.

    enfant1.jpg

    avec un enfant, car beaucoup de jeunes venaient faire des photos avec Edward

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Quai 10: le show de Dirty Monitor !

    quai2.JPG

    quai7.JPG

    quai6.JPG

    Un univers "glaçant" !

    Samedi soir, les Dirty  Monitor et leur mapping vidéo investissaient la cour intérieure pour un show...magique!

    Un androïde, des ouvriers travaillant dans les souterrains d'une métropole, les catacombes où se tiennent une réunion secrète,... C'est tout l'univers envoûtant du film expressionniste de science-fiction du début du XXème siècle "Métropolis" de Fritz Lang qui était recréé dans le complexe Quai 10, grâce au video mapping Futuropolis des Dirty Monitor. Déjà lors du vernissage, vendredi soir, le public était amené à découvrir une surprenante installation numérique interactive alliant mapping vidéo, jeux de lumière et musique expérimentale.

    Ce week-end, le Quai 10 inaugurait officiellement ses nouvelles installations. La brasserie, - pourtant très spacieuse!- , était souvent pleine à craquer ! Entre 3000 et 4000 personnes se sont déplacées. Parmi le public, Paul Magnette et Alda Greoli. Le bourgmestre de Charleroi a souligné: " Voir ce bâtiment, enfin opérationnel après autant de tractations, constitue un véritable soulagement. Quai 10 deviendra un élément incontournable du paysage la Ville Basse". 

    quai1.JPG

    Alda Greoli et Paul Magnette

    " Quel défi d'avoir transformé le siège de la Banque Nationale de Belgique en un nouvel espace culturel! " poursuivait la Ministre de la Culture. " Pour ma part, je vois dans Quai 10 un outil de transmission intergénérationnel. Des plus jeunes, notamment avec les jeux vidéo, aux plus grands avec le cinéma d'auteur. "

    quai3.JPG

    Santé !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • CHARLEROI- Quai 10: inauguration d'un espace gaming !

    moreau5.JPG

    Inauguré vendredi soir, "Gaming Out" est une collaboration entre For 'J et le Quai 10. Il s'agit du premier espace culturel dédié aux jeux vidéos en Belgique. Au-delà des expositions de jeux indépendants ( Monument Valley, Orchids to dusk, Overcooked,...), et des ateliers créatifs autour du numérique, Gaming out axe aussi son travail sur un important volet pédagogique consacré à l'éducation au premier média des moins de 25 ans, ainsi qu'à l'éducation par le media interactif et ludique.

    Une quinzaine de jeux, proposés sur un espace de 250 mètres carrés, effectueront une rotation, une fois par mois. "Nous avons voulu créer un espace populaire dans lequel les Carolos, quel que soit leur niveau de jeu, se sentent bien" insistent Julien Annart, coordinateur de l'espace jeu vidéo et Olivier Bogarts, co-animateur." Le concept est aussi de jeter des ponts entre les disciplines. Ainsi, un vieux jeu de 1920 a pu inspirer des créateurs vidéos."

    moreau2.JPG

    Matthieu Bakolas, Julien Annart et Olivier Bogarts

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Week-end festif pour l'inauguration de Quai 10 !

    moreau3.JPG

    moreau4.JPG

    Ambiance Rétro Néo

    Week-end festif pour l'inauguration du Pôle de l'Image Quai 10, avec la présence des comédiens et réalisateurs Yolande Moreau, Jaco Van Dormael, Joachim Lafosse,...

    moreau1.JPG

    Yolande Moreau ( 2ème à gauche)- Michel Bakolas, directeur ( à droite )

    A sa manière humble et radicale, Yolande Moreau a filmé, en janvier 2016, les migrants dans la jungle de Calais, pour la collection Réfugiés d’Arte. Le film " Nulle part en France" retraçant leur périple, ainsi que "Henri", rencontre entre deux êtres en marge, étaient diffusés, vendredi soir, lors de l'inauguration de Quai 10. La réalisatrice et comédienne belge était présente à une "Séance spéciale Femmes". Lors de celle-ci, Sarah De Baets, membre et militante au sein des Femmes prévoyantes socialistes de Charleroi, accompagnée de Nicole Grolet d'Amnesty International, a invité le public à allumer la torche de leur GSM , pour défendre le droit des femmes aux Etats-Unis et dans le monde, et cela, le jour même de l'investiture du président Donald Trump !

    déjà 7000 entrées

    La première soirée a attiré beaucoup de monde, avec notamment l'avant première de " Silence" de Martin Scorsese et de United Kingdom de "Ama Asante", ainsi que la soirée Rétro Néo, nous replongeant dans les grandes heures du cinéma. Samedi, Dirty Monitor et son mapping video investissaient la cour intérieure ! Ce dimanche, le public a pu participer à des animations jeune public, ainsi qu'à des séances cinéma : "Wallace et Gromit", "Mr Bout de Bois", "Un sac de billes"..., Le réalisateur Jaco Van Dormael présentera Rachel, Rachel" de P.Newman, ainsi qu'un de ses films "surprise"!                    

    Quai 10 a ouvert le 30 novembre 2016. "En 7 semaines, nous avons enregistré entre 6500 et 7000 entrées" se félicite Matthieu Bakolas, directeur adjoint de Quai 10. " C'est bien, mais nous pouvons encore faire mieux. La brasserie, à présent opérationnelle, ainsi que l'ouverture prochaine de Rive Gauche, contribueront à renforcer la fréquentation! " JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • ANCRE- Focus Autobiographique: "Me, Myself and I" du 25 janvier au 11 février

    focus1.jpg

    La Vedette du Quartier. Crédit: Yves Kerstius

    "Me, myself and I" présente 7 récits autobiographiques intimes, drôles et surprenants , au cours desquels les artistes se livrent sans détour(s), font part de leurs questionnements et de leurs doutes, racontent des moments d'amour et de folie,... Des histoires également truffées d'anecdotes, comme autant de reflets de notre humanité.

    Parmi ces 7 propositions, 4 créations, dont « La Vedette du quartier » de Riton Liebman, en début de festival. Il s'agit ici du premier volet mis en scène par Jean-Michel Van Den Eeyden d'une "Thérapie Comique", en trois actes. Après le succès de Liebman Renégat, cet été, au Festival d'Avignon Off, Riton, l'Enfant Star, nous racontera avec humour et émotion son arrivée à Paris, sa rencontre avec le monde du showbiz et ses désillusions. Mais le rêve initial a du mal à atteindre la réalité.            

    Trois autres créations ensuite: « Lydia Richardson » de Anne Thuot », « Saison 1 - épisodes 1 & 2 » de Florence Minder et « Patrick Forever » de Diane Fourdrignier) et un work in progress (« Après nous les mouches » de Stéphane Bissot qui sera ensuite présenté au Varia).

    Autres propositions artistiques: « Surexposée » de Marguerite Topiol et « Et vivre était sublime »  de Nicolas Rey et Mathieu Saïkaly.

    Les spectateurs pourront assister à des soirées composites où deux spectacles seront présentés le même soir: 1) Soirée combo #1 « Après nous les mouches » + « »Lydia Richardson », 2) soirée combo #2: « Surexposée » + « Patrick Forever ».

    focus.jpg

    Et vivre était sublime... tendre et touchant. Crédit: Emmanuel Noblet

    "My, Myself and I" se tient du 25 janvier au 11 février, à 20h30 ( les mercredis à 19h), à l'Ancre, 122, rue de Montigny. Tarifs: de 14 à 7 euros. 3 soirées pour 27 euros. Totalité des spectacles: 45 euros. Infos et réservations: 071/31 40 79 ou info@ancre.be - www.ancre.be

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • EXPOSITION- Hommage à Wilchar

    wilchar3.JPG

    L'asbl courcelloise Progrès et Culture, en collaboration avec la commune de Beersel, la Posterie-Centre culturel et le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles, met sur pied une exposition de gravures en hommage à Willem Pauwels, dit Wilchar ( 1910- 2005).

    Fils d'ouvrier, forte tête, anarchiste par générosité, révolté perpétuel de toutes les injustices, lithographe au talent violent et libertaire, artiste autodidacte, poseur de bombes, celui-ci est l'auteur de nombreuses affiches politiques, durant les années 30, pour le Parti Socialiste et Communiste. Antifasciste, il participe, durant l'Occupation, à de nombreuses actions de résistance et édite le journal "Art et Liberté".      

    En avril 1943, il a été arrêté par la Gestapo et déporté à Breendonk (camp d'internement allemand en Belgique). Ces mois-là ont définitivement fracturé sa vie. Les blessures physiques et morales qui lui furent infligées s'exprimeront plus tard dans une série de trente-cinq gouaches exposées au Mémorial de Breendonk. Ce qu'il a vu et ce qu'il a subi ( et dont témoignent ses dessins et son ouvre ) posent inlassablement le problème de  la perte de l'humain.

    wilchar4.JPG

    Dans tout ce qu'il est et ce qu'il fait, Wilchar a toujours lutté pour le respect des hommes et le bonheur du monde. Son combat était aussi de rendre l'art populaire accessible à toutes et à tous. Non seulement on ne peut l'oublier, mais il vient ici avec toute la force de son émotion, de son indignation qui ne se calmeront jamais. JCH

    wilchar1.JPG

    L'expo "Un oeil critique"- Gravures de Wilchar est ouverte jusqu'au 20 janvier de 14h à 18h à la Posterie, rue Monnoyer, 46 à Courcelles. Entrée gratuite. 0471/458 314.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • CINEMA- "Le Respect" au Château de Trazegnies, le 28 janvier

    respect.JPG

    respect6.jpg

    Romuald Lété

    Le 28 janvier, le long-métrage " Le Respect" de Romuald Lété ( 33 ans) sera projeté au Château de Trazegnies. Le film a été tourné en grande partie dans la région.

    respect2.jpg

    Affecté au gardiennage à City Nord, Romuald Lété est préoccupé au quotidien par les problèmes de sécurité. Ces derniers sont même au coeur de son dernier film: " Le Respect". Le sujet ? David ( joué par Yoann De Cock ), souhaite ouvrir une salle pour faire partager sa passion pour les sports de combat. Régulièrement, celui-ci se heurte aux regards des jeunes du quartier, qui ne comprennent pas pourquoi il ne s'intéresse pas à eux. Progressivement, toutefois, David sera amené à fréquenter la bande comme "négociateur" entre la police et eux, en ce qui concerne les stupéfiants, le port d'armes,...

    respect1.jpg

    Les jeunes lui expliquent qu'ils sont l'objet de contrôles de plus en plus fréquents. " Dans le film, je traite de la petite délinquance, mais sous un regard humaniste. " signale Romuald. " Un caïd, comme Jimmy, se montre intraitable et conserve un caractère arrogant et intraitable pendant tout le film, mais ce n'est pas le cas des autres. Il faut éviter de juger trop vite la petite délinquance. Pour combattre le mal, il faut s'attaquer aux racines, être à l'écoute, agir sur la prévention pour éviter la violence,...Pour certaines scènes, je me suis inspiré, à certains moments, du film: "La Haine" de Mathieu Kassovitz."

    sur la Vigie de l'UT !

    Romuald a filmé avec une caméra Sony AX 2000, perche, micro canon, Steadicam, rail, épaulière,..." J'ai tout réglé dans les moindres détails, car je voulais aboutir à un très bon résultat. Vu la durée du tournage ( 3 ans ), j'ai même dû refaire des prises pour des comédiens qui s'étaient désistés".    

    Le long-métrage ( 95') a permis aussi à des jeunes de tenir leur premier rôle ! Les lieux de la région de Charleroi ont été privilégiés. Le parc de la Serna à Jumet, le secteur 42 à Lodelinsart, la Cité du Carnois, un garage à Gosselies, Ragnies, Marchienne-au-Pont,... " J'ai même joué les équilibristes en montant sur la Vigie de l'UT! " fait-il remarquer.

    Le film a déjà été projeté au Stuart à La Louvière et au Cinépointcom ( 280 entrées pour une seule séance !). Une nouvelle projection aura lieu le 28 janvier à 19h30 au Château de Trazegnies, place Albert 1er. Une rencontre avec Romuald et toute l'équipe est prévue à la suite. ( Entrée: 6 euros).

    Une prochaine idée ? "Je me vois  bien réaliser un film sur les sans-abris. " poursuit Romuald. " J'en côtoie un régulièrement à Charleroi. Les gens ont encore beaucoup d'a priori. Ce serait l'occasion de battre en brèche certains clichés à leur sujet". Infos et inscriptions: Info et réservation : 071/45.10.46 – www.chateaudetrazegnies.be – reservation@chateaudetrazegnies.be    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • MARCINELLE- Minor Sing à la Ruche Théâtre, ce vendredi

    minorsing.jpg

     
    L’esprit de Django Reinhard habitera une fois de plus la scène de La Ruche avec le concert de Minor Sing, fruit de la rencontre entre Sylvain Pourrat (contrebasse), Jean Lardanchet (violon) et Laurent Vincenza (guitare). Tous les trois sont de grands admirateurs de la musique du guitariste ainsi que de celle de Stéphane Grappelli.

    D’abord associé à une chanteuse (d’où le nom de Minor Sing), le groupe est devenu un quartet exclusivement instrumental lorsqu’il fut rejoint, en 2014, par Yannick Alcocer (également guitariste du groupe Les Doigts de l’Homme).

    Une soirée voluptueuse et gipsy qui mélangera le swing, le jazz et les musiques latino-américaines… à ne manquer sous aucun prétexte!
     
    Info et reservation: http://www.laruchetheatre.be
     
    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- " Dom juan" à l'Eden

    domjuan.png

    4 comédiens, 5 marionnettes et 1 guitare électrique ! Le Théâtre de la  Chute revisite " Dom Juan " de Molière !

    Bien entendu, le célèbre couple Dom Juan / Sganarelle est au centre du spectacle. Ici, la mise en scène de Benoît Verhaert contribue à grossir quelque peu les traits, en maintenant la dimension philosophique de l'oeuvre et en renforçant son aspect politique. " Dans l’imaginaire collectif, le personnage de Dom Juan est perçu essentiellement comme un grand collectionneur de femmes, bourreau de leur cœur" confie Benoît Verhaert." Mon intention première est de recentrer le propos sur le sujet principal de cette pièce qui, selon moi, est le libertinage de Dom Juan. Je vois aussi ce personnage comme un iconoclaste,  un jeune homme en rupture avec son père qui saccage tout ce qui est sacré. J’entends donc avant tout dans la pièce de Molière le grand cri athée de Dom Juan et l’onde de choc qu’il provoque chez tout ceux qui l’entendent, à commencer par Sganarelle."   La pièce parle de liberté de moeurs, de pensée, d’expression, de la nécessité de communiquer... et de transgression. Et si Molière était "punk"? Avec Samuel Seynave, Audrey D'Hulstère, Jean-Michel Distexhe et Benoît Verhaert. Le spectacle est suivi d'un échange avec le public. En co-présentation avec le Service des Arts de la Scène de la Province de Hainaut. JCH

    Attention, ce spectacle affiche complet. Il faut peut-être donc s'inscrire sur une liste d'attente...

    "Dom Juan" à voir jusqu'au 18 janvier à l'Eden/Centre culturel régional de Charleroi , boulevard Jacques Bertrand 1-3 à Charleroi. En soirée: 20h. Prix: 14 et 9 euros. Groupes: 10 euros. Pour toute info et/ou réservation: 071/ 202 995 - info@eden-charleroi.be ou www.eden-charleroi.be

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCINELLE- Editions du Basson- Meurtre(s) au Festival du Livre

    J-20 !!!

    meurtres.jpg

    Novellistes, novellistes,
    il vous reste 20 jours pour nous envoyer votre nouvelle !

    http://www.editionsdubasson.com/concours-de-nouvelles-2017

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • EXPOSITION- Jeanloup Sieff au Musée de la Photographie

    sieff1.JPG

    Le Musée de la Photographie rend hommage à Jeanloup Sieff, à partir des collections du Musée et d'archives personnelles. Ce Français d'origine polonaise, décédé en 2000, a toujours alterné, au cours de sa carrière, différentes approches de la photographie, oscillant entre mode, reportages ou portraits. Il est reconnu pour ses nus, d'où se dégagent à la fois élégance et sensualité, et pour avoir immortalisé des personnalités politiques et du monde du spectacle ( dont certains en très grand format ). Utilisant principalement des objectifs grand angle, il a travaillé durant quatre décennies, et ce essentiellement en noir et blanc. Ce grand maître de la photographie a reçu, en 1959, le Prix Niepce pour son reportage sur le Borinage. Un choix de photographies de la série Borinage 1959 est présenté dans la Galerie du Cloître.    

    Par sa représentation des terrils, des châssis à molettes, des Gueules Noires et leurs terribles conditions de vie, ... le spectateur carolo sera frappé par la similitude avec le Pays Noir. Envoyé par le mensuel d'actualités " Réalités", le reporter indépendant sera rapidement confronté au climat de crise minière et de la colère contre la "Loi Unique" du gouvernement de Gaston Eyskens.        

    "De ce reportage réalisé aux premières heures de sa carrière photographique, Jeanloup Sieff se souviendra du soleil qui éclairait ces étranges paysages du Nord aux montagnes façonnées par l'homme, ce mineur de fond qui, depuis des décennies, plongeait dans les entrailles de la terre, pour en extraire le charbon" écrit Christelle Rousseau, Conservatrice. L'expo est à voir jusqu'au 7 mai 2017 au Musée de la Photographie de Mont-sur-Marchienne, du mardi au dimanche de 10h à 18h. Infos: 071/43 58 10.

    sieff2.JPG

    sieff3.JPG

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • THEATRE- "8 femmes" par le Théâtre des Comédiens pour rire

    femmes1.JPG

    Dans une maison bourgeoise des années 50, Marcel, unique homme, est assassiné. Les 8 femmes qui peuplent sa vie sont emprisonnées dans cette demeure, et l’une d’elles est forcément la coupable. Qui ? Sa femme, sa belle-mère, sa belle-sœur, ses deux filles, sa sœur, la cuisinière ou la bonne ? Toutes sont soupçonnées, à moins qu'il ne s'agisse d'une "main invisible"? ... Voilà le propos de la pièce: "Huit femmes" de Robert Thomas.

    femmes2.JPG

    Construit comme une véritable partie d'échecs, ce huis-clos révèle, au fil de l’enquête, tous les petits secrets cachés de chaque personnage et le dévoilement de tous les mensonges et les rancoeurs qui animent les relations entre les uns et les autres. Malgré le drame qui se noue, personne ne semble vraiment perturbé par la présence d'un cadavre...

    " Tout fonctionne comme une partition, voire une fine mécanique. Par des scènes de ralenti, notamment, j'ai accentué l'ambiance grotesque et le burlesque pour donner un second souffle à la pièce. " signale Jérôme Roose, metteur en scène. " Je me suis beaucoup inspiré des films de Mel Brooks, et plus particulièrement dans " Frankenstein Junior", où l'on voit des gros plans de visages horrifiés."

    047.JPG

    Par le Théâtre des Comédiens pour rire. Avec Cécile Vandendriessche ( Mamy), Nicole Pirard ( Mme Chanel ), Alice Braem ( Suzon), Sandrine Aubry ( Louise), Aurélie Frennet ( Gaby), Christina Gheller ( Catherine), Elisabeth Ruelens ( Pierrette ) et Odette Feron  Augustine).

    A voir les dimanches 8 et 15 janvier à 16h, ainsi que les 13 et 14 janvier à 20h, au Centre Culturel de Mont-sur-Marchienne, 3, rue du Château. Infos et réservations: 071/43 99 36 - 0477/31 76 44. Prix: 12 ,10, 6 euros.

    J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCINELLE- Bois du Cazier: reconstitution d'un baraquement !

    baraquement6.JPG

    Alain Forti, conservateur, Jean-Louis Delaet, directeur du Bois du Cazier,  et Charlotte Jeuniaux, chargée de communication

    La reconstitution d'un baraquement est visible à l'entrée du Bois du Cazier. Orpheline de son père décédé dans la catastrophe, Loris Piccolo ( 69 ans) a vécu dans ce type d'habitation de 1948 à 1956.

    Eh oui, le mot " barakî " - utilisé à toutes les sauces aujourd'hui, mais plutôt péjorativement!, - vient du nom "baraquement".

    Pour donner au public  une image fidèle des lieux dans lesquels les mineurs italiens furent accueillis en Belgique, une pièce de séjour a été reconstituée au Bois du Cazier. Certes, l'espace est un plus petit qu'en réalité, et il manque les chambres.      

    En compagnie de ses parents et de ses deux frères, Valter et Marino, Loris Piccolo ( 69 ans ), une habitante de Marcinelle, a vécu dans un baraquement similaire, au Sart-Nicolas, jusqu'en 1956, année où son père Ciro Natale a trouvé la mort dans la catastrophe.  L'intéressée possède encore un contrat original. Sa famille a déménagé ensuite à la rue de Nalinnes. La réplique rappelle bien des souvenirs à Loris. " La pièce de vie avec l'armoire, les poêles, la table, les chaises,... tout cela correspond tout à fait à ce que nous avons connu. Je me souviens tout particulièrement de cette bassine d'eau, qui servait à tous les usages, et que nous transportions sur une petite charrette " signale-t-elle. " Les conditions étaient très dures dans ce type de logement fait de tôles.   Il y faisait très froid  en hiver et mourant de chaud en été. Un point positif tout de même: même les familles étaient de nationalités différentes, l'entente était très bonne entre nous."

    baraquement1.JPG

    Loris Piccolo

    baraquement2.JPG

    Loris et sa famille

    baraquement10.jpg

    Loris Piccolo, orpheline, reçoit la soupe distribuée dans les baraquements, après l’accident du 8 août.© Camille Detraux - Raymond Paquay

     

    Un appel est lancé !

    Dans cette solidarité autour de ce projet, pointons Vincent Vincke, le concepteur-entrepreneur-décorateur d'intérieur , Alain Forti, conservateur au Bois du Cazier, ainsi que Sergio Aliboni, également un ancien des camps, ayant travaillé dans les Charbonnages de Monceau-Fontaine à la rue Georges Tourneur à Marchienne-au-Pont. Des dons provenant d'objets personnels, souvent remisés dans un grenier, retrouvent ici le devant de la scène.  

    "Qu'ils soient en bois, en métal, les baraquements à l'origine étaient subdivisés par des cloisons intérieures en plusieurs logements unifamiliaux que chacun s'appropriait en fonction de ses moyens, ainsi qu'avec un grand sens de la débrouille" précise Jean-Louis Delaet. " Au départ, ces habitations avaient été construites pour 52 000  prisonniers de guerre allemands. Par la suite, elles ont été occupées par 50 000  immigrés italiens, qui venaient bien souvent avec leur femme et leurs enfants. Pour les patrons, la famille était un facteur de stabilité. "

    Un appel est lancé pour d'autres témoignages et dons.

    JEAN-CLAUDE HERIN

    Le site du Cazier est accessible tous les jours sauf le lundi de 9h à 17h, et le week-end de 10h à 18h. 071/88 08 56. Attention: réouverture du site le mardi 10 janvier

    2017: en solidarité avec les 323 victimes de l'Inno

    Avec le film sur la révolution industrielle, la peinture murale de Charles Szymkowicz et l'ancien camion de la centrale de sauvetage, la reconstitution  du baraquement fait toujours partie des 4 "musts", cette année. En projet pour 2017: une grande exposition en lien avec le 50ème anniversaire de l'incendie de l'Innovation à Bruxelles , survenue le 22 mai 1967. Les témoignages sont aussi les bienvenus!

    Le Bois du Cazier mettra tout particulièrement ses terrils à l'honneur. Un dossier a été introduit auprès du ministre du tourisme René Collin pour un réaménagement.

    Le Cazier sera partenaire de la mise en valeur du Mémorial sidérurgique HF 4.

    Une année encore bien remplie pour le site, qui , en 2016, a battu un record de fréquentation: on s'approche actuellement des 60 000 visiteurs ! JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire