• CHARLEROI- Blake et Mortimer au Palais du Bas !

    blake.jpg

    La sortie de «La Vallée des Immortels-tome1» coïncide avec une exposition très complète sur Blake et Mortimer, au Palais du Bas. Jean-Michel Filleul et Ornella Cencig invitent le public à marcher sur les pas des deux célèbres héros anglais créés par Edgar P.Jacobs. By jove !

    blake1.jpg

    Jean-Michel Filleul et Ornella Cencig en duo à la galerie

    Dorénavant, ils sont deux à la barre du Palais du Bas.  Quittant la politique, à la suite des dernières élections communales, Ornella Cencig a rejoint son mari Jean-Michel Filleul pour se consacrer pleinement au monde du 9èmeArt. «C’était une des mes aspirations, depuis déjà de nombreuses années » pointe l’ex-échevine carolo.

    A l’entrée de la galerie, Ornella se montre incollable. «J’apprécie beaucoup Blake et Mortimer, car cette BD combine à la fois l’Histoire dans les années 50, la science-fiction et la géopolitique. J’ai relu tous les albums : 25 au total ! Les 12 premiers ont été dessinés et/ou scénarisés par Edgar P.Jacobs, les suivants par d’autres équipes de dessinateurs et scénaristes, qui ont bien gardé l’esprit de la série» poursuit-elle. «Jacobs était un véritable visionnaire. Déjà dans la première aventure publiée dans le journal Tintin en 1946 : «Le Secret de l’Espadon », il est question d’une arme révolutionnaire conçue par Mortimer, qui doit permettre de riposter à une attaque militaire mondiale déclenchée par l'empereur Basam-Damdu, à la tête de « l'Empire jaune ». La technique de l’atome par motorisation qui y est décrite commence seulement à être utilisée dans les sous-marins atomiques ! »

    un bronze de 9500 € !

    blake2.jpg

    à gauche, une belle pièce...

    De son côté, Jean-Michel a collectionné, très tôt, de nombreuses pièces en rapport avec Blake et Mortimer. Avec deux autres collectionneurs belges, il expose ses pièces au Palais du Bas, dont une trentaine de figurines de sa collection privée, des voitures, des portfolios, des sérigraphies,… Compter 9500 € pour un bronze original, 3000 à 3500 € pour des crayonnés de Jacobs, 50 à 5000 € pour des tirages de tête (dont certains signés du maître), 400 à 1700 € pour des véhicules (dont la fameuse DS noire !), 900 à 2000 € pour des plaques émaillées,…

    Cette expo, à voir jusque fin février, rassemble 65% de ce qui existe sur les héros de Jacobs ! «Je dois cette passion à mon père Jean, artiste, qui m’a donné le goût de la série. Le bien y triomphe toujours du mal, c’est un atout de cette BD». A noter aussi que le Palais du Bas est ouvert tous les samedis de 11h à 18h, au 27, rue de Marcinelle à Charleroi, ou sur demande. Pour tous contacts : 0495/910 135. ornella@filleulgalerie.be

    Jc HERIN

    blake4.jpg

    « La fusée : mon premier objet de Tintin ! »

    Jean-Michel est aussi un grand admirateur de Tintin. « Contrairement à Blake et Mortimer, Tintin est un peu un « super héros » Il arrive toujours à s’en sortir, même dans les situations les plus difficiles… » fait-il remarquer.

    L’expert carolo a travaillé dans la Boutique Tintin à Bruxelles, comme vendeur d’objets de collection. «Avec mon premier salaire, je me suis offert une fusée en bois d’Objectif Lune : à l’époque 2495 francs belges.» Sa collection remonte à la fin des années 80. Depuis lors, tout ce qui se rapporte au héros à la houppette l’intéresse…

    Plusieurs pièces sont exposées en permanence au Palais du Bas, dont Tintin et Milou cosmonautes, réalisés pour le pavillon belge de l’Exposition Universelle de Vancouver.

    blake5.jpg

    blake6.jpg

    Cette année, Tintin souffle ses 90 bougies. «C’est dommage que Moulinsart n’ait pas vraiment marqué le coup pour fêter un tel événement» regrette-t-il. J.C.HERIN 

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire
  • COMEDIE CENTRALE- Zidani: son premier voyage en Algérie !

    zidani1.jpg

    Sandra Zidani pose ses valises au Comédie Centrale jusqu’au 3 février. A travers une galerie de personnages amusants, voire un peu extravagants, la comédienne belgo-algérienne raconte les aléas de son premier voyage en Algérie, en 2009. Un retour aux sources, empreint de rires et d’émotions.

    001.JPG

    Veuve amnésique, technicienne de surface, Algérienne en excédent de bagages, Congolaise pédante, bagagiste,… - et même ange gardien !Sandra Zidani se glisse dans des personnages hauts en couleurs dans son one woman show : «Retour en Algérie». L’humoriste est kabyle par son père Zidani Achour, lequel a quitté l’Algérie, à l’âge de 18 ans, pour travailler 5 ans dans les mines du Nord de la France et dans le Borinage, puis il ouvrira deux restaurants en Belgique.

    Un des regrets de Sandra est qu’elle n’aura jamais visité l’Algérie avec son père, qui décède en 1992. Elle est aussi belge par sa mère, et très récemment, elle a découvert qu’une partie de sa famille provenait de Marchienne-au-Pont. En 2009, à l’âge de 40 ans, Zidani peut enfin s’envoler pour la première fois pour l’Algérie, mais à cause de la neige, les vols sont annulés et le chaos s’installe dans l’aéroport…Cette situation l’inspire pour son spectacle.

    Jusque 2012, 6 autres voyages auront lieu en Algérie, où le spectacle sera joué à plusieurs reprises.                                                                                                                                       

    des histoires d’êtres humains

    «Retour en Algérie» a été écrit en coproduction avec la Délégation Wallonie-Bruxelles à Alger et le Théâtre régional de Béjaia. Il s’agissait pour la comédienne de proposer un spectacle qui pouvait s’exporter dans un pays et une culture différente. Le parti a donc été pris de l’authenticité. Il s’agit aussi d’un récit dont le propos retrouve «par hasard » les lieux de l’immigration. « Mon spectacle est évidemment empreint de joie et de bonheur. Mais l’Algérie, c’est aussi une terre qui se remet doucement d’une colonisation longue et de la tragédie des années 90 » souligne-t-elle. « Notre société nous fait parfois oublier que les Droits de l’Homme ne devraient jamais s’arrêter aux frontières. C’est pourquoi, de ce voyage, j’ai compris une chose essentielle : « Il n’y a pas de grands ou de petits destins, il y a des histoires d’êtres humains tout simplement ».

    Vidéos, chansons et fausses pubs agrémentent l’ensemble. Zidani retrouve le Comédie centrale de Charleroi jusqu’au 3 février, du jeudi au samedi à 21 h et le dimanche à 17 h. Infos et réservation : 071/ 30-50-30www.zidani.be    

    012.JPG

    en technicienne de surface !

     

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire