• FESTIVAL CAMELEON- En mémoire de Sadia

    tamara1.JPG

    Tamara, amie de Sadia, coordinatrice du festival, à la Manufacture Urbaine

    Pour avoir refusé un mariage imposé par ses parents, Sadia Sheikh a été assassinée, le 22 octobre 2007. Perpétuant le souvenir de son amie, Tamara Pierno met sur pied le festival Caméléon, du 26 au 28 octobre.

    Ce dimanche était un bien triste anniversaire. Il y a tout juste 10 ans disparaissait Sadia Sheikh. Pour rappel, la jeune fille d'origine pakistanaise    de Charleroi était abattue par son frère Mudusar, parce qu'elle n'acceptait pas de se marier avec un lointain cousin au Pakistan. L'accusation a défendu la thèse du complot familial pour crime d'honneur. La mort de Sadia a laissé un grand vide. Notamment parmi ses ami(es), dont faisait partie Tamara Pierno   de l'asbl Mouvance, qui l'a bien connue sur les bancs de l'Athénée Vauban, durant ses études primaires et secondaires. " De Sadia, je garde l'image d'une jeune fille solaire, ouverte et très généreuse" souligne Tamara. " Aujourd'hui, tout le monde parle encore beaucoup d'elle. Mais il faut dépasser le fait divers et l'émotion collective pour prévenir ce genre de violence. Tiraillée entre la tradition familiale et le désir de s'épanouir sur un plan personnel, Sadia vivait une crise identitaire. Trop de jeunes filles, ici ou par le monde, vivent encore cette situation. Heureusement que des associations ( dont la Maison Plurielle ) les accompagnent mieux aujourd'hui. Il ne faut surtout pas que cela s'arrête. "

    plusieurs opérateurs culturels

    Afin de comprendre ce que sont les mariages forcés et les violences liées à l'honneur, une trentaine de bénévoles se sont mobilisés pour le festival Caméléon. " Pourquoi ce nom ? A l'image de ce reptile qui change de couleurs, les identités sont complexes. L'événement rassemblera avant tout des personnes, artistes, travailleurs sociaux,... touchés par l'histoire de Sadia" poursuit Tamara, coordinatrice.

    Un colloque international se déroulera le jeudi de 9h à 17h et le vendredi de 9h30 à 15h30 à Quai 10. A la Manufacture urbaine, les citoyens pourront s'exprimer, vendredi de 15h15 à 19h, à travers divers ateliers ( sérigraphie, écriture, collage,... ). D'autres lieux seront investis:           la Maison du Hainaut, la Ruche Théâtre et les Ecuries ( Charleroi Danse ) pour des expositions, spectacles, concerts, café Philo,... Possibilité de s'inscrire à un atelier via le info@festivalcameleon.be- infos: www.festivalcameleon.be   JCH 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements, Société 0 commentaire
  • LIVRE- Roman de Véronique Janzyk: "J'ai senti battre notre coeur"

    janzyk.jpg

    Véronique Janzyk

    "Je t'ai rencontré sous un ciel étoilé. Une reconstitution de ciel, dans un musée. Un ciel très haut surplombait des livres, des millions de fiches, des affiches. J'avais vu beaucoup de ciels différents dans ma vie, des sombres et des transparents. Des ciels vides et d'autres comblés, mais un pareil jamais (...) J'avais remarqué ton visage éclairé. Ton petit visage éclairé de l'intérieur. C'est comme ça que tu m'es apparu... "

    Beaucoup de sensibilité se dégage du dernier ouvrage de Véronique Janzyk: " J'ai senti battre notre cœur"( ONLIT Editions- 12 euros- 112 pages - disponible aussi en e book ).  La narratrice y rencontre un écrivain et tente de lui faire partager sa passion de la marche.

    Au gré de leurs promenades, le roman dessine le portrait d'un homme tourmenté qui trouve refuge dans la littérature. Là où la narratrice le rejoint enfin, à égalité de pas. Véronique Janzyk vit à Charleroi. Elle est chargée de communication pour la Province de Hainaut. Elle est aussi journaliste indépendante. Elle a publié plusieurs livres à ce jour : "Auto"( La Chambre d’Échos), La Maison ( Fram ) ainsi qu’un recueil "Cardiofight". Véronique Janzyk est enfin l'auteur du roman: " On est encore aujourd'hui"  et du recueil: "Les Fées penchées", parus chez ONLIT Éditions. JCH

    janzyk1.png

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire