• CHARLEROI- Lundis du Poche: Ce soir, l'écolo Emily Hoyos

    hoyos.jpg

    Réunis autour d'un invité du monde artistique, politique, sportif, Bernard Suin, Dominique Watrin, Martial Dumont et Anne Simon distribuent leur humour, au travers de chroniques, de brèves, d'interviews décalées, de chansons et autres joyeusetés, tout en parcourant l'actualité du mois écoulé.
    Lundi 16 Octobre 2017 à 19h30
    Production "Dérisoir'Prod"
    Derisoir
    Réservation : Tel : +32 (0) 476 874 680- resa@lepoche.be
    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CINEMA- "The Moon Boy", court-métrage carolo pour smartphone !

    moonboy.jpg

    A partir de ce dimanche, le public peut télécharger " The Moon Boy" sur leur smartphone. Le court-métrage a été réalisé par le cinéaste carolo Frédéric Legrand ( 24 ans ), déjà auteur d'autres films fantastiques.

    moonboy2.jpg

    Frédéric, à gauche, sur la photo

    C'est une des scènes de " The Moon Boy", dernier court-métrage de         Frédéric Legrand : en plein mois d'août 2017, squelettes et fantômes dansent joyeusement sur le champ de foire, à la place du Manège! La chorégraphie s'inspire de "La Danse macabre", poème symphonique composé en 1874 par Camille Saint-Saëns, adapté dans "La Règle du jeu" ( 1939) de Jean Renoir.          

    moonboy3.jpg

    " Plusieurs figurants se sont déplacés pour le tournage. L'ambiance était extraordinaire" pointe le jeune réalisateur et étudiant en dernière année à l'IPSMA en écriture multimédia . " Il faut dire aussi que les forains se sont bien prêtés au jeu, et ont été très accueillants ! " Particularité du film: il a été réalisé pour être directement visionné sur les smartphones au format 9/16,  à partir de la page Facebook " The Moon Boy". Et le court-métrage s'accompagne d'un making of: les spectateurs de la foire ont envoyé des photos et des vidéos faites avec leur smartphone via le QR code de " The Moon Boy". L'équipe cinéma en a fait un montage, diffusé sur les réseaux sociaux.

    Squelettes en capture motion

    moonboy1.jpg

    D'une durée de 9 minutes, le film raconte l'histoire d'Alex, alias Moon Boy, littéralement un "garçon de la lune", entouré de squelettes et de fantômes. Son rêve: conquérir la lune. Le spectateur le voit grandir progressivement au fil du temps... " Que ce soit dans " Tibiacity", dans " Edgar et la Douze Demoiselle, disponible sur RTBF Auvio, ou encore dans " Cryature", un projet multimedia, j'ai toujours baigné dans des univers oniriques et fantastiques " fait remarquer Frédéric Legrand. " Un des maîtres pour moi est Tim Burton qui a bien réussi à imposer son génie créatif au cinéma".  

    moonboy5.jpg

    Le cinéaste carolo s'est entouré d'une solide équipe, dont le courcellois Eric Bettens, compositeur de musiques de films et orchestrateur. " Les décors et les acteurs sont bien réels" poursuit Frédéric. " Par contre, les squelettes sont animés par la technique de la  capture motion. On est donc loin des premières marionnettes que j'utilisais pour mes premiers films".

    Précision: le cinéaste a pu bénéficier des fonds verts de Télésambre dans le tout nouveau pôle audio-visuel carolo Médiasambre.

    moonboy6.jpg

    Frédéric Legrand :un talent fou !

    Frédéric a plus d'une corde à son arc: il jouera Gavroche, dans " Les Misérables", et animera, du 30 octobre au 3 novembre, au Centre l'Eveil à Ransart, un atelier cinéma "Halloween" avec projection finale au Quai 10. Pour toute info: 0471/49 35 93. J.C.HERIN

    Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Salon du SAC- Michel Hérin: photos " à l'ancienne", pleines d'authenticité

    sac1.jpg

    Michel Hérin

    Ce week-end, au cours du SAC ( Salon Artistique de Charleroi ), plusieurs centaines de visiteurs ont pu admirer les oeuvres de 350 artistes sur 8000 m2, à Charleroi Expo. Parmi ceux-ci, Michel Hérin ( le cousin germain de votre serviteur !), docteur en médecine et photographe amateur.  

    Cet habitant de Mont-Marchienne a commencé à pratiquer son art à l'âge de 13 ans. La passion visuelle conduira ensuite cet étudiant spécialisé en anatomie pathologique à poursuivre ses recherches sur la photographie microscopique médicale, offrant des perspectives inédites, et souvent tragiques. Il prend alors des photos à des fins pédagogiques et scientifiques. Fin des années 90, Michel découvre la photographie digitale et comprend immédiatement son potentiel, mais aussi ses limites....

    " Certains amoureux de la photographie comme moi vont alors se retourner vers les antipodes du futur, à savoir les techniques anciennes « oubliées » signale-t-il. " L’ « alternative photography » dégage un peu l'odeur d'une arrière-boutique de droguerie. On redécouvre les joies de la chambre photographique, du collodion humide et du sténopé. On se souvient aussi rapidement des bonnes raisons d’avoir quitté ces techniques qui imposent souvent de photographier des natures mortes sans intérêt, si ce n’est celui d’être immobiles".

    Cette approche révèle ses aspirations profondes : primo, Michel adore tirer des photos et deuxio, il assume dorénavant sans complexe sa passion pour le mouvement pictorialiste. Le procédé Piezography© développé par Jon Cone lui permet aujourd’hui de continuer avec joie son aventure au pays de la photographie noir et blanc, et de réaliser notamment de magnifiques portraits, d'où se dégagent beaucoup de sensibilité, un réel humanisme et de l'authenticité. Pour lui, seule l’harmonie du tableau le convainc de tirer la photo pour l’accrocher, et de lui donner vie. J.C.HERIN

    michel1.jpg

    Michel... en famille !

    IMG_3311.JPG

    Les œuvres de Florence Mathieu: tendrement vache !

    IMG_3307.JPG

    beaucoup de créativité: un salon de qualité

    Lien permanent Imprimer 0 commentaire