CHARLEROI- L'Ancre souffle ses 50 bougies

ancre1.jpg

Le "petit théâtre sous le ring" a bien grandi. L'Ancre souffle aujourd'hui 50 bougies ! Et les projets ne manquent pas pour cette institution carolo  qui, après d'imposants travaux, augmentera considérablement sa capacité d'accueil.

Situé face à la piscine Hélios à proximité des pilastres du ring, L'Ancre ne dispose pas d'une visibilité optimale à Charleroi... Mais, à bien y regarder, cet emplacement un rien atypique n'en est-t-il pas un de ses atouts ?

C'est en 1967 que tout a commencé. Avant de s'installer au 112, rue de Montigny, espace qu'il occupe depuis 1982, le théâtre a voyagé. D'abord au Conservatoire de Charleroi, puis à l'hôtel de Ville, au PBA et enfin au Centre Culturel de Mont-sur-Marchienne. L'Ancre est alors dirigé par Jacques Fumière, un des co-fondateurs, qui en sera le directeur artistique, puis administratif jusqu'en 2010. Incarnant à lui seul le théâtre de L'Ancre, l'homme au rire tonitruant, qui a marqué les esprits carolos, s'est éteint en 2011.

ancre6.jpg

Jacques Fumière

théâtre élu Carolo de l'année 2014 !

Le Théâtre prend place dans un ancien dépôt de batteries! Par une programmation novatrice et audacieuse, L’Ancre se professionnalise avec, entre autres, des pièces comme "Pays Noir, mes racines" (1983), rendant hommage au passé ouvrier de Charleroi ( Madeleine Fabrice et l'accordéoniste Marc Keiser sont encore dans la mémoire des Carolos!).

ancre2.jpg

                       "Bella, Marie, Tim et Harry vont à la mer " de Whitehead ( 1984)

En 1991, Bernard Gillard (père du comédien Damien et du journaliste de la RTBF Nicolas! ) ajoute dans la programmation le « Cycle Attraction » pour toucher un public plus large.

Dès 1996, L’Ancre s'associe à l'Eden pour le Festival Bis-Arts. Des partenariats voient le jour avec Charleroi/Danses et le PBA lors de la création du Focus flamand en 2003. L'arrivée de Jean-Michel Van den Eeyden apporte un nouveau tournant. Il fait rayonner L’Ancre et ses créations au delà des frontières belges (Festival d’Avignon, Edimbourg, Londres, Suisse, Tunisie, Maroc…) En 2014, L’Ancre est élu "Carolo de l'Année" ! En 2017, le théâtre devient "L'Ancre Royal'! L'équipe se compose aujourd'hui de 11 personnes pour la diffusion, la technique, la communication, la programmation...Parmi elles, Anne-Thérèse à la billetterie depuis 1982 ! JCH

ancre12.jpg

Anne-Thérèse, le premier contact du public avec l'Ancre

ancre7.jpg

Jean-Michel Van den Eeyden,  directeur artistique de L'Ancre à partir de 2008, et directeur général depuis 2010: crédit Luciana Poletto

Jean-Michel Van den Eeyden : " J'ai tissé des liens forts avec Charleroi"

Directeur artistique de L’Ancre depuis 2008, et directeur général depuis 2010, Jean-Michel Van den Eeyden a été formé au Conservatoire de Liège, d'où il est sorti diplômé en 2001. Bruxellois d'origine, il a rejoint Charleroi en 2002 au Théâtre de la Guimbarde, en résidence à l'Eden. " C'est une Ville que je ne connaissais pas bien, mais avec laquelle j'ai tissé des liens très forts. Le côté "underground " de Charleroi avec un passé industriel très lourd, mais en même temps la simplicité et l'authenticité de ses habitants en sont assurément des points forts".

En 2005, il crée, toujours à la Guimbarde, "Stone" ( joué 300 fois! ). Le spectacle traduit le malaise de deux jeunes adolescents en quête d'eux-mêmes, thème social cher au metteur en scène, acteur et pédagogue. Suivront "Push Up" en 2006, "Mère Sauvage" en 2009, "Un Homme Debout" en 2010, "Garuma" en 2012, "Nés Poumon Noir" en 2013, "Les Villes Tentaculaires" en 2014 et "Amnesia" en 2015. La même année, il met en scène « Smoke on the water » ( vu par 8000 spectateurs, on se souvient des projections de Dirty Monitor) , également dans le cadre de Mons 2015.

ancre8.jpg

                        "Smoke on the water": crédit: Leslie Artamonow

ancre5.jpg

Un Homme Debout" crédit: Luciana Poletto

" Porter un regard sur le monde, rester critique par rapport à des grands systèmes qui dirigent l'homme ( parfois à son insu ), pratiquer le discernement,... en n'excluant pas l'humour ou la causticité, sont des missions du théâtre contemporain" insiste Jean-Michel Van den Eeyden. " Je conçois un peu L'Ancre comme une agora, un espace citoyen".

ancre4.jpg

façade actuelle: crédit: Leslie Artamonow

Spectacles en Avignon dans " l'Eldoradôme"

2017 est une année clé pour L'Ancre avec un projet mené en collaboration avec le Théâtre de Poche de Bruxelles dans le cadre du Festival d'Avignon Off : L'Eldoradôme, un dôme géodésique de 16 mètres de diamètre, équipé de 100 places assises et d'un plateau de 8 sur 6 mètres. Du 8 au 28 juillet, "La Route du Levant " de Dominique Ziegler, qui interroge le sujet complexe de la radicalisation religieuse violente, fera partie des 7 spectacles (6 belges et 1 français) qui y seront programmés. Par ailleurs, " La Vedette du quartier", mis en scène par Jean-Michel Van den Eeyden, de et avec Riton Liebman, sera présenté au Théâtre des Doms, la vitrine du théâtre belge francophone à Avignon.

Des spectateurs de plus en plus nombreux

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: de 5951 personnes en 2010 à 9958 en 2015,... le public est en augmentation. En 2016, le nombre de 19 621 spectateurs est atteint, si l'on prend également en compte "Smoke on the water"! Quant au Festival KICKS !, " Regard(s) sur la jeunesse", il est passé de 7100 personnes en 2012 à 11 400 en 2016 ! Du 16 février au 24 mars 2018, ce festival devrait faire aussi le plein avec des spectacles, des animations, des ateliers...

Chaque saison, les spectacles sont aussi plus nombreux. De 8 propositions annuelles dans les années "Fumière", qui étaient programmées durant quelques week-ends d'affilée, on est aujourd'hui à 25 spectacles pour la saison prochaine.

Un lieu festif et décalé

Depuis quelques années, L’Ancre sort des sentiers battus pour des journées et soirées à thèmes. En septembre dernier par exemple, lors de son dimanche d’ouverture sur le thème des sixties, le théâtre présentait sa nouvelle saison riche en spectacles divers: danse, théâtre, musique, cabaret, jeune public,.... Le public, aux cheveux colorés, grosses lunettes, tee shirts à fleurs,... avait débarqué dans les jardins du théâtre ! Ce même esprit décalé soufflera les 16 et 17 septembre prochain, lors du week-end d'ouverture: "décadence royale"! Une ouverture exceptionnelle pour les 50 ans de cette institution.

ancre10.jpg

soirée hippie à l'Ancre. photo: JCH

Trois ans de travaux...

L'Ancre va connaître prochainement un profond lifting. Deux maisons à la rue de Montigny ainsi que deux maisons à la rue d'Assaut ont été achetées pour l'agrandissement du bâtiment. Deux salles de spectacles vont y être aménagées: l'une d'une capacité de 400 places et l'autre de 120 places, alors que la salle actuelle en compte 102. Début des travaux en 2018-2019. Ceux-ci devraient durer trois ans. En attendant, L'Ancre va devoir trouver un autre lieu...

Vers un nouveau centre dramatique carolo?

Autre projet d’envergure pour L’Ancre : la volonté de devenir un Centre Dramatique à moyen terme lorsque le nouveau théâtre sera construit (à l’instar des quatre centres dramatiques déjà existants: le Théâtre de Liège, le Théâtre de Namur, le Varia à Bruxelles et Mars, Mons Arts de la Scène) J.C.H.

ancre9.jpg

week-end d'ouverture: Leslie Artamonow.

Lien permanent Imprimer Catégories : Coup de coeur, Cultures - Evénements 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.