CHARLEROI: Les réseaux sociaux et l'école: C'est la galère !

gsm à l'école,harcèlement,charleroi,réseaux sociauxLes réseaux sociaux, comme on le sait, ont un succès très important auprès des jeunes mais pas uniquement. Des écoles, des enseignants, des parents et aujourd'hui même des étudiants ont de grandes difficultés avec les réseaux sociaux, surtout dans le domaine de la vie privée, de la protection des données et de l'image souvent négative qui peut être diffusée sur ces réseaux et sur internet de manière générale.

Chloé, 24 ans, étudiante à Charleroi s'inquiète fortement de cette situation et dénonce même des comportements tout à fait inacceptables pour elle.


gsm à l'école,harcèlement,charleroi,réseaux sociaux"Aujourd'hui j'ai peur des autres, même à l'école, le simple fait d'aller suivre les cours m'angoisse. Dans ma classe, comme partout sans doute, il y a des gens avec qui tout va bien et d'autres qui posent des problèmes. Lors de disputes, de mésententes, il est déjà arrivé que certains étudiants se disputent entre eux et d'autres filment ou enregistrent ce qui se passe et diffusent les images ou les enregistrements audios sur internet. Dernièrement des photos ont été diffusées sur Facebook. C'est devenu réellement du harcèlement. J'ai presque peur de dire quelque chose pour ne pas être prise à partie et faire moi aussi l'objet de tels agissements. Moi, je n'ai pas encore subi ce genre de chose. J'ai finalement décidé d'aller prévenir la direction de l'école car la situation était devenue terrifiante. La réponse m'a profondément choquée: "Ce qui se passe sur internet, nous n'en sommes pas responsables et ne savons rien faire du tout ! La seule chose est de porter plainte à la police si cela te pose souci !". Je me suis sentie sans aucun soutien. Certains professeurs ont eux aussi des craintes qu'un jour ou l'autre des vidéos ou des photos d'eux circulent pour se moquer ou les insulter. On pourrait croire que cela se passe uniquement dans les écoles secondaires mais ici moi je suis dans le supérieur à Charleroi et la tendance est identique."
déclare Chloé (nom d'emprunt).

La situation inquiète de plus en plus de jeunes gens qui se rendent compte des dérives possibles (surtout quand ils sont visés par celles-ci !) d'être présents sur les réseaux sociaux et de ne pouvoir réellement gérer ceux-ci de A à Z. La prise de conscience sur les dangers d'internet n'est pas systématique, c'est surtout quand certains jeunes sont personnellement visés que cela les inquiète, en dehors de cela ils pensent très souvent que les mises en garde sont exagérées.

Il faut rappeler que l'utilisation de certaines photos, vidéos ou même le placement de commentaires injurieux sur Facebook par exemple, peuvent être sévèrement punis par la justice aujourd'hui et les peines encourues peuvent surprendre, il vaut mieux le savoir avant de commettre l'irréparable. 


gsm à l'école,harcèlement,charleroi,réseaux sociauxCertains établissements scolaires planchent sur des mesures plus strictes. C'est ainsi que dans les mesures qui verront peut-être prochainement le jour, on peut découvrir "la boîte à Gsm" qui est déjà utilisée dans certaines écoles en France. Le but est de placer les téléphones portables de chacun dans une boite à l'entrée de la classe de cours et de les récupérer à la sortie. Une sorte de consigne qui oblige ainsi les étudiants non seulement à suivre les cours réellement et avec attention mais aussi d'empêcher les éventuelles utilisations de toutes sortes (Sms, Facebook, photo, vidéo, enregistrement, surf sur le net,...).

La solution serait-elle idéalement là ?

Même si cela peut paraître trop simple, il semble que les premiers résultats avec ce système apportent déjà de bons résultats. A quand la généralisation de cette solution dans les règlements internes des écoles ? 

gsm à l'école,harcèlement,charleroi,réseaux sociaux"Nous devons faire face à des phénomènes qui sont directement liés à la technologie et à l'utilisation des Gsm, des ordinateurs portables. Aujourd'hui plusieurs écoles offrent la possibilité aux étudiants (selon le niveau d'étude) de pouvoir utiliser des ordinateurs en classe ou des tablettes pour la prise de notes. Malheureusement les abus sont toujours possibles. Quant aux Gsm, il est toujours dans la plupart des établissements interdit de les utiliser au sein même des classes. Il doit y avoir selon moi beaucoup plus de sévérité et des contrôles de la part des enseignants. Comment faisions nous avant ? Un Gsm n'a jamais aidé un étudiant à mieux apprendre, le professeur doit pouvoir aussi enseigner dans de bonnes conditions sans être dérangé par des sonneries, des étudiants qui envoient des Sms, répondent aux appels etc...

"Le pire dans la situation quand j'interpèle certains parents à ce sujet c'est qu'ils semblent encourager le jeune à avoir son téléphone sur lui constamment "au cas où" ... Mais que peut-il arriver en classe pendant le cours ou qui ne peut attendre un peu ? Etions-nous plus "en danger" de manquer quelque chose avant quand nous n'avions pas de téléphone sous la main ? C'est devenu triste et pathétique à la fois. L'utilisation de Gsm, tablettes, ordinateurs à l'école doit aussi, je le pense sérieusement, faire partie de l'éducation aujourd'hui que les parents doivent donner aux jeunes chez eux à la maison. La technologie, C'est devenu un réel fléau même au sein de mon établissements" atteste Jean-Philippe.P, éducateur dans dans la région de Charleroi. 

Le débat sur la réglementation des technologies utilisées aujourd'hui par nos jeunes étudiants dans les écoles, semble être plus que jamais important à régler. On se souviendra de tristes événements où plusieurs jeunes "harcelés" sur les réseaux sociaux s'étaient suicidés à divers moments dans l'année. Heureusement, tous les événements ou les utilisations des réseaux sociaux ne mènent pas systématiquement au harcèlement, à l'abus.

Il est plus que jamais question d'être attentif et de trouver des solutions efficaces pour que chacun puisse se sentir en sécurité ici et dans le monde virtuel du net. 

Qu'en pensez vous ? Vos remarques, vos suggestions, vos avis sur le sujet sont les bienvenus en commentaire.

SEBEN©

 

Si vous aussi vous souhaitez nous apporter un témoignage, un sujet, nous donner une anecdote, nous parler d'un problématique qui vous préoccupe, une actualité qui vous concerne, n'hésitez pas à nous joindre par email à sudinfo.charleroi@seben.be ou par téléphone (répondeur 24h/24) au 071.960.990

Lien permanent Imprimer Catégories : Billet d'humeur, Faits Divers, Société, Sujets thématiques, Témoignage, Tendance 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.