• CHARLEROI- Plan Chat

    safe_image.jpg

    Dix mois après le lancement du premier Plan Chats de la Ville de Charleroi, Cyprien Devilers, échevin du Bien-être animal dresse un premier bilan. Pour rappel, ce dispositif est destiné à endiguer la prolifération des chats errants et à veiller à leur état de santé. Pour la première fois, une ville a dégagé un budget pour soutenir la stérilisation et le puçage des chats errants.

    Vu les conditions sanitaires dans lesquelles évoluent les chats vagabondant en ville, Cyprien Devilers s'est montré soucieux de maîtriser leur prolifération: "Lorsqu'on sait qu'une femelle peut se reproduire avec en moyenne quatre chatons par portée et deux portées par an, on ne peut douter du potentiel de prolifération de nos petits félins. C'est pourquoi il était important pour moi de dégager un budget pour soutenir la stérilisation et le puçage des chats errants. La solution mise en œuvre à Charleroi est une première en Belgique et est citée en exemple par les vétérinaires d'Ecoveto, groupe de travail de l'Union Professionnelle Vétérinaire (UPV)."

    Cette solution repose sur trois piliers: la Ville, les vétérinaires et les associations de protection des chats. Ce travail en partenariat demeure la voie la plus efficace et permet d'éviter toute forme de concurrence inopportune entre les acteurs du secteur.

    Cyprien Devilers ajoute: "Grâce au budget de 15 000 euros, ce sont presque 300 chats qui ont pu être stérilisés. Les premiers résultats sont encourageants. Il me paraît essentiel de pouvoir poursuivre dans cette voie. J'ai d'ailleurs pris contact avec le ministre Di Antonio pour développer la lutte douce contre la prolifération de chats errants et tenter de généraliser le système exemplaire mis en place à Charleroi." Source: RTBF

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire
  • CHARLEROI- Pascal Légitimus au Poche, au côté de Richard Ruben!

    ruben.JPG

     Pascal Légitimus, Richard Ruben et Bernard Suin, directeur du Théâtre Poche

    Richard Ruben et Pascal Légitimus  se sont rencontrés en 2012,  à Gilly,  lors de "Rions contre le racisme",  et  depuis lors, ils se revoient régulièrement !  Mercredi soir,  le célèbre Inconnu  a même assisté, au Théâtre Poche,  à la première du one man show de l'humoriste belge,  dont il a fait la mise en scène avec Sam Touzani.   Dans "Je suis belge, mais ça ne se voit pas",  Ruben n'hésite pas à décocher quelques flèches  à l'encontre du nouveau gouvernement  (  les ministres extrémistes Jan Jambon et Théo Francken en ont pris leur  grade! ), ainsi que vis-à-vis de Charleroi,  qu'il adore égratigner: " Il y a plus de monde, ici, dans la salle,  qu'au Boulevard Tirou,  un jour à 10h du  matin! ".   A propos de Paul Magnette, il n'a pas manqué d'évoquer les voitures de fonction ! 

    Pascal Légitimus a apporté de précieux conseils:  " J'ai suggéré  à Richard de mettre plus d'émotion  à la fin du spectacle.  C'est la raison pour laquelle  Jean-Claude Van Damme reste un peu plus longtemps sur scène, en interprétant "Ne me quitte pas " de Brel.  L'acteur "aware"  se démarque ainsi de ce personnage  dont on se moque toujours"   signale Pascal Légitimus. " C'est la toute  première fois qu'on joue  ce spectacle, et  il se pourrait qu'il subisse encore quelques modifications:   on pourrait appeler ça du  "working progress"! ".  Pascal Légitimus, qu'on a vu récemment à l'affiche avec  "Les trois frères,  le retour"  n'a pas vraiment eu le temps de  visiter Charleroi.  Mais il était déjà venu jouer avec les Inconnus,  en 1994,  au Palais des  Beaux-Arts.  Actuellement, le comédien français prépare  2 téléfilms dramatiques pour France Télévisions,   et il écrit une pièce de théâtre "Duel à trois"  ainsi qu'un nouveau one man show.  JCH

    "Je suis belge, mais ça ne se voit pas":  au Théâtre Poche: vendredi 31/10 et samedi 1/11 à 20h30, et le dimanche 2/11  à 15h.  Infos et réservations:  0471/404 921 ou resa@poche.be 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MONCEAU ET GOUTROUX- Le relais sacré

    1455163_10205572024398698_3841713953115619192_n.jpg

    Le Relais Sacré" est passé aussi par Monceau et Goutroux en mémoire à nos anciens combattants qui se sont battus pour la Liberté de notre Patrie. L'échevin Serge Beghin salue les personnes présentes et qui commémorent encore la mémoire du passé !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire
  • JUMET: Vers la fin de l'hôtel de ville?

    10676121_590027084437117_377793303394603901_n.jpg
    Pierre Arcq, historien, spécialiste du folklore jumétois : "  Il est bien évidemment trop tôt pour en parler, mais dans le cadre de restrictions budgétaires tout azimut, les mesures en préparation prévoient la fermeture de cinq guichets uniques, dont celui situé à l’Hôtel de Ville de Jumet. On sait que les autres services communaux ainsi que la police ont déjà déserté le bâtiment, qui serait donc complètement inoccupé dès l’application de cette décision, au maximum fin 2015. Dès lors, l’Hôtel de Ville, déjà en très mauvais état, pourrait être complètement abandonné après sans doute une « sécurisation » afin d’éviter les squatteurs et les déprédations en tout genre. Quand on sait que presque tous les immeubles environnants, achetés par la SOWAER, sont eux aussi inoccupés, et que le quartier du Chef-Lieu se trouve dans le périmètre du nouveau zoning industriel « Charleroi Airport » géré par IGRETEC, on ne peut avoir que les plus grandes craintes concernant l’avenir du bâtiment. Ceci pourrait dès lors expliquer que la Ville de Charleroi ne fait plus aucune réparation importante et ne l’entretienne plus. Encore une fois, rien n’est décidé, mais restons vigilants ! Nous savons tous que la Ville de Charleroi ne fait pas grand cas de son patrimoine : les exemples sont hélas trop nombreux. L’Hôtel de Ville de Jumet est le plus ancien de l’entité de Charleroi : il a été construit entre 1825 et 1827, sous le régime hollandais, avant donc l’indépendance de la Belgique, d’après les plan de l’architecte Jean Kuypers, qui réalisa également l’église Saint-Christophe (Ville-Basse) de Charleroi. La salle des mariages, avec ses boiseries d’époque, est particulièrement remarquable. C’est là que se déroulent d’innombrables cérémonies, dont notamment celles qui ont lieu dans le cadre du Tour de la Madeleine, reconnu comme patrimoine de l’Humanité par l’UNESCO."

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire
  • CHARLEROI- Bis-Arts: les danseurs se (ré) approprient la Ville

    Les  spectacles de Bis-Arts sont un peu comme des ovnis, dans le ciel culturel carolo.   Vendredi soir, avait lieu le lancement  de la 19ème édition,  bien fidèle à l'esprit du festival.           

    bisarts1.JPG

                                      Un ballet urbain! 

    Etrange scène ! Une roulotte de fortune,  tirée par un petit véhicule,  circule  en plein coeur de Charleroi.  Dans la rue,  des danseurs  sont couchés sur le  toit des voitures,  collés à des réverbères, ou à califourchon sur des poubelles!  Au départ immobiles, ils s'animent progressivement.   Les uns courent dans des directions  opposées  puis se rejoignent , les autres exécutent de larges  mouvements,...  Etonnés par ce  manège,  les passants  entrent souvent bien dans le jeu:  un  homme au bonnet  a suivi tout le trajet depuis la rue de la Science jusque la place  du Manège!  A l'intérieur de la roulotte, les spectateurs, "cachés"  derrière une glace sans tain,  prennent plaisir à voir la réaction  des  gens !  Ce dispositif était mis en  place pour  Birdwatching  4x4 " de la Compagnie belge de danse Benjamin Van de Walle.   Dans ce spectacle,  la roulotte devient une espèce d'observatoire.  Le paysage quotidien de la  Ville offre un terrain d'expérimentation pour les danseurs.

    bisarts3.JPG

    Plus de danse et de cirque

    " C'est une expérience amusante:  en voyant sans être vus,  on devient un peu comme la pellicule d'un appareil photo!  Ca ouvre un autre regard sur la Ville"! note Gabriel de Jumet. Dominique de Charleroi poursuit: " On est scotché par           la beauté des lieux qui, tout d'un coup, prennent un caractère particulier. Je regrette,  cependant,   que les  citoyens, en général, ne se sentent pas plus concernés  par ce type de spectacle.  On pourrait imaginer, par exemple, un démarrage plus "en fanfare" du  festival , qui rassemblerait plus de monde encore ! ". Plusieurs centaines de personnes sont attendues pour Bis-Arts ( mais aucun chiffre de fréquentation n'a pu nous être communiqué, lundi après-midi). Pierre Bolle, directeur du Palais des Beaux-Arts et initiateur du festival, signale:  "Nous restons tout à fait en phase avec le concept de Bis-Art qui est d'étonner,  parfois de déconcerter, mais surtout d'interpeller sur des réalités d'aujourd'hui.  Aujourd'hui,  le théâtre est toujours bien présent, mais nous mettrons davantage l'accent sur la danse et  l'art circassien". JCH

    Infos et réservations: 071/31 12 12.

    bisarts2.JPG

    Un clown... philosophe !   

    Jusqu'au 1er novembre,  le Palais des Beaux-Arts de Charleroi,  en partenariat avec l'Ancre, les Ecuries, l'Eden ( et un autre tenu secret ! ) a programmé  10  spectacles dans des genres différents: théâtre ( de rue), cirque, danse,... "Qui sommes-je?" était un des premiers spectacles du festival.  Les spectateurs adultes ( les enfants étaient priés de ne pas venir !)   auront été bien surpris  de voir,  sur scène,  un clown bouffon, vêtu d'une simple couche-culotte ! Mais ce n'était pas du tout le clown classique que l'on imagine.  Sorte de "bon sauvage" tel que l'aurait imaginé Jean-Jacques  Rousseau, Ludor Citrik ( c'est son nom!)  revient aux fondements de l'humanité,  et aborde des   thèmes tels que les conventions sociales, l'éducation,  le savoir-vivre,... Sa question:  " Quelles sont les limites de l'homme sous la pression du convenable et sa capacité à la servitude?"  Rien que ça ! Au passage, Ludor critique la dictature du "on" qui représente tout le monde et personne en particulier... Bis-Arts  se terminera par un grand Bal blanc, où la seule exigence sera d'être habillé en blanc ... Ca aussi, c'est bien dans l'esprit insolite et décalé du festival ! Toute la semaine d'ailleurs, l'Eden propose un atelier d'art textile pour confectionner la parure du bal.

    bisarts8.jpg

    bisarts10.JPG

                              Une salle bien remplie !

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • CHARLEROI- Comédie Centrale: bienvenue en Chouvénie !

     

    neige1.jpg

                                                                  Santé ! 

    Connaissez-vous la "Chouvénie"?  C'est le pays de tous les chouchous... C'est, en fait,  un habile stratagème mis au point par Patricia ( Evelyne Delfosse ),  pour rouler tout son petit monde  dans la farine. Et sur ce point, elle est championne! Affichant une mine boudeuse à la suite d'une récente dispute avec son compagnon Christophe  ( Tristan Moreau ),  Patricia  est bien décidée à  ne  pas ouvrir la bouche  quand  ils sont invités  chez Jean-Luc ( Antoine Vandenberghe ) et  Nathalie ( Patricia Robin ), un couple d'amis sur le point de se marier.  Ne la voyant  pas parler,  les hôtes la prennent pour une étrangère, venant d'un pays très, très lointain, ...  Prenant un malin plaisir à entretenir ce quiproquo,  elle embarquera son Christophe dans un véritable délire !  Cette pièce, écrite par Gilles Dyrek,  remporte un véritable succès depuis 8 ans à Paris!  Au Comédie Centrale, les premières représentations ( dans un décor très cosy! )  se sont jouées  "sold out".  Un excellent spectacle qui pose aussi la question : "Jusqu'où peut aller la naïveté"? Avec un petit clin d'oeil sur les associations humanitaires...JCH

    neige2.jpg

                        Jusqu'où ira le mensonge ?

    "Venise sous la neige" est à voir jusqu'au 14 novembre 14 au Comédie Centrale. Tarifs: adultes 25 euros, seniors et groupes de + de 10 personnes: 21 euros, étudiants de - 21 ans: 12,50 euros. Séances à 20h30. Infos et réservations: 071. 30 50 30.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • BANDE DESSINEE- "Gérard Depardieu" par Sergio Salma

     

    salma1.JPG

    Régulièrement épinglé pour ses excès,  Gérard Depardieu fait l'objet d'un ouvrage de Sergio Salma.  L'auteur/dessinateur de Fontaine- l'Evêque  brosse le portait de ce géant du 7ème Art.

    Bande dessinée, biopic, recueil de dessins de presse,... et sans doute plus encore.   L'ouvrage que  Sergio Salma consacre  au monstre sacré du cinéma français  est du   style  "inclassable."  Au départ, il n'était pas du tout  question d'en faire  un livre " confie l'auteur.  S'étant toujours intéressé à "Gégé",   Sergio Salma s'est amusé à  le croquer,  surtout  lorsqu'il était sans arrêt sous les feux de l'actualité:  " Il y a 1 an et 1/2,  il était impossible d'ouvrir un  seul journal  ou regarder un JT, sans qu'on ne parle de Depardieu. Sa demande   de domiciliation en Belgique, ses frictions avec François Hollande, ses liens  avec Poutine,... défrayaient régulièrement la chronique" confie-t-il. Friand d'actualité, Sergio Salma s'est mis alors à réaliser des dessins qu'il publiait sur Facebook.  L'idée de les compiler lui est venue par la suite, tant les éléments s'enchaînaient les uns aux autres.

    salma3.jpg

    Un nez en forme de ...

    salma2.jpg

    " Je suis plus interpellé  par le phénomène, que par l'individu" insiste-t-il. Bien qu'il reconnaisse avoir apprécié l'acteur français  dans ses tout premiers rôles   au cinéma sous la direction de Bertrand Blier, ou encore dans "Cyrano de Bergerac",  Sergio Salma ne voue pas un culte particulier au comédien. " J'éprouve, cependant, pour Depardieu , une forme d'empathie" poursuit le dessinateur. "  Je supporte difficilement toutes les critiques qui s'abattent sur lui.  Quand on a brillé, comme lui, pendant plus de trente ans, et qu'on a passé la plupart de ses journées d'un lieu de tournage à l'autre, il est difficile de rester au sommet. Je ne porte pas de jugement non plus sur les relations qu'il peut avoir avec tel ou tel chef d'Etat".  Le livre de Sergio Salma évoque Depardieu de façon très chronologique. Différents passages de sa vie sont passés en revue:  sa naissance à Châteauroux, ses débuts au cinéma (" les Valseuses"), la boxe, son ami Dewaere,  ses grands personnages ( historiques)  au cinéma, la perte de son fils Guillaume, son  quintuple pontage,  son rôle d'Obélix , le scandale urinaire dans l'avion,   les vignobles, ses rapports avec l'alcool,... Le dessin est proche des caricaturistes de presse. L'embonpoint de l'acteur y est assez bien marqué.  Le nez de Depardieu sur la  couverture est un clin d'oeil assez osé, mais bien dans l'esprit de l'acteur!  Au lecteur de le découvrir... JCH

     

    "Gérard Depardieu" le biopic en bd, par Sergio Salma, 16,90 euros, 222 pages, aux éditions Bamboo.

    Touché par le Bois du Cazier. 

     

    salma5.jpg

     

    Sergio Salma est un enfant du pays.  Ses parents, Italiens, sont venus en Belgique dans les années 50.  En 1960, ils s'installaient à Farciennes, près de la tour du Roton. En 1964, le couple déménageait à Fontaine-l'Evêque. " C'est  dans cette localité que j'ai vu le jour.  Bien que mon père n'ait pas travaillé dans la mine, j'ai toujours baigné dans cet univers, grâce aux amis italiens qui entouraient  notre famille ".  Très marqué par la catastrophe du  Bois   du Cazier,  Sergio y a consacré un roman graphique: "Marcinelle, 1956 " aux éditions Casterman. "Il m'a semblé que c'était une chronique plausible.  L'ouvrage commence sept mois avant les terribles événements.  J'y retrace le parcours de Pietro Bellofiore, jeune mineur fraîchement débarqué d'Italie. On y parle aussi de l'Eglise, de la famille, du labeur harassant du mineur,... " Aujourd'hui encore, Sergio Salma traite du charbonnage, notamment à travers de courts récits dans le journal Spirou, dans lequel il collabore régulièrement. JCH

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • AVIS DE RECHERCHE: Qui a vu Starbucks à Charleroi ?

    10710690_357152444461363_1649413911728648223_n.jpgUne habitante de Charleroi recherche activement "Starbucks", son chien de la race "American Bully" (NDLR: Rien à voir avec les American staff ou d'autres races ressemblantes à mauvaises réputations parfois). Il serait perdu ou introuvable depuis quelques jours d'après les premiers éléments recueillis. (différentes démarches de recherche ayant déjà été tentée par la propriétaire).

    L'animal pourrait se trouver (sans aucune certitude) à Jumet ou dans les environs voir peut être dans une autre commune de Charleroi s'il se serait ou aurait été déplacé. 

    Starbucks est âgé de 10 mois et demie, il est massif, de couleur beige clair (facilement identifiable), il est d'une nature docile et gentil. Par son aspect "molosse" il peut faire peur au premier abord quand on ne connait pas l'animal ce qui peut paraître logique comme avec tout animal mais n'est absolument pas agressif et bien habitué aux gens (photos à l'appui).

    Sa propriétaire précise "Il n'est pas agressif, il peut peut être avoir eu peur d'être seul ou dans un environnement inconnu. Si vous le croisez, parlez lui calmement, vous pouvez l'appeler par son prénom "Starbucks". Surtout inutile de l'effrayer. Même s'il peut paraître au premier abord assez "balaise" ou imposant par sa masse musculaire il reste un chien très gentil. Si vous l'appelez il pourrait juste se montrer excité de contentement d'être reconnu mais sans aucune agressivité réelle. Merci de me prévenir au plus vite si vous le croisez ou si vous savez exactement où il se trouve, y compris si vous le croisez accompagner de quelqu'un en rue. C'est extrêmement important pour moi je suis très inquiète car je ne sais pas où Starbucks se trouve. Merci aussi de diffuser tant que possible sa photo si cela peut permettre encore plus facilement de le reconnaître."

     APPELEZ-NOUS: Si vous croisez Starbuck ou savez où il peut se trouver, vous pouvez joindre notre rédaction par email à sudinfo.charleroi@seben.be ou par téléphone au 0494 76 34 24 ou au 071 960 990 (répondeur 24h/24) - Vous pouvez aussi laisser en commentaire à cet avis pour toutes informations. 

    (D'autres photos sont disponibles en suite de l'article)

    10710690_357152444461363_1649413911728648223_n.jpg

    Lire la suite

    Lien permanent Imprimer Catégories : Avis de recherche, Témoignage, Votre quotidien 0 commentaire
  • SOUVRET- Quarante parcours d'artistes courcellois

    Quarante artistes courcellois  sont mis à l'honneur dans un  très bel ouvrage  de Pierre Sibille. Le livre s'accompagne d'une expo.

    artistes1.JPG

    Pierre Sibille ( 52 ans )  est connu à Courcelles pour avoir travaillé pendant 32 ans à la poste.  Aujourd'hui retraité, cet amateur d'art et de vie régionale  vient de sortir un ouvrage:   "Quarante parcours d'artistes", dans lequel il  présente des peintres,  des sculpteurs et des graveurs vivants ou décédés.  Durant plusieurs années,  l'auteur natif de Courcelles a collecté des informations dans des musées ( Charleroi, La Louvière,...), sur Internet, ou encore en rencontrant artistes, proches ou descendants.  Le livre était présenté  à la Maison de la Laïcité,  au cours d'un vernissage réunissant   Samuel Balseau, conseiller communal,  Jean Denuit, président  de  la Maison  de la Laïcité et de l'Association laïque, et Michel Meurée, historien local et grand maître de la Confrérie des Courcellois.  Caroline  Taquin, bourgmestre de Courcelles, a tenu à souligner l'activité artistique foisonnante dans l'entité. Le public était venu très nombreux: pas moins  de 150 personnes 

    artistes2.JPG

    Des artistes, évoqués dans le livre, étaient présents, vendredi soir,  comme Flavio Giacomello  ( 71 ans ). Elève de Jean Ransy en 1967,  le plasticien évolue aussi bien en gravure, dessin,  peinture à l'huile, gouache et sculpture.  Des membres de la famille d'artistes disparus avaient aussi fait le déplacement. Parmi eux,  Jean Walravens, fils de "Walfé" décédé en 2011: "Mon père était un expressionniste à tendance sociale. Tout ce qui avait trait à l'actualité l'intéressait.  C'était un grand voyageur. Il allait chercher ses sources d'inspiration au cours de ses voyages,  et en rapportait des sujets pour ses toiles. " faisait-il remarquer.  "Il m'a tout appris.  J'avais même parfois le défaut de vouloir le copier". Francine Henreaux  évoque aussi son père André,  qui fut un temps caricaturiste au Journal de Charleroi.  "Papa était fusiniste.  Souffrant d'un défaut de la vue , il était complexé de ne pas discerner certaines couleurs... à tel point qu'il se faisait appeler "le peintre daltonien"! confie-t-elle.  " C'était un véritable inventeur, surtout dans le domaine de la photographie. On le surnommait d'ailleurs Leonardo!" JCH

    photos suivantes:

    Flavio Giacomello

    Francine Henreaux

    Jean Walravens 

    artistes6.JPG

    artistes5.JPG

    artistes4.JPG

    L'expo est accessible jusqu'à ce dimanche 26 octobre de 14h à 18h, à la Maison de la Laïcité de l'Entité Courcelloise, 5, rue Emile Vandervelde à Souvret. Tél. 071/46 53 26. Mail: laicite.courcelles@skynet.be. L'ouvrage est disponible à l'expo ainsi que dans les librairies courcelloises. Pour tout contact:  Pierre Sibille: 0495/50 94 34.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • FARCIENNES: Halloween: dans le manoir de l'horreur...

    Pour cette deuxième édition d'Halloween,  le cinéma d'horreur  a bien inspiré  l'asbl OXYjeunes...  Frissons garantis !  

    manoir3.JPG

                                         La sombre Carrie

    En octobre 2013, l'asbl farciennoise OXYjeunes installait ses nouveaux locaux dans une ancienne maison de maître,  à la rue Albert 1er.  Mais quand sonne  l'heure  d'Halloween, cette bâtisse devient, pour une soir,  une  étrange  et sordide demeure !  Vendredi  soir, plus de 90 enfants, répartis  en  6 groupes,  participaient à la  deuxième édition.  Bon nombre de parents les accompagnaient...  Eux aussi ont eu leur part de frisson !  L'an passé, un  couple anglais débarquait à Farciennes, pour habiter le plus ancien manoir hanté d'Europe.  Si l'on ajoutait à cela quelques histoires de vampires, liées  aux contes et légendes de Farciennes, il y avait de quoi glacer le sang! Cette année,  des monstres s'étaient échappés de films! Différentes épreuves étaient mises sur pied pour récupérer des bobines de film. En  mettant bout à  bout des morceaux de pellicule, les enfants  redonnaient  vie aux héros ... Une fois reconstitués,  Carrie, Freddy, Saw, Jason, Hannibal Lecter, ...  tous plus effrayants les uns que les autres,  se retrouvaient à la séance de clôture, pour un grand bal !

    Des spécialistes en grimage

    manoir2.JPG

    Les  épreuves, très interactives faisaient appel à la culture générale, au sens de l'observation, à l'adresse,... Il fallait par exemple résoudre des énigmes, mettre un but avec une crosse de hockey, deviner des objets dans des boîtes,... Des séquences de films ont été recréées comme "L'exorciste"!  Plus d'une trentaine d'animateurs d'OXYjeunes ont préparé cette soirée exceptionnelle... Des spécialistes en grimage sont venus en renfort, pour que les scènes soient les plus réalistes. "Nous essayons vraiment de surprendre le public!" lance Benjamin Scandella, responsable de la communication.   Et pour que les esprits soient apaisés,  chaque enfant repartait avec un cornet de bonbons, en fin de journée ! Créée en 1995, l'asbl OXYjeunes met tout en oeuvre, à travers des animations, ateliers, stages,...  pour donner du rêve à un grand nombre d'enfants et de jeunes dans toute la Wallonie. Cette fois encore, la mission était accomplie ! JCH

    manoir5.JPG

                                                                Une scène de l'Exorciste

    Pour tout contact: Asbl OXYjeunes, rue Albert 1er à Farciennes. 071/38 84 00. www.oxyjeunes.be  -  info@oxyjeunes.be

    Halloween, ce n'est pas fini !

    Plusieurs animations sont à prévoir dans la région, le week-end prochain: le jeudi 30,   à Wangenies:  18h-22h-  parcours Halloween à la Forêt  des Loisirs.   Une balade nocturne y est prévue !  Les fêtes d'Halloween battront leur plein, le vendredi 31 octobre,  les activités battront leur plein:  - à Jumet,  de 18h à 23 h30: cortège déguisé par les Brothers of road, au 191, Chaussée de Gilly  - à Gouy-lez-Piéton,  1ère fête d'Halloween  avec un spectacle "dream of fire"  ( jongleur de feu ),  -  à Merbes-le-Château, de 17h30 à 23 h30, rue Haute,...   Le samedi 1er novembre,   à Monceau-sur-Sambre:   de 15h  à 21h, dans la cour du Château de Monceau-sur-Sambre: "Halloween en bleu", avec balades  contées, buffet des sorcières, ateliers de Jack O Lanterne.... - à Trazegnies:  au Château, avec le concours de la plus belle citrouille,... Mais la liste  est  loin d'être exhaustive!

     

    JCH 

    Lien permanent Imprimer Catégories : Cultures - Evénements 0 commentaire
  • MARCINELLE- Pose de la première pierre de la caserne des pompiers

    1383714_1493504067589099_8999610300416198177_n.jpg

    10696301_1493502670922572_1057274020681384751_n.jpg

    Cet après-midi, a été posée la première pierre de la future caserne des pompiers à Marcinelle.

    Ce dossier fut l'une des plus belles expériences de mon travail d'Echevin de l'Aménagement et du développement urbains.

    Une collaboration efficace entre les pompiers et le politique afin que ces hommes et ces femmes,qui risquent tous les jours leur vie pour sauver celle des autres, puissent bénéficier d'un outil de travail moderne et adapté à leur réalité de terrain.

    Lien permanent Imprimer Catégories : Société 0 commentaire