EMPLOI: Existe t-il (encore) de vrais et de faux chômeurs ?

chômage,emploi,charleroi,onem,foremA l'heure où le chômage est omniprésent, où les difficultés financières des citoyens se fait ressentir de plus en plus, où le nombre de chômeur est en augmentation (malgré la chasse qui se déroule et qui doit permettre d'en liquider au plus vite...).

Certains bénéficiaires ont pourtant plus que jamais besoin de ce revenu d'intégration qu'est le chômage. Parmis les demandeurs d'emploi et les chômeurs, il semblerait qu'il existe depuis toujours deux catégories: les vrais et les faux ! 

Une habitante de Charleroi centre ville, qui demeure à proximité du bureau d'un syndicat affirme: "Chaque fin de mois, j'assiste à un ballet incessant de voitures, surtout des grosses cylindrées, qui sur le coup de 18h30, 19h00 (quand les bureaux sont fermés) s'arrêtent devant le bureau et les occupants viennent glisser des cartes de chômage dans la boîte aux lettres . Parfois même, ils signent celle-ci sur la deventure, sans se cacher, avant de glisser le document dans la boîte. Le pire, c'est sans doute ceux qui le font tout en étant habillés encore "en tenue de travail" ou de chantier avec le nom de la société écrit dans le dos ! C'est purement scandaleux. J'en ai interpellé un, hier, il m'a affirmé que tout d'abord cela ne me regardais pas et ensuite s'est justifié par le fait que le système lui permettait de le faire sans se faire prendre, ce depuis plusieurs années déjà pour lui. Pourquoi n'en profiterait-il pas ? a t-il ajouté. Je n'en croyais pas mes oreilles !".

Et encore...

Ce qui est paradoxal, c'est que la chasse est ouverte envers les demandeurs d'emploi, à qui les instances officielles ne cessent de demander de plus en plus de justifications, sur les recherches et les candidatures et n'hésitent pas à sanctionner ceux-ci par des mois de suspension de revenus (souvent sans appel).

Pendant ce temps, d'autres qui bénéficient du chômage depuis plusieurs années, semblent profiter du système en toute impunité. Actuellement, la chasse semble surtout s'organiser vers les jeunes chômeurs ou ceux qui n'ont pas une longue période de chômage complet.

Dés le premier ou le second mois, le jeune demandeur est convoqué tout d'abord au Forem, pour organiser sa recherche, lui faire "un peu peur" par la même occasion, tout en lui rappelant ses obligations, ses devoirs et en l'informant qu'il peut perdre son chômage à tout moment si jamais il ne respecte pas son engagement de chercher de l'emploi !  

Pourquoi si vite ? Essentiellement, selon la version officielle afin de les "stimuler" à ne pas rester dans cette situation, alors que les possibilités et les places sont chères et que les entreprises recrutent nettement moins qu'avant depuis près d'un an. Le Forem, l'Onem, les maisons de l'emploi en sont pourtant tous très conscients, c'est une période noire ! 

Il existe donc bel et bien de bon et de mauvais chômeurs ou plutôt devrait-on dire de vrais et de faux chômeurs: Ceux qui profitent ainsi d'un système aux failles multiples. Même si le phénomène n'est pas spécialement nouveau, les mesures prises aujourd'hui laissent sous-entendre que les chomeurs "longue durée" seront de moins en moins nombreux à l'avenir, voir en voie de disparition ! Une bonne chose, pour autant que des postes puissent encore exister en nombre ! "Pour s'attaquer au problème du chômage, ne doit-on pas d'abord trouver des solutions ? Développer des postes, apporter des facilités aux patrons ?", s'interroge un demandeur d'emploi, en consultation d'offres en ville.

Aujourd'hui, le chômage de longue durée est-il encore possible ? "Cela dépend ! Nous ne laisserons plus, aussi facilement, l'occasion aux jeunes demandeurs d'emploi de devenir des chômeurs longue durée, c'est certain ! Nous sommes arrivé dans dans une période de grand nettoyage, la situation ne doit plus être celle d'il y a quelques années...", avouait presque honteusement un employé anonyme de l'Onem, à qui nous avons posé la question officieusement il y a quelques jours.

On peut se poser la question de savoir, si "la chasse" ne devrait pas plutôt s'orienter prioritairement vers ceux qui utilisent le système abusivement ? Les faux chômeurs, ceux qui travaillent également et bénéficient des revenus complet du chômage au lieu "peut-être" de s'attaquer presque systématiquement  à ceux qui peine déjà à trouver des solutions pour s'en sortir. La débat n'est-il pas ouvert ? 

Cela dit, rappelons également que certains demandeurs d'emploi sont très préoccupés par leur situation, souhaitent absolument trouver du travail, s'en donne vraiment les moyens et ne veulent surtout pas rester dans un engrenage. Reste à savoir si la situation économique et sociale permettra à ceux-ci, les plus investis d'obtenir enfin l'ultime récompense: un job !

Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.