EMPLOI: Les carolos ont-ils la flemme attitude ?

emploi,charleroi,flemmeLe 11 mars 2013, les médias découvraient le lancement d'un nouveau site internet en Belgique repris sous le nom de flemme (www.flemme.be). Un site dont le nom ne devait servir que pour faire le buzz sur internet, particulièrement mal choisi pour l'objet réel qu'il propose au final. Ce site internet a pour objectif "de postuler à la place des chômeurs", drôle d'idée quand on pense que finalement cette "fonction" principale attachée à ce statut peut être une réelle fierté pour le demandeur d'emploi qui s'engage lui même à faire les démarches, à joindre les entreprises, à répondre à des annonces et ce jusqu'au rendez-vous ultime qu'il peut décrocher et qui pourra mener à l'emploi.

Cette jeune société et son créateur Cédric Rossisu (ayant fait de nombreuses interviews sur le sujet) ont donc décidé de proposer ce service de candidatures à partir de 2 € par mois minimum pour les sans emploi (pour l'envoi de 20 CV) à une base de donnée de 19.000 entreprises. La question est de savoir alors ce qu'il reste réellement au chômeur pour s'impliquer réellement dans sa propre situation, prendre sa propre vie en main s'il confie à d'autres le soins de postuler à sa place. Ce site est moyennement le bienvenu, les organismes officiels tels que l'Onem et le Forem sont plutôt sceptiques sur la façon de faire.

Le site dit également s'occuper de donner des justificatifs valables en votre nom en cas de contrôle des autorités. Cela dit, les prochains contrôles risquent avec l'arrivée de ce site, en toute probabilité, d'être encore plus drastiques et pointilleux pour vérifier si le chômeur est bien l'auteur de l'ensemble des ses candidatures. 

Flemme transmet les CV et les lettres de candidatures aux sociétés en fonction des choix selon les catégories et le secteurs choisis (enfin c'est supposé, mais manifestement pas toujours le cas, s'i l'on en croit les nombreux commentaires sur le facebook du groupe), par les "clients", car il s'agit avant tout, d'une démarche commerciale à la base, "sur le dos des chômeurs" et en profitant de surfer sur la vague de la crise à l'emploi diront certains réfractaires au système. Ce qui étonne dans le processus, c'est surtout le fait que de très nombreux chômeurs, y compris un grand nombre dans la région de Charleroi ont pris la décision d'y souscrire. Un système de prise en charge, qui peut aussi avoir de mauvais revers...il faut le savoir.

Découvrez quelques avis...et exprimez-vous en répondant au mini sondage ! 

emploi,charleroi,flemme"Si le chomeur ne s'investit pas lui même, ne prend pas le temps de postuler, ne veut pas prendre sa recherche au sérieux, comment s'étonner alors qu'il ne reçoive pas de réponse ou qu'il ne sait même pas où il postule puisqu'il ne sait pas réellement où Flemme va envoyer son CV et pour quel poste il postule réellement non plus. De plus, le demandeur d'emploi ne sait pas réellement modifier son CV ou sa lettre en fonction de l'entreprise ou même se documenter avant,  et je ne parle pas du jour où il devra aller se présenter dans une entreprise", déclare Françoise une ancienne employée d'une agence interim.

"Le pire système que je connaisse est bien sûr celui-là ! C'est horrible, cela enlève au chômeur une part de responsabilité, d'engagement personnel, il ne sera sûrement pas super fier de sa recherche d'emploi et encore moins s'il arrive à décrocher un jour un job avec ce site, cela j'en doute fortement.  Personnellement, je dirais: "on ne demande déjà que cela au chômeur" si en plus il le fait faire par une société,  où va-t-on ? En plus le nom de Flemme apporte à mon sens encore plus l'idée que les chômeurs n'en touchent pas une et c'est très injuste et insultant pour eux je trouve, car beaucoups se battent quotidiennement pour trouver un réel job, on ne le dis pas assez !" s'insurge Grégory, responsable des ressources humaines d'une petite PME. 

"Mon avis ? Le système est vraiment fait pour les fainéants, comment imaginer que les demandeurs d'emploi ne puissent pas réaliser eux-mêmes ces recherches ? J'ai dernièrement contacté une demoiselle qui avait postulé chez moi pour l'inviter à un entretien, elle m'a répondu clairement et avec force n'avoir jamais postulé chez moi. Après quelques hésitations, elle a finalement dit que c'était possible mais n'en était vraiment pas certaine.  Je me suis dit qu'elle était très peu organisée et manquait de crédibilité, cela commençait déjà mal. Elle a pu ajouter ensuite, que mon secteur ne l'intéressait d'ailleurs pas du tout ! J'ai voulu en savoir plus, après mes nombreuses questions, à savoir si elle connaissait déjà l'entreprise ici et pourquoi elle avait alors choisi ma société au vu de ses propos, elle m'a dit qu'elle n'avait pas postulé elle même et l'avait fait via ce site ! Cela montre donc bien qu'il y a danger et surtout un manque total de crédibilité pour le demandeur d'emploi." signale Philippo responsable d'un grand magasin d'alimentation. 

"Moi, je trouve que c'est vraiment bien, on va sans doute me traiter de fainéant mais je pense que j'ai mieux à faire que de perdre du temps à chercher de l'emploi, si la société le fait à ma place, pourquoi pas ? Je paie le service donc je contribue à l'emploi ! (rire). Plus sérieusement, je suis découragé et donc je passe par ce service, cela fait 4 ans que je suis au chômage, j'ai perdu les réflexes de bien chercher je pense du travail. D'autres vont le faire uniquement pour se justifier valablement à l'Onem." informe Sandro

Les avis sont partagés et lorsque l'on souhaite en savoir plus sur les motivations des demandeurs d'emploi qui utilisent le service de Flemme, personne ne semble vouloir en parler ou pas trop. En message privé ou en video sur facebook, les langues se délient, certains se confient, parlent de leur inscription, avec une certaine honte parfois. Sur la page Facebook de la société, côté écrit, les commentaires sont parfois peu glorieux et élogieux, les critiques fusent sur la société et la manière de procéder parfois, le peu de lien qui existe entre les secteurs choisis et ceux réellement touchés. La critique principale semble être l'incertitude que les candidatures sont bien envoyées, même si des réponses d'entreprises arrivent tout de même dans la boîte email de quelques "pseudo chercheurs" d'emploi.

On peut donc se demander, si aujourd'hui, le statut de "chercheur d'emploi" se limite juste pour quelques-uns à ouvrir une boîte email pour y découvrir "par surprise", le plus souvent, si une réponse éventuelle est arrivée d'une entreprise, tout en bénéficiant tout de même, précisons-le , d'un revenu mensuel par le fait même de ce statut. Les suppositions vont bon train: Cela donne t-il réellement une responsabilité au chômeur et surtout se sent-il encore aux commandes de son destin ? 

"Franchement, je suis déçue, j'ai un diplôme dans l'horeca et je me retrouve par Flemme à avoir postulé dans des agences de voyages ou des agences immobilières. C'est certain, je ne serais jamais prise et l'Onem aussi va me demander ce que j'ai fait car je n'ai pas su réellement postuler dans mon secteur d'activité. Même si l'idée me séduisait et était pratique, je n'y vois finalement pas d'intérêt réel. Pourquoi m'être inscrite ? Je ne sais pas ! Enfin si, je pensais que cela pouvait me permettre d'atteindre des sociétés que je n'imaginais peut être pas.", Kelly est déçue. 

Quant à l'avis de l'Onem, il laisse peu de place à l'interprétation: "Le fait d'envoyer des mails aux entreprises via cette plate-forme ne suffit pas nécessairement à démontrer la motivation du demandeur d'emploi. Nous, L'Onem nous avons par ailleurs chargé notre service juridique de vérifier la légalité du site et prendre d'éventuelles mesures."

NDLR: Nous connaissons le spot dans un autre domaine de l'emploi qui dit "Emprunter de l'argent, coûte aussi de l'argent", l'idée ici serait plutôt de dire: "Chercher du travail, c'est déjà du travail !" S.D.

Le système de Flemme, vous en pensez-quoi ? Utile, intérressant, scandaleux ? Votre avis sur le sujet en commentaire.

REPONDEZ-A CETTE QUESTION:

Lien permanent Imprimer Catégories : Société 1 commentaire

Commentaires

  • Ca devient vraiment n'importe quoi, cela ne prouve aucune implication de la part du demandeur d'emploi, et que quelqu'un( un parfait inconnu vu que c'est par le net) ait vos coordonnées, vos projets etc.. sur un CV et une lettre de motivation, cela ne me rassurerait pas du tout. Envoyer des demandes à tout va et avoir une "chance" de tomber sur un boulot qui finalement ne correspond pas du tout à ses envies, c'est le risque de résultat que peuvent avoir ses candidats surfeurs internet^^. Très bon article, merci.

Les commentaires sont fermés.