EMPLOI: Nous sommes tous en campagne !

emploi, charleroi, chomage, intérimAujourd'hui, nous connaissons tous les difficultés qu'éprouvent certains à trouver du travail. Le chômage est à nos portes et il n'est plus simple du tout (comme c'était le cas avant) de pouvoir trouver facilement du boulot.

Certains candidats déploient de multiples ressources pour parvenir à décrocher l'emploi idéale: candidatures spontanées, petites annonces, réseaux sociaux, relations personnelles, ...

Cependant cela ne fonctionne pas systématiquement et la situation semble être encore plus complexe depuis quelques mois dans notre région de Charleroi. Les bureaux d'interim avouent honteusement que les postes sont rares ou destinés essentiellement à l'élite ou à des candidats plus "technique". Et si nous faisions campagne ?

Il fallait peut être y penser tout simplement. Si nous faisions campagne ? Un peu comme une campagne électorale, avec déploiement d'affiches, de caliquots, de flyers, à grand coup de spot vidéo ou de sensibilisation sans relâche pour au final réussir à faire valoir ses compétences et mettre en avant ses qualités aux yeux des entreprises.

Et si nous faisions campagne ? L'idée n'est pas mauvaise, cependant il n'est pas permis de tout faire et surtout de faire n'importe quoi (ex: des affichages sauvages), les dérives éventuelles pourraient au contraire des résultats espérés avoir un impact négatif et ne pas du tout favoriser le candidat qui aurait dans un esprit "trop imaginatif" oublié les règles de savoir vivre et la loi: Il ne faut pas que cette campagne à l'emploi soit ressentie comme une agression ou comme du harcèlement par les entreprises visées par vos compétences.

Campagnephoto5.JPGL'idée à pourtant germée et fait son bout de chemin chez nous, puisque dans quelques heures (ou jours), un habitant de Charleroi centre de 38 ans fera une vraie campagne pour son propre compte, il déploiera une multitudes de techniques de communications: un affichage massif sur les réseaux sociaux, des appels aux entreprises via un véritable call center, des banderoles, des flyers par milliers, des annonces radiodiffusées sur le net etc... Toute la panoplie du Directeur de campagnes éléctorales sera mis en place et mobilisera ce carolo jour et nuit, le tout n'ayant qu'un seul but: Décrocher un emploi rapidement !

Les détails de la campagne ne sont pas connus avec précision car il souhaite conserver ses relations intactes et son plan d'action qui devrait sans aucun doute faire réagir également l'Onem et le Forem si les techniques employées ne sont pas très "courantes", habituelles ou même disons-le clairement légales à leurs yeux ! Le suspens reste entier !

"Je suis au chômage depuis quelques mois, j'ai déjà pu faire plus de 680 candidatures depuis décembre 2012, je n'ai que 10% à peine de réponse "négatives", pourtant j'ai de nombreuses compétences et des références mais cela ne suffit pas à l'heure actuelle, cela est dur pour tous le monde. Je vais donc partir en campagne et cela sera très difficile je le sais. J'ai pensé à différentes choses, j'ai déjà travaillé dessus en plus de mes candidatures quotidiennes, j'y passe plus de 4h par jour actuellement.  Je ne peux pas en dire plus maintenant mais cela est fort risqué pour moi, les techniques seront... osées !  

Je pense que le problème principal chez nous à Charleroi et même en Belgique c'est le manque d'union, de collaboration, de soutien que l'on peut s'apporter les uns et les autres. Si nous étions moins égoïste, nous pourrions aider notre voisin ou nos amis, nos voisins à trouver du boulot, les recommander, les soutenir, ouvrir notre carnet d'adresses, de contacts, passer quelques appels,... ce serait sympa et pas très difficile au final, cela serait un grand pas et cela prouverait que ce n'est pas juste du "chacun pour soi", mais contrairement à d'autres Pays comme le Canada qui pratique de la sorte, nous Européen sommes bien trop centrés sur nous même pour pouvoir s'unir et bosser ensemble à ça. Avec un peu de réflexion il y aurait même moyen de faire campagne ensemble auprès des entreprises." ajoute le candidat carolo enthousiamé. 

plein-emploi.jpgD'une nature à avoir besoin constamment d'action, d'être utile et de travailler avec dynamisme, détermination, le gars ne se désespére pas de décrocher bientôt le boulot de ses rêves, mais la campagne s'annonce d'ore et déjà très difficile, "Les candidats sont souvent très nombreux pour un seul poste à pourvoir dans les entreprises, c'est le souci de l'offre et la demande actuellement. Le souci est aussi l'enchère que des gens font pour travailler, c'est comme à la brocante pour être pris, ils n'hésitent pas à diminuer leur prétention salariale ou offrent des heures supplémentaires au patron non rémunérées etc... j'ai déjà vu ça plein de fois !" 

Pour l'heure il est trop tôt pour savoir si la campagne sera ponctuée par un second tour ou s'il sera élu "nouveau collaborateur" dans une entreprise rapidement. Nous ne pouvons que lui souhaiter bonne chance et pleine réussite dans sa quête ! 

Même si cela peut paraître fort extrême, il ressort que si différents moyens n'ont pu avoir raison du chômage, il existe 1.001 techniques pour pouvoir postuler et attirer l'attention des employeurs.

Citons un exemple assez étrange mais qui aurait eu un résulat pour le moins inatendu "Un jeune homme il y a quelques années aurait fait livrer chez différentes sociétés de la région de Charleroi "des portes en bois" complètes" avec poignées,.. A l'ouverture du paquet (qui recouvrait la porte), les entreprises trouvaient un mot collé sur celle-ci qui disait "Dans quelques jours, je passerais cette porte et je viendrais vous solliciter un emploi, j'ose espérer qu'elle sera toujours au même endroit pour moi entrer chez vous !". Cette note de culot et d'humour aurait porté finalement ses fruits. Le seul bémol c'est que le candidat s'est vu renvoyer certaines portes à son adresse et à ses frais et que d'autres lui ont été jetées à la figure directement à la livraison. (Sans compter le coût moyen d'une porte en bois même bas de gamme dans un magasin de bricolage).

Un autre exemple qui avait également été relayé par nos confrères de Sudpresse et faisait état d'un jeune homme de Jumet qui dernièrement avait proposé à celui qui l'aiderait à décrocher le job de ses rêves de lui offrir un tout nouveau "smartphone" le modèle '5' tant convoité et ce sur son premier salaire. Une périlleuse aventure qui à ce jour ne semble pas avoir été concluante malgré les candidats "aidant" qui se sont proposés attirés par le gain. Comme quoi...

Tout ceci pour dire que les idées ne manquent pas mais qu'il faut avant tout s'armer de patience et d'une bonne dose de courage aussi pour celles et ceux qui cherchent un travail dans la conjoncture actuelle. 

Bon courage à ceux-là mais surtout n'oubliez pas que la campagne ne fait que commencer ! 

Lien permanent Imprimer Catégories : Société, Sujets thématiques 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.